Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 15:13

04/01/16 
La police a arrêté à Maddaloni, dans la province de Caserte, Mario Morgillo, 64 ans et son petit-fils de 19 ans Ciro Romano, sur des accusations d'usure et de coups et blessures. L'autre petit-fils Morgillo est lui aussi suspecté des mêmes faits mais mineur il a été placé en résidence surveillée. En février 2015 un mécanicien de San Felice a Cancello, a été conduit par Morgillo et ses petits-enfants dans un endroit isolé et il a été frappé avec une batte de base-ball, l'homme a subi une fracture de la rotule et a dû être opéré d'urgence. La police  a constaté que le motif derrière cette agression était un prêt de 3 mille euros que la victime avait reçu de Morgillo; en deux ans, le mécanicien, à cause de l'intérêt usuraire passé de 15% par mois et 180% par an, avait été forcé de payer environ 10 700 euros d'intérêt pour seulement rembourser la dette du début. 

05/01/16 
Guet-apens à Melito, près de Naples, où à la veille de l'Epiphanie, un homme de 24 ans a été tué par balles dans un bar. L'assassinat, le premier en 2016 à Naples, a eu lieu à environ 16h. La victime n'avait pas ses papiers sur lui et n'a pas été identifié tout de suite.
L'homme assassiné se nomme Luigi Di Rupo, il a été poursuivi par quatre hommes armés qui roulaient sur deux scooters: Di Rupo a cherché refuge dans le bar «Royal» via Po, en vain.
Les tueurs n'ont pas hésité à ouvrir le feu, malgré la présence de clients et de passants. Il a été atteint au corps et à la tête par une balle alors qu'il tentait d'entrer dans les toilettes.
Di Rupo, un natif de Mugnano, avait des antécédents pour possession d'armes.
Selon Ansa, Di Rupo était un parent d'un capo mafieux de Melito du clan Amato-Pagano et le 7 février 2015 celui-ci a été arrêté lors d'un sommet camorriste dans le centre historique de Naples en compagnie de neuf autres hommes, y compris des affiliés de la bande des Sibillo de Forcella. Il aurait été tué sur fonds de conflit interne au sein des Amato-Pagano.

Assassinat de Luigi Di Rupo à Melito (teleclubitalia.it)

Assassinat de Luigi Di Rupo à Melito (teleclubitalia.it)

05/01/16
Les policiers de Vallata ont arrêté un ancien natif de la ville de 61 ans, au casier judiciaire bien chargé et sous surveillance spéciale.
Les événements ont eu lieu hier après-midi à Trevico où une patrouille de service a remarqué une voiture suspecte. Les policiers ont reconnus deux délinquants connus des services, dont l'un sous surveillance de la sécurité publique.
Arrêté, il a été conduit au poste.

08/01/16

Antonio Iovine qui se met à table ? (radiopuntonuovo)

Antonio Iovine qui se met à table ? (radiopuntonuovo)

Antonio Iovine témoignera par vidéoconférence avec le tribunal de Santa Maria Capua Vetere, mardi prochain, quand reprendra le procès de Michele Zagaria et sa prétendue «marionnette» politique, Fortunato Zagaria, ancien maire de Casapesenna.
Le repenti, ancien boss au sein du clan des Casalesi, a eu de nouvelles déclarations qui se croisent avec l'histoire des menaces rapportées par Giovanni Zara, ex «dauphin» de l'ex maire soupçonné d'être en odeur de mafia, Fortunato Zagaria, et devenu son principal accusateur.
L'histoire qui est en cour remonte à 2008, lorsque Giovanni Zara, actuellement avocat de la «Fédération antiracket», et maire nouvellement élu après avoir été l'adjoint de Fortunato Zagaria, a dénoncé son prédécesseur, l'accusant de l'avoir menacé au nom du fugitif alors Michele Zagaria.
En résumé, Zara était tenu de ne pas parler des affres de Fortunato ni espérer la capture du boss. 
Le témoignage de l'ex-chef de San Cipriano, laisse présager de nouveaux rebondissements que pendant un autre procès dans lequel Zara avait joué un rôle mais en tant qu'avocat d'entrepreneurs,accusé de filiation avec Michele Zagaria. 
«Je veux me faire poursuivre par l'avocat Zara car lui et moi, il y a plusieurs années, nous nous sommes rencontrés. Une plainte de plus ou de moins ne me changera pas la vie», a déclaré le parrain le 13 février dernier.
Ces déclarations ont conduit le président de la cour à demander des explications par rapport à la prétendue réunion, mais Zagaria a déclaré: « Je le ferais quand je serais poursuivi, j'exerce maintenant mon droit au silence» Le rapport a été envoyé à la DDA.
Les faits reprochés remontent à 2008, lorsque Giovanni Zara a été élu maire de Casapesenna et Fortunato Zagaria est devenu son adjoint (celui-ci ne pouvait pas se présenter à nouveau en raison de deux mandats consécutifs). Selon l'acte d'accusation, les déclarations de Zara contre la Camorra (telles que celles relatives à l'arrestation de l'épouse de Francesco Schiavone "Sandokan" où Zara a sollicité la police espérant aussi attraper Zagaria), sa campagne pour la réutilisation des biens confisqués et, surtout, la demande pour une plus grande présence de la police dans la région, aurait dérangé le chef des dirigeants des Casalesi. Fortunato Zagaria et Luigi Amato, respectivement adjoint au maire et conseiller de cette administration, auraient alors tenté de forcer Zara de ne pas traiter de la plupart des questions de légalité et de la lutte anti Camorra.

09/01/16 
Casalnuovo. Pasqualina Briglia, né en 1934, casier vierge, résidente de Casalnuovo, a été arrêté par la police locale. Dans sa maison ont été saisis 547 grammes de marijuana. En plus de la drogue, la police a également saisie deux balances ainsi que du matériel pour emballer les doses. Selon les enquêteurs le rôle de «Nonna marijuana», ne se limite pas à celui de gardienne des stocks de drogue, mais aussi à la surveillance à à la vente. La femme, accusé de possession et de trafic de drogues, a évité d'être emprisonné à cause de son âge et elle a été placé en résidence surveillée, à la disposition du juge d'instruction. 

12/01/16 
Coup dur pour le clan Lo Russo, notamment leur faction à Milan, dix-huit affiliés de l'organisation ont été arrêté ce matin par la police. Le clan Lo Russo est actif dans le nord de Naples.
Avec les arrestations, la police a saisie des biens mobiliers et immobiliers tenue à la disponibilité des suspects pour un total de 15 millions d'euros. Ils sont accusés d'association mafieuse, complot pour trafic de drogue, de cigarettes et de contrebande de carburant.

13/01/16 
La Guardia di Finanza a mené l’opération «The Imitation Game» contre un important réseau de jeux clandestins et de paris en ligne. 11 personnes ont été arrêtées dont le chef présumé du réseau, Luigi Tancredi, 51 ans, surnommé «le roi des machines à sous». Il gérait un chiffre d’affaires quotidien de 11,5 millions d’euros grâce à 12.000 «tables de poker» virtuelles installées dans toute l’Italie. Dans la région de Caserte, le réseau versait 60.000 euros par mois aux Casalesi, la principale fédération de clans camorristes du secteur. Parmi les personnes arrêtées figure également le boss calabrais Nicola «Rocco» Femia, basé à Ravenne mais membre du clan de la ‘Ndrangheta des Mazzaferro de Marina di Gioiosa Ionica. Le réseau fonctionnait depuis une société de droit roumain, grâce à un serveur basé à Tampa (Floride). L’enquête avait commencé suite à une tentative de meurtre à Ostie (littoral romain) en avril 2011. 10 millions d’euros de biens ont été saisis. 

Luigi Tancredi busted (calvinayre.com)

Luigi Tancredi busted (calvinayre.com)

14/01/16 
Le footballeur Fabio Quagliarella est arrivé ce matin à la cour de Torre Annunziata, accompagné par son père Vittorio et son avocat. Il fait partie de la douzaine de célébrités et autres vips de Castellammare di Stabia, a dénoncé Raffaele Piccolo, un facteur, considéré comme le «flic harceleur». 
«Ces lettres dans lesquelles il était écrit que j'étais un affairiste et un pédophile sont également arrivé à Castel Volturno au domicile du Président du Napoli. Depuis lors, le président Aurelio De Laurentiis le premier m'a appeler, il m'a finalement vendu à la Juventus. Je suis de plus en plus convaincu que ce fut la raison, parce que je n'ai jamais demandé une telle chose».

Fabio Quagliarella se présentant à la cour de Torre Annunziata (La Repubblica)

Fabio Quagliarella se présentant à la cour de Torre Annunziata (La Repubblica)

20/01/16 
Casola di Napoli. C.O. A été touché par balles alors qu'il se trouvait sur son balcon. Un  «avertissement» suite à des désaccords apparus entre les différents groupes criminels impliqués dans le trafic de drogue.
L'homme est connu de la police pour son implication dans différentes enquêtes concernant le trafic de drogues dans les monti Lattari.
Dans les fichiers son nom a souvent été associé à celui de Mario Cuomo, alias «o caniello», le fils du boss de Casola di Napoli tué en août 2012 sur un terrain de football à Gragnano.Les deux, selon les autorités, étaient à la tête d'un groupe qui, désireux de se développer a déstabilisé les criminels totalement autonomes déclenchant une guerre pour la domination du commerce de la drogue.
L'opération appelée «Secundario», qui a conduit à l'exécution de quinze arrestations - a provoqué de fortes tensions avec d'autres organisations criminelles, de sorte qu'il y a eu l'assassinat de l'un des suspects, Mario Cuomo.

21/01/16 
Fin de cavale pour Antonio Castaldo, qui malgré tout avait trouvé le temps de voyager, à Londres, Amsterdam et Barcelone où il a finalement été arrêté. L'homme était recherché par un mandat d'arrêt émis par le juge d'instruction de Naples, pour association mafieuse, possession illégale de stupéfiants, biens volés, possession et port d'armes illégales. Castaldo a réussi à échapper à la capture lors d'une opération anticamorra, le 18 septembre 2015, qui avait conduit à l'arrestation de 43 personnes, à Naples, Caserte et à Milan.
Affilié au clan Mariano, actif dans les Quartieri spagnoli, il est âgé de 41 ans et est originaire de Brusciano (près de Naples).
Le fugitif a été localisé et menotté à l'aéroport à Barcelone dans une opération conjointe de la police italienne et la police espagnole.

21/01/16 
Torre del Greco. Recherché pour trafic de drogue et extorsion de fonds: Longino Donadio du clan Ascione-Papale a été arrêté.
L'homme de 39 ans, déjà bien connu de la justice et résident Via San Giuseppe alle Paludi, est accusé d'association de malfaiteurs. Les policiers l'ont intercepté à Catanzaro, à bord d'un navire sur lequel il avait récemment trouvé un emploi. Selon l'acte d'accusation Donadio, avec le patron Luigi Papale - le chef des Ascione-Papale, actuellement détenu en régime carcéral sévère, était les sous-traitant pour le trafic de drogue et décidait de la ligne directrice au nom du clan pour les activités illégales, en se concentrant principalement sur l'extorsion de fonds et le paiement des semaines pour les détenus et leurs familles. 
Il est le cousin de Nicoletta Donadio, épouse du chef du clan Pietro Papale. 
Les repentis ont apporté une contribution importante à l'enquête, ceux des Ascione-Papale, Di Gioia et Birra-Iacomino: Andrea et Gaetano Esposito, Ivan Francato, Ciro Gaudino, Antonella Madonna, Biagio Munizzi, Fausto Scuda et la «gorge profonde» de la Côte-d'Ivoire Idrissa Soumahoro.

Arrestation de Longino Donadio (secondopianonews)

Arrestation de Longino Donadio (secondopianonews)

21/01/16 
Opération de police à Torre Annunziata, Torre del Greco et Castellammare di Stabia. Permettant de trouver 1 kilo et demi de marijuana, 250 grammes de cocaïne et près de 80 grammes de haschisch. On a également été trouvé beaucoup de matériel pour l'emballage (des centaines de sacs de cellophane). Dans le même contexte, les trois trafiquants de drogue pris en flagrant délit ont été arrêtés: Ciro Amodio, 31 ans, déjà connu de la police, Giovanni Longobardi, 32 ans et Francesco Massa, 59 ans, tous de Castellammare, tenu pour responsable de complicité dans le trafic de drogue. Les opérations ont permis d'arrêter deux autres dealers: un à Torre Annunziata, Andrea Summonte, 21 ans, avec 11 grammes de marijuana et un à Torre del Greco, Damiano Casamento, 38, avec 13,3 grammes de haschisch. Pendant le service ont été faites deux autres arrestations à Torre del Greco: Panev Dimitar Ivanov, 34 ans, déjà connu des forces de l'ordre et Antoaneta Valkova Kamenchov, 46 ans, pour avoir abusé de leur réseau d'électricité domestique connecté au public. Arrêté pour violence domestique, G.R., 30 ans, de Naples, déjà connu de la police. Luigi Manzo, 41 ans, de Boscoreale, déjà connu de la police,  recherché pour une peine effectuer une peine de 3 mois et 5 jours, a aussi été arrêté. 17 personnes ont été signalés dans l'état de la liberté pour divers crimes. 65 violations présumées du code de la route, une dizaine de véhicules saisis. 

21/01/16
Torre Annunziata. Il était tranquillement en train de boire un café dans un bar dans le centre de Pompéi, où il a fini avec des menottes la nuit dernière, car recherché pour une peine de neuf ans et quatre mois. Aldo Agretti, 44 ans, cousin de Aldo Gionta et fils de «zì Carmelina», soeur du boss Valentino. L'homme est accusé d'association de malfaiteurs visant au trafic de drogue. 
Il aurait dû être arrêté en mars 2015, mais il s'est échappé par la fenêtre de sa maison lorsque la police est entré.

22/01/16
Deux arsenaux ont été découvert par la police à Scampia et à Fuorigrotta. Des kalachnikovs, des fusils de chasse, des pistolets et des munitions. Une partie a été retrouvée dans un ascenseur d'une immeuble via Janfolla, fief du clan Lo Russo. L'autre partie a été retrouvée dans un appartement à Fuorigrotta via Rossettini dans une maison.  3 personnes ont été arrêtées. Giovanni Marino, 19 ans, son frère, Manuel Marino, 18 ans et leur mère Tiziana De Falco, 41 ans, tous déjà connus de la police.

22/01/16 

Assassinat de Davide Montefusco (il mattino)

Assassinat de Davide Montefusco (il mattino)

Guet-apens à Naples. Douze balles ont été tirées sur la voiture de Davide Montefusco, 34 ans qui n'ont lui laissé aucune chance. Le natif de Casalnuovo, qui portait une arme sur lui, a été tué vers 18h à Ponticelli. Le jeune homme, avait été auparavant repenti, et avait fait des déclarations contre le clan Sarno avant de se rétracter plus tard. L'assassinat a eu lieu Viale Margherita, dans la zone d'influence du clan D'Amico, depuis des années en guerre contre le groupe rival des De Micco. Montefusco a-t-il pris le parti de l'un des deux clans local ? Ou peut a-t-il été puni après avoir essayé de construire sa propre entreprise illégale dans une zone déjà «possédée» par un clan ? 
Récapitulons. Davide Montefusco, un natif de Casalnuovo de Naples, était entré dans les rangs du clan Sarno de Ponticelli sans jamais avoir eu un rôle de premier plan dans l'organisation criminelle. Il y a deux ans, il était de retour à Ponticelli, où il avait commencé à vivre une nouvelle vie en tant que grossiste de détergents et de produits ménagers. Depuis, il n'avait jamais trébuché dans les mailles de la police, même si - et sur ce point de l'enquête - il semble que c'est précisément en raison de son nouvel emploi qu'il aurait suscité à certains de lui en vouloir. On apprend aussi qu'en 2009, qu'un membre de la famille de Montefusco, Donato Buonaiuto, avait été menacé à cause du statut de repenti de Davide qui avait été rendu public par la justice.

22/01/16 
Le soir même de l'exécution de Davide Montefusco, un autre homme connu de la justice a été blessé dans une embuscade à San Giorgio a Cremano en bordure de Ponticelli. Gennaro Colonna venait juste de sortir d'un café avec sa femme et son fils vers 00h30 quand il a été touché aux jambes par des balles tirés depuis une voiture. Il a été transporté à Villa Betania. Ce gambizzato (ndlm: tir d'avertissement dans les jambes) pourrait être lié au trafic de drogue. 

22/01/16 
Ils avaient tenté d'imposer le pizzo de Noël à un commerçant à Acerra, mais ont été identifiés et arrêtés par la police. Antonio Martino, 45 ans et Michele Morlando, 46 ans, de Caivano, considéré par les enquêteurs comme proches du clan Lombardi, actif à Acerra, avaient visé le marchand en se présentant au nom de la Camorra. Les enquêtes de la police de Castello di Cisterna ont conduit à leur identification et à l'arrestation. Martino et Morlando doivent répondre à l'accusation d'extorsion de fonds aggravé par des méthodes mafieuses. 

22/01/16 
Pino Mele, 36 ans un proche du clan Mallardo qui s'est par trois fois échappé d'un centre réadaptation, a été arrêté à Giugliano. L'homme a été arrêté dans la maison d'un parent.
La police s'inquiète d'une possible faide au sein du clan Mallardo contre les anciens pontes, après la disparition de Michele De Biase, dit «Paparella», 57 ans qui est décédé le 2 octobre 2015 et, selon beaucoup, a été tué dans la région de Vasto. Le patron n'a pas plus de nouvelles pendant des mois et Mele, selon les enquêteurs, était en compagnie de De Biase ce jour-là lorsque la voiture a été retrouvée à Vasto avec des traces de sang et des trous de balles partout. Mele, selon des informations, pourrait avoir miraculeusement échappé à l'embuscade.
Mais ce qui inquiète aussi ce sont des écrits à la craie, quelques jours avant la disparition de Paparella, sur une porte d'un bâtiment mentionnant quatre personnes, dont Pino Mele et Aniello De Biase, fils du disparu.

Arrestation de Pino Mele à Giugliano (il meridianonews)

Arrestation de Pino Mele à Giugliano (il meridianonews)

25/01/16 
Aucune condamnation pour Enzo Cardillo, 29, fils de Salvatore «Beckenbauer» que l'antimafia indique proche des «Teste Matte», le clan des Quartieri Spagnoli. 
Cardillo Jr. a été acquitté de l'accusation d'avoir participé à la blessure de Salvatore V., 25 ans, blessé au couteau le 27 décembre 2014, via Cedronio, pour défendre son père après une dispute. Cardillo en sus de l'acquittement a également obtenu sa libération. Pour avoir tenté d'assassiner Salvatore V., ont déjà été reconnu coupable, après avoir été traité séparément, trois autres jeunes du quartier espagnol, y compris un autre fils de «Beckenbauer». 
Enzo Cardillo est revenu dans sa maison, le quartier a longtemps célébré avec une longue séquence d'artifices. 

25/01/16 
Selon les enquêteurs, un carré prospère de trafic de drogue dans le quartier connu sous le nom «Piano Napoli», à Boscoreale, a été démantelé. Sept personnes ont été arrêtées à l'aube aujourd'hui par la police de Torre Annunziata. L'organisation, selon l'enquête de police, a vendu de grandes quantités de cocaïne, haschisch et de marijuana grâce aux liens avec le clan camorra «Limelli-Vangone».

25/01/16 

Argentina Improta, Antonietta Coppola et Emiliana Capasso (il mattino)

Argentina Improta, Antonietta Coppola et Emiliana Capasso (il mattino)

Boscoreale. Drogues et armes au Piano Napoli via Settetermini, le «Scampia du Vésuve». Ce matin, une nouvelle descente de police a conduit à l'arrestation de sept personnes, toutes appartenant à la famille Sarnataro, affilié aux Tasseri, le clan qui achète sa drogue auprès des Gallo-Limelli-Vangone, hégémonique dans le quartier. Les personnes arrêtées pour association de malfaiteurs, trafic de haschisch, marijuana et cocaïne sont : 
Raffaele Sarnataro, 56 ans, sa femme Argentina Improta, 46 ans, les fils Mario et Giovanni Sarnataro, 25 et 27 ans; Antonietta Coppola, la petite amie de Mario, 21 ans, Emiliana Capasso, 43 ans  et Enrico Buonvolere, 26 ans, un ancien boxeur et frère de Mauro, âgé de 21 ans tué en février 2015 dans le cadre d'un règlement de comptes lié au trafic de drogue.
Les femmes ont joué un rôle important en tant que guetteurs, mais dans certains cas, directement à l'achat de la drogue aux Limelli, puis à la vente à Piano Napoli. Tout le monde a pris soin de cacher des doses à la maison, et ils avaient à leurs dispositions une grande quantité d'armes et d'argent. La vente a été organisé en quarts de 8 heures et ont été payés sur un pourcentage basé sur les ventes.
Le coup d'envoi de l'enquête, menée par la police de Torre Annunziata fut la fusillade  dans le quartier le 25 juillet 2014, en rapport avec des problèmes d'usure. Ce jour-là un groupe de feu de la famille «ennemi», les Colantuono, dirigé par Rosa Intagliatore et Annunziata Colantuono (arrêtée depuis), ont tiré sur le balcon des soeurs Rita et de Argentina Improta, coupables, selon les opposants , de ne pas être en mesure de rembourser un prêt usurier de 3000 euros en raison de l'intérêt. Les deux victimes à cette époque ont collaboré avec la police et envoyé tous les coupables en prison. En mars 2015, cependant, Intagliatore et Colantuono ont été libérés de prison et depuis lors, grâce aux écoutes, il a été découvert que les Sarnataro avait peur des représailles: il a même craint la mort de Mario. Les enquêtes ont été enrichies par les déclarations du repenti Gerardo Colantuono, un ami proche de Mauro, qui a décidé de «parler» de peur de mourir.

26/01/16 
Le procès de Pasquale Sibillo et de ses affidés arrêtés notamment le 9 juin dernier, le babyboss de Forcella (paranza dei bambini) a commencé aujourd'hui. Présenté comme le nouvel homme fort du clan Giugliano, représentant la troisième génération descendants des boss des années 80 symboles d'une Camorra toute puissante jusqu'à ce que Luigi Giuglianone devienne repenti. A l'instar du récemment repenti Raffaele Sollo et sa femme Assunta Baldassarre, tous les prévenus ont opté pour un procès court. L'accusation s'appuiera notamment sur des écoutes téléphoniques notamment ceux des frères Antonio et Luigi Giugliano, neveux de l'ex boss de Forcella.
Les enquêtes amèneront à écouter les dialogues des baby criminels, les comptes rendus de leurs actions, les projets, les ambitions. De Vico Carbonari, le quartier général du nouveau clan été né par la fusion des Giuliano avec les Sibillo, les frères Brunetti et es Amirante, ces écoutes vont divulgué les secrets des nouveaux patrons et de leurs fidèles. 
Ils voulaient reconquérir le quartier et reprendre le contrôle des activités illégales, l'extorsion, le trafic de drogue ect.). «Forcella aux forcellani» tel était leur credo et ce même credo qui les a amené à mener ces attaques d'intimidations (que l'opération de juin avec 50 arrestations a plus ou moins stoppé) et leur guerre contre les fidèles du clan Mazzarella, le clan régnant à Forcella depuis la repentance de Luigi Giugliano. Cette ambition a amené de la violence, des raids, des fusillades, des passages à tabac et des gambizzazioni.
Cette violence aveugle a mené à une bavure, la mort pour une cigarette de Maurizio Lutricuso, tué par 13 coups de feu sur le parking d'une discothèque à Pozzuoli par un mineur du clan Giugliano-Sibillo. Ces jeunes boss sont des passionnés d'armes, de fêtes et d’excès en tous genres et c'est ce qui ressort des écoutes téléphoniques. Un des babyboss a confessé dans ces écoutes avoir blessé un passant au Nouvel An 2013 après avoir voulu tiré en l'air.

26/01/16 
Des armes de guerre et de la drogue sous le plancher : un couple marié, considéré comme proche du clan Gionta, a été arrêté aujourd'hui à Torre Annunziata par la police qui a trouvé une trappe coulissante qui cachait une Kalachnikov, de la cocaïne et la marijuana, une mitrailleuse avec 2 chargeurs et des produits à «couper» la drogue et du matériel d'emballage de doses. Antonio Improta, 53 ans, et sa femme, Maria Paduano, 55 ans sont tous deux accusés de possession d'une arme de guerre et de munitions, possession à des fins de trafic de drogue et vol et recel de biens volés. Les armes ont été saisies ainsi que la drogue (750 grammes de cocaïne, 7,5 kg de marijuana et un kilo de substance de coupe).

26/01/16 

Giuseppe Polverino (il meridianonews)

Giuseppe Polverino (il meridianonews)

En Espagne, s'ouvre le procès de Giuseppe «o'barone» Polverino, boss incontesté de Marano, arrêté en mars 2012 à Jerez de la Frontera, de Pietro Nocera, le cerveau financier du clan et de 19 autres prévenus impliqué dans le trafic de drogue, l'extorsion etc...
Parmi les 19 on trouve aussi son bras-droit Raffaele Spasiano et aussi l'avocat Domenico Di Giorgio, arrêté en octobre 2011 à Tenerife alors qu'ils tentaient d'infiltrer les institutions locales. Pour chacun des 21 accusés, le Procureur José Grinda a demandé 10 ans de prison pour complot, blanchiment d'argent et trafic de haschisch, à travers une trentaine d'entreprises, principalement des biens immobiliers, y compris le Marina Palace à Playa Paradiso, le joyau de la couronne, le complexe touristique de 200 chambres, dont le loyer aurait été cédé au clan pour plus de 12 millions d'euros par an.
A la tête du réseau, en tant que directeur de plusieurs sociétés, Mario Varriale, Riccardo Capasso et les membres du «groupe de discussion» comme Luigi Felaco, qui a échappé à l'arrestation lors de l'opération Pozzaro en 2011 à Tenerife, mais qui a été abattu en décembre 2012 à Naples, son père Giuseppe Felaco, décédé d' un cancer dans sa villa de luxe sur le lac de Côme un mois après son arrestation. Vincenzo Panico, qui doit également répondre à l'accusation de possession d'armes à feu illégales, (il risque un an et neuf mois en plus des 10 ans). Cette enquête se fonde sur les déclarations de trois repentis en 2010.
Dans l'acte d'accusation, le juge a notifié que ce sont les Nuvoletta de Marano qui ont commencé à investir dans les années 80 en Espagne, grâce au contrôle  de l'Etat sur les financements de la construction. Comme avec d'autres groupes mafieux, l'éclatement de la bulle immobilière a été la meilleure façon de «laver l'argent» provenant d'activités criminelles en Italie.
Depuis les années 90, avec le déclin des Nuvoletta, la transition avec les héritiers Polverino et la structure en trois groupes régionaux de l'organisation sur la Costa Dorada de Tarragone, sur la Costa del Sol dans la province de Malaga et Alicante, a progressivement fait déplacer le business du nord au sud de la péninsule, alors que la pression des enquêteurs augmentait. Cette position à Tenerife leur permettait aussi  le contrôle du monopole du trafic de haschich du Maroc vers Naples.

27-28/01/16 
Assassinat dans la nuit à Mariglianella, une petite ville dans la province de Naples. Vincenzo Artistico, 35 ans, connu des services, a été poignardé à mort alors qu'il marchait entre la via Umberto Primo et la via Parrocchia. Un groupe de personnes pas encore identifié s'est approché de lui et l'aurait agressé à coups de couteaux.

28/01/16 
Acerra. Vincenzo Papa, 28 ans, cousin d'un jeune patron local a été arrêté. Son frère Antonio, 26 ans, a été tué il y a deux ans pour des raisons triviales lors d'un festival de danse. Vincenzo Papa était dans sa maison dans le quartier Gescal en résidence surveillée parce qu'il est accusé d'avoir commis un vol lorsque sont arrivés les policiers. «Attendez jusqu'à ce que je trouve les clés pour ouvrir» cria-t-il aux policiers qui attendaient à l'extérieur. Depuis le balcon il a tenté en vain de se débarrasser d'environ 500 grammes de haschisch, d'autres agents ont recueilli l'enveloppe. Dans sa maison, ils ont trouvés lors de la recherche, une balance de précision, des enveloppes à utiliser pour l'emballage de doses et deux couteaux. Il y a deux ans, son frère Antonio a été assassiné sur les stands du stade lors d'une dispute avec Giuseppe Piscopo, dit «O Brasilese». Dans les premiers jours ce n'était que des paroles pour des raisons insignifiantes. Ensuite, une rencontre fortuite à un festival de danse, a donné lieu à un autre combat qui se termina tragiquement par un coup de couteau. 

28/01/16 

Antimo Chiariello retrouvé mort (internapoli)

Antimo Chiariello retrouvé mort (internapoli)

Deux balles dans le visage et le corps retrouvé carbonisé. Retour de la guerre camorriste dans la zone nord de Naples, qui va du quartier Scampia à Melito. La découverte choquante faite ce matin par un policier à la retraite qui a vu un corps complètement carbonisé d'un homme, à quelques mètres de l'endroit où l'année dernière ont été tués d'une manière similaire, deux autres personnes. Dans l'après-midi, la victime a été identifiée: Antimo Chiariello, 44 ans, de Sant'Antimo, et résident de Melino. L'homme était le fils du boss Mario Verde, frère du redoutable Francesco dit «o Negus», qui a été tué il y a six ans dans une embuscade en vengeance d'une attaque survenue l'année précédente contre Antonio Marrazzo, frère cadet de Vincenzo.
L'identification a été faite en comparant les empreintes digitales avec celles qui figurent dans la base de données d'application de la loi. 
Il y a deux ans dans la même zone, entre 6 et le 20 février, il y a eu 4 des meurtres camorristes. En juillet 2014, à nouveau dans le cadre d'une querelle, 17 arrestations ont été du clan Moccia d'Afragola étaient arrêtées. A la veille de l'Epiphanie cette année dans une embuscade à Melito a été tué dans un bar, un garçon de 24 ans. 

28/01/16
Un demi-million d'euros de haschich et de marijuana dissimulés dans un garage a été saisi. Trois arrestations et 15 dénonciations. Toute la matinée ,la police a fait des recherches et des contrôles dans les quartiers de Ponticelli, Barra et San Giovanni a Teduccio. 
L'enquête de police a permis d'identifier deux lieux à Marano di Napoli, l'un via San Rocco et l'autre via Fava. A via San Rocco, la police a perquisitionné le domicile de D.S., âgée de 36 ans, inconnue des services,, où ils ont trouvé une Renault Twingo avec une demi- tonne de haschich caché dans les airbags et dans divers caches dans la voiture. La femme avait également 5 000 euros en espèces et un calendrier de poche sur laquelle les comptes de paiements hebdomadaires écrit dessus, pour plusieurs milliers d'euros. Non loin de la, la police a inspecté un local utilisé par F.S., 48 ans de Marano, où on a trouvé un autre stock 24 kg de haschich, plus de l'argent et une arme à feu. La police a fait une autre arrestation, A.S., 34 ans napolitain déjà connu des services, on a trouvé deux pains de 100 grammes chacun de haschich, 6 unités de commande électriques des voitures et des outils pour le cambriolage.
Rue Aprea, une patrouille a surpris 5 jeunes avec l'intention de mettre le feu à des poubelles, tous dans la vingtaine, poursuivis pour dommages et incendies criminels. 

29/01/16 
Les agents du poste de police de Frattamaggiore après une enquête minutieuse ont arrêtés cette après-midi, Rosa Petito, 51 ans. Les policiers ont fait irruption dans la maison de la femme Via De Chirico à Sant'Antimo. Rosa, alias "Rosetta Pulliciotta", a été arrêté sur l'ordonnance de détention délivré octobre dernier par le procureur de Naples. Elle a été condamnée à trois ans et huit mois et treize jours de prison pour blanchiment d'argent.

30/01/16 
Il a été trahi par son désir de voir son fils en bas âge. Les policiers ont débusqué et arrêté Nicola De Martino, 23 ans, Naples, petit-fils de Guglielmo Giuliano, l'un des boss historiques du clan homonyme. Il était dans un appartement au quatrième étage à Saviano, dans l'arrière-pays napolitain où le jeune homme avait voulu rencontrer sa femme et son fils. Fugitif depuis mai 2014, sur sa tête pendait un ordre d'exécution d'une peine de deux ans d'emprisonnement pour des crimes graves, en plus d'un mandat d'arrêt international pour association de malfaiteurs de type mafieux, trafic international de stupéfiants, port et possession illégale d'armes à feu et coups et blessures. Il est actuellement considéré par la police comme un boss émergent des groupes camorristes de jeunes en lice pour le contrôle des activités criminelles dans le centre historique de Naples. 

30/01/16
Nouvelle fusillade mortelle à Naples dans le quartier Ponticelli. Un homme de 53 ans Mario Volpicelli a été abattu de plusieurs balles dans 2 dans la tête via De Meis. Volpicelli était le beau-frère du boss repenti Ciro Sarno (du clan homonyme) et l'oncle de Gennaro Volpicelli, considéré par les policiers comme un des tueurs du clan De Micco de Ponticelli. Ce meurtre pourrait être une réponse à celui de Nunzia D'Amico en octobre dernier. Bien que lié familialement à deux camorristes, Mario n'en était pas un. Il s'agirait dans ce cas là d'une vengeance transversale.

Embuscade qui a tué Mario Volpicelli (il mattino)

Embuscade qui a tué Mario Volpicelli (il mattino)

(Sources Il Mattino, NapoliToday, Crimorg, l'Espresso, Il Roma)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Camorra
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages