Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 décembre 2009 2 01 /12 /décembre /2009 14:43

La marque de Proctor et Gamble et bien d’autres génèrent encore des polémiques. Ses produits sont dans la ligne de mire de certaines ONG, la cause : un mauvais étiquetage de la composition voire même des omissions entraînant des allergies pouvant mettre en danger la vie de certains consommateurs.

 

 

Aux Etats-Unis, la marque est fréquemment boycottée par les consommateurs végétariens. On lui reproche de ne pas donner la composition de leur huile végétale ni même sa provenance.

Depuis septembre 1998, un Règlement européen impose l’étiquetage des ingrédients issus de

Soja ou de maïs transgéniques. Les fabricants ont donc l’obligation de faire figurer dans la liste des ingrédients la mention «produit à partir de soja/maïs génétiquement modifié». Depuis le 10 avril 2000, les additifs et arômes sont eux aussi soumis à l’étiquetage.

Grâce à la pression des consommateurs, la position des fabricants évolue progressivement.

Pringles fait aujourd’hui partie de la liste verte (en  Europe) alors qu’elle a longtemps figuré sur la liste rouge.

Il est clair que les lois sur l’étiquetage sont en grande partie une réponse à la forte mobilisation de la société civile ou de certains syndicats agricoles.

La pression citoyenne en matière d’étiquetage prend souvent une forme précise : l’étiquetage sauvage. Notons parmi les cas les plus significatifs, la création de la « patrouille d’étiquetage des OGM » aux Philippines, du groupe « LabelThis », aux Etats-Unis, du collectif citoyen « étiquetage volontaire » au Canada.

 

Les contaminations génétiques se manifestent aussi dans la chaîne alimentaire. En juillet 2001, au Japon, l’entreprise Morinaga & Co a dû retirer des magasins ses snacks “Pote-Long” car des traces de pommes de terre transgéniques non autorisées, à savoir les variétés NewLeaf Plus et NewLeaf Y créées par Monsanto, y ont été découvertes. Pour la même raison, la branche japonaise de Procter & Gamble a annoncé qu’elle rappellerait 800 000 paquets de « Pringles ».

 

En 2006 la marque avait fait parler d’elle en France (enfin un peu ça n’intéressait pas trop les journalistes). Certains consommateurs allergiques au gluten notamment ont remarqués une drôle de chose :

« Je suis intolérante au gluten et j'ai voulu manger des pringles.
J'ai donc regardé la composition et quelle ne fut pas ma surprise quand je lis la composition en anglais de voir écrit (gluten free) alors que sur la composition traduite en français il y a marqué amidon de blé. »

 

Voilà ce qui était écrit.

Pringles - Original  

 Ingredients:   

 Dehydrated potatoes, vegetable oil,wheat starch (gluten free*), rice flour, corn flour, maltodextrin,

emulsifier: E471, salt and dextrose.

* < 0.3% protein (Codex Alimentarius)  
 
Ce terme de gluten free est utilisée pour signifier que la proportion de gluten est en dessous de la norme, le problème c’est que si vous êtes allergiques même en dessous de la norme vous pouvez faire une réaction allergique. De plus on ne peut remplacer le terme gluten free par celui d’amidon de blé, la composition chimique n’étant pas la même.

 

En Belgique par deux fois « l’alliance Cacherout » (code alimentaire du judaïsme) en 2003 et 2006, avait eu maille à partir avec la marque Pringles encore pour une histoire d’étiquetage. En effet la marque aux EU portent la certification OU (Orthodox Union, certification kasher américaine) or Les Pringles produites en Belgique ne bénéficient d'aucune certification de cacherouth.

L'étiquette en français ne mentionne pas les ingrédients lactés, ni la mention « cacher halavi ».

 

Aujourd’hui selon Greenpeace qui met à jour fréquemment la liste des marques digne de confiance ou douteuses, la liste verte est bien plus remplie que la liste rouge ! Un signe ?

Une preuve surtout que la pression des consommateurs peut être bien plus efficace que celle des ONG.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Santé
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages