Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 16:09

Durant ces premiers mois de l'année 2015, la Mafia montréalaise a vu la condamnation d'Alessandro Sucapane, le début du procès d'une figure énigmatique, Sergio Piccirilli ainsi que la confirmation d'un nouvel organigrame au sein de la direction.

Sucapane (La Presse)

Sucapane (La Presse)

En janvier tout d'abord, on apprend la condamnation ) 10 ans de réclusion de l'ancien bras droit du défunt chef de clan de la mafia montréalaise, Giuseppe De Vito, Alessandro Sucapane. 
Âgé de 50 ans, il a été arrêté en juin 2014 dans une importante opération antimafia baptisée Clemenza.
Sucapane s'est surtout impliqué financièrement dans l'aménagement d'une plantation de cannabis à Saint-Eustache démantelée par la police en 2011,  a trafiqué de la cocaïne dans des bars de son territoire, fixé les prix de vente, supervisé l'achat et la livraison ect...
Il a été la main et l'oeil de son boss de Vito quand celui-ci était en prison et même un des rares à aller le voir.
Selon les observateurs, Sucapane s'était rallié aux Siciliens après le retour de Vito Rizzuto et aurait été proche de la table de direction de la mafia mise en place après la mort naturelle du parrain, avant d'être arrêté en juin 2014.

Piccirelli (La Presse)

Piccirelli (La Presse)

Pour le Procureur, pas de doute, si les Rizzuto ont voulu éliminer Sergio Piccirilli, cela prouve que son importance. Piccirilli, 55 ans, arrêté à l'été 2006, dans l'enquête antimafia Colisée, est entre les mains de la justice. 
Piccirilli, 55 ans, est un acteur énigmatique du crime organisé québécois, lié à la fois à la mafia et aux motards. C'est un ami d'enfance de celui que la police considère comme le chef des Hells Angels sur le terrain, Salvatore Cazzetta.
En 2004-2005, Piccirilli s'était retrouvé au centre d'un conflit qui aurait pu dégénérer en guerre ouverte entre les clans Rizzuto de Montréal et D'Amico de Granby, causé par une dette de plusieurs millions issue d'importations de marijuana vers les États-Unis. Piccirilli, qui aurait été membre des forces spéciales et tireur d'élite dans l'armée canadienne, était même entré en exhibant une arme dans l'ancien quartier général des Siciliens, le café Consenza.
C'est le deuxième procès de Piccirilli dans le cadre de l'opération Cléopâtre, le premier ayant avorté à la suite d'un arrêt des procédures en 2008.
Il fait face à 24 chefs de complot, d'importation et de trafic de stupéfiants, de production de méthamphétamine, de possession d'armes et de trafic de cigarettes.

En 2006, un policier montréalais se rend chez lui pour lui dire que des mafieux ont mis sa tête à prix et qu'il doit aller voir le vieux Nicolo Rizzuto pour régler ça
«Je pensais que c'était réglé. J'y suis déjà allé et cela n'a rien donné. Je vais y retourner», a répondu Piccirilli. Son crime ? En avoir voulu à ces mêmes homems pour avoir menacé de tuer un membre de sa famille. Ces mafieux pour Piccirilli ce sont les Rizzuto, qui selon lui, veulent l'éliminer car il est parti de l'organisation. Avant le départ du policier, li lui demande «s'il avait le droit de porter un gilet pare-balles». Epique.
Le lendemain, Piccirilli a commandé à ses bras droits et à son ex fiancée, Sharon Simon*, surnommée «la reine de Kanesatake», (une communauté Mohawk), une mitraillette Norinco 84S de type AK-47 pour se défendre, mais les policiers, qui écoutaient les lignes, ont intercepté l'arme en transit sur l'autoroute 640.
Les procureurs soutiennent que Piccirilli était à la tête d'une organisation criminelle et que ses coaccusés, Torsten Trute, déjà condamné, et Antal Babos, en attente de procès, répondaient à ses ordres.
Des preuves de vidéos de filature démontrant que Piccirilli a appelé à l'aide son ami Salvatore Cazzetta pour régler un problème avec le Hells Angel Claude Pépin concernant son bar de danseuses de L'Avenir, ont aussi été relaté.

Sharon Simon "la reine de Kanesatake" (Radio Canada)

Sharon Simon "la reine de Kanesatake" (Radio Canada)

* En 2007, elle a été condamnée à 50 mois de prison (sa fille a été condamné à 42 mois), ell sont été arrêtées toutes deux en 2006 dans le cadre du démantèlement d'un réseau de trafic de drogue lié aux Hells Angels. En 2009, on lui a refusé par deux fois une libération conditionnelle car elle entretenait une relation avec Martin Robert, un Hells Angels.

(JDM)

(JDM)

Depuis la mort des suites d'un cancer du parrain Vito Rizzuto en décembre 2013, il semble que la mafia montréalaise soit dirigée par une direction générale de 6 personnes, baptisée «La Table». 
Ces membres seraient :
Leonardo Rizzuto : fils de Vito Rizzuto (et le dernier en vie) est officiellement un avocat de 46 ans.
Liborio «Poncho» Cuntrera : 46 ans, fils d'Agostino Cuntrera, du puissant clan sicilien des Cuntrera-Caruana. Connu uniquement pour des infractions au code de la route, il serait particulièrement en charge des activités d'usure.
Rocco Sollecito : 66 ans, connu pour fraude en 1974 et faux en 1976. Il est le sage, le représentant de la vieille génération, une sorte de consigliere au sein de La Table.
Stefano Sollecito : 47 ans, fil de Rocco. Il est sans doute le principal caïd de La Table, en charge des activités quotidiennes du clan et particulièrement en charge des paris illégaux. Il est connu pour entrave en 1997, détention d'armes en 2001 à Toronto et détention d'armes en 2003 à Montréal.
Nicola Spagnolo : 40 ans, fils de Vincenzo, en charge du secteur de la construction. Connu pour détention d'armes en 2010 et pour bris de conditionnelle en 2011 et 2012.
Vito Salvaggio : 40 ans, fils de Domenico Salvaggio, soldat du clan Rizzuto. Déjà condamné en 2001 pour trafic de stupéfiants, il est en charge du racket.
Cette Table gère notamment les territoires de stupéfiants, divisés entre la mafia et les Hells Angels. Les trafiquants indépendants peuvent travailler à Montréal, à condition de verser un pourcentage (jusqu'à 20%) à la Table. En février dernier, une réunion a aussi eu lieu dans un hôtel-casino de Sint-Marteen (Antilles) entre 2 membres de La Table et 2 représentants de la mafia de Toronto. Il s'agissait d'établir un contact pour développer des activités communes.

Fin mai, des anciens boss, en tête desquels Francesco Arcadi, ont fait savoir à «la Table», qu’ils entendaient bien reprendre le contrôle de l’organisation criminelle. Arcadi et ses lieutenants Lorenzo Giordano et Francesco Del Balso sont libérables entre décembre 2015 et février 2016 mais ont déjà envoyé des messages en ce sens à Stefano Sollecito. Ce dernier envoie régulièrement de l’argent au trio pour les ménager mais son état de santé (il a un cancer) et il est aussi décrié et tout cela laisse craindre à la police un risque de conflit de générations.
Francesco Arcadi, 61 ans, d’origine calabraise, a rallié le clan Rizzuto en 1984, après la mort de Vic Cotroni. Il est devenu le «street boss» de la Famille après l’arrestation de Vito Rizzuto en janvier 2004 et jusqu’à l’opération Colisée de novembre 2006. Depuis leurs prisons, il semble que les 3 caïds ont passé des accords avec les Hells Angels, avec qui ils ont des intérêts communs. Mais les dirigeants de la «Table» semblent également bénéficier de bons contacts avec le gang de motards. Plus délicate sera la gestion des relations entre le trio et les gangs de rue. Un accord Mafia/Bikers/Gangs de rue avait été trouvé et semble bien fonctionner mais Arcadi a toujours méprisé les gangs de rue : le Tommy Hilfiger de la mafia a été enregistré les traitant de «singes»… Ambiance.
Ca augure encore un sacré zbeul dans les prochains mois dans ce milieu qui décidément peine à se calmer.


Début juillet, Raynald Desjardins, 61 ans, a décidé de plaider coupable de complot de meurtre contre Salvatore Montagna, abattu le 24 novembre 2011. Il évite ainsi un procès pour meurtre prémédité. Sa peine sera fixé le 21 décembre prochain.
Ce meurtre s'inscrit dans une lutte de pouvoir pour le contrôle de la mafia montréalaise. Le vide laissé par les règlements de comptes touchant les Rizzuto profite alors à un groupe de mafieux, présentés comme les nouveaux hommes forts de la Mafia montréalaise : Sal Montagna, Jos di Maulo (et son beau-frère Raynald Desjardins) et les frères Domenico et Antonino Arcuri. Des dissensions seraient ensuite apparues dans ce groupe, opposant Montagna et les frères Arcuri d'un côté à Jos di Maulo et Desjardins de l'autre. Le clan Montagna se serait emparé de marchés criminels comme les paris sportifs et les prêts usuraires, provoquant la colère de Desjardins.

David Rouleau (La Presse)

David Rouleau (La Presse)

Entamons maintenant un nouveau chapitre (huhu) sur les Hells Angels. Leur montée en puissance continue avec la série de libérations d'office. Après la demi-douzaine d'ex-Nomads condamnés dans la foulée de l'opération Printemps 2001 et les quelques membres condamnés au terme de l'opération SharQc qui ont pu quitter le pénitencier depuis un an et demi, voilà qu'un autre motard influent sortira bientôt de sa cellule : David Rouleau, 50 ans, membre de la section de Sherbrooke et considéré par la police comme un leader au sein de l'organisation. 
Rouleau, qui a purgé les deux tiers d'une peine de dix ans et demi pour complot de meurtre, sera toutefois soumis à assignation dans une maison de transition, interdiction d'avoir des contacts avec tout individu ayant un dossier criminel ou lié à une organisation criminelle, interdiction de fréquenter les bars et obligation de divulguer sa situation financière.
Rouleau, dont le nom est lié à la section de Sherbrooke, dit avoir quitté les Hells Angels, mais la Commission souligne que son dossier indique qu'il est toujours affilié au groupe. 

La carrière criminelle de Rouleau a commencé au début de la vingtaine alors que, après la tuerie de Lennoxville en 1985, il a nettoyé la scène de crime et transporté les corps des membres de la section North assassinés lors de la fameuse purge qui ont été retrouvés ensuite dans le fleuve Saint-Laurent.
Rouleau arbore également le tatouage des Filthy Few, lesquels, selon la police, ont déjà commis des meurtres pour le compte des Hells Angels, ce que nie toutefois le principal intéressé.
David Rouleau est considéré par la police comme un négociateur et un importateur ayant des contacts dans des pays producteurs de cocaïne.
Rouleau est considéré comme très proche de Mario Brouillette, ancien membre de la section de Trois-Rivières qui a échoué cette semaine, devant la Commission des libérations conditionnelles.

Cazzetta, le boss des Hells Angels (La Presse)

Cazzetta, le boss des Hells Angels (La Presse)

Et entre autres nouvelles, il se confirme bien que le chapitre Hells Angels de Montréal est désormais dirigé par des anciens membres du club «Rock Machine». Les deux clubs ont été en guerre entre 1994 et 2001, faisant près de 170 morts. Ainsi, le Président du chapitre a été identifié en juin 2014 comme étant Salvatore Cazzetta, ancien membre-fondateur des Rock Machines. Il vient de renforcer son influence chez les HA montréalais en plaçant un autre Rock Machines, Gilles Lambert, à la tête de la société «Les Anges de l'Enfer Montréal Inc». Agé de 59 ans, Lambert a con-fondé les Rock Machines avec Cazzetta le 13 janvier 1989. Il était d'ailleurs l'une des cibles d'un tueur à gages engagé par les HA lors de la guerre entre les 2 clubs dans les années 90. En 1997, Lambert a été condamné à 3 mois de prison pour avoir tenté de faire évader un spécialiste des explosifs. En 1999, nouvelle condamnation : 3 ans de prison. En 2005, avec Cazzetta, il avait rejoint les HA. Arrêté lors de l'opération SharQc, il est libéré, sans accusation, en mai 2011.

Evidemment, cette montée en puissance s'accompagne de tensions entre les motards et les forces de l'ordre.
Depuis le début de juin, au Québec et à Ottawa, au moins quatre incidents ont éclaté.
Le 13 juin, deux membres des Red Devils, principal club-support des Hells Angels, Gianni Pellizzari, 44 ans, et Jocelyn Beauregard, 41 ans, ont été impliqués dans une altercation avec des policiers de Sherbrooke.
À la fin de juin, à Ottawa, un membre en règle des Nomads de l'Ontario, Carlos Fernandez, et un membre des Red Devils, Yves Forget, ont été vigoureusement expulsés d'un chapiteau extérieur où se donnait un spectacle de musique, à la suite d'un accrochage avec des policiers ontariens.
En juillet, un individu que la police considère comme proche des motards, Éric Robidoux, 33 ans, a comparu pour une affaire de voies de fait contre un policier de Granby survenue dans un bar de cette ville au début du mois présent, alors que l'agent n'était pas en fonction.
«Ce que l'on constate, c'est qu'il y a une nouvelle génération de motards qui n'a peut-être pas compris comment ça fonctionnait. Même si on ne se donne pas la main, nous n'avons, en général, pas de problèmes avec les membres en règle. Mais il y a divers incidents rapportés par nos patrouilleurs selon lesquels la limite de l'intimidation est toujours repoussée.», affirme l'inspecteur-chef Bélanger cité par La Presse.

Les Hells Angels ont plusieurs appuis au sein de clubs de motards locaux, les Red Devils, les Devils Ghosts, les Dark Souls et une quinzaine d'autres organisations affichent elles aussi leur allégeance. 
Le chapitre de Montreal des Hells Angels compte actuellement une quinzaine de membres en règle actifs et un «prospect» qui n'est soumis à aucune condition judiciaire. Les quatre autres sections québécoises - Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke et South - sont toujours inactives, même si certains de leurs membres en règle sont eux aussi en liberté, sans être soumis à des conditions. Selon la police, les Hells Angels et leurs alliés ne possèdent actuellement aucun local officiel.
Concernant les Rock Machine, les ennemis jurés des Hells Angels lors de la guerre des motards, ils sont eux aux prises avec des querelles intestines. Certains individus qui ont quitté leurs rangs ou qui ont été expulsés ont créé une nouvelle entité: la 13ème légion.
Leur président national, Jean-François Émard, est actuellement en prison pour une affaire de possession de stupéfiants.

(La Presse)

(La Presse)

Concernant les gangs de rue, la police s'inquiète de la disparition le 2 avril 2015 de Jean-Raymond Claude, 37 ans, dit «Jean-Jean». 
Il avait été, avec son frère Guy-Robert, membre du gang 67 à la fin des années 90. Les frères Claude ont été associés avec Ducarme Joseph jusqu'au début des années 2000 avant de se brouiller. Au début de 1999, Jean-Raymond Claude et Ducarme Joseph avaient été impliqués dans un vol aux dépens d'un gang de motards. Leur véhicule avait ensuite été criblé de balles et une entente avait finalement eu lieu pour rembourser le vol.
Il était également très proche de Joseph Ghaleb, un homme d'affaires liés aux Hells Angels et à la Mafia, abattu en novembre 2004. Il était aussi ami du membre de gang Thierry Beaubrun, abattu avec le mafieux Mike Lapolla lors d'une dispoute dans un bar en mars 2005. 

 

Sources : La Presse, JDM, Radio Canada, Ex-Rue Frontenac)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages