Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 octobre 2009 6 24 /10 /octobre /2009 14:20

Si le titre est vague c’est exprès, le sujet à traiterpeut en paraître tout autant. En effet entre les pays importateurs et les pays exportateurs en Afrique, le pétrole fait obstacle au développement économique pour les uns et les autres sont victimes des prix d’exportation qui pèsent sur les dépenses publiques.

Selon le professeur Jean-Marie Chevalier (*) l’argent du pétrole est partout au centre des inégalités sociales et met en évidence les déficits de gouvernance.

 

Une nouvelle toute fraîche sortie dans différents organes de presse hier, Total a annoncé ce vendredi avoir fait une découverte de pétrole. Le groupe français vient de lancer un forage dans les eaux profondes de l’océan Atlantique au large de l’Angola.

Total a précisé que ce puits produit en test 4.000 barils de pétrole par jour. Il a déjà déclaré, en septembre, qu’il investirait 4 milliards de dollars pour 2009 dans ce pays. Le groupe a produit 205.000 barils d’équivalent pétrole par jours en 2008.

L’Angola est le premier producteur de pétrole en Afrique et le pays lusophone est aussi en 2006, le premier fournisseur de la Chine avec 456 000 barils par jour.

 

Entre 1990 et 2004, la production du continent africain a augmenté de 40% passant de 7 à 10 millions de barils/jours et elle devrait encore augmenter jusqu’à 50% en 2010.

L'Afrique, avec environ 9,5 % des réserves pétrolières mondiales connues, se place en troisième position derrière le Moyen-Orient (61 %) et l'Amérique du Nord (11,6 %). La Libye est le pays le plus riche, avec 35 % des réserves du continent, suivi par le Nigeria (31 %), l'Algérie (10 %) et l'Angola (8 %). Au total, elle est le deuxième fournisseur de la Chine (27 % de ses achats en 2007), derrière le Moyen-Orient (39 %). La Chine qui représente elle-même le deuxième débouché de l'Afrique (19 %) derrière les États-Unis (37 %).

 

La géopolitique et l’économie des pays de pétrole sont très directement associées à l’argent du pétrole que se partagent tous les acteurs économiques, politiques, administratifs qui participent à l’exploitation des richesses du sous-sol. La dynamique du partage de la rente est fondée sur trois éléments majeurs : l’importance de la rente et son évolution – L’utilisation de la rente en relation avec le développement économique et le modèle de gouvernance en place.

 

Les pays africains exportateurs de pétrole n’échappent pas à la malédiction pétrolière selon Jean-Marie Chevalier, cette maladie économique connue sous le nom de « mal hollandais », puisque la première victime a été la Hollande dans le années 60 avec les exportations de gaz issu du gigantesque champ de Groningue.

Les recettes d’exportation et les richesses associées provoquent des distorsions économiques et condamne les pays « incriminés » à la monoproduction d’exportation.

Dans les pays africains les exportations pétrolières représentent 90% de la valeur totale des exportations. Aucune autre activité n’a pu se développer de façon significative.

Une partie des recettes fiscales est utilisée dans des dépenses improductives, le gonflement d’une administration pléthorique et des subventions qui ne donnent pas toujours les bons signes économiques.

Des tarifs sociaux sont péniblement mis en place afin de permettre d’acheter une relative paix sociale.

 

En 2004, par exemple Le Nigeria est le 7e producteur mondial pour 2 millions de barils produits chaque jour, les revenus du pétrole représentent 65% du budget de l’Etat mais seulement 5% sont reversés aux régions productrices.

Dès lors les actes de vandalisme se multiplient dans les régions concernées (le delta du Niger, au sud du pays) et les enlèvements ou meurtres de ressortissants étrangers travaillant pour les compagnies pétrolières sont monnaie courante. (http://www.monde-diplomatique.fr/2006/04/SERVANT/13334). Des mouvement indépendantistes ou juste appâtés par le gain.  Ce n’est pas un cas isolé de « défense de ressources africaines » par des milices armées afin de financer des guerres civiles.

 

Aujourd’hui ce pays exporte 40% de sa production brut vers les USA, la Chine n’est pas en reste, , le Président chinois, Hu Jintao, s'est rendu au Nigeria où déjà 2,3 milliards de dollars ont été investis dans un champ pétrolier offshore.

Mais chose inattendue c'est une fin de non-recevoir sans précédent que vient d'essuyer la Chine selon « le Figaro ».

Le gouvernement nigérian fait jouer l’offre et la demande, profitant du bras de fer qui les oppose aux grandes compagnies étrangères implantées depuis près d'un demi-siècle dans le pays, Shell, Chevron, Total, ExxonMobil, le gouvernement a refusé fin septembre la proposition chinoise d'acheter 6 milliards de barils de pétrole. Un contrat évalué à quelque 20 milliards d'euros. «Je peux vous dire que nous n'allons pas leur donner tout ça», a simplement déclaré Odein Ajumogobia, vice-ministre du pétrole du Nigeria.

 

«L'argent investit ne profite pas aux économies domestiques», dénonce au Fiagro Tsidiso Disenyana, un chercheur sud-africain, qui réclame plus de transferts de technologie et de formation pour les employés locaux. Et le SAIIA d'accuser les Chinois de «manque de transparence» et de souvent «violer les règlements des pays hôtes en matière de ­travail et d'environnement». La réaction du Nigeria pourrait donc faire tache d'huile. «Il faut des stratégies qui permettent de briser le cycle de la pauvreté en Afrique», souligne le rapport sud-africain qui ajoute que la nature même des prêts chinois «peuvent poten­tiel­le­ment plonger les pays africains dans une nouvelle spi­rale de dettes».

 « Ces renforcements des initiatives sur la transparence, la prise de conscience mondiale de la nécessité du développement économiques en Afrique font apparaître quelques lueurs d’espoir » conclut Jean-Marie Chevalier.

 

* Professeur à Paris Dauphine et directeur du centre de géopolitique de l’énergie et des matières premières.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Géopolitique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages