Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 17:12

Le feu couvait depuis quelques mois déjà mais c'est à la date du 27 août 2015 que l'annonce de la scission est faite.
Le Yamaguchi-gumi, 1ère fédération de clans yakuza avec 11 600 membres et 14 100 associés, est en crise. 13 clans au moins ont fait scission, opposés au kumicho (boss) Shinobu Tsukasa, plus connu sous le nom de Kenichi Shinoda. Parmi ces opposants on trouve notamment le Yamaken-gumi, le Takumi-gumi et le Kyoyu-kai. Une vingtaine d'autres clans (dont le Kodo-kai, co-fondé par Shinoda en 1984) continuent à soutenir leur kumicho. La police craint des violences entre les 2 factions.

Sigle du Yamaguchi-gumi

Sigle du Yamaguchi-gumi

Le 4 septembre, la police de la préfecture de Hyogo était en état d'alerte ce vendredi matin pour cause d'un remaniement imminent au sein de la pègre japonaise et qui attise les craintes de règlements de comptes.
Alors que les membres supérieurs du Yamaken-gumi, dirigé par Kunio Inoue, se sont réunis au siège de la bande dans le quartier Chuo de Kobe, les agents de police en gilets pare-balles se tenaient vigilants. Après la dite réunion le 7 septembre est décidé du nom de cette nouvelle fédération le «Kobe Yamaguchi-gumi». Cette nouvelle organisation est dirigée par Kunio Inoue, 67 ans, chef du Yamaken-gumi. Les 2 000 membres de ce clan représentent les 2/3 des membres de ce nouveau «Kobe Yamaguchi-gumi». Le «vice-boss» est Irie Tadashi, boss de Takumi-gumi d'Osaka et le principal Lieutenant est Teraoka Osamu, ancien secrétaire du 5ème boss du Yamaguchi-gumi.
Un peu plus tôt, le Yamaguchi-gumi a choisi de finaliser le renvoi de 13 gangs affiliés,  se traduisant essentiellement par la dissolution du dit gang. Les relations avec huit gangs ont été coupés mais avec la possibilité de réintégration, alors que les liens avec cinq autres groupes, dont le Yamaken-gumi et le Takumi-gumi, ont été coupés complètement.

Kunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashiraKunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashiraKunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashira

Kunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashira

Le Yamaguchi-gumi c'est quoi ?

Qu'il est loin le temps de l'anniversaire des 100 ans de la fédération, fêté comme il se doit le 25 janvier 2015.
Des hauts dignitaires du Yamaguchi-gumi s'étaient  réunis au quartier général de l'organisation à Kobe pour y fêter cet heureux événement mais aussi les 73 ans du kumicho (boss suprême) Kenichi Shinoda.  Eh oui car le kumicho st du genre m'as-tu-vu et il aime être au centre de l'attention. Un trait de caractère qui a aussi joué dans la scission.
A cet anniversaire étaient également présents des représentants de gangs affiliés, mais aussi d'autres fédérations comme l'Inagawa-kai et l'Aizukotetsu-kai. D'habitude, ce genre de fête se fait dans des restaurants ou des hôtels mais le renforcement de la législation anti-yakuza (qui interdit notamment toute relation entre les sociétés légales et les groupes «anti-sociaux») a obligé le Yamaguchi-gumi à organiser cette réunion à leur siège. 
Le Yamaguchi-gumi est donc né en 1915 et il tient son nom d'un ancien pêcheur Harukichi Yamaguchi (1881-1938). Il avait fondé ce gang afin de contrôler les activités du port de Kobe. En 1925, il passe la main à son fils Noboru (1902-1942), dont le protégé, Kazuo Taoka, devient officiellement le 3ème kumicho du Yamaguchi-gumi en 1946. Taoka (1913-1981), surnommé «Kuma» («l'Ours»), va développer l'organisation, profitant notamment de l'occupation américaine et de la lutte anti-communiste qui nécessite le contrôle du port de Kobe. 
Le Yamaguchi-gumi, simple gang local, devient dans cette après-guerre une organisation nationale, fédérant des clans plus petits. En 1972, Taoka passe également une alliance avec l'Inagawa-kai, autre grande fédération yakuza. En 1978, il est la cible d'une tentative de meurtre par le Matsuda-gumi, mais c'est une crise cardiaque qui l'emporte en 1981. Sa femme Fumiko assure l'intérim jusqu'à la nomination en 1984 du nouveau kumicho, Masahisa Takenaka (1933-1985). Cette nomination provoque un conflit interne : Hiroshi Yamamoto quitte le Yamaguchi-gumi avec 3 000 hommes et fonde le Ichiwa-kai. Cette guerre entraîne l'assassinat de Takenaka en 1985. La médiation de Seijo Inagawa, chef de l'Inagawa-kai, met fin à la guerre et Yoshiro Watanabe (1941-2012) est nommé 5ème kumicho en 1989. Après avoir géré les affaires du clan pendant la reconstruction de Kobe après le tremblement de terre en 1995, il se retire en 2005, chose rare chez les kumicho qui ont pour habitude de règner jusqu'à leur décès. En juillet 2005 est alors nommé Shinobu Tsukasa, plus connu sous le nom de Kenichi Shinoda (1942-....). Ce dernier était le wakagashira de l'organisation depuis peu. Après l'assassinat en 1997 du précédent wakagashira, Masaru Takumi, la Fédération a mis plus de 8 ans à en trouver un nouveau. Tsukasa devient le 6ème  kumicho. Il est incarcéré de décembre 2005 à avril 2011. Malgré cela, son organisation réussit à s'implanter dans la région de Tokyo en absorbant le Kokusui-kai. 
Après 100 d'existence, le Yamaguchi-gumi est toujours la principale fédération yakuza du Japon avec 11 600 membres, plus de 14 100 associés.
72 groupes affiliés composent le Yamaguchi-gumi. La scission intervient car ils se sont divisés sur les politiques de gestion du patron actuel, Shinobu Tsukasa, 73 ans. Personnage assez fantasque et aimant les cravates et costumes violet/fushia et on verrait bien l'acteur Htoshi Mastumoto l'incarner dans un futur biopic. 

La suite c'est quoi ? Quand ? Comment ?

Les observateurs pensent que dorénavant le reste de la fédération Yamaguchi-gumi sera dirigé par le clan de Nagoya, le Kodo-kai, une bande co-fondée par Tsukasa en 1984.
Avant la dissolution, le Yamaguchi-gumi était présent dans 44 des 47 districts administratifs du Japon. Selon les données de l'Agence nationale de la police, le gang, y compris les organisations affiliées, avait un effectif de 23 400 membres à la fin de l'année 2014.
Les 13 bandes dissidentes sont composées d'environ 3000 membres. Le Kobe Yamaguchi-gumi, sera dirigé par le Yamaken-gumi, dirigé par Kunio Inoue, et le Takumi-gumi, qui est basé à Osaka.
Malgré la prise de pouvoir du Kodo-kai,  la ville du Yamaguchi-gumi reste Kobe et il est prévu qu'elle soit toujours le lieu e réunion des clans affiliés. Imaginez le casse-tête pour la police pour éviter que les deux bandes ne se croisent.
En septembre 2015, la police imaginait que des incidents allaient se multiplier et elle n'avait pas tort par contre ce qui est surprenant c'est que le Kobe Yamaguchi-gumi a été en majorité en mode défensif. Ce sont vraiment les troupes du Yamaguchi-gumi qui semblent les plus motivées à faire payer l'affront aux «renégats» et sécessionnistes. Ils sont évidemment bien plus nombreux qu'eux et ça joue.  
En 1984, le Ichiwa-kai a fait sécession à l'intérieur du Yamaguchi-gumi. Au cours des cinq années suivantes, les différends entre les deux gangs ont fait plus de 20 morts et 500 arrestations.
Cette fois-ci, les agents sentent que les rivaux pourraient s'engager dans des différends en tentant de faire venir des membres qui n'ont pas encore choisi leurs camp.
La rupture arrive au milieu d'une volonté continue de supprimer des gangsters de la société. En 2011, toutes les préfectures au Japon ont adopté une loi qui interdit aux citoyens ordinaires de faire des transactions commerciales avec des organisations criminelles.
Atsushi Mizoguchi, qui a écrit sur le crime organisé, estime que la poussée anti-gang fonctionne. Il dit que le Yamaguchi-gumi est de plus en plus des difficultés pour faire de l'argent, avec la justice qui continue sa répression. Ils sont aux abois et c'est aussi ces soucis de trésorerie qui a poussé à la scission.
Mizoguchi a déclaré que la police chassent maintenant les chefs de gangs sur l'évasion fiscale, c'était juste une question de temps avant que des divisions ne commencent à émerger dans le Yamaguchi-gumi.
«Les questions d'argent ont conduit les groupes à se diviser» a dit Mizoguchi au Club des correspondants étrangers du Japon. «Le Yamaguchi-gumi prenait l'argent des patrons de groupe. Les cotisations des membres sont de 1 150 000 yens pour les patrons, avec des dépenses supplémentaires de 100 000 yens.
En plus de cela, les cadeaux donnés pendant les vacances d'été et d'hiver, ainsi que des cadeaux pour l'anniversaire du big boss Shinobu Tsukasa, signifiait que les finances des organisations empiraient. «Shinobu Tsukasa aurait gagné un milliard de yens par an, qui plus est il paraîtrait que cette somme n'ai pas été soumis à des taxes».
Tout cela a changé cette année, lorsque la police a interpellé Satoru Nomura, le chef du Kudo-kai, qui est basé à Kitakyushu. «Cela a conduit l'Agence nationale de police à instruire les organisations régionales pour essayer de poursuivre les boss sur des accusations de fraude fiscale».
Mizoguchi a également suggéré que certains des dirigeants qui ont changé d'allégeance pour le Kobe Yamaguchi-gumi peuvent avoir des données sur leur ancien patron qui pourraient être utilisés contre lui en justice.
Au sein du Kobe Yamaguchi-gumi, Mizoguchi affirme que les patrons ont la vie plus facile: les cadeaux pour l'été, l'hiver et les anniversaires sont interdit; les frais d'adhésion sont également environ quatre fois inférieur. Ceci, soutient-il, signifie qu'il ne faut pas exclure la petite Kobe Yamaguchi-gumi.
«Normalement, lorsque les membres d'un groupe de yakuza quittent une organisation, ils sont susceptibles de perdre toute combativité/pouvoir». Mais cette fois, avec les groupements restant dans le Yamaguchi-gumi, les choses sont plus compliquées. «Le Kobe Yamaguchi-gumi a l'élan et pourrait être victorieux». 
Cela ne signifie pas qu'il y aura des batailles dans les rues des villes du Japon. La loi autorise l'arrestation d'un patron si un meurtre est lié à son groupe du crime organisé. «Les dirigeants sont réticents à entrer dans une lutte», dit Mizoguchi. «Mais les gangs peuvent faire des affaires en pillant les zones économiques des rivaux. Cela pourrait se développer et conduire à un plus grand conflit».
«Cette division peut être la dernière dans le Yamaguchi-gumi, ce qui pourrait signifier la fin de l'histoire de cette organisation».

 

La suite bientôt.  (Source : Mainichi ; Tokyo Reporter ; Crimorg)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages