Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 19:00

L'avant match de la 12 pour le début d'année 2015. Enjoy!

On recommence une nouvelle année.

On brouille les cartes, on redistribue et on recommence comme en 40.

 

05/01/15
Mauro et Rafa Di Zeo auraient tendu une embuscade à Fido Debaux, qui a été blessé. Cela se serait passé lors d'une énième réunion organisée par un responsable sécurité du club de Boca en fin d'année dernière. Ainsi déjà, il y a quelques semaines, Cristian "Fido" Debaux avait été menacé de mort après que deux hommes armés arrivés en moto se soient présentés dans la menuiserie qu'il possède à Campo de Mayo où il n'était pas présent. Après avoir frappé son beau-frère, qui a dû être hospitalisé pour des soins, ils lui ont placé un pistolet sur sa tête en menaçant de le tuer lui, sa fille, sa femme s'il (Debaux) ne se retirait pas de la barra brava.
À Mar del Plata, les agences de sécurité ont commencé à trembler. Et elles ont bien raison. La guerre interne interne au sein de La Doce a ajouté un chapitre inédit.
Avec les tensions internes au sein de la Doce, le club de Boca s'est montré laxiste, parfois indifférent et trop peu souvent ferme. Par l'entremise de certains dirigeants, Boca a tenté plusieurs fois de réunir tous les belligérants autour d'une table. Ce fut à chaque fois un fiasco. En cette fin d'année, une nouvelle tentative de réunion est organisée par un obscur responsable sécurité du club surnommé «Le Nain», un ancien commissaire à la retraite. Boca l'a chargé de mettre fin au conflit car en cette année électorale (nationale et du club), les enjeux sportifs et financiers sont énormes. L'entrevue s'est déroulée à Quilmes au sud de Buenos Aires et devait réunir Di Zeo, Martin et Debaux. Cette 1ère rencontre était censé corriger tout ce qui touche aux tournois d'été (tournoi de Verano notamment).


Fido confiant

Fido était calme, deux jours avant il avait parlé avec un émissaire de CoProSeDe, le comité sportif de la sécurité provinciale (organisme gouvernemental créé en 2002 et dépendant du Ministère de l'Intérieur de la Province de Buenos Aires) qui lui a assuré du soutien de la Province, et que sa place à la tête de la 12 pour les matches amicaux à La Feliz était validée. Debaux, confiant, n'avait emmené avec lui qu'un de ses hommes, Cristian Garro car il ne se doutait pas que le club avait convié des invités surprises.


Quand ils arrivèrent à la maison indiquée, ils ont compris que les choses n'allaient pas se passer comme prévu. La première critique est venue du responsable sécurité qui demande à Debaux pourquoi il n'avait pas réduit au silence les supporters qui chantèrent contre le conseil d'administration lors de la fin de saison précédente. Et quand ils ont voulu passer à la question de nouvelles sources d'approvisionnement pour la prochaine saison, la sonnette a retentie. La porte s'ouvre et derrière celle-ci se trouve Rafael Di Zeo et Mauro Martin. Debaux est pris de court, Le Nain leur rappelle qu'ils sont tous les 3 là pour trouver une solution pour le bien du club. La proposition du club est que les 3 leaders collaborent de nouveau au sein de la Doce. La proposition ne sera pas acceptée par Debaux et les trois hommes ont commencé à se faire moultes reproches. «tu m'as trahi alors que j'étais en prison ; c'est à cause de toi qu'el Chelo est mort (aka le blond, surnom de Marcelo Carnevale mort par balles en juillet 2013 avant le match contre San Lorenzo lors d'incidents entre la faction de Di Zeo et celle de Martin, qui a fait 2 morts) ect...... il était clair qu'il n'y aurait pas d'accord. Ainsi, après 40 minutes de cris et de menaces, Debaux se leva et sortit. Seulement dehors 14 barras attendaient leurs chefs (la faction Leopardi de Martin, et des proches de Di Zeo comme Pelado de Quilmes). Fido sera rossé et quand Garro s'apprêta à réagir, des barras sortirent leurs armes ce qui l'empêcha de défendre Fido. "Cette fois, nous vous laissons filer avec quelques contusions. Mais la prochaine fois, nous allons vous tuer".


A huit heures du soir il y eu une autre réunion de la «Doce official» dans un terrain vague de San Martín. Et là, a été décidé que certaines factions de Mauro pourraient revenir, mais sans la prédominance d'antan, mais pour Rafa, c'est niet, on ne veut plus de lui. Mais cela suffira-t-il? Rien ne dit que Mauro acceptera de revenir sous ses conditions. Le lendemain, la faction officielle de la 12 accuse Angelici pour l'embuscade de Mauro et Rafa à l'encontre de Fido à Quilmes. Pour eux «Le Nain» a conduit Fido dans un piège. Quand Fido a convoqué sa troupe pendant la nuit, ils ont tous consenti à ne pas céder et ont supposé que si «Le Nain» avait fait ce mouvement, il ne pouvait pas le faire sans appuis des autorités du club.

C'est pourquoi un groupe de la barra official était à Parque Lezama afin d'y apposer quelques tags de menaces à l'encontre d'Angelici ("Angelici, los muertos los pagás vos" aka "Angelici, les morts c'est toi qui les paieras"). A la radio Angelici s'est désolidarisé de l'initiative de la réunion en arguant que «Le Nain», a été licencié car étant sous le coup d'une enquête depuis plusieurs mois pour cause de conspiration en lien avec les barras. Il a même ajouté qu'un autre salarié du club avait été licencié pour les mêmes motifs. Peut-être parce qu'il sait par intuition que l'administration actuelle de la Province connaît bien Debaux et comme Angelici se présente pour sa réélection en décembre 2015, il vaut mieux ménager la chèvre et le choux. Il est connu que Di Zeo a des liens avec le parti Kirchner, qui a pour concurrent le parti mené par Mauricio Macri (ex-Président de Boca et qui avait appuyé la condidature d'Angelici, voir articles précédents). Alors que va-t-il se passer ? Les rumeurs courent mais l'envie des dirigeants de Boca seraient d'unir toutes les factions en présence et de laisser les rênes à Di Zeo qui a pour lui un grand nombre de connections politique. En tout cas pour le tournoi de Verano on se dirige vers le duo Martin-Di Zeo pour mener la Doce et on ne fera plus machine arrière.

Le 17/01/15, la date à marquer d'une pierre blanche, contre le Racing, on a vu la nouvelle alliance diriger la barra.
Ils étaient frères, ils se sont battus, ont juré leurs morts et sont maintenant à nouveau ensemble. Rafael Di Zeo et Mauro Martin ont repris leurs activités de barra lors du dernier match contre le Racing, respectivement comme n°1 et n°2 de la Doce, comme si de rien n'était.
On avait annoncé une confrontation sanglante, il n'en a rien été, Fido Debaux, à la tête de la barre officielle a été mis devant le fait accompli qq minutes avant le match. Mais Fido n'est pas rentrer dans le jeu et il est sorti du stade avec ses acolytes, Cristian Garro et Cacho car il ne voulait pas que son «peuple» soit victime d'une attaque. Fido savait qu'il était seul.
Est-ce que le groupe "Los de La Boca", les propriétaires des tambours et drapeaux, serait resté toujours fidèle à Mauro, si Fido avait "hérité du pouvoir ? Avec le retour de Martin, le groupe dirigé par Hernán Canton (neveu de Gitano Lancry, voir épisodes précédents), s'est aligné avec l'ancien patron. Quelque chose de semblable s'est passé avec le groupe de Caseros, dirigé par Luis Arrieta Loco (chef de file de la barra de l'Estudiantes de Buenos Aires à ne pas confondre avec l'Estudiantes La Plata).
Fido a affirmé avoir été menacé de mort, puis il y a eu encore une réunion à la Partido de la Costa et Fido n'a pas supporté la pression et est sorti. Mauro, sera le visage visible, mais les décisions seront de Rafa, grâce à ses contacts avec le pouvoir.
Ce changement de commandement semble avoir été mûrement réfléchi par la direction de Boca. C'est donc à Di Zeo qu'est revenu la tâche de réunir les deux factions.
Mauro Martin et Rafael Di Zeo ont conduit la caravane des autobus qui sont arrivés au Minella pour le match contre le Racing. Tous les deux ont eu un droit d'admission (temporaire pour Mauro jusqu'au prochain match contre Vélez, dans trois jours).


https://www.youtube.com/watch?v=xOo5j8BLOs0

https://www.youtube.com/watch?v=zFxDtq09Syk

Le 22/01/15, les journaux argentins eux même officialisent le partenariat. Arguant que celui-ci avait été conclu dans les heures précédant le match contre le Racing. "Fido" Debaux est descendu et a laissé la place vacante.
Rafael Di Zeo et Mauro Martin sont apparus comme des leaders, le résultat d'un ordre qui venait de la direction, selon eux. "Boca nous a dit de nous réunir", a déclaré Di Zeo.
Contre le Racing, la «nouvelle» direction s'est affichée. Jusqu'à l'annulation de son derecho de admision Mauro n'a obtenu une autorisation de présence que pour ce match. L'affaire est en cours de négociation dans les arcanes du club et pour le moment, l'homme le plus puissant dans les paraavalanchas s'appelle Mariano Gil. Dans le jargon de la barra, Gil est connu comme "Kissy" ou comme Mariano de La Chocolatada. Cette célèbre Chocolatada responsable selon les autorités de plus de 40 braquages de banques en 10 ans (entre autres voir épisodes précédents). Kissy est originaire de la zone Lomas del Mirador, il a une longue histoire avec la 12 maintenant, on le disait en retrait depuis 2011, mais le retour de Martin et Di Zeo l'a replacé sur le devant de la scène.
Dans la paraavalancha principal, les rôles se redistribuent, certains partent, d'autres reviennent et les mêmes restent. Aux côtés de Mariano se trouve Hernán Canton, un autre homme de très grande renommée dans le 12. Canton est le neveu de Santiago "Gypsy" Lancry, qui a été impliqué dans l'attribution des logements sociaux par Institut du logement de la Ville de Buenos Aires (voir épisodes précédents).
Aux côtés de Mariano Gil apparaissent deux hommes, Maxi "El Mey" et Ariel "El Pollo". L'un d'eux, "El Mey" est un nouveau visage.


Des nouvelles têtes

Les affidés de "Fido" lui reprochaient de ne pas être expérimenté au sein de la 12 et ce choix de Gil est raillé car "El Mey" est un homme de l'ombre qui selon certains n'aurait pas l'âme d'un chef et que c'est seulement sa patience qui est récompensé et non ses compétences. "El Pollo" lui, est un homme de La Matanza, un membre de "La Banda Mostro", l'une des factions interne de la barra d'Almirante Brown (le club de la ville de San Justo, capitale de La Matanza appartenant au premier cordon urbain de Buenos Aires). D'autres barras sont cités dans l'entourage de Gil : "Tatu", "El Gorila" et "El Mormon".
Mauro Martin était représenté par son ami Diego, qui a également fait partie de la première ligne lors du match contre le Racing. Diego est l'un des dirigeants du club Leopardi de Villa Luro, lieu ou Mauro avait historiquement son QG. Là-bas, ils se sont réunis à près de 300 barras autour d'un barbecue, peu de temps avant de se rendre à Mar del Plata.
Samedi dernier, la bache du club de Leopardi a été posé à côté de celle de "Jugador Numero 12", indiquant ainsi que Mauro était de retour. Outre Diego, "Francis de Lomas," un ancien officier de police à la retraite, a représenté le noyau dur de Di Zeo.


Sauf que le principal problème avec la nouvelle barra c'est que les gens de "Fido" avaient toujours le contrôle des cartes d'entrée de la Bombonera. Donc en hâte, 300 nouveaux carnets seront distribués, une opération qui a été garantie par Carlos Martinez aka "Le Nain", le fameux commissaire à la retraite lié Daniel Angelici, le Président du club. Commissaire qui normalement selon Angelici ne travaille plus au club ou pour le club. Vous suivez ?
Pour le prochain Superderby, la nouvelle barra promet d'y aller «avec plus de monde que jamais». Lors des deux derniers matchs, contre Racing et à Vélez, Martin et Di Zeo ont montré leur alliance à la vue de tous. «Los dueños de la historia» ("les propriétaires de l'histoire") comme on les appelle dorénavant, ont pris le contrôle du podium avec une alliance digne d'un parti politique en plein campagne avant l'élection. En conclusion «la Nueva 12 ya llego».


Fin janvier, un nouveau drame s'est déroulé dans le cadre d'affrontements interne à la Doce.
Car toutes ces alliances et redistribution de cartes ont fait oublier aux dirigeants de la Doce, que si Fido s'avouait (momentanément) vaincu, il n'en était pas de même pour Mazzaro. Et oui, on l'avait un peu oublié mais lui n'a pas oublié ses ambitions. Lui qui avait failli réussir son putsch en douceur, dans le feutré avec son frère mais qui finalement s'est retrouvé non pas avec les lauriers mais avec les queues de cerises.


Un membre du groupe de Maximiliano Mazzaro, Nicolás Díaz a été tué par des barras d'une faction rivale de La Matanza, qui avait pactisé avec Rafael Di Zeo et Mauro Martín.
Depuis cette fin d'année de nombreux groupes se sont repositionnés d'un côté ou d'un autre. Mazzaro est resté en retrait. Son groupe, qui est également liée à Marcelo Bramajo, n'a pas accepté ce pacte entre les deux anciens ennemis, mais son bras droit, Marcelo Trapano "el Chino Jara" chef de la faction "Los Pinos" l'a trahi et a cherché à s'imposer comme le chef de La Doce à La Matanza (quartier de Buenos Aires) avec le soutien de ceux qui dominent maintenant la "popular" de la Bombonera dont Mariano Gil.


Un nouveau contexte qui a provoqué de nouveaux affrontement avec une embuscade au cours de laquelle Nicolás Díaz a été tué tandis qu'un autre barra proche de Mazzaro a réussi à s'en tirer et a accusé deux barras, Maximiliano Avila (apparenté à "el Morci Avila", un des barras les plus influents de la Matanza) et Sergio Cayuqueo "Hueso".
Marcelo Trapano "el Chino Jara", Maximiliano Avila et Sergio Cayuqueo étaient présents à Mar del Plata avec la "nouvelle barra" lors du barrage qualificatif pour la Copa Libertadores entre Boca Juniors et Vélez Sarsfield. Repérés sur les images vidéos, ils ont cependant réussi à échapper aux policiers venus les interpeller.... Ces nouveaux incidents font réfléchir les autorités argentines qui se posent la question d'interdire de déplacement la Doce lors du prochain match de Copa Libertadores au Chili.


Un éternel recommencement on vous dit....

 

Sources m'ayant éclairé, clarin, la Nacion, curva1899, Olé, 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Barra Bravas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages