Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 février 2011 3 23 /02 /février /2011 16:24

La 7ème chambre du tribunal correctionnel de Marseille, chargée du crime organisé, a rendu son verdict le mardi 26 janvier 2011 au matin, dans l’affaire du projet avorté d’assassinat d’Alain Orsoni, ancien leader du mouvement nationaliste MPA, revenu en Corse en 2008. Cet assassinat aurait été destiné à venger celui d’Ange-Marie Michelosi intervenu le 9 juillet 2008. Six personnes étaient accusées d’association de malfaiteurs et de transport d’armes et munitions ; une septième, Ange-Marie Michelosi, homonyme de son père, pour détention d’armes. Il est à noter qu’Alain Orsoni, partie civile au début de l’affaire, s’était désisté par la suite et n’était même pas présent au procès.

 

Jean-Toussaint Michelosi, 50 ans, frère d’Ange-Marie, considéré comme l’instigateur du projet, écope de 5 ans de prison. Tout comme Edmond Melicucci, 41 ans, ami et lieutenant de Michelosi. Jean-Toussaint avait expliqué que la rumeur en corse présentait Alain Orsoni comme un commanditaire potentiel de l’assassinat de son frère mais nie avoir voulu le faire tuer. Pascal Porri, 35 ans, et Stéphane Raybier, 38 ans, ont été condamnés à 6 ans de prison. Ces deux hommes feraient partie de la « Bande du Petit Bar » qui avait Ange-Marie Michelosi pour mentor. Ils se seraient associés au projet autant par vengeance que pour contrecarrer la volonté de mainmise d’Alain Orsoni sur le milieu corse depuis son retour sur l’île après des années d’exil, selon l’accusation. Ces quatre hommes ont été relaxés des chefs de transport d’armes et de munitions. Ange-Marie Michelosi fils, en récidive, récolte 2 ans de prison. Jacques Pastini, 52 ans, est ressorti libre mais condamné à 2 ans dont 6 mois ferme pour avoir loué et conduit les véhicules utilisés pour effectuer les repérages. Jean-Laurent Salasca, 61 ans, qui prêtait son hangar pour entreposer les véhicules, est condamné à 18 mois de sursis mais est relaxé du chef d’association de malfaiteurs.

 

Ce dossier était le premier a arrivé devant une juridiction de jugement. Des dizaines de dossiers concernant le crime organisé corse sont encore à l’instruction.

 

Et justement un de ces dossiers concerne une autre affaire de règlements de comptes entre les ex du MPA d’Alain Orsoni et la bande du Petit Bar d’Ajaccio, celle de l’assassinat de l’ancien nationaliste Antoine Nivagionni.

Il a été tué devant son domicile le 18 octobre dernier, l'ex-dirigeant de la Société méditerranéenne de sécurité (SMS) est abattu par deux hommes, non loin de la piscine d'Ajaccio où il venait de sortir du domicile de sa compagne. Les deux hommes ont ensuite pris la fuite à l'aide d'un véhicule que les policiers ont découvert calciné vers la grotte Napoléon à Ajaccio.

 

Un homme en cavale

 

Après avoir cessé le militantisme, Antoine Nivaggioni a créé une société de sécurité, la SMS, qui a remporté plusieurs marchés publics lucratifs. Mais, selon la police judiciaire, il avait tendance à confondre les comptes de son entreprise et son porte-monnaie. En novembre 2007, à la veille de la date prévue pour son interpellation, Antoine Nivaggioni prend la fuite, sans doute prévenu par des indiscrétions. Sa cavale de quatorze mois relance les soupçons de protection dont il bénéficierait et rallume la guerre des polices en Corse. Les écoutes téléphoniques font en effet apparaître des conversations ambiguës avec un fonctionnaire des Renseignements généraux et un retraité de ce service. Enfin, plusieurs de ses proches sont interpellés alors qu'ils s'apprêtent à lui remettre un faux passeport. 

Depuis sa cavale (il n'aurait en réalité jamais quitté l'île), le fugitif accorde un entretien exclusif au magazine Corsica. Antoine Nivaggioni explique ses contacts répétés avec des policiers par des "relations professionnelles et publiques." "Je suis la victime d'un conflit qui me dépasse totalement", assurait il.  

Arrêté en janvier 2009 à Ajaccio, Nivaggioni a été remis en liberté en septembre de la même année, à la faveur d'une erreur de procédure. Il était depuis dans l'attente de son procès. Selon le réquisitoire du procureur, cité par Le Canard enchaîné, la procédure judiciaire a été "polluée par des interventions variées et peu compatibles avec la manifestation de la vérité".

Les funérailles de la victime avaient réuni un millier de personnes à l’église Saint-Roch d’Ajaccio : nationalistes de tous bords, hommes politiques de droite et de gauche, monde sportif,… Parmi les porteurs du cercueil, on relevait Alain Orsoni et l’élu nationaliste Jean-Christophe Angelini.

 

Depuis lors, 3 personnes ont été mises en examen dans le cadre de cet assassinat.

José Guargualè, Christophe Ettori et Jacques Santoni, présentés comme des proches de la « Bande du Petit Bar », ont été mis en examen pour « association de malfaiteurs en vue de commettre un assassinat en bande organisée ». Ces hommes ne sont pas les exécutants matériels du crime mais auraient assuré la logistique.
Les auteurs matériels seraient au nombre de trois : un chauffeur, un tireur caché dans le coffre du véhicule et un autre caché dans le coffre du toit de la voiture. Un fusil à pompe, une kalachnikov et un pistolet automatique de calibre 11,43 ont été utilisés. La police a fait des relevés d’ADN dans l’appartement loué pour surveiller Nivaggioni.

 

Et l’année 2011 en Corse a une nouvelle fois débutée avec une double exécution, celle d’Antoine Mattei et de son petit cousin Jean-Baptiste Mattei. Ces meurtres seraient liés à des règlements de comptes au sein de la Brise de Mer, le conflit Mattei/Costa qui a déjà coûté la vie au neveu des Costa, Florian, tué devant ses enfants le 8 décembre dernier et alors que ses deux oncles Maurice et Dominique étaient incarcérés !

 

 

Certaines sources citées par Corse Matin ; Le Monde et Alta Frequenza

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Le milieu Corse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages