Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2009 4 15 /10 /octobre /2009 15:52

Le risque était que cette violente agitation dans le sud de l’île s'étende à la Corse tout entière et déclenche une guerre insulaire nord-sud. Les premiers morts de 2008 ont fait croire à un début de règlements de compte entre le petit bar et la brise de mer, une opposition nord/sud pas si improbable que ça, si ce n’est que c’est surtout le retour d’Alain Orsoni d’Amérique du sud qui aurait déclenché les première secousses (en plsu de la mort dan un acident de voiture du parrain de Corse du Sud Jean-Jé Colonna.


L’actualité la plus récente se trouve une nouvelle fois à Ajaccio ou un homme a réchappé à une tentative d’assassinat (à la manière Corse cad des hommes à motos) grâce à son gilet par balle. Il a pu se réfugier à l’hôpital de la ville ou une heure après le quartier était bouclé.

L’homme n’est pas un inconnu des services de police et dont le nom était déjà sorti dans notre article précédent. C’est en effet le frère de Jean-Jacques de la Foata, Philippe qui a été pris pour cible. (link).
Ceci est le dernier évènement en date dans la dernière vague d’assassinats qui a ensanglanté le sud de la Corse.

Comme notre précédent article le concluait, une quinzaine de personnes ont été interpellées dans le cadre de ces règlements de compte mais surtout dans celui du « dézinguage » manqué sur Alain Orsoni.

Les relations tumultueuses entre autonomistes du feu MPA et la bande du petit bar d’Ajaccio ont laissé sur le carreau une dizaine de personnes dont des proches du feu parrain Jean-Gé Colonna dont les deux mouvances se disputent le trésor.
 

Les prétendants attirés par l’appât du gain ainsi que par les futurs projets de réaménagement des ports de Porto-Vecchio et de Propriano, sont donc sortis de l’ombre et les coups de feu ont commencés à retentir.

La bande ajaccienne du Petit bar aurait d’abord éliminé le 23 avril 2008 Richard Casanova, de la mouvance de la Brise de Mer. Cette dernière ne semble pas avoir réagie, chacun voulant semble t il profiter de leurs rentes tranquillement.

Le 16 juin 2008 c’est un cousin de Jean-Gé Colonna, Jean-Claude Colonna, qui est abattu à Pietrosella et le 8 juillet c’est le chef présumé de la bande du petit bar Ange-Marie Michelosi qui tombe sous les balles à Grosseto-Pugna.

Pour l’année 2008 d’autres assassinats auront lieu même s’il est difficile de dire à quel camp ils appartenaient ou s’ils étaient de cette guerre.

 

L’année 2009 verra bien d’autres corps jonchés le sol et c’est tout d’abord l’ancien sympathisant du MPA Thierry Castola (fils de feu Francis Castola abattu sur un parking en 2005) le 3 janvier qui tombe à Bastelicaccia. Son frère Francis échappera au balles quelques mois plus tard (link).

Il semblerait selon les enquêteurs que ce soit un différent d’ordre financier entre eux et Alain Orsoni qui soit à l’origine de tout ça.

 Le 29 janvier c’est une connaissance de la bande du petit bar, Samir Brahimi, qui est descendu en plein centre ville. Les exécutions s’enchaînent :

 

10 Avril, Ajaccio, Nicolas Salini et Jean-Noël Dettori exécutés par plusieurs armes de guerre, type fusils de chasse mais aussi au fusil-mitrailleur.


17 avril, Lucciana, André Rogliano et Alexandre Rogliano, assassinés sur la route de l'aéroport de Bastia.


15 mai, Sartène, Jean-Felix Maludrottu, tué à coups de fusil dans un bar.


4 juin, Alata, Pierre Manzaggi, tué d'une balle au thorax tirée à distance.


14 juin, Alata, Damien Gheraldi, tué par balles, âgé de 24 ans, connu des services de police pour des affaires de stupéfiants.


26 juin, Ajaccio, Noël Andréani, proche d'Alain Orsoni, renversé par une voiture puis achevé de quatre balles à bout portant.

 

Rappel des faits un peu laconique et lapidaire (et non exhaustif) j’en conviens mais nécessaire, surtout qu’il est encore assez difficile de déterminer à quels camps appartenaient certaines de ces personnes.

La très récente tentative d’assassinat sur Philippe de la Foata prouve que les ardeurs sont encore vives du côté des belligérants bien que certains cadres aient été mis à l’ombre sur le continent dont Alain Orsoni entendu dans l’affaire du meurtre de Thierry Castola.

 Les enjeux sont tellement énormes que d’autres bandes pourraient rentrer dans le conflit prochainement puisque le milieu est comme la nature, elle a horreur du vide.

Dans notre prochain article nous relaterons l’histoire du gang le plus fameux de l’île de Beauté, la Brise de mer qui est aujourd’hui en proie à des luttes internes tout aussi sanglantes et alambiquées que celles de la Corse du Sud.


 (A voir le blog de Jerôme Pierrat).

 

Sources wikipédia

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Le milieu Corse
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages