Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 novembre 2014 7 30 /11 /novembre /2014 18:55

30/08/14

L’Assemblée des représentants des socios de Boca Juniors s’est déroulée dans un contexte tendu la nuit dernière à La Bombonera. Là même où l’entraîneur Carlos Banchi a été remercié la veille pour faire place à Rodolfo Arruabarrena, âgé de 39 ans et ancien grand joueur du club au poste de défenseur gauche. Le contesté président Daniel Angelici n’était pas présent à la réunion malgré les chants et insultes à son égard:«Qui ne saute pas est d’Huracan». Les supporters, très remontés, n’ont pas manqué de rappeler le traumatisme précédent: le départ de Juan Roman Riquelme. Le secrétaire général des Xeneize, Marcelo London, a été contraint de quitter les lieux lorsque les chaises ont commencé à voler. https://www.youtube.com/watch?v=rXQsquhd4os  La situation sportive de Boca est très difficile et le renvoi de Carlos Bianchi a été un choc pour tous. 

 

20/10/14

La décision a été prise pour Mauro Martin, Gustavo Petrinelli et Maximiliano Mazzaro, les trois accusés de l'assassinat en raison de «in dubio pro reo» (bénéfice du doute qui sous-tend la présomption d'innocence, sauf contre-indication) et en l'absence de preuves, les 3 hommes ont été acquittés. Au procès, les responsabilités ont éé discutés pour le crime de Cirino, dans la nuit du 29 Août 2011, lorsque la victime se disputait avec son voisin Petrinelli pour un chien. Petrinelli a alors appelé son beau-frère, Martin, qui est venu là avec Mazzaro et un autre barra, Daniel Wehbe, toujours fugitif, et ils auraient agressé Cirino, qui est finalement décédé d'un choc à la tête. Le lendemain le juge Jorge Lopez Lecube s'explique qu'il n'y avait aucune preuves incriminant les 3 individus. Il n'y avait aucune raison de les garder en prison, «je les ai jugé comme des barras mais aussi comme des citoyens ordinaires».  Et voilà après 1 an et demi de taule, les voilà dehors mais beaucoup d'eau à coulé sous les ponts et c'est en ennemi qu'il sortent de calèche. Mais surtout Martin sort alors qu'il a perdu, son leadership sur la 12 à cause du travail de l'ombre de Mazzaro et de Debeaux pour lui piquer la place mais il n'a pas dit son dernier mot.

 
http://www.ole.com.ar/edicion-impresa/titulo_OLEIMA20141021_0027_5.jpgMauro Martin libre

 

21/10/14

L'ancien chef de la barra de Boca, Rafael Di Zeo, a participé à l'émission télé «El Ángel de la Medianoche», (le cercle de Minuit français?) diffusée du lundi au vendredi à minuit par la chaîne C5N, et il a examiné la situation de violence dans le football et le présent de Boca. Il se défend de toute critique et insinué sur les relations entre les barres et la politique. Di Zeo a, comme à l'accoutumée, fait son discours lobbyiste «je suis le seul garant de la paix du peuple boquense», que les barra sont comme des syndicats de travailleurs au sein des clubs et que s'il y a bien une chose qu'ils ne font pas c'est vendre de la drogue et voler et aussi qu'il est adulé par les fans de Boca qui veulent tous prendre une photo avec lui. «Ils ont fait campagne contre moi mais les gens de Boca me montre qu'ils ne sont pas dupes». Mieux que Sarkozy, Di Zeo est l'humilité et la justice même. Jusqu'à nous rappeler qu'il connait Maradonna perso et que beaucoup de gens veulent le voir Président de Boca «Je veux le meilleur pour Boca» concluera-t-il. On est convaincu....

 
Ok bon la situation autour du contrôle de la Doce prend des tournures totalement ahurissante. Il n'y a plus deux groupes mais au moins le double qui se disputent la place. Avec la libération de prison des faux frères Mazzaro et Martin, la situation ne fait qu'empirer. Depuis sa prison Mazzaro a tout manigancé pour que son frère Angel Mazzaro prenne les rênes de la Doce. Véritable cerveau de la 12, il avait quasiment réussit sont coup sauf que le Président intérimaire (nommé par Martin en janvier 2013 depuis sa prison (voir article précédent) Fido Desbaux, lui, ne veut pas laisser la place comme ça même s'il a accepté des proches des Mazzaro dans les arcanes des paravalanchas.
 
Sauf que la tension couve et Debeaux a des envies d'émancipation mais depuis plusieurs mois il a subit plusieurs coups de pression successifs qui vont finir par lui faire lacher prise (incendie de sa voiture, intrusion dans sa maison plus coups de feu sur sa façade, tentative d'enlèvement d'une de ses filles sans compter les voitures qui le surveillent H24).  Ces méthodes sont l'oeuvre de la fameuse Chocolatada (voir articles précédents) les enlèvement d'enfants ça les connait et les coups de p.... aussi.  Mais qui les dirige ? Pour Di Zeo c'est Martin pour d'autres c'est Mazzaro. 
Rafael pense que Martin a lui-même la pression, car selon lui, il y a tout un groupe très puissant de trafiquants de drogues et d'assassins qui veulent récupérer la tribune et que Martin finira mal à ce rythme. Dans les articles précédents je parlais des observateurs locaux qui eux mêmes se doutaient que l'alliance Desbaux-Mazzaro allait finir par éclater. 
 
 
Donc pour résumer Desbaux est toujours en place et supporte de moins en moins la tutelle de certains sbires de Mazzaro dont son frère ce qui va découler sur des grosses tensions (voir plus bas). Maxi Mazzaro a battu le rappel de ses soutiens (nombreux) afin de constituer une nouvelle force de frappe contre Desbaux et contre Martin et Di Zeo. Di Zeo lui attend surtout qu'une bonne partie de sa première ligne fasse bande à part avec Marcelo Aravena (voir articles précédents là encore). Il reste donc Martin qui selon les observateurs aurait le soutien de gros caïds de La Boca (quartier) mais reste à savoir qui s'en sortira.  Celui qui contrôle la Chocolatada contrôle la Hinchada c'est comme ça que ça se passe. Le tout est de trouver de quoi nourrir plusieurs centaines d'affamés.

 

 
09/11/14
Boca espinosa necocheaNouveaux incidents entre barrabravas boquense avant le match contre Tigre. Des coups de feu ont même été entendus. Les deux groupes se sont affrontés dans les rues Necochea y Espinosa à quelques centaines de mètres de la Bombonera. Les incidents auraient fait deux blessés. Il y a plusieurs versions de l'histoire, certains racontent que c'est un groupe de la Barra official les "Los Pinos" (affidés de Mazzaro libéré de prison en même temps que son nouvel ennemi Mauro Martin) qui auraient aperçu un sbire de Martin, se rapprochant de lui ils se sont dispersés en entendant 4 à 6 coups de feu. Quelques minutes plus tard un autre groupe s'est rapproché et d'autres coups de feu se sont fait entendre. L'autre version serait celle d'une bande de marginaux «del Oeste» (ne pas confondre avec la Banda del Oeste de River) proche de Martin qui aurait fait feu depuis une voiture sur les "Los Pinos".
 
Mais ce n'est pas tout, les mêmes "Los Pinos" se serait fait chassé à coup de couteaux par des fidèles de Desbaux et d'ailleurs contre Tigre, El Morci et Agapito les référents des Los Pinos étaient absents des paravalanchas. Les partisans de Desbaux se serait vengé de la présence la veille de voitures suspectes devant la maison de leur leader.
De même quelques semaines auparavant, Angel Mazzaro aurait été frappé lors du déplacement de la Doce au Paraguay où il aurait connu des difficultés et se serait pris des coups de pied au cul mais on ne sait pas trop par qui.
 
 

Et ailleurs en Argentine alors....

 

19/08/14 Union

Deux factions de la barra d'Union se sont tirés dessus au stade de Godoy Cruz. Bien que l'on ait entendu des détonations d'armes à feu, il n'y a eu aucuns blessés. Le groupe de Dani Canteros contre celui des jumeaux Galeano se sont heurtés pour le leadership absolu dans les tribunes du Stade du 12 Avril d'Union. Ce serait les sbires de Dani Canteros qui auraient commencé à tiré sur l'autre faction. Les deux factions avaient déjà bataillé dimanche dernier pendant le match que l'Union jouait contreAtlético Tucumán, premier du Championnat national B. À cette occasion, il y a eu une escarmouche qui a fini avec l'expulsion du groupe de Canteros, qui ne pouvait plus alors rentrer. Les derniers évènements sont une vengeance.

 

10/09/14 Sarmiento de Resistencia - Chaco For Ever 

Un mort et deux blessés, dont l'un dans un état grave, voilà le résultat de l'affrontement violent survenu entre deux factions rivales de barras de Sarmiento de Resistencia à l'occasion de ce clasico contre Chaco For Ever pour le tournoi fédéral A organisé par l'AFA. Les incidents sont survenus au milieu de la nuit, dans le stade Centenarion, où les supporters et les proches de familles s'étaient rassemblés pour fêté la victoire 1-0. La police provinciale confirme bien la mort de Sebastian Gonzalo Rodriguez, âgé de 24 ans. En plus, un autre jeune âgé de 24 ans a également été blessé d'un impact de balle, tandis qu'un autre de 28 ans a lui aussi été touché d'une balle au thorax. 

 

06/11/14 Almirante Brown - Estudiantes

Un très violent affrontement entre bandes rivales d'Almirante Brown, "La Barra Monstruo", "Los del 20" et "Los Dengues", a débouché sur la mort d'un supporter de 35 ans et une cinquantaine de blessés. Au moins 30 coups de feu ont été tirés. La rencontre a été annulée. 

 

11/11/14 San Telmo - Dock Sud

Deux personnes ont perdu la vie à la suite d’une fusillade entre barras des clubs de San Telmo et Dock Sud, deux clubs voisins et rivaux du sud de Buenos Aires.
Un groupe de supporters de San Telmo regardait le match de leur équipe contre Defensores de Cambaceres sur un écran géant près du quartier de La Boca lorsque des barras de Dock Sud, qui rentraient de leur match contre Talleres de Escalada, ont tiré avec des armes à feu.
Les victimes se nomment Daniel Sanchez, 28 ans, et Javier Araujo, 29 ans, qui succombera à ses blessures le jour suivant. On compte encore de nombreux blessés et un hincha dans un état grave.
 
À quelques kilomètres de là, le même jour, un supporter du club de Temperley en deuxième division, est tombé du haut d’une tribune et ce après avoir fêté un but. Une drame similaire à celui de Belgrano quelques heures plus tôt.
 
La dernière victime est, elle, hincha de Quilmes. Il s’agit de Diego Becerra, fils de Osvaldo Becerra, le chef de l’un des deux groupes qui se disputent le contrôle des tribunes de Quilmes. Diego a été retrouvé sans vie dans une camionnette (il est le frère de Mario Becerra, l'homme qui avait été sévèrement battu par la bande rivale dans la paravalanchas).
Comme si cela ne suffisait pas, À San Miguel de Tucuman ce sont des menaces qui sont apparues sur les murs du stade de l’Atletico Tucuman : «Il y a des balles pour tout le monde» ou encore «posez vos couilles» en raison des mauvais résultats de l’équipe.

 

12/11/14 Ituzaingo et Victoriano Arenas Serie D

Un mort, cinq blessés par balle dont un dans un état grave et vingt interpellations. Tel est le bilan des incidents qui se sont produits avant le match entre Ituzaingo et Victoriano Arenas.

La violence du football argentin touche toutes les catégories puisque ces deux clubs évoluent en Primera D, l’équivalent de la 5ème division.
Comme souvent ces derniers mois, c’est encore une lutte intestine qui a été à l’origine de la fusillade entre deux groupes de la barra d’Ituzaingo, club de la banlieue ouest de Buenos Aires. Le match a dû être suspendu et la police a été contrainte d’intervenir à coups de gaz lacrymogène et balles en caoutchouc aux abords du stade.
 
 

Rapide résumé des incidents à River.

 

La faction dissidente de la "barra millonaria" est issue de l'union de tous les groupes qui avaient été écartés des Borrachos del Tablón en 2007 et est actuellement menée par les groupes dirigés par "Cuqui" Alvarez des "Patovicas" de Hurlingham, Rubén Darío Velardez "Toti" de la "Banda del Oeste", Ariel El Pato Calvici, Alejandro El Zapatero Flores et d'autres barras issus de la "Zona Norte", avait réussi à entrer en force dans la Centenario en lançant des chants contre la "barra officielle" située en face, en Sivori Alta, lors du dernier match face à Independiente.  Cette faction composée des Patovicas de Hurlingham, de la Banda del Oeste et d'autres groupes issus de différents quartiers de Buenos-Aires (Flores, Caballito, Soldati) ou au Sud comme Caraza, Claypole et Temperle.

 

En août déjà, un groupe de barras récemment exclu des Borrachos del Tablon ont notamment volé deux baches géantes de la barra «official».  Le vol a eu lieu dans une maison au nord de la zone urbaine de Buenos Aires Pendant ce temps les Borrachos del Tablon attendaient au Monumental le match contre Rosario Central. Selon certains observateurs les voleurs pourraient toutefois appartenir à la section Los Patovicas de Hurlingham qui fait partie de la barra dissidente Banda del Oeste. 
 

Les deux factions se sont affrontés dans une véritable bataille rangée entre 150 barras armés de bâtons et de couteaux dans la cafétéria située dans le stade de River Plate. Quatre barras ont été blessés dont Héctor Guillermo"Caverna" Godoy, un des chefs des "Borrachos"... Ce nouvel incident entre les deux groupes avait pour prétexte la répartition des billets pour les matchs de championnat et surtout pour cette 1/2 finale retour de Copa Sudamericana (aller 0-0) qui a opposer du côté de Núñez, River Plate et Boca Juniors. (victoire de River Plate 1-0) 1ère fois que River élimine Boca dans une compétition sud américaine).

caverna-godoy-river.jpg Hector Guillermo "Caverna" Godoy cerclé de jaune
Source : Clarin ; Olé ; Grinta

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Barra Bravas
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages