Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 novembre 2009 1 16 /11 /novembre /2009 13:20

Six hommes de Seine-Saint-Denis prêtent leur visage pour la campagne d’affichage contre les violences faites aux femmes, lancée demain dans le département. Le département de la  Seine Saint Denis sera-t-il précurseur dans ce nouveau type de campagne ? Ou bien cela participera-t-il à une plus grande stigmatisation encore ?

 

 

Cette campagne met sous les projecteurs des hommes à visage découvert, prêts à affirmer leur engagement contre les violences faites aux femmes », insiste le docteur Gilles Lazimi, médecin au centre de santé de Romainville et l’un des principaux initiateurs de toutes les mobilisations, aux côtés de l’Observatoire départemental des violences faites aux femmes*.  Neuf hommes sur dix ne sont pas violents, ce sont eux qui doivent agir », insistent les responsables départementaux, en rappelant les statistiques : « Tous les deux jours, une femme meurt des coups de son conjoint », répète ainsi le docteur Lazimi. Mais il y a aussi 350 femmes violées en France chaque jour, où, selon les enquêtes, un avortement sur quatre est également lié à des violences (le parisien).

 

Les villes signataires de cette campagne elles sont 26, contre 6 seulement lors de la première campagne en 2004 afficheront ces slogans et organiseront des débats publics, du théâtre-forum, des journées thématiques et les Rencontres femmes du monde en Seine-Saint-Denis. Elles s’engageront aussi, avec la signature de la convention Un toit pour elle, à héberger les femmes victimes de violences.

 

Il est à espérer que d’autres campagnes dans d’autres départements, suivront et pas seulement en Ile de France.

Car c’est là que le bât blesse, en effet on va encore croire que le 93 est le champion du monde de la violence faîte aux femmes puisque évidemment c’est à cause des « mâles dans les cités ».

Et oui malheureusement certains organismes poussent le fantasme jusqu’à dire que tous les hommes (musulmans de surcroît) sont des violeurs de femmes ou au pire des machos pathétiques et pas civilisé.

 

Comme en politique il y a le violeur de la campagne ou de province et le violeur de la ville et des quartiers populaires ? A quand une campagne de sensibilisation dans le Maine-et-Loire ? En Meurthe-et-Moselle ?  Parce que cela ne concerne pas que les hommes dans certains quartiers ou de certaine origines, la violence faites aux femmes n’est pas une « culture propre » du blédard ou de l’immigré ou de l’étranger.

« Avoir la main lourde » (expressions maintes fois entendus) n’est pas l’apanage des habitants de la cité.

Karim éducateur dans une association de quartier en Seine Saint Denis témoigne :

« Le problème c’est que certaines personnes pourraient ressentir ça comme une provocation pure et dure visant à stigmatiser des populations des quartiers, en l'occurrence les hommes, comme des bêtes sanguinaires machistes et violentes envers les femmes! »

 

Il est donc souhaitable que cette initiative soit relayée partout en France, car c’est non seulement une cause importante qui ne peut être remis en question sur le fond, mais aussi pour en finir avec certaine séparation de traitement médiatique entre les violences dans les grandes villes et leurs banlieues et celles du reste de la France. Elles n’ont pas à être traité différemment.

Tous les deux jours, une femme meurt des coups de son conjoint, mais il y a aussi 350 femmes violées en France chaque jour, où, selon les enquêtes, un avortement sur quatre est également lié à des violences.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Société
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages