Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 21:52

Comme cela peut être le cas dans des états totalitaires, la télévision peut se faire le relais des gouvernants, devenant l’outil de propagande par excellence. Mais dans un pays dit démocratique, elle peut -sans pour autant devenir un instrument de propagande politique- se mettre au service de l’état des ces institutions et de ses hommes.

Une des premières constations du rapport TV/politique, est que les média, et particulièrement la Tv est devenu « incontrôlable » et peut parfois se montrer trop envahissante. Elle a acquis une place bien trop importante qui met en péril les forces de la républiques, censées être représentées par les pouvoirs exécutifs, législatifs ou judiciaires. La télévision possède une influence, un impact bien plus important que ces derniers, elle seul peut rendre une institution haïssable ou faible. Elle est un danger, dans le sens où elle est devenue trop puissante et trop dure à contrôler comme le souhaiterais certains dirigeants.

Autre écart, mais qui coule de source, celui du rôle éducatif qu’aurait du connaître la TV dite républicaine. Il est évident que de nos jours, cet aspect ci de la télévision est quasiment oublié. Les dirigeants de chaînes ont trop vite remarqués que le divertissement engendrait beaucoup plus de profits et qu’il était beaucoup plus facile et intéressant (pour eux) de suivre le chemin de l’abrutissement plutôt que celui de la connaissance et de l’information ou d’autres valeurs dites Républicaines. En soi -et au niveau des foyers- la TV constitue une sorte d’entrave à l’éducation. C’est en insistant sur l’aspect violent et sensationnel des images que la plupart des programmes TV influencent le téléspectateur, bien trop passif et inapte à juger de lui-même certaines scènes. En refusant d’instruire et d’informer correctement le citoyen, la télévision lutte CONTRE les valeurs de la démocratie.
De la même façon, une de ces autres réflexions sur la télévision nous démontrait à quel point cette dernière peut empêcher une démocratie de subsister durablement, si la TV n’est pas contrôlée ou bien si son rôle et son pouvoir ne sont pas clairement limités.
Ainsi, pour expliquer ce paragraphe, il suffit d’une citation : « La démocratie consiste à soumettre le pouvoir politique à un contrôle. C’est là sa caractéristique essentielle. Il ne devrait exister dans une démocratie aucun pouvoir politique incontrôlé. Or la télévision est devenue aujourd’hui un pouvoir colossal ; on peut même dire qu’elle est potentiellement le plus important de tous, comme sil elle avait remplacé la voix de Dieu. Et il en sera ainsi tant que nous continuerons à supporter ses abus. La télévision a acquis un pouvoir trop étendu au sein de la démocratie. Nulle démocratie ne peut survivre si l’on ne met pas fin à cette toute puissance ».

Un autre de ces coups bas envers l’état, fut lorsqu’elle décida de ringardiser la politique, et on peut considérer que cela a encore aggravé la vison qu’avaient les français de la politique. Mais tout cela à changé, aujourd’hui les deux milieux vivent en symbiose et chacun se retrouve gagnant. L’un à trouvé des personnalité connues pour remplir ses plateaux à la moindre occasion, l’autre à trouvé une tribune ou, à défaut de parler de politique, il peut se montrer afin qu’on ne l’oubli pas et qu’il prouve que lui aussi pratique la SSSS attitude (sympathique, simple, spontané, sincère). La télé bénéficie d’un stock de personnalités à exhiber, souvent connues et toujours d’accord pour une séance de promo politique entourée de peoples, le tout dans une ambiance « plus consensuel tu meurs ».

C’est justement pour éviter ces dérives que l’idée est venue de créer une télévision publique. Une télévision qui, initialement, se doit de traiter l’information de manière objective, qui ne doit pas se montrer partisane. Une télévision « libre » qui ne vit pas pour engraisser ses actionnaires. Dommage que cette idée soit restée à la porte de France 2 et France 3, sans parler d’émissions à caractère culturel, relayées au fin fond des grilles de programmes. Et pour espérer trouver une télévision dite publique, il ne reste que France 5 et ARTE, dont les motivations n’ont rien à voir avec n’importe quelle chaîne du Hertzien.
- « La mission d’ARTE est définie par l’Article 2 de son Contrat de Formation: Le Groupement a pour objectif de concevoir, réaliser et diffuser, ou faire diffuser, par satellite ou par tout autre moyen, des émissions de télévision ayant un caractère culturel et international au sens large, et propres à favoriser la compréhension et le rapprochement des peuples en Europe »
- « France 5, qui fut créée sous le nom de La Cinquième le 13 décembre 1994, occupe en effet une place originale dans le paysage audiovisuel français puisque son cahier des charges lui assigne pour mission de se consacrer à la diffusion et au partage des connaissances.
Véritable télévision de contenu, France 5 a pour vocation d'être utile, de donner de l'information et des clés pour aider à décrypter le monde qui nous entoure (et surtout pour se prémunir de ses consœurs France 2 et France 3). »
Alors que pendant ce temps là, d’autres directions oscillent entre divertissements débiles et tapis rouges pour personnalités politiques, pas toujours invitées de manière équitable. Combien de fois on a vu France 2 ou France 3, après la canicule de 2003, ouvrir ses portes à Madame Chirac la laissant ainsi faire preuve d’un numéro de communication époustouflant pour son mari ou pour le gouvernement ? Combien de fois Drucker a-t-il invité la famille Sarkozy ou bien Madame Chirac (encore elle), transformant son dimanche après-midi en véritable émission de charity business.
En se mettant de cette façon au service des politiques, le service public manque à ses engagements auprès du téléspectateur.
Alors non, la télévision, même publique, n’est pas au service des institutions de l’état, par contre elle est clairement au service des personnalités politiques, de la classe dirigeante.

On va se répéter, mais la télévision n’est au service de personne, et elle se montrera conciliante seulement si elle peut en tirer parti. A quelques exceptions près, elle n’œuvre ni pour le citoyen, ni pour la défense des valeurs dites républicaines (éducation, culture etc..).
Par contre elle est devenue un outils de manipulation parfait, et nul doute que Machiavel, si il avait écrit l’incontournable « Le Prince » de nos jours, aurait inclus la télévision parmis les techniques bonnes pour maintenir son emprise sur les citoyens. Mais l’utilisation de la télévision à des fin de pouvoir est tellement délicate qu’il aurait sans doute du écrire un second livre entier sur le sujet. Avec ce premier livre sur les sciences politiques, Machiavel à décris les mécanismes du pouvoir. Et tout comme cet ouvrage aurait du être déstiné aux peuples afin que grâce à la connaissance ils se protègent de leurs rois, on devrait mettre à la disposition des citoyens une base de connaissance afin d’apprendre le fonctionnement des médias.
Aujourd’hui chacun de doit de savoir décrypter la TV, d’apprend à s’en méfier afin de résister à l’influence constante qu’elle a sur la société.

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages