Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 20:07

06/01/11 Canada
Le salon funéraire Loreto de Montréal a été la cible d’un jet de cocktail Molotov. Le début d’incendie n’a causé que des dommages mineurs. L’établissement appartient au clan Rizzuto et plus spécifiquement à Maria Renda et Giovanna Cammalleri, fille et belle-fille du boss Nicolo Rizzuto. Maria Renda est mariée à Paolo Renda, enlevé (et présumé mort) depuis mai 2010 ; Giovanna Cammalleri est la femme de Vito Rizzuto.
Trois hommes ont été interpellés pour cette tentative d’incendie : Julien Bourassa-Richer (26 ans, connu pour vol, violation de domicile et menace), Sounthone Chareunsouk (30 ans, connu pour vol qualifié en 2006, en attente d’un procès pour trafic de marijuana) et Alexandre Toualy (27 ans, connu pour vol qualifié et usage d’arme, en attente d’un procès pour menace). Chareunsouk, d’origine laotienne, a également été identifié comme un proche d’un gang de rue d’obédience Crips.

As usual la campagne d'incendies criminelles continue de plus belle avec toujours les gangs de rue en 1ère ligne mais les prochains mois vont être tendus entre deux factions de gangs.

Le 15 janvier 2011, la Régie du Bâtiment du Québec annule la licence de travaux publics de la société «Construction Rockburn», dirigée par Nello Di Rienzo, 42 ans, et Tony Tallarita, 40 ans. Deux hommes arrêtés lors de l’opération «Colisée» de 2006. Ils sont soupçonnés d’être les responsables d’une cellule du clan spécialisée dans l’exportation de marijuana vers les Etats-Unis via la réserve amérindienne d’Akwesasne. Le frère de Nello Di Rienzo a été extradé vers les Etats-Unis pour sa participation au blanchiment de 100 millions de dollars venant de trafiquants colombiens. Même après leurs arrestations, Di Rienzo et Tallarita ont obtenu des marchés publics pour la ville de Montréal mais aussi de 6 autres communes de la région via leur entreprise de pose d'asphalte. A Salaberry-de-Valleyfield, les «Pavages Tallarita» ont procédé à l’asphaltage de trois rues… et du parking du poste de police local.  
 

Un petit coin de Mezzogiorno et son folklore sous la froideur du Quebec en somme.

Les incendiaires (af11.wordpress)

Les incendiaires (af11.wordpress)

Entre janvier et mars, la police vont faire fermer la fermeture de la boîte de nuit «Moomba», située à Laval dans la banlieue de Montréal. Entre 2002 et 2009, les policiers sont intervenus à 377 reprises au «Moomba», notamment pour des bagarres entre clients mais aussi pour des violences commises par des portiers sur des clients. En 2005, deux meurtres y avaient été commis, dont celui de «Big Mike» Lapolla, un homme de main du clan Rizzuto.
Et récemment des agents de police ont relevé les plaques d’immatriculation des véhicules de luxe garés sur le parking de la boîte. Plusieurs appartenaient à des membres connus du crime organisé italien et libanais. Ceux-ci évitaient la file des clients et entraient dans la boîte par une porte de secours. Les policiers ont également cité le cas d’une figure importante de la mafia montréalaise d’une soixantaine d’années arrivant directement devant la boîte avec son 4×4 luxueux. Il y restait 20 à 30 minutes avant de repartir. Enfin, un des portiers, Claudio Rossi, a été vu aux funérailles du boss Nicolo Rizzuto le 15 novembre dernier.
Il est à noter que depuis 2002, Cette Régie a ordonné la fermeture de 43 établissements de nuit concernés par des affaires de proxénétisme, de stupéfiants, de violences, d’incendies volontaires,… Ces affaires de fermeture sont surtout liées à la présence de gangs de rue (notamment le K Crew, le Crack Down Posse, les gang Uptown, Downtown, Good Fellows, le Burgundy Most Wanted,…) et de gangs de motards (essentiellement les Hells Angels). Les motards étaient peu impliqués avant 2006, mais depuis 7 bars ont été fermés à cause de leurs activités (enfin disons leur reprise d'activité depuis la grosse opération «Printemps 2001»)
Avec une moyenne de 4 bars fermés par an entre 2002 et 2009, les cas se sont envolés en 2010 avec 13 établissements fermés (Le Loft, La Baguette, Club Temptation, Bar 2801, Café Bar Ferrari, le Bourbon Street, Bar Kitch, Café Nostalgia, Bar Don Mario Inc, La Chope, D Lounge Resto-Bar, Bistro Légende, bar Au coin du pêcheur). Trois bars ont déjà été fermés en 2011. (La Presse)

Le Café Ferrari (ex rue Frontenac)

Le Café Ferrari (ex rue Frontenac)

Le café «Ferrari» de Rivière-des-Prairies par exemple. La police avait demandé à le faire fermer car le gérant du café est un trafiquant de drogue, Vincenzo Padula, qui alimentait en cocaïne plusieurs chefs de gang du secteur. Pour leurs activités, Padula et ses frères auraient utilisé le gang «44 Unit» sans les payer. Le «44 Unit» est un gang émergeant de Rivière-des-Prairies, composé essentiellement de mineurs. Le nom du gang vient d’une ligne d’autobus qui traverse leur territoire. Le litige entre Padula et les «44 Unit» s’est transformé en conflit avec les gangs rouge («Bloods») dont dépendent les «44 Unit».
Padula se serait alors retrouvé face à un autre gang d’obédience Bloods mais portant la couleur verte !!!
 Ce gang est issu des «Bad Boys», créés en 1985, et est affilié aux «Bo-Gars», un gang haïtien d’obédience Bloods. Depuis 2009, plusieurs «incidents» ont concerné le café Ferrari : 
vitres sont brisés ; cocktail Molotov est jeté contre le café. Les caméras de surveillance montrent deux hommes noirs. L’un d’eux, Mickendy Démosthène, est arrêté en mai 2010 pour des incendies contre des cafés italiens (peut être un épisode de la guerre interne de la Mafia montréalaise) ; décembre 2009  mitraillage, encore des coups de feu en mai 2010 jusqu'à planification d'assassinat de Padula etc....
Après ces incidents, Emmanuel Paduna, le frère du gérant, rencontre Ezekiel Monuma afin de «recréer des liens avec les noirs». Monuma est membre des «Bo-Gars», déjà condamné pour meurtre. Il avait également fait feu sur un rival (portant un gilet pare-balles) lors d’un concert du rappeur 50 Cents. Malgré cette tentative de réconciliation, la Régie des Alcools décide en juin 2010 la fermeture administrative du bar.  

Le 31 janvier, vers 18 h, le cadavre de Antonio di Salvo, 44 ans, est découvert criblé de balles dans le garage de sa résidence dans le quartier Rivière-des-Prairies de Montréal. La victime avait des liens avec Francesco Del Balso et Francesco Arcadi actuellement en prison.

Danny De Gregorio (La Presse)

Danny De Gregorio (La Presse)

Le 5 février, la police de Montréal arrête Danny «Danny Arm» De Gregorio, 42 ans, soupçonné d’usure, pour un 9 mm caché dans son véhicule. Il a été arrêté avec deux autres personnes, Ciro Di Mauro et Giovanni Gentile, 37 ans tous les deux, accusés de trafic de marijuana. De Gregorio avait été accusé en 2008 pour enlèvement et séquestration d’un de ses amis, Nino Bartolomeis (un proche de Francesco Arcadi). Les charges avaient ensuite été abandonnées, faute de collaboration de la victime. L’enlèvement serait lié à une dette de 100.000 dollars de Bartolomeis envers les frères Andrew et Salvatore Scoppa.
Sans doute lié à cette affaire d’enlèvement, «Danny Arm» De Gregorio a été la cible d’une tentative de meurtre le 15 juin 2009 à St-Léonard, un quartier de Montréal.
Autre ami proche du monsieur, Giuseppe «Ponytail» De Vito, arrêté en octobre 2010. De Gregorio est même le parrain d’une des deux filles de De Vito (tuées par leur mère dépressive durant la cavale de leur père). Et last but not least, il est aussi lié à Alex Sucapane et Mario «Skinny» Marabella (enlevé en décembre 2008 et présumé assassiné). Sucapane et Marabella appartiennent à la faction calabraise. 

Le 18 février, la compagne d'Antonio Magi a été visée par un homme armé près de son domicile. 

Ce même Magi qui serait derrière l’un des plus grands projets immobiliers de Montréal. Le projet «Bois des Caryers» prévoit à terme la construction de 600 logements. L’investissement serait de 150 millions d’euros, avec des appartements vendus entre 107.000 et 355.000 euros. 
En septembre 2010, Tony Magi avec été arrêté, avec ses deux gardes du corps, au siège social de l’entreprise «Bois des Caryers». 
Magi aurait acquis les terrains en décembre 2009  et le permis de construire via un de ces prêts-noms, Patricia Navarro.
Les frères Magi étaient déjà apparus en 1999 dans la transformation d’un entrepôt frigorifique du Vieux-Port en appartements de luxe. Parmi les acquéreurs de ces appartements : deux associés du projet «Bois des Caryers» (Patricia Navarro et Allan Schachter) mais aussi des truands connus : Ducarme Joseph, Vick Sévère Paul, Lamartine Sévère Paul et Steve Lauzier.

Quand on vous dit que cette mafia n'a rien à envier à ses cousines italiennes. Une emprise sur l'économie locale et un pouvoir considérable. Peut être pas au point de faire un «saccage de Palerme» bis certes mais le tour de force est réel.

Raynald Desjardins et Salvatore Montagna (Le Journal de Montreal)

Raynald Desjardins et Salvatore Montagna (Le Journal de Montreal)

En mai 2011, Nicola Di Marco, 41 ans, considéré comme une figure montante de la Mafia est condamné à 3 ans de prison pour détention d’arme. Connu pour trafic de stupéfiants, il est considéré comme un proche du clan Rizzuto pour le compte duquel il tenait une maison de jeu illicite.
Le 16 septembre c'est au tour de Raynald Desjardins et son garde du corps d'être la cible des tueurs auxquels ils échapperont mais le garde du corps sera poursuivi pour infraction sur les armes (il aurait répliqué) et le caïd a été entendu comme témoin et laissé libre.
Raynald Desjardins est une figure au sein de la mafia Montréalaise, même si, du fait de ses origines non-italiennes, il n’en est pas formellement membre. Ancien serveur de cabaret, il cotoye la Mafia quand sa soeur épouse Joseph «Jos» Di Maulo (né en 1943, d’origine calabraise). Il a visiblement la confiance de son beau-frère puisqu’en 1973, Desjardins accompagne Di Maulo et Paolo Violi pour représenter Montréal auprès du nouveau chef de la Famille Bonanno de New York. Dans le conflit qui opposent siciliens et calabrais pour le contrôle du Milieu à la fin des années 70, Jos Di Maulo, diplomate, fait le lien entre les deux factions et finit par se ranger dans le clan des vainqueurs, celui de la famille Rizzuto. A partir de là, Raynald Desjardins devient un proche de Vito Rizzuto, le nouveau parrain de Montréal.
En 1984, les deux hommes sont vus ensemble à Milan. Quelques semaines plus tard, la police italienne saisit plus de 3 tonnes de haschisch libanais, à destination du Canada. La personne arrêtée dans cette affaire est en lien avec Desjardins. En 1987, des écoutes permettent d’impliquer Vito Rizzuto et Raynald Desjardins dans une saisie de 16 tonnes de cannabis libanais, arrivées par bateau. Jugés en 1990, les charges sont abandonnées pour vice de forme : les avocats ayant été illégalement écoutés par la police. En 1993, les enquêteurs observent Raynald Desjardins en compagnie de Maurice «Mom» Boucher, un des leaders des Hells Angels du Québec. Ils organisent un trafic de 7 tonnes de cocaïne, en plusieurs envois, par bateaux. Se sentant suivis, les marins larguent les ballots de drogue au large de la Nouvelle-Ecosse. Les trafiquants tentent ensuite d’aller récupérer la drogue au fond de l’océan mais sont arrêtés avant. C’est finalement un sous-marin de la marine canadienne qui remonte les 740 kg de cocaïne. Desjardins est condamné dans cette affaire à 15 ans de prison en 1994.
En prison, Desjardins est respecté comme un caïd de la mafia. Les autorités le soupçonnent d’ailleurs de plusieurs règlements de comptes à l’intérieur de la prison. Il finance même une piste de jogging dans la cour de l’établissement. Remis en liberté conditionnelle, Desjardins est réincarcéré en 2002 pour violation de sa parole : il a été vu en compagnie de Francesco Cotroni, fils de Frank Cotroni (autre boss de la faction calabraise de Montréal. Libéré en 2004, il fonde plusieurs sociétés de construction en 2005 comme «Desj. & Cie», «Desj. & Co.» ou «Investissements Lasister et Kane». Il bénéfice de contacts au sein des syndicats de la construction, notamment Jocelyn Dupuis, ancien Directeur de FTQ-Construction (la branche construction de la Fédération des Travailleurs du Québec, le principal syndicat de la province). Il s’appuie également sur un autre membre de FTQ-Construction, dirigeant du syndicat des peintres : Giovanni «Johnny» Bertolo, spécialisé dans le trafic de drogue et l’usure. Bertolo est assassiné en 2005, sans doute par des lieutenants de Vito Rizzuto, alors incarcéré. Après ce meurtre, Desjardins s’éloigne du clan Rizzuto et se rapproche de son beau-frère Jos Di Maulo, des frères Domenico et Antonino Arcuri, et de Salvatore Montagna. Ces hommes sont considérés comme les hommes forts de la Mafia de Montréal, après l’élimination du clan Rizzuto à partir de 2009.
(bio de Raynald Desjardins copyright Crimorg)

 

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette, Crimorg)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages