Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 novembre 2009 2 17 /11 /novembre /2009 13:04

« Dernier » volet (pour le moment) de notre dossier sur le Far West Corse.

 

Quatre piliers de la Brise de Mer ont été tués en deux ans, les raisons de leurs assassinats ne sont pas explicitement reconnues.

Conflit interne ? Hostilité avec une autre « bande » ? On a pendant un temps soupçonné une rixe entre le nord et le sud pour expliquer tous ces assassinats or (cf. nos autre articles), tout du moins il y avait un cas qui semblait accréditer cette thèse même si celle-ci ne semble pas être la bonne.

Une autre bande fait parler d’elle depuis quelques années, elle serait déjà à l'origine de la sanglante attaque du restaurant des Marronniers à Marseille, qui s'est soldée par trois morts, au mois d'avril 2007, dont Farid Berrhama, fiché pour trafic de drogue, c'est une puissante bande de Venzolasca, sur les hauts de Bastia, donc dans le Nord, qui était à l'oeuvre. Son chef, en cavale depuis, a été identifié sur cette affaire de 2007 grâce à son ADN.

« quellu chi ci capisce hè forte » comme on dit en Corse !

 

 

15/11 Le cadavre d'un homme tué par balles, retrouvé dimanche en fin de matinée en Haute-Corse, est "probablement" celui d'une personnalité du grand banditisme insulaire, a-t-on appris auprès des services de police.

Le corps a été retrouvé à bord d'un véhicule de type 4X4 près de Penta di Casinca, sur la côte orientale de l'île. Il a été identifié comme étant "probablement celui de Francis Guazzelli", l'un des piliers de la fameuse bande de la Brise de Mer.

Francis Guazzelli, 55 ans, était considéré par la justice et la police comme l’un des piliers de la "Brise de mer", l’une des plus fameuses équipes du grand banditisme insulaire, notamment impliquée dans le «casse du siècle» au siège de l’Union des Banques suisses, à Genève, en mars 1990.

Dimanche matin, peu après 9 h 30, alors qu’il circulait sur une route sinueuse menant à son village de La Porta (Haute-Corse), M.Guazzelli a été pris sous un feu nourri de décharges de chevrotines et de tirs de 9 mm. Au moins 26 impacts ont été relevés sur la carrosserie du puissant pick-up tout-terrain qu’il pilotait. Après avoir quitté la route, le véhicule a terminé sa course dans un coin de maquis, une cinquantaine de mètres en contrebas.

 

Le véhicule était immatriculé au nom de Philippe Navarra, un homme connu des services de police qui s’était signalé en mars 2008, à l’occasion du procès des assassins présumés de Nicolas Montigny, un jeune militant nationaliste abattu le 5 septembre 2001 à Bastia. M. Navarra avait affirmé à la barre que son propre frère était l’auteur de l’exécution, dédouanant ainsi plusieurs membres de la Brise de mer, accusés d’être les véritables exécutants du contrat.

C’est finalement un permis de conduire au nom de la victime, retrouvé sur les lieux, qui a mis les enquêteurs sur la bonne piste, confirmée par de rapides analyses d’empreintes digitales.

 

Autrefois fiché au grand banditisme, François Guazzelli, dit "Francis", avait fêté son cinquante-cinquième anniversaire le 4 novembre dernier. Il apparaissait depuis plus de vingt ans comme l’un des piliers de la Brise de mer et était le frère de Jean-Claude Guazzelli, conseiller territorial (SE) à l’Assemblée de Corse.

En avril 2008, Richard Casanova, un ancien compagnon de route et l’un des membres les plus emblématiques de la «Brise», était assassiné en plein jour d’une rafale d’arme de guerre à Porto-Vecchio (Corse-du-Sud). En janvier 2009, Francis Mariani, en cavale, trouvait à son tour la mort dans l’explosion toujours inexpliquée d’un hangar agricole, sur la commune d’Antisanti (Haute-Corse). Un mois plus tard, Pierre-Marie Santucci, autre figure du clan corse, tombait sous l’unique balle de gros calibre d’un sniper posté à plus d’une centaine de mètres, à Vescovato.
 

Et c’est sans compter l’assassinat de Daniel Vittini le 6 juillet 2008 de 4 balles alors qu’il circulait en voiture. Vittini, contrairement à ce qu'il se dit, n'était pas un membre de la Brise, mais il était proche de certains de ses « membres ». Son décès d’ailleurs serait lié à une querelle avec... Francis Mariani, ex-de la Brise, qui aurait pris naissance en Espagne.

Il y a quelques mois aussi, un homme avait été grièvement blessé par balles dans un bar d'Ajaccio, avant de trouver refuge dans une pharmacie située en face. Le Bastiais Joseph Albertini, né en 61, et présumé proche de la Brise de mer (il avait été mis en cause dans une attaque de fourgon à St Laurent du Var en avril 1997 aux côtés de Jacques Mariani, le fils de feu Françis, de Dominique Costa, le frère de Maurice de Corte, de Joseph Menconi etc.) qui a été blessé en sortant d'une boulangerie de Porto-vecchio. Blessé par une balle qui a traversé l'abdomen avant de ressortir par une fesse, il a été déposé par des proches devant l'hôpital local.

 

La mort de Richard Casanova le 23 avril 2008 elle serait imputable à la bande du petit bar d’Ajaccio, c’est en tout cas ce qui se dit, et sa mort n’ayant pas entraînés de remous particuliers dans le Nord de l’île. Certains pensent que les Ajacciens auraient continué leurs œuvres. Le hic c’est qu’il aurait été difficile pour eux de courir deux lièvres à la fois vu qu’ils sont déjà en conflit ouvert avec le MPA. Il se murmure que Casanova faisait cavalier seul depuis quelques temps et lorgnait des projets immobiliers du sud de l’île.

 

La mort de Francis Mariani a été un choc d’autant plus grand, qu’il est intervenu dans des circonstances étranges ou les supputations vont bon train. L'explosion d'un hangar agricole le 15 janvier 2009 vers 16H00 à Casevecchie dans la plaine orientale corse, à 80 km de Bastia, a provoqué un tremblement de terre ! Aux côté d'un commerçant d'Aleria, la deuxième victime était François Mariani dit Francis, né le 28 janvier 1949 (il allait donc fêter ses 60 ans).
Mariani était en cavale depuis mars 2008, lorsqu'il s'était envolé de la cour d'assises d'Aix-en-Provence la veille du verdict dans le dossier de l'assassinat de Nicolas Montigny en septembre 2001. Il avait été condamné par défaut à 7 ans pour association de malfaiteurs. Mariani avait déjà cavalé en 84 avec Charles Pieri, futur patron du FLNC, puis en mai 2001 de la prison de Borgo, via un faux fax de libération. Il avait été repris à Vivario (Haute-Corse) en janvier 2002 avec des faux documents et une liasse de billets de 200 francs provenant d'un fourgon tapé en octobre 2000 dans le Var. Il avait pris 2 ans pour recel et avait été libéré en avril 2006.

Sa mort laisse place à beaucoup d’interrogation, manipulait-t-il des explosifs ? L’explosion est-t-elle accidentelle ? S’est-il pris un coup de fusil avant l’explosion ?  Les rumeurs parcourent l’Ile à la vitesse grand V.

 

Il est donc encore difficile aujourd’hui de connaître tous les tenants et aboutissants, pas mal de théories sont possibles aussi, un conflit générationnel comme la Corse en a connu bien d’autres. Ca peut paraître une lapalissade mais le truand meurent rarement dans son lit et atteint rarement l’âge de la retraite. Cette bande réputée indéboulonnable fait les frais sans doute d’une vie rangée à profiter des rentes engrangées et d’une trop grande confiance en soi peut être.
 
 

A voir le blog de jerome pierrat

 

Sources Corse Matin ; Radio Alta Frequenza

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Le milieu Corse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages