Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 décembre 2009 4 17 /12 /décembre /2009 16:16

On aurait pu aussi titrer « un sommet à en perdre la tête » tellement la situation à l’heure actuelle est poliment confuse et chaotiquement pathétique. On savait déjà que les négociations entre pays riches et pays pauvres étaient dans l’impasse, on sait en plus que rien n’y fera, les bonnes âmes sont absentes et les prés carrés nationaux privilégiés une fois de plus à l’intérêt planétaire. link

 

 

Les négociations au sommet de Copenhague étaient totalement bloquées mercredi soir avec une journée perdue, à 48 heures de l'échéance pour la conclusion d'un accord climat.

Et il y a quelques heures, la présidente de la conférence sur le climat, la Danoise Connie Hedegaard, a démissionné deux jours avant la fin de la réunion alors que les discussions étaient dans l'impasse. Elle va être remplacée par le Premier ministre danois de Loekke Rasmussen. Dans un entretien accordé au site du quotidien Jyllands-Posten, elle répond aux nombreuses critiques dont elle a fait l'objet. "Il est tout à fait normal que dans ce genre de situation, on s'en prenne à la présidence", a-t-elle expliqué. En laissant le Premier ministre prendre la direction des débats, elle espère que les pays vont désormais s'attacher à trouver des solutions et parvenir à un accord d'ici vendredi.

 

Conséquence fâcheuse mais sûrement inévitable, les pays en développement ont accusé à la mi-journée, hier, Connie Hedegaard de préparer un texte de négociations ne tenant pas compte des résultats des groupes de travail et avaient prévenu qu’une telle démarche serait inacceptable.
Connie Hedegaard avait également conduit des consultations avec des représentants du G77, coalition de 130 pays en développement. "La présidence danoise est en train de conduire la conférence à l'échec, par sa volonté de mettre à tout prix une nouvelle base de négociation sur la table sans tenir compte de ce qui existe", s'est insurgée une diplomate de haut rang.

La Chine justement. Depuis le début, ses représentants reprochent à Connie Hedegaard d’avoir diffusé un "brouillon" d’accord laissant de côté les demandes des pays en développement.

Les Européens aussi ne sont pas tendres. Connie Hedegaard paie sa nomination comme future commissaire au Climat : "Pour les grands pays de l’UE, elle ne peut plus être neutre, estime un diplomate. Elle est déjà perçue comme la main de la Commission, plus soucieuse d’obtenir des engagements que de les faire accepter par nos opinions publiques." (source courrier international).

La présidente danoise de la conférence avait averti les ministres mardi: "Je dois vous le dire, nous pouvons échouer. Si nous voulons réussir -et nous allons réussir!- nous devons changer de vitesse". "Nous sommes presque à court de temps", a renchéri le responsable de l'ONU chargé du climat, Yvo de Boer, déplorant qu'il y ait eu "des progrès mais pas suffisamment pour pouvoir présenter Copenhague au monde comme un succès".

Une grande partie de la responsabilité d'un futur accord repose par ailleurs toujours sur l'attitude des deux principaux pays pollueurs, les Etats-Unis et la Chine. L'émissaire américain pour le climat, Todd Stern, a annoncé mardi que son pays n'envisageait pas de revoir à la hausse ses objectifs de réduction d'émission de gaz à effet de serre à l'horizon 2020 (-17% par rapport à 2005 et -4% par rapport à 1990).

 

En gros rien n’avance, chacun prêche pour sa paroisse comme toujours, au-delà de l’urgence (dont on peut débattre certes) ce sommet prouve encore une fois que papoter en fait c’est comme la guerre ça sert à rien (désolé Mr Churchill).

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages