Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2014 7 24 /08 /août /2014 16:18

Tout d'abord bien que la Coupe du monde soit finie, je vous invite à lire l'article de "la Grinta" qui trois mois avant la grande messe du football mondial faisait un petit état des lieux sur les Barra bravas argentins. http://www.lagrinta.fr/bresil-2014-les-barras-bravas-argentines-seront-de-la-partie&7245/ 

 

Cette CDM s'est relativement bien déroulé, bien sûr toujours quelques violences à déplorer mais globalement les destructions que devait provoquer les Barras ont été bien moindre que ce que les autorités attendaient. Il semblerait qu'il n'y ait eu qu'un seul vrai pugilat entre brésiliens et argentins mais tout de même quelques escarmouches entre Barras et la sécurité du stade lors d'Argentine Suisse. Ainsi que des bagarres entre argentins et chiliens et argentins (barras de Rosario Central) et anglais à Copacabana. A noter aussi des échauffourées entre les barras de Velez et ceux de Chacarita devant le Maracana. Il y a eu aussi bien sûr les aventures de Bebote, le leader de la barra d'Independiente qui, si elles n'ont pas occasionnées de violence, ont tout de même provoqués une sacrée pagaille. Sans parler bien sûr de son déguisement en supporter suisse pour pouvoir rentrer au stade (photos à l'appui), un grand moment guignolesque et assez raffraichissant à vrai dire surtout que même comme ça tout le monde le reconnaît même les policiers argentins (au nombre de 7 qui avait été envoyés au Brésil en spotter notamment dans les aéroports).

 

Bebote, El Gordo Gaston et d'autres barrabravas de Independiente, All Boys et Huracan, entre autres, ont été accueillis et hébergés à Porto Alegre par les membres de la Guarda Popular, une Torcida de l'Internacional, dont le chef, Gilberto Bitencourt Viegas "Giba", a été abattu par la Police militaire le 13 Juin dernier dans le quartier de Santa Teresa, dans la zone sud de Porto Alegre alors qu'il était dans sa voiture et tentait d'échapper à un contrôle de police. "Giba" avait été interdit d'accès au Beira Rio, le stade du Sport Club Internacional pendant les cinq matchs de la Coupe du monde à Porto Alegre après avoir offert l'hospitalité aux barrabravas argentins.

 

Malgré une présence massive (et ce malgré l'interdiction faite à au moins 2100 barras de venir au Brésil), ceux-ci n'ont pas gâché la fête d'une sélection nationale finaliste de la CDM. Début Juin, les membres des Hinchadas Unidas Argentinas avait annoncé sa dissolution temporaire par la voix de Cristian "el volador" Camillieri, le chef de la barra de Gimnasia de La Plata, Camillieri accusant implicitement l'AFA (fédération) d'avoir "donné" des billets à d'autres barras bravas, notamment celles des "clasicos" (Los Borrachos del Tablón, La Doce, la Gloriosa Butteler, La Banda del Pincha...). Pourtant en mars les HUA avait organisé une réunion pour décider de l'attribution des 650 places allouées dans l'un des 10 bus faisant le voyage au Brésil.  Les HUA regroupant 58 hinchadas, autant dire que ça tenait du sacerdoce.

 

Les HUA étaient dirigés à l'époque par la barra de Platense, Tristan Suarez, San Telmo, Lanus, El Porvenir et Huracan pour représenter les clubs métropolitain de la région de Buenos Aires et pour l'intérieur du pays la direction était confié à Rosario, Talleres et Godoy Cruz.

 

Pour ces derniers le voyage allait être financé par les «gouvernements» des états provinciaux et pour ceux de Buenos Aires, comme à l'accoutumée, le bailleur de fonds serait le Parti de Kirchner. Seul la barra d'Independiente (qui fait partie des HUA) avait annoncé financé son voyage par d'autres moyens, via Hugo Moyano (dirigeant d'un syndicat de routiers) et membre de la barra Rojo. Leur point de chute était déjà tout trouvé à Porto Alegre ou Giba et Hierro Martins les leaders de la Torcida locale leur offrait l'hospitalité. Martins avait annoncé qu'il était prêt à accueillir 300 barras. Les contacts entre Martins et les HUA datent d'un match amical de l'Argentine à Cordoba en 2011 ou Martins avait été invité pour voir de l'intérieur l'organisation des HUA avec pour idée de l'exporter au Brésil.

 

Après cet aparté, revenons en à nos moutons boquense. La situation entre les deux barras est toujours tendu et indécise.

 

26/03/14

"Pour la négociation ou pour le plomb". L'expression vient d'un homme de la barra dissidente, sans euphémismes, c'est ce qui d'une manière ou d'une autre aura lieu entre les deux bandes. L'homme souligne que la seule alternative à un conflit armé peut être un arrangement commercial. Il dit aussi que la bonne façon de frapper les intérêts de l'autre groupe est de "leur faire perdre de l'argent." Des mots pas anodins à trois jours du Superderby, le match générant et de loin le plus de dividendes à la Barra Official. Face à Argentinos Juniors, la barra dissidente a subi l'arrestation de vingt hommes dans et autour du stade. Le Groupe continue à faire référence à Rafael Di Zeo qui, bien que personne ne le croit, revendique (et prétend) être à l'extérieur de tout. El Gordo Choper, un politicien provenant de l'énorme domaine territorial de la zone de Malvinas Argentinas, est aujourd'hui le responsable du groupe dissident. La banda Lomas quant à elle, avec Marcelo Aravena toujours en tant que leader, a mis un pied dans la barra du club «Los Andes» (voir article précédent). La violence de la Banda Lomas a semble-t-il été «contenue» afin d'éviter une autre grande défaite. C'est là que El Gordo Choper aurait fait montre de son leadership. Le plan est toujours d'affaiblir la structure du groupe de la barra official et le prochain match contre River tombe à pic.

 

Pendant ce temps, la barra official a quelques problèmes de places. Les hommes menés par Cristian Fido Debaux attendent l'arrivée de 100 cartes de plus pour leurs affidés avant dimanche. Le problème est qu'ils ne les ont toujours pas obtenus. Comme aux réunions passées, ils cherchent à ajouter des soldats pour pas montrer leur faiblesse. Le conflit qui est aussi politique sur fond de début de campagne électorale à Buenos Aires, jouera également son match sur ce SuperClassico. La barra dissidente auraient préparés des banderoles aux couleurs de Boca avec des inscriptions pro-Kirchner (et oui il faut bien payer son voyage pour le Brésil hein?).

 

Ces banderoles seraient dans les mains d'un groupe du barrio de Mataderos. On le sait, de la même façon, que la barra official répond elle directement au «macrismo» (du nom de l'ancien président de Boca Mauricio Macri et actuel maire de la ville de Buenos Aires).  Les élections se tiendront seulement en décembre 2015 mais pour les barras il n'est jamais trop pour choisir son candidat. Pour être clair il s'opère en coulisses à jeu de chaises musicales. L'actuel président de Boca Angelici (élu avec le soutien de Macri en 2011) pourrait se présenter à la succession de Mauricio pour le poste de maire de Buenos Aires en 2015 et Mauricio quand à lui briguerait le fauteuil de président de l'Argentine en...2015 aussi, rien que ça. Bref un beau bordel en prespective.  La Barra Official a choisit donc elle de soutenir tous les ennmis des la Barra Official, les «macristes» (en gros l'ump local) que ce soit pour la présidence de Boca (certains noms reviennent comme Mallardo) ou pour la course à la mairie.

 

01/04/14

25 membres de la "primera" et "segunda línea" de la faction de la barra brava de Boca Juniors dirigée Rafael Di Zeo ont été arrêtés par la Police, avant leSuperclásico entre Boca Juniors et River Plate qui se jouait à La Bombonera, lors de la 10ème journée du Tournoi de Clôture 2014. Ils ont tous été interpellés à proximité de La Bombonera dans le cadre d'une opération supervisée par le vice-ministre de la Sécurité à la demande d'un Juge ne charge de plusieurs affaires liées à la barra xeneize. Lors des contrôles et des fouilles, la Police a découvert et saisi des couteaux et des carnets de socios appartenant à d'autres hinchas de Boca. Ils ont tous été placés en garde à vue.

 

26/05/14

La Cour pénale a acquitté Rafael Di Zeo, d'être l'instigateur de la tentative d'assassinat de Richard Laluz Fernández, alias el Uruguayo. L'auteur des coups de feu, Gabriel Melo, alias «Polilla» («Papillon de nuit»), a été condamné à 12 ans de prison pour cet acte. "Justice a été faite", A déclaré Di Zeo sur les marches du palais de justice. Il a également dit qu'il est "un simple fan de Boca et non un barra". "Une fois, j'ai été coupable de quelque chose et je l'ai payé et parfois pas," a-t-il poursuivi. Et pour clore, Di Zeo a ajouté: «La barre est différente de tout. Avec moi à la tête de la barra, Boca aurait été champion tout le temps, ce que je voudrais être président de Boca". Dans sa plaidoirie, l'avocat de Laluz Fernández, Albino Stefanuolo, avait demandé au tribunal de condamner les accusés à 12 ans de prison. Di Zeo dispose de deux condamnations pénales. Le première en 2005: quatre ans et trois mois de prison pour les émeutes du 3 Mars 1999, entre la Doce et la barra de Chacarita. Et il a été acquitté en 2012 d'une accusation de conspiration avec son frère Fernando et treize autres barras.

 

11/06/14

La Cour d'Appel pénale fédérale a confirmé le rejet de la demande de libération présentée par Maximiliano "Maxi" Mazzaro, l'ancien numéro 2 de La Doce, qui a été arrêté il y a un an et qui est accusé d'être le coauteur présumé de l'assassinat de Ernesto Cirino, lors d'un différend entre voisins en 2011. Il restera donc en prison jusqu'à son procès. Maxi Mazzaro, l'un des chefs de La 12, avait été interpelé en juin 2013 alors qu'il était recherché depuis cinq mois par la justice Argentine. Le bras droit de Mauro Martín, le chef de La Doce, lui aussi incarcéré dans le cadre de cette même affaire, est accusé d'avoir participé à l'assassinat d'un homme de 58 ans en 2011. Il était en "cavale" depuis l'arrestation de Martín et un mandat d'arrêt lancé contre lui. La décision de rejet de sa demande a été rendue à l'unanimité par la première chambre de la plus haute instance judiciaire du pays qui a déclaré "irrecevable" la requête des avocats de Mazzaro.

 

17/06/14

La Cour Pénale de Buenos-Aires vient de rejeter une nouvelle demande de remise en liberté de l'ancien n°2 de la barra brava de Boca Juniors, Maximiliano "Maxi" Mazzaro faisant valoir que "il y a tout lieu de croire qu'il pourrait tenter d'échapper à la justice"alors qu'il est détenu depuis un an pour une accusation de meurtre. Les juges ont ainsi rappelé que Mazzaro était resté en "cavale" pendant cinq mois après qu'un mandat d'arrêt ait été prononcé par la Justice qui l'accuse d'être impliqué dans l'assassinat de Ernesto Cirino, survenu en août 2011 dans le barrio porteño de Flores. Cirino était un voisin de Gustavo Petrinelli, le beau frère de Mauro Martín, l'ancien chef de La 12, la barra brava de Boca, lui aussi, incarcéré dans l'attente de son procès suite à ce meurtre. Selon les enquêteurs, le chef de la barra xeneize serait lié à un homicide survenu au cours d'une bagarre le 29 août 2011 après une dispute de voisinage qui aurait mal tourné. Selon des témoins, Mauro Martín et Maxi Mazzaro se seraient rendus chez la victime qui s’était une nouvelle fois disputé avec Gustavo Petrinelli, le beau frère de Martín et auraient violemment frappé Cirini qui décèdera trois jours plus tard à la Policlínico Bancario. Ce sont des recoupement d’informations et notamment celle indiquant que des proches de Martín auraient tenté d’acheter le silence du frère de la victime qui ont amené les enquêteurs vers le chef de la barra de Boca et ensuite vers Maximiliano Mázzaro son lieutenant...

 

Et ailleurs en Argentine il se passe quoi? Une petite liste non exhaustive.....

 

08/11/13 

Un magistrat de Buenos Aires a gelé les droits sur le footballeur Angel Martin Correa, joueur de l’équipe San Lorenzo. Prodige du football argentin, Correa intéresserait Barcelone, l’Atletico Madrid et le Real de Madrid. Le magistrat enquête sur les liens entre ce joueur, son agent (Francisco Lapiana, déjà condamné en 2010 pour fausse monnaie) et Ramon «Monchi» Machuca, un des chefs du gang «Los Monos» (sans doute le plus influent de Buenos Aires). Des écoutes téléphoniques semblent clairement montrer que la famille Cantero (qui contrôle «Los Monos») a des intérêts dans le joueur, qui a grandi dans le même quartier qu’eux. Le club San Lorenzo posséderait 60% des droits économiques sur Correa, contre 35% au moins pour le clan Cantero. L’enquête pourrait s’étendre à près de 120 joueurs argentins.

 

26/12/13 

Durant le tournoi indoor de Mendoza, un supporter de 29 ans a été tué par des supporters de l'Atlético Argentino. Une vingtaine d'entre eux armés de bâtons et de pierres, sont passés à l'action vers 23h30 en attaquant les supporters d'Independiente Rivadavia de Mendoza. Une bagarre a éclaté alors que les 2.000 spectateurs, pris de panique tentaient de fuir les heurts. Tabassé, Gustavo Enrique Pellegrina, est mort de ses blessures. La police a lancé un appel à témoins.

 

13/03/14 Quilmes

L'affrontement lundi entre deux groupes de bar Quilmes, quelques minutes avant la fin du match défaite contre tous les garçons à Centennial, continue d'offrir conséquences. Ce n'est pas un épisode occasionnel: répond aux Kirchner interne à Quilmes. Est-ce que Fernández Gutiérrez et la municipalité ont lieu. Et maintenant, dans le contexte de la barre intérieure, sont également abordés. Au-delà du conflit politique (ou pas), à Quilmes habite un sentiment effrayant: il est clair que l'épisode entre les deux factions n'était pas une première. Il y a des indications qu'ils sont venus. Tout d'abord, le lendemain des incidents dans la populaire Indio Gómez, des membres du barreau dissident, La Becerra, ont abattu le numéro 2 de la barra officiel, «Ricky» devant chez lui, un des leaders de La Bustamante, Deuxièmement: dans les réseaux sociaux promettre plus de violence les deux groupes et la troisième: la sortie imminente de la prison de Ramiro Bustamante, le capo de la barre officielle, avec tout ce que signifie dans le milieu de la dispute sur le business des places et autres trafics liés aux barras. Bustamante est incarcéré à la prison de Magdalena pour avoir tiré sur une station de lavage de voiture de Dedo Becerra, leader du groupe dissident et en lien avec Aníbal Fernández, sénateur et président du club de Quilmes. Lors de la bagarre dans la populaire l'homme au t-shirt rouge sur la vidéo (qui a fait le tour de la toile) est Mario Beccera le fils du leader dissident de la Becerra, Osvaldo Becerra. Il a été lynché et poignardé au poumon.

 

16/03/14 Mendoza

Un supporteur de football de 22 ans a été mortellement blessé lors d'une bagarre dans une rue de Mendoza (ouest de l'Argentine) après l'annulation 2e division, a-t-on appris lundi auprès de la police. La mort de Lucas Carrasco, fan de Independiente Rivadavia de Mendoza, dimanche dans des circonstances non élucidées, est le premier cas mortel de 2014.

 

19/03/14 Gimnasia - Estudiantes

Après les incidents dans la zone du stade, quand les fans locaux ont essayé de rentrer dans le stade pour assister au classique contre Estudiantes. La police a identifié les trois suspects de Gimnasia: Gaston De Brito, Fernando Núñez et un tiers appelé «Ruli». A également été identifié la personne porteur d'un fusil près du stade et son compagnon à bord d'une moto, Pomo et Gero, respectivement deux partisans de l'Estudiantes La Plata.

 

05/04/14 San Lorenzo

Il semble être sur le point d'éclater une véritable «guerre» entre le président de la San Lorenzo Matias Lammens et la barra La Butteler. Au cours des derniers jours, des événements "étranges" ont mis en lumière la crise entre les barras et le président.

 

Après son élection qui a eu lieu le 2 septembre 2012 et la succession de Carlos Abodo, Lammens a apporté quelques changements dans le club et aussi les relations avec la barra ont peu à peu changés. La Butteler, ces dernières années, avait le commandement au sein du Club, avec la monopolisation de la piscine à l'intérieur du centre sportif, la gestion de la barra à l'intérieur du stade, la vente de billets et la vente de matériel de contrefaçon (oui oui). Lammens voulait donner une touche plus internationale à San Lorenzo, également renforcée par la nomination du pape François, qui n'a jamais caché sa foi pour le club. Dans ce scénario, lentement les privilèges qui était jusque-là le droit de la barra sont allés en diminuant, surtout après les dernières demandes arrivant au club de La Butteler, comme des "subventions" pour le voyage au Brésil pour la Coupe du Monde et le retrait de l'interdiction de stade à l'ancien chef de Gonzalo Silva, alias Gonzalito. Évidemment Lammens (avocat et propriétaire d'une entreprise de boissons alcoolisées) ne donne pas suite à ces demandes, en enlevant d'abord la gestion de la barra à l'intérieur du stade.

 

Tout cela a fait que la Butteler (qui a récemment eu un changement à sa tête, après que le chef historique Cristian "Sandokan" Evangelista ait entrepris une carrière de syndicaliste en passant la main à Gonzalito Maximiliano Vaccaro et "Chicken" de la faction de Mastil) a commencé une guerre ouverte avec le club, qui a commencé par des accidents au Brésil lors du match Copa Libertadores contre Botafogo pour faire pression. Mais le fait marquant a été la série de cambriolages dont a été victime Lammens, d'abord sa propre maison et ensuite simultanément plusieurs entrepôts de sa société de boissons. Ces derniers mois, peu d'informations ont filtrées, peut-être que la victoire en Copa Libertadores a calmé les ardeurs pour un temps des barras mais ce dossier sera à suivre attentivement.

 

30/05/14 Colon

Un des leaders de la barra brava de Colon qui est accusé d'avoir commis un crime à Santa Fe, a été arrêté en Berazategui. Nanno Leyva, 33 ans, qui a été trouvé avec une arme à feu et des munitions en sa possession. Le leader de la barra se cachait dans une maison au 113 Rue Florencio Varela.

 

18/08/14 Nueva Chicago

De violents affrontements entre membres de deux factions rivales de la barra brava de Nueva Chicago, club de Primera B Nacional dans le barrio de Mataderos (Ouest de Buenos-Aires) ont eu lieu avant le match contre le Club Deportivo Guaraní Antonio Franco faisant cinq blessés par balles, dont un est décédé aux urgences de l'hôpital Santojanni où il avait été admis. La victime a été identifiée comme un membre de la faction "Las Antenas" qui a affronté le groupe "Los Perales" avant le début de la rencontre à quelques centaines de mètres du stade "República de Mataderos" où le club "porteño" recevait le Guarani Antonio Franco, lors de la 2ème journée du Tournoi de "transition" de la Zone A de Primera B Nacional (L2). Les deux factions, issues de deux quartiers limitrophes au barrio de Matadores ou se trouve le C.A.N.CH connaissent une rivalité de longue date pour le contrôle de la barra brava de Nueva Chicago qui avait déjà fait une victime en janvier 2012. Un membre des "Los Perales", avait alors été tué à coups de couteau, lui aussi à proximité du stade du "Torito". En 2009 une polémique avait eu lieu dans les médias argentins après la désignation par la Fédération comme "garde du corps" de Lionel Messi durant les phases éliminatoires pour le Mondial 2010 d'Ariel "El Gusano" Pugliese, un des chefs des "Los Perales",(accessoirement) accusé dans le meurtre de Marcelo Cejas, un "barra" du CA Tigre, tué en juin 2007 lors d'affrontements qui avaient fait 14 blessés. 78 personnes avaient été interpellées et le Club Atlético Nueva Chicago lourdement sanctionné de 20 points de pénalité qui avaient conduit à sa relégation en fin de saison.

 

Je n'ai pas mentionné River Plate car il y aura peut être un article plus complet sur les Borrachos del Tablon prochainement. Quoi qu'il en soit cette barra n'est pas en reste, en plus des problèmes des frères Schlencker (les anciens tauliers) les successeurs Godoy et Araujo ont été arrêtés en mars avant un match contre Lanus avec 200 carnets de billets et des armes blanches. Ils ont été libérés peu après mais avec des charges de détention d'armes qui s'ajoutent à celle datant de 2011 où ils avaient agressé Sergio Ferreyra qu'ils accusaient d'être un membre de la «Banda del Oeste» un groupe rival des Borrachos au sein de la hinchada Millonarios.

 

Bref que du bordel en perspective.

 

http://jean-philippe.savry.over-blog.com/article-boca-tes-barrabravas-impitoyables-9-125116942.html

 

Sources pour certaines informations, clarin, curva1899, vamolepibe)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Barra Bravas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages