Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 15:33

Deux frères de 23 et 30 ans, Giuseppe et Vincenzo Falduto ont disparu depuis le 30 juin. Proches de la mafia montréalaise, les 2 frères sont connus de la police, notamment Vincenzo pour des affaires de détention d’armes. Leurs parents ont lancé un appel pour avoir retrouvé ne serait ce que leurs corps.
Le 2 juillet à Laval (banlieue de Montréal), Ferdinando Belmonte, 22 ans, est tué par balles. Il semble lié au parrain Rocco Sollecito et à son réseau de paris illégaux. A son domicile, les policiers ont découvert de l’argent liquide et de la cocaïne. Un suspect est arrêté en octobre à Kitchener, Ontario, Mitchell Robert Cousins, 29 ans.
Le 17 juillet, Piero Arena, 58 ans, est libéré en conditionnelle. En avril 2011, il avait été arrêté pour avoir projeté d’importer de la cocaïne au Canada depuis la Colombie, le Venezuela et la République Dominicaine. 
Il est présenté comme un proche du «Gang de l’Ouest» et du clan Cotroni (clan calabrais).

Assassinat de Ferdinando Belmonte (TVA Nouvelles)

Assassinat de Ferdinando Belmonte (TVA Nouvelles)

Marco Pizzi, 46 ans, a échappé à un règlement de comptes le 2 août à Montréal-Est. Il a réussi à s’enfuir à pied et les 2 hommes armés ont tenté de le poursuivre, avant également de prendre la fuite. Aucuns coups de feu n’a été tiré. Considéré comme un proche de Toni Callocchia, abattu en décembre 2014, Pizzi serait un important importateur de cocaïne pour la Mafia montréalaise. 
L’enquête sur cette affaire a permis l’arrestation de Kevin Rochebrun, 25 ans, lié à un gang de rue. 
Début octobre, les frères Pietro et Salvatore Scaduto ont été condamnés à la prison à vie par un Tribunal de Palerme. Ils ont été reconnus coupables des meurtres de Juan Ramon Fernandez et Fernando Pimentel, deux mafieux canadiens abattus le 9 avril 2013 à Bagheria (province de Palerme). 
Le 8 octobre, Steven Constantinou, 22 ans, disparaît corps et biens. Il est présenté comme un proche de Giuseppe «Closure» Colapelle, abattu en mars 2012. C’est à la suite de ce meurtre que Constantinou se serait équipé d’une arme, avec laquelle il est interpellé en 2013. Il se trouvait en compagnie de Carlo Colapelle, frère de Giovanni, en mai 2014, quand ce dernier est arrêté à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis dans le cadre de l’opération Lycose contre la contrebande de tabac. Son corps est retrouvé le 31 octobre dans le coffre de sa voiture.
En fin d'année 2016, la police a informé officiellement Nicola «Nick» Spagnolo, 41 ans, qu’un «contrat» aurait été lancé contre lui.

Steven Constantinou (CTV Montreal)

Steven Constantinou (CTV Montreal)

Vincenzo Spagnolo, réputé pour avoir été le «plus fidèle lieutenant» de Vito Rizzuto, défunt parrain de la mafia montréalaise, a été abattu par balle, le 15 octobre à Laval. 
La victime, âgée de 65 ans, était considéré comme le confident et le bras droit du parrain lorsqu’il est revenu de son emprisonnement dans le Colorado, en 2012.
Cet assassinat vient une nouvelle fois totalement affaiblir le clan Rizzuto, dont les membres commencent à se compter sur les doigts d'une main.
«Il ne reste plus beaucoup de visages connus. Un des seuls survivants c’est le fils cadet de Vito, Leonardo Rizzuto, qui est en prison. Et il doit actuellement être soulagé d’être dans sa cellule», souligne Pierre de Champlain, spécialiste du crime montréalais, au journal La Presse.
Le nom de Vincenzo Spagnolo avait été cité dans des documents du projet Colisée, qui ont été présentés dans le cadre de la Commission d’enquête sur l’octroi de contrat dans la construction.
Le fils de Vincenzo Spagnolo, Nicola, siégerait d’ailleurs au sein de la nouvelle table mafieuse qui gère les activités de l’organisation, où il serait chargé du secteur de la construction.
Il aussi géré plusieurs cafés de Laval au nom des Rizzuto, cafés qui servaient aussi à instalelr des machines de loterie vidéo qui leur permettait de toucher 22% des gains des machines via Loto-Québec.
Selon les autorités, 64 établissements disposant de licences pour des machines à sous sont clairement liés au crime organisé (Mafia montréalaise, gangs de motards et gangs de rue).
Face à cette instabilité, la police a mené 5 perquisitions aux domiciles de proches de la Mafia, comme Steve Ovadia, considéré comme un homme de main du parrain Stefano Sollecito, ou Charles Chouchani, travaillant pour Ovadia. Par ailleurs, les policiers suivent de très près la posture d’Antonio «Tony» Mucci, 61 ans. Approché par le clan Rizzuto pour prendre la tête de la Mafia de Montréal, il aurait décliné la proposition, jugeant la situation trop instable.

Vincenzo Spagnolo (La Presse)

Vincenzo Spagnolo (La Presse)

Si la Mafia traditionnelle connait revers sur revers, c'est l'inverse pour les Hells Angels, qui eux surfent sur les succès.
L'opération SharQc (voir épisodes précédents) est en train de terminer en un gigantesque flop judiciaire. Les Procureurs ont demandé l’arrêt des poursuites et le retrait des mandats d’arrêts contre 8 membres de l’organisation en fuite. Ces membres pourraient donc, sous peu, rentrer chez eux, librement. Il s’agit de : Michel Bergeron, 60 ans ; Gaetan Brisebois, 46 ans : Antonio Costella, 54 ans, tous du chapitre South ; Marcellin Morin, 49 ans du chapitre de Trois-Rivières ; Marc Bordage, 53 ans, du chapitre de Québec et Luc Émond, 49 ans, associé du chapitre de Montréal. Le dernier Hells Angels en cavale est Mario Bergeron, 52 ans, du chapitre de Québec, mais il est présumé mort depuis 2008. 
Selon les policiers québécois, le gang de motards aurait détrôné la Mafia montréalaise au sommet du crime organisé québécois. 
Le club de motards a créé une sorte de «superstructure» rassemblant les 3 chapitres actuellement ouvert au Québec (Montréal, Trois-Rivières et South). On compterait 80 membres, sans compter les clubs-écoles (160 membres) travaillant directement pour eux. Les Hells Angels québécois disposeraient d’un «comité de décideurs» composé de Mario Brouillette, Martin Robert et les frères Sylvain et François Vachon.


La puissance du gang lui permet de contrôler environ 80% du territoire du Québec, mais aussi des territoires au Nouveau-Brunswick et même d’étendre son influence en Ontario. Leur force permet d’imposer une «taxe» de 10% sur les activités criminelles se déroulant sur leurs territoires. Même si les relations sont cordiales avec les mafieux, ceux-ci doivent aussi, dans certains cas, payer pour leurs commerces situés sur le territoire des motards. Le refus de payer cette dime explique plusieurs affaires de règlements de comptes, y compris contre leurs «frères» Hells Angels Nomads de l’Ontario. Ca expliquerait les fusillades contre Martin Bernatchez, Président des Nomads Ontario, blessé le 12 août, et contre Philippe «Crazy» Boudreault, blessé le 16 avril. 
En fin d'année, les Hells Angels ont fêté le 39ème anniversaire de la création du chapitre Montréal, le premier chapitre créé au Canada le 5 décembre 1977, dans l’Hôtel de la Rive dans la banlieue de Montréal. A cette occasion, les policiers ont noté la première sortie publique du chapitre Nomads du Nouveau-Brunswick, créé récemment par des membres de chapitres québécois. Des motards portant des couleurs «Quebec City» ont aussi été vus, preuve de la réactivation du chapitre Hells Angels de Québec, 7 ans après sa fermeture.

(Huffington Post Canada)

(Huffington Post Canada)

Durant tout ce temps, les tentatives de coups de pression se multiplient et les principales cibles sont les cafés et bars à striptease régulièrement incendié ou vandalisé ur fond de contrôle des paris sportifs.
Le 9 septembre, le café italien «Empire» a été ciblé par un incendie ; le même jour, des inconnus ont tenté de vandaliser le restaurant voisin Dilallo, appartenant à Vito Salvaggio et à Leonardo Rizzuto. 
3 jours plus tard, le café «Bellerose» (que fréquente de Desiderio Pompa, 39 ans, un «soldat» de la Mafia en charge des paris illégaux) est visé. Dans la nuit du 14 au 15 septembre, c’est le restaurant «Liège» (fréquenté par des trafiquants d’héroïne liés à la Mafia), appartenant à Haralambos «Bobby» Labos, frère de Costa Labos, inspecteur-chef aux affaires internes de la police de Montréal et enfin, le 15 septembre, un cocktail Molotov est jeté dans les locaux du commerce de distribution alimentaire John & Dino (ayant appartenant à Agostino Cuntrera, abattu en juin 2010). Un message hostile au clan des siciliens aurait été retrouvé dans une bouteille près du café Empire et du restaurant Dilallo.
A Montréal, c'est le club de strip-tease «Solid Gold» qui a été la cible d’une tentative d’incendie qui a fait peu de dégâts. Quelques semaines plus tôt, les pompiers avaient du intervenir pour éteindre une voiture en feu sur le parking du «Solid Gold». L’établissement était considéré comme le QG de Moreno Gallo. Le club était ensuite passé sous le contrôle de Stefano Sollecito. 

(La Presse)

(La Presse)

Dans la nuit du 26 au 27 novembre dernier, un incendie, a détruit le restaurant «Linguini» dans l’ouest de Montréal. Salvatore Rubbo, un des propriétaires, a été associé il y a plusieurs années avec Leonardo Rizzuto, seul fils vivant de Vito Rizzuto. 
La police a aussi relevé qu’un ancien employé, jusqu’à récemment, était Danny «Danny Arm» De Gregorio, 48 ans, qui a été condamné il y a quelques jours à 32 mois de prison pour détention d’arme.
Ce restaurant avait accueilli début octobre une réunion d’une vingtaine de convives, au nombre desquels Dominic Violi et Michel Cotroni. «Héritiers» de grands noms du crime organisé calabrais au Canada.
Deux affaires d’incendie volontaire ont aussi ciblé des immeubles liés à des proches du boss mafieux Marco Pizzi. L’immeuble avait déjà été visé en 2012 par deux incendies criminels, il appartenait alors à Domenico Arcuri, autre boss de la Mafia montréalaise. Moins de 72 heures plus tard, un incendie a touché une salle d’exposition d’un commerce de voitures d’occasion, appartenant à un membre de la famille de Pizzi.
Au 21 décembre 2016, les services de police de Montréal ont recensé 12 incendies et une tentative d’incendie liés à la Mafia montréalaise, dont 12 depuis le début de septembre 2016. Ce type d’incendies était au nombre de 7 en 2015 et de 9 en 2014. 11 de ces incendies ont visés le clan des Siciliens (dont 4 liés à Marco Pizzi) et les 2 autres leurs ennemis. 

Marco Pizzi (Canoe)

Marco Pizzi (Canoe)

Du côté des gangs de rue, pour une fois ça bouge pas trop, on apprend juste que même s’il a été expulsé du Canada par la Commission de l'immigration en 2014, Richard Goodridge, un ancien proche des Hells Angels était déjà de retour en juillet à Montréal.
A l’occasion des enquêtes Magot et Mastiff, menées en novembre dernier, les policiers ont découvert que le parrain Vito Rizzuto avait ordonné à ses hommes d’enlever le chef de gang Ducarme Joseph pour ensuite le torturer, l’accusant d’avoir participé au meurtre de son fils, Nick Rizzuto Jr, abattu le 28 décembre 2009.
Et début décembre, le procès d'Arsène Mompoint, 43 ans, surnommé «BM» («Big Mouth») et considéré comme le chef du gang «Unit 44», affilié aux Bloods, commence. Plusieurs membres du gang avaient été arrêtés, accusés du meurtre de Gaétan Gosselin, bras-droit du caïd Raynald Desjardins, abattu en janvier 2013. 
En septembre 2015, la police de Montréal recueille des renseignement sur Mompoint : il aurait reçu un «contrat» pour un règlement de comptes. Le 18 septembre 2015, Marco Campellone, 24 ans, est abattu. Les policiers reliaient également Mompoint à un trafic de cocaïne et à un trafic d’héroïne géré par le boss mafieux Salvatore Scoppa. Le chef de gang avait comme ambition de remplacer Gregory Woolley.

 

Sources (La Presse, JDM, Canoe, TVA Nouvelles, Huffington Post Canada)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 16:25

Après un été relativement calme, la rentrée de septembre, elle, va se révéler meurtrière au sein des gangs de rue avec plusieurs semaines de violences incontrôlées.

Assassinat de Donald César (La Presse)

Assassinat de Donald César (La Presse)

Le 4 septembre, Donald Cesar, 22 ans, est abattu dans son véhicule dans le nord de Montréal. La victime était connue pour ses liens avec les gangs d'obédience «Rouges». En 2012, il avait été condamné à des amendes pour obstruction, bris de conditionnelle et trafic de marijuana. En novembre 2013, il a été condamné à 12 mois de prison pour voies de fait sur un policier, détention d'arme et trafic de stupéfiants. 
Cesar était le demi-frère avec Chénier Dupuy, un membre important des Bloods, abattu à l'été 2012, car il s'opposait au projet d'alliance entre Rouges et Bleus parrainé e par Gregory Wooley (voir articles précédents).
Mais la violence n'avait pas commencé là, le 22 août dernier, un jeune homme innocent de 21 ans avait été tué dans le quartier Saint-Michel. Jayson Riché-Paquet, 18 ans, et Randy Plaisir, 20 ans, sont accusés du meurtre. les deux tueurs se seraient trompés de cible alors que c'est Davidson Arretus, l'ami de la victime avec qui il discutait qui était visé.
La veille, un individu lié aux Rouges en libération conditionnelle avait été blessé par balles aux jambes dans le quartier Rivière-des-Prairies. Le jeune homme, dont la libération conditionnelle a été suspendue, pourrait avoir été victime d'une purge interne.
Entre août et septembre, ça fera en tout au moins cinq victimes de meurtre en l’espace de six semaines, Une véritable crise profonde depuis leur alliance d’affaires conclue il y a trois ans et qui avait connue aussi des soubresauts. 
Le meurtre d’Edwidge «Cow Boy» Jacques, abattu à Montréal-Nord à la mi-septembre, est un signe de plus de la violence grandissante. La victime de 25 ans que l'on pense associé aux Rouges a été abattu à l’intérieur d’une voiture.
Depuis le début de 2015, on compte au moins six meurtres liés aux gangs de rue. C’est deux fois plus que dans toute l’année 2014.

(JDM)

(JDM)

Le 17 septembre, Andrew Griffin, 36 ans, sortait de la piscine du quartier LaSalle à Montréal pour reprendre sa moto quand il a été la cible de 5 ou 6 tirs par 2 hommes. Bien que blessé aux côtes, Griffin a réussi à se réfugier à l'intérieur du bâtiment, les 2 tireurs ont prix la fuite. Griffin est considéré comme un important lieutenant du crime organisé irlandais de Montréal, le Gang de l'Ouest.


Le lendemain c'est Claudio Marco Campellone, 24 ans, a été tué de plusieurs balles dans la banlieue de Montréal. Le 31 août 2013, il avait déjà été blessé par balles alors qu'il sortait de son véhicule. Quelques jours avant cette tentative de meurtre, Campellone avait plaidé coupable dans une affaire de stupéfiants. En décembre 2011, il avait été arrêté pour trafic de cocaïne avec son frère lors de l'opération «Abduction». Le réseau était dirigé par Emanuele Padula, sous la bénédiction du caïd Giuseppe «Ponytail» De Vito. Il avait ensuite travaillé pour Stefano Sollecito. Campellone était considéré comme un membre important de la "jeune garde mafieuse" qui est notamment bien moins conservatrice que l'ancienne.
Sa mort, couplé avec l'attaque des bureaux de l'avocat de la Famille Rizzuto a motivé une rencontre entre chefs afin d'aplanir les différents qui visiblement semblent venir des gangs de bikers et de rue.

(crédits photos : La Presse)

(crédits photos : La Presse)

Parmi les chefs, Stefano Sollecito, nouveau leader de la mafia dans la métropole et Gregory Woolley. Selon les observateurs, ce sont eux qui régissent le fragile équilibre entre tous les tenants de la criminalité montréalaise.
Autour de la table du Café Holt, lieu du rendez-vous, se trouvait aussi, Dany «Lou» Cadet-Sprinces.
Chez les Italiens, on a pu apercevoir le bras droit du leader mafieux, Nicola «Nick» Spagnolo, ainsi que Leonardo Rizzuto, le fils deVito.
Pour compléter la table, il y avait Steve Vogel, qui serait le conjoint de la fille d’un vieil associé du clan Cotroni, Luigi Colavita. Une présence qui a surpris les policiers.
C’est au moins la troisième fois qu’un rassemblement de ce genre y a lieu.
«Stefano Sollecito n’est pas un leader fort, il n’a pas le charisme d’un parrain, c’est difficile pour lui d’arbitrer les conflits», raconte un des policiers spécialisés.
La police ne s'est pas étonné de pas y voir Salvatore Scoppa car il aurait été forcé à l'exil et sa tête serait mise à prix.
Au moins trois complots pour meurtre viseraient le gangster selon les enquêteurs.
Le premier groupe qui voudrait la peau de Scoppa serait lié au Gang de l’ouest, et le deuxième aux gangs de rue, mais on ignore qui est le troisième.
Le 20 septembre dernier, il s'est envolé, direction le Mexique qui est pourtant loin d'être un refuge pour les canadiens en cavale ou en affaires mais il compte bien y demeurer pour quelques temps.. 

Le 30 octobre, le corps de Domenico Iacono, entrepreneur de 56 ans, a été retrouvé dans le coffre de sa Mercedes, abandonnée dans le nord de Montréal. Porté disparu depuis quelques jours, Iacono était fortement endetté et avait beaucoup emprunté, notamment une somme de 100 000 dollars canadiens à un proche de la Mafia montréalaise. Il s'agit du 24ème meurtre à Montréal en 2015.

Michel Guertin (crédit photos : La Presse)

Michel Guertin (crédit photos : La Presse)

Du côté des Hells, et bien on continue de fêter les retours un à un des membres emprisonnés, il y a eu notamment la fête pour Michel «Guert» Guertin, membre «full patch» du chapitre South.
En milieu de soirée, la police de Longueuil disait avoir donné «environ une dizaine de constats d’infractions en vertu du Code de la sécurité routière».
A la mi-octobre ce sont 5 meurtriers présumés du gang qui sont libérés.
Claude Berger, Yvon Tanguay, les frères François, Sylvain Vachon et Michel Vallières.
Le juge lses a libéré car l'accusation avait tardé à transmettre des éléments de preuves à la défense. Il s’agissait d’informations cruciales qui auraient pu miner la crédibilité du délateur Sylvain Boulanger.
La défense voulait la preuve depuis 2011, mais elle n’y a eu accès que le mois passé.
Uniquement en frais d’avocats de la défense, le procès SharQc a coûté près de 19 millions $ aux contribuables selon La Presse.
Rappelons que l’opération SharQc remonte à 2009, alors que 156 personnes avaient été arrêtées. Les meurtres pour lesquels les accusés font face à la justice remontent à la guerre des motards, de 1994 à 2002, qui s’était soldée par la mort de plus de 160 personnes.
De ce nombre, 104 individus avaient plaidé coupables à divers complots pour meurtres. Ils avaient écopé de peines allant de cinq ans de pénitencier à l’incarcération à perpétuité.


La police montréalaise veut faire le grand ménage.

Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche  Gregory Wooley à droite (La Presse)Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche  Gregory Wooley à droite (La Presse)

Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche Gregory Wooley à droite (La Presse)

Une vaste opération visant à l’arrestation de 48 suspects, dont les têtes dirigeantes des gangs de rue, de la mafia italienne et des Hells Angels a été déclenchée par les autorités.
«Cette alliance criminelle est née de leur désir de prendre le contrôle du territoire, particulièrement en termes de stupéfiants», a précisé Patrick Bélanger l'inspecteur-chef de la Sûreté du Québec.
À l’issue de 34 mois d’enquête, on a ainsi été en mesure d’amasser des preuves visant non seulement le trafic de stupéfiants, mais aussi le blanchiment d’argent et un complot pour le meurtre du caïd Raynald Desjardins.
Quarante-cinq des 48 individus ont été arrêtés et les autres sont en contact avec les autorités par la voie de leur avocat.
Parmi les suspects arrêtés, on note le Hells Salvatore Cazzetta, chargé de récolter les «taxes» sur la vente de stupéfiants pour le groupe de motards. Le fils de Vito Rizzuto, Leonardo Rizzuto, et celui que l’on désigne comme étant le «parrain par intérim» de la mafia italienne, Stefano Sollecito et Gregory Wooley. Mais aussi l'avocat Loris Cavaliere, bien connu pour avoir défendu plusieurs membres de la mafia italienne. Il est accusé d’avoir agi comme facilitateur d'affaires.
Une partie de l’enquête se développait autour du complot en vue d’assassiner le caïd Raynald Desjardins, qui aurait été planifié notamment par Maurice «Mom» Boucher, l'ex leader des Hells Angels, en dépit de son emprisonnement. Le complot aurait été ourdi entre Boucher et Gregory Wooley par l’entremise de la fille de Maurice Boucher, Alexandra Mongeau, qui retransmettait les communications en «langage codé». On apprend d'ailleurs par la même occasion que Boucher continuait de percevoir des milliers de dollars en redevances provenant de la vente de stupéfiants. 
Les autres personnes arrêtées sont : Patrick Williams ; Dany Cadet-Sprince ; Jean Winsing Barthelus ; José McCarthy ; Patrick Corbeil ; Carlos Fernandes ; Alain Comeau ; Richer Jr. Talbot ; Martin St-Arnaud ; Patrick Dubois ; Sean Brunet ; Sylvain Morin ; Martin Céleste ; David Pépin-Massé ; Mario Lemmeti ; François Langlois ; Eric Ramsay ; Reginald Joseph ; Robert Blais ; François Desjardins ; Pasquale Lopez ; Franco Lopez ; Giuseppe Lopez ; Marco Latulipe ; Dominique Gauthier.

André "Le Frisé" Sauvageau (La Presse)

André "Le Frisé" Sauvageau (La Presse)

Evidemment, comme la nature a horreur du vide, les noms des remplaçants a vite circulé et les 5 mêmes noms sont revenus dans les conversations.
Gilles Lambert et André «Frisé» Sauvageau, deux membres influents des Hells Angels du chapitre de Montréal, pour prendre l'intérim de Salvatore Cazzetta.
Depuis le printemps, Lambert préside Les Anges de l’enfer Montréal inc., la compagnie emblématique des Hells.
On parle aussi de Martin Bernatchez, le présumé successeur de Paul «Sasquatch» Porter à la tête des Hells du chapitre ontarien Nomads, qui ont accentué leur présence au Québec depuis 2009.
Côté italien on parle de Francesco Arcadi et de son bras droit, Lorenzo Giordano. 
Arrêtés lors de l’opération Colisée, ces deux fidèles du clan Rizzuto retrouveront sous peu leur liberté, après avoir purgé de longues peines d’incarcération. Giordano est même selon les observateurs, le probable futur homme fort. L'homme de 52 ans est très respecté et il aurait bâti des liens solides en prison.
Par contre concernant les gangs de rue, difficile de savoir s'ils remplaceront Gregory Wooley, au sein de leur alliance d’affaires avec la mafia et les motards.
Surtout que ses deux principaux lieutenants, Dany Cadet-Sprinces et Jean Winsing Barthelus, ont eux aussi été arrêtés.

En cette fin d'année, les Hells Angels exhibent de plus en plus leurs couleurs u fur et à mesure que les prisons se vident de leurs éléments et pour la majorité regagnent leur pénates et chapitres d'antan.
Un mix de démonstration de force et de provocation selon la police.
La dernière manifestation de puissance a eu lieu à Sorel (nord de Montréal) pour le 38ème anniversaire de la création du chapitre de Montréal. Le 5 décembre 1977, le club des Popeyes décident de devenir le premier chapitre Hells Angels fondé au Canada.
Michel Lajoie-Smith, surnommé «l’Animal», dernier libéré en date, y a été fêté.
Des 5 chapitres québécois «gelés» suite à l'opération SharQc d'avril 2009, 2 (Montréal et South) ont été réactivités et 2 autres (Trois-Rivières et Québec) devraient suivre.
Parmi les motards criminels aperçus :
Frédéric Landry-Hétu (chapitre South) ;Yannick Gauthier (chapitre Montréal) ; Claude Pépin (chapitre Montréal) ; Emery Martin (chapitre Montréal) ; Gilles Robidoux (chapitre Montréal) ; Bernard Plourde (chapitre Montréal) ; Michel Langlois ; Éric Bouffard ; Magella Houde ; René Monfette. (La Presse - JDM)

Lorenzo Giordano (La Presse)

Lorenzo Giordano (La Presse)

Le 9 décembre, Lorenzo Giordano retrouve la liberté où une place importante l'attend au sein de «La Table».
Celui qui purgeait une peine d’un peu plus de 10 ans pour gangstérisme a fait son entrée en fin de journée mercredi dans une maison de transition de Montréal.
«Le retour de Lorenzo Giordano est très important dans le contexte actuel, raconte une source policière experte dans le monde interlope. Normalement, il devrait en profiter pour exercer son pouvoir, attendez-vous à des tensions!»
Ah ben c'est raté pour ceux qui imaginaient que ça allait calmer tout ce petit monde.
Le mafieux devra se soumettre à de strictes conditions, selon la Commission des libérations conditionnelles. Il ne pourra pas fréquenter les cafés italiens. Il devra dévoiler ses états financiers en plus de rentrer chaque soir dans sa maison de transition.


De toute façon, la gestion de Stefano Sollecito commençait à déplaire grandement à plusieurs factions du crime organisé montréalais.
Des sources n’hésitent pas à relater un événement qui, selon elles, dépeint bien Stefano Sollecito surnommé «La sauce».
Selon elles, celui-ci aurait repris une montre hors de prix qu’il avait lui-même offerte en cadeau à l’un de ses soldats, Claudio Marco Campelonne. Le problème, c’est qu’il aurait repris le cadeau après l’assassinat du jeune homme de 24 ans dans le quartier Rivière-des-Prairies à la mi-septembre.
Généralement quand il y a un changement hiérarchique, les cocktails Molotov pleuvent peu après et ça n'a pas raté. Deux cafés italiens de la rue Jean-Talon ont été visés la nuit suivante.


Le journal La Presse a appris que le coup vient de l’intérieur, de certains mafieux montréalais qui voudraient reprendre le contrôle de ce que les criminels appellent «Le Livre», dans lequel sont consignées les recettes de plusieurs activités illégales de la pègre. 
Et justement, Lorenzo Giordano, il y a près d’un an, il s’était vu octroyer 25 % des recettes du «Livre», dans un effort du parrain intérimaire Stefano Sollecito pour se faire bien voir par Giordano.

 

Fin décembre, une querelle interne au sein des «Rouges» pour le contrôle de points de deal entre un groupe baptisé «Plan Robert» et un autre appelé «Plan Bellechasse» s'est déclenchée. Des tensions accentuées depuis l'arrestation de Gregory Wooley et de ses lieutenants.
Le 21 décembre, Alexandre Tremblay, 22 ans, affilié au groupe du «Plan Robert», est abattu près de chez lui d’une balle dans la tête. Le lendemain, sans doute en représailles, un homme de 18 ans est blessé par balle à la jambe. Une heure plus tard, c’est un homme de 22 ans qui est touché sur le haut du corps. Plus tard encore, 2 hommes sont blessés par balles alors qu’ils circulent en voiture sur l’autoroute. 

Ca promet...

 

(Credits sources : La Presse, JDM, Montreal Gazette)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
18 avril 2017 2 18 /04 /avril /2017 16:09

Durant ces premiers mois de l'année 2015, la Mafia montréalaise a vu la condamnation d'Alessandro Sucapane, le début du procès d'une figure énigmatique, Sergio Piccirilli ainsi que la confirmation d'un nouvel organigrame au sein de la direction.

Sucapane (La Presse)

Sucapane (La Presse)

En janvier tout d'abord, on apprend la condamnation ) 10 ans de réclusion de l'ancien bras droit du défunt chef de clan de la mafia montréalaise, Giuseppe De Vito, Alessandro Sucapane. 
Âgé de 50 ans, il a été arrêté en juin 2014 dans une importante opération antimafia baptisée Clemenza.
Sucapane s'est surtout impliqué financièrement dans l'aménagement d'une plantation de cannabis à Saint-Eustache démantelée par la police en 2011,  a trafiqué de la cocaïne dans des bars de son territoire, fixé les prix de vente, supervisé l'achat et la livraison ect...
Il a été la main et l'oeil de son boss de Vito quand celui-ci était en prison et même un des rares à aller le voir.
Selon les observateurs, Sucapane s'était rallié aux Siciliens après le retour de Vito Rizzuto et aurait été proche de la table de direction de la mafia mise en place après la mort naturelle du parrain, avant d'être arrêté en juin 2014.

Piccirelli (La Presse)

Piccirelli (La Presse)

Pour le Procureur, pas de doute, si les Rizzuto ont voulu éliminer Sergio Piccirilli, cela prouve que son importance. Piccirilli, 55 ans, arrêté à l'été 2006, dans l'enquête antimafia Colisée, est entre les mains de la justice. 
Piccirilli, 55 ans, est un acteur énigmatique du crime organisé québécois, lié à la fois à la mafia et aux motards. C'est un ami d'enfance de celui que la police considère comme le chef des Hells Angels sur le terrain, Salvatore Cazzetta.
En 2004-2005, Piccirilli s'était retrouvé au centre d'un conflit qui aurait pu dégénérer en guerre ouverte entre les clans Rizzuto de Montréal et D'Amico de Granby, causé par une dette de plusieurs millions issue d'importations de marijuana vers les États-Unis. Piccirilli, qui aurait été membre des forces spéciales et tireur d'élite dans l'armée canadienne, était même entré en exhibant une arme dans l'ancien quartier général des Siciliens, le café Consenza.
C'est le deuxième procès de Piccirilli dans le cadre de l'opération Cléopâtre, le premier ayant avorté à la suite d'un arrêt des procédures en 2008.
Il fait face à 24 chefs de complot, d'importation et de trafic de stupéfiants, de production de méthamphétamine, de possession d'armes et de trafic de cigarettes.

En 2006, un policier montréalais se rend chez lui pour lui dire que des mafieux ont mis sa tête à prix et qu'il doit aller voir le vieux Nicolo Rizzuto pour régler ça
«Je pensais que c'était réglé. J'y suis déjà allé et cela n'a rien donné. Je vais y retourner», a répondu Piccirilli. Son crime ? En avoir voulu à ces mêmes homems pour avoir menacé de tuer un membre de sa famille. Ces mafieux pour Piccirilli ce sont les Rizzuto, qui selon lui, veulent l'éliminer car il est parti de l'organisation. Avant le départ du policier, li lui demande «s'il avait le droit de porter un gilet pare-balles». Epique.
Le lendemain, Piccirilli a commandé à ses bras droits et à son ex fiancée, Sharon Simon*, surnommée «la reine de Kanesatake», (une communauté Mohawk), une mitraillette Norinco 84S de type AK-47 pour se défendre, mais les policiers, qui écoutaient les lignes, ont intercepté l'arme en transit sur l'autoroute 640.
Les procureurs soutiennent que Piccirilli était à la tête d'une organisation criminelle et que ses coaccusés, Torsten Trute, déjà condamné, et Antal Babos, en attente de procès, répondaient à ses ordres.
Des preuves de vidéos de filature démontrant que Piccirilli a appelé à l'aide son ami Salvatore Cazzetta pour régler un problème avec le Hells Angel Claude Pépin concernant son bar de danseuses de L'Avenir, ont aussi été relaté.

Sharon Simon "la reine de Kanesatake" (Radio Canada)

Sharon Simon "la reine de Kanesatake" (Radio Canada)

* En 2007, elle a été condamnée à 50 mois de prison (sa fille a été condamné à 42 mois), ell sont été arrêtées toutes deux en 2006 dans le cadre du démantèlement d'un réseau de trafic de drogue lié aux Hells Angels. En 2009, on lui a refusé par deux fois une libération conditionnelle car elle entretenait une relation avec Martin Robert, un Hells Angels.

(JDM)

(JDM)

Depuis la mort des suites d'un cancer du parrain Vito Rizzuto en décembre 2013, il semble que la mafia montréalaise soit dirigée par une direction générale de 6 personnes, baptisée «La Table». 
Ces membres seraient :
Leonardo Rizzuto : fils de Vito Rizzuto (et le dernier en vie) est officiellement un avocat de 46 ans.
Liborio «Poncho» Cuntrera : 46 ans, fils d'Agostino Cuntrera, du puissant clan sicilien des Cuntrera-Caruana. Connu uniquement pour des infractions au code de la route, il serait particulièrement en charge des activités d'usure.
Rocco Sollecito : 66 ans, connu pour fraude en 1974 et faux en 1976. Il est le sage, le représentant de la vieille génération, une sorte de consigliere au sein de La Table.
Stefano Sollecito : 47 ans, fil de Rocco. Il est sans doute le principal caïd de La Table, en charge des activités quotidiennes du clan et particulièrement en charge des paris illégaux. Il est connu pour entrave en 1997, détention d'armes en 2001 à Toronto et détention d'armes en 2003 à Montréal.
Nicola Spagnolo : 40 ans, fils de Vincenzo, en charge du secteur de la construction. Connu pour détention d'armes en 2010 et pour bris de conditionnelle en 2011 et 2012.
Vito Salvaggio : 40 ans, fils de Domenico Salvaggio, soldat du clan Rizzuto. Déjà condamné en 2001 pour trafic de stupéfiants, il est en charge du racket.
Cette Table gère notamment les territoires de stupéfiants, divisés entre la mafia et les Hells Angels. Les trafiquants indépendants peuvent travailler à Montréal, à condition de verser un pourcentage (jusqu'à 20%) à la Table. En février dernier, une réunion a aussi eu lieu dans un hôtel-casino de Sint-Marteen (Antilles) entre 2 membres de La Table et 2 représentants de la mafia de Toronto. Il s'agissait d'établir un contact pour développer des activités communes.

Fin mai, des anciens boss, en tête desquels Francesco Arcadi, ont fait savoir à «la Table», qu’ils entendaient bien reprendre le contrôle de l’organisation criminelle. Arcadi et ses lieutenants Lorenzo Giordano et Francesco Del Balso sont libérables entre décembre 2015 et février 2016 mais ont déjà envoyé des messages en ce sens à Stefano Sollecito. Ce dernier envoie régulièrement de l’argent au trio pour les ménager mais son état de santé (il a un cancer) et il est aussi décrié et tout cela laisse craindre à la police un risque de conflit de générations.
Francesco Arcadi, 61 ans, d’origine calabraise, a rallié le clan Rizzuto en 1984, après la mort de Vic Cotroni. Il est devenu le «street boss» de la Famille après l’arrestation de Vito Rizzuto en janvier 2004 et jusqu’à l’opération Colisée de novembre 2006. Depuis leurs prisons, il semble que les 3 caïds ont passé des accords avec les Hells Angels, avec qui ils ont des intérêts communs. Mais les dirigeants de la «Table» semblent également bénéficier de bons contacts avec le gang de motards. Plus délicate sera la gestion des relations entre le trio et les gangs de rue. Un accord Mafia/Bikers/Gangs de rue avait été trouvé et semble bien fonctionner mais Arcadi a toujours méprisé les gangs de rue : le Tommy Hilfiger de la mafia a été enregistré les traitant de «singes»… Ambiance.
Ca augure encore un sacré zbeul dans les prochains mois dans ce milieu qui décidément peine à se calmer.


Début juillet, Raynald Desjardins, 61 ans, a décidé de plaider coupable de complot de meurtre contre Salvatore Montagna, abattu le 24 novembre 2011. Il évite ainsi un procès pour meurtre prémédité. Sa peine sera fixé le 21 décembre prochain.
Ce meurtre s'inscrit dans une lutte de pouvoir pour le contrôle de la mafia montréalaise. Le vide laissé par les règlements de comptes touchant les Rizzuto profite alors à un groupe de mafieux, présentés comme les nouveaux hommes forts de la Mafia montréalaise : Sal Montagna, Jos di Maulo (et son beau-frère Raynald Desjardins) et les frères Domenico et Antonino Arcuri. Des dissensions seraient ensuite apparues dans ce groupe, opposant Montagna et les frères Arcuri d'un côté à Jos di Maulo et Desjardins de l'autre. Le clan Montagna se serait emparé de marchés criminels comme les paris sportifs et les prêts usuraires, provoquant la colère de Desjardins.

David Rouleau (La Presse)

David Rouleau (La Presse)

Entamons maintenant un nouveau chapitre (huhu) sur les Hells Angels. Leur montée en puissance continue avec la série de libérations d'office. Après la demi-douzaine d'ex-Nomads condamnés dans la foulée de l'opération Printemps 2001 et les quelques membres condamnés au terme de l'opération SharQc qui ont pu quitter le pénitencier depuis un an et demi, voilà qu'un autre motard influent sortira bientôt de sa cellule : David Rouleau, 50 ans, membre de la section de Sherbrooke et considéré par la police comme un leader au sein de l'organisation. 
Rouleau, qui a purgé les deux tiers d'une peine de dix ans et demi pour complot de meurtre, sera toutefois soumis à assignation dans une maison de transition, interdiction d'avoir des contacts avec tout individu ayant un dossier criminel ou lié à une organisation criminelle, interdiction de fréquenter les bars et obligation de divulguer sa situation financière.
Rouleau, dont le nom est lié à la section de Sherbrooke, dit avoir quitté les Hells Angels, mais la Commission souligne que son dossier indique qu'il est toujours affilié au groupe. 

La carrière criminelle de Rouleau a commencé au début de la vingtaine alors que, après la tuerie de Lennoxville en 1985, il a nettoyé la scène de crime et transporté les corps des membres de la section North assassinés lors de la fameuse purge qui ont été retrouvés ensuite dans le fleuve Saint-Laurent.
Rouleau arbore également le tatouage des Filthy Few, lesquels, selon la police, ont déjà commis des meurtres pour le compte des Hells Angels, ce que nie toutefois le principal intéressé.
David Rouleau est considéré par la police comme un négociateur et un importateur ayant des contacts dans des pays producteurs de cocaïne.
Rouleau est considéré comme très proche de Mario Brouillette, ancien membre de la section de Trois-Rivières qui a échoué cette semaine, devant la Commission des libérations conditionnelles.

Cazzetta, le boss des Hells Angels (La Presse)

Cazzetta, le boss des Hells Angels (La Presse)

Et entre autres nouvelles, il se confirme bien que le chapitre Hells Angels de Montréal est désormais dirigé par des anciens membres du club «Rock Machine». Les deux clubs ont été en guerre entre 1994 et 2001, faisant près de 170 morts. Ainsi, le Président du chapitre a été identifié en juin 2014 comme étant Salvatore Cazzetta, ancien membre-fondateur des Rock Machines. Il vient de renforcer son influence chez les HA montréalais en plaçant un autre Rock Machines, Gilles Lambert, à la tête de la société «Les Anges de l'Enfer Montréal Inc». Agé de 59 ans, Lambert a con-fondé les Rock Machines avec Cazzetta le 13 janvier 1989. Il était d'ailleurs l'une des cibles d'un tueur à gages engagé par les HA lors de la guerre entre les 2 clubs dans les années 90. En 1997, Lambert a été condamné à 3 mois de prison pour avoir tenté de faire évader un spécialiste des explosifs. En 1999, nouvelle condamnation : 3 ans de prison. En 2005, avec Cazzetta, il avait rejoint les HA. Arrêté lors de l'opération SharQc, il est libéré, sans accusation, en mai 2011.

Evidemment, cette montée en puissance s'accompagne de tensions entre les motards et les forces de l'ordre.
Depuis le début de juin, au Québec et à Ottawa, au moins quatre incidents ont éclaté.
Le 13 juin, deux membres des Red Devils, principal club-support des Hells Angels, Gianni Pellizzari, 44 ans, et Jocelyn Beauregard, 41 ans, ont été impliqués dans une altercation avec des policiers de Sherbrooke.
À la fin de juin, à Ottawa, un membre en règle des Nomads de l'Ontario, Carlos Fernandez, et un membre des Red Devils, Yves Forget, ont été vigoureusement expulsés d'un chapiteau extérieur où se donnait un spectacle de musique, à la suite d'un accrochage avec des policiers ontariens.
En juillet, un individu que la police considère comme proche des motards, Éric Robidoux, 33 ans, a comparu pour une affaire de voies de fait contre un policier de Granby survenue dans un bar de cette ville au début du mois présent, alors que l'agent n'était pas en fonction.
«Ce que l'on constate, c'est qu'il y a une nouvelle génération de motards qui n'a peut-être pas compris comment ça fonctionnait. Même si on ne se donne pas la main, nous n'avons, en général, pas de problèmes avec les membres en règle. Mais il y a divers incidents rapportés par nos patrouilleurs selon lesquels la limite de l'intimidation est toujours repoussée.», affirme l'inspecteur-chef Bélanger cité par La Presse.

Les Hells Angels ont plusieurs appuis au sein de clubs de motards locaux, les Red Devils, les Devils Ghosts, les Dark Souls et une quinzaine d'autres organisations affichent elles aussi leur allégeance. 
Le chapitre de Montreal des Hells Angels compte actuellement une quinzaine de membres en règle actifs et un «prospect» qui n'est soumis à aucune condition judiciaire. Les quatre autres sections québécoises - Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke et South - sont toujours inactives, même si certains de leurs membres en règle sont eux aussi en liberté, sans être soumis à des conditions. Selon la police, les Hells Angels et leurs alliés ne possèdent actuellement aucun local officiel.
Concernant les Rock Machine, les ennemis jurés des Hells Angels lors de la guerre des motards, ils sont eux aux prises avec des querelles intestines. Certains individus qui ont quitté leurs rangs ou qui ont été expulsés ont créé une nouvelle entité: la 13ème légion.
Leur président national, Jean-François Émard, est actuellement en prison pour une affaire de possession de stupéfiants.

(La Presse)

(La Presse)

Concernant les gangs de rue, la police s'inquiète de la disparition le 2 avril 2015 de Jean-Raymond Claude, 37 ans, dit «Jean-Jean». 
Il avait été, avec son frère Guy-Robert, membre du gang 67 à la fin des années 90. Les frères Claude ont été associés avec Ducarme Joseph jusqu'au début des années 2000 avant de se brouiller. Au début de 1999, Jean-Raymond Claude et Ducarme Joseph avaient été impliqués dans un vol aux dépens d'un gang de motards. Leur véhicule avait ensuite été criblé de balles et une entente avait finalement eu lieu pour rembourser le vol.
Il était également très proche de Joseph Ghaleb, un homme d'affaires liés aux Hells Angels et à la Mafia, abattu en novembre 2004. Il était aussi ami du membre de gang Thierry Beaubrun, abattu avec le mafieux Mike Lapolla lors d'une dispoute dans un bar en mars 2005. 

 

Sources : La Presse, JDM, Radio Canada, Ex-Rue Frontenac)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
11 avril 2017 2 11 /04 /avril /2017 15:25
Opération Clemenza (ici.radio-canada.ca)

Opération Clemenza (ici.radio-canada.ca)

En juin 2014, la Gendarmerie Royale du Canada mène l’opération «Clemenza» contre la mafia montréalaise et arrête 33 personnes, considérées comme une partie de la nouvelle génération du crime organisé italien au Canada. 
L’enquête concernant 2 cellules de la Mafia a été lancée en 2010, notamment par l’interception de messages entre BlackBerry, pourtant réputés inviolables. Entre 2010 et 2012, plus d’1 million de messages ont été interceptés. Certaines des personnes arrêtées avaient déjà été impliquées dans l’Opération Colisée menée en 2006 contre le clan Rizzuto, alors clan dominant de la Mafia montréalaise.
Les 2 cellules ciblées étaient celles de Giuseppe De Vito et des frères Antonio et Roberto Bastone (âgés de 51 et 41 ans, plutôt discrets au sein du monde criminel). Les charges retenues sont trafic de stupéfiants, violences et incendies volontaires. 
Parmi les personnes interpellées figurent les anciens lieutenant de De Vito, Giuseppe Fetta  et Alessandro Sucapare, mais aussi Ali Awada (26 ans, mis en cause dans 2 incendies de cafés italiens, son père Mohammed a été abattu en novembre 2012). Le nom d’Eric Grenier (ancien propriétaire d’un club de strip-tease et de la revue «Québec Erotique») apparaît également dans l’enquête mais il n’a pas été formellement inculpé : il avait été arrêté en novembre 2012 au Pérou pour trafic de cocaïne puis extradé et condamné à New York.
Enfin, 3 personnes sont recherchées : Abdallah Hussein (23 ans, impliqué dans l’enlèvement puis la séquestration pendant 4 mois d’un homme ayant une dette envers les frères Bastone), Giovanni Gerbasi (49 ans, arrêté en 2006 dans l’opération Paravent impliquant également Anthony Di Maulo, neveu de Joe Di Maulo, abattu en novembre 2012) et Patrizio Silvano (50 ans, arrêté avec Donald Matticks, caïd de la pègre du port de Montréal, pour trafic de cocaïne et de cannabis). 

Hussein Abdallah, Giovanni Gerbasi et Patrizio Silvano (globalnews.ca)

Hussein Abdallah, Giovanni Gerbasi et Patrizio Silvano (globalnews.ca)

Dans le même temps, la police craint une reprise de la guerre entre les deux grandes obédiences de gangs à Montréal, les «bleus» et les «rouges». Le 7 juin dernier, un affrontement a opposé des bleus du quartier Saint Michel et des rouges de Rivière-des-Prairies, dans le bar Mile End de Montréal. Un homme a sorti une arme et a fait feu tuant Steven Célestin, 23 ans, un bleu. Les enquêteurs
craignent des représailles, notamment parce que la victime est le cousin de Jean-Philippe Célestin, 34 ans. Ce dernier est considéré comme un des lieutenants de Gregory Wooley.
Depuis qu'il a été libéré de prison en 2011, Gregory a été chargé par les HA de mettre de l'ordre au sein des gangs de rue pour les mettre au service des motards et du clan Rizzuto. Plusieurs membres de gangs, opposés au projet d'unification, ont été abattus en août 2012.

Wooley (La Presse)

Wooley (La Presse)

Durant l'été on apprend que les Hells Angels ont réactivé en catimini leur chapitre de Montréal en mai dernier. Pour les épauler un chapitre du club des Red Devils, considéré comme le principal «club pépinière» des Hells Angels s'est implanté lui-aussi à Montréal. Cette réactivation prouve bien la volonté retrouvée des Hells de reprendre leur leadership sur le crime organisé local.

(Montreal Gazette)

(Montreal Gazette)

Les craintes des autorités étaient bien fondées, le caïd d'origine haïtienne Ducarme Joseph, 46 ans, est abattu  de plusieurs balles le 1er aout devant un restaurant du quartier Saint-Michel, non loin de la résidence de sa mère.
Connu depuis 1987, il a fondé le gang 67, d'obédience crips. Ducarme est devenu un proche associé d'Antonio "Tony" Magi. La police soupçonne Joseph d'avoir participé au meurtre de Nicolo Rizzuto, fils de Vito, en décembre 2009. En représailles, le caïd a fait l'objet d'une tentative de meurtre en mars 2010 (2 personnes avaient été tuées). Selon plusieurs observateurs Joseph figurait depuis sur la liste noire du caïd Vito Rizzuto, rentré des USA en octobre 2012 et décédé en décembre 2013.
On pense qu'il a été abattu par la mafia montréalaise, en représailles de la mort Nicolo Rizzuto. Le contrat pourrait avoir été exécuté par les Hells Angels, pour sceller leur alliance avec les italiens, mais aussi pour marquer leur retour sur le scène criminelle montréalaise.

Le 8 septembre c'est Dominique Laverdure, 19 ans, qui est tué de plusieurs balles alors qu’il sortait de la réception de mariage de son frère dans le quartier Saint-Léonard (est de Montréal). Originaire d’Haïti, il était proche de membres de gangs de rue d’obédience rouge mais lui-même ne semblait pas impliqué dans ce milieu. Certains analystes pensent qu’il aurait été victime d’une erreur sur la personne, un de ses frères étant sans doute la vraie cible. Les tueurs auraient voulu s’en prendre à un «rouge» pour venger la mort, le 7 juin dernier, de Steven Célestin, 23 ans, un «bleu». Ce dernier est le cousin de Jean-Philippe Célestin, 34 ans, considéré comme le lieutenant de Gregory Wooley.

Meurtre de Ducarme Joseph (Le JDM)

Meurtre de Ducarme Joseph (Le JDM)

Le 29 octobre, Stefano Sollecito fête son 47ème anniversaire au «Lounge 5», un bar de la Pettie Italie de Montréal, tenu par Nicola Foresta (arrêté à la fin des années 90 dans une affaire de racket et d'usure, avant que les charges soient abandonnées). Fils de Rocco Sollecito (fidèle du clan Rizzuto, considéré comme l'actuel Boss par intérim de la Mafia Montréalaise), Stefano Sollecito est le représentant de la nouvelle génération du crime organisé à Montréal. Il avait été condamné en 2003 à 4 ans de prison pour trafic d'ecstasy.
Son anniversaire était donc l'occasion idéale pour la police d'identifier ses proches. Une soixantaine de personnes étaient présentes sur place et ont été contrôlées pendant 2 heures par des experts de la lutte contre le crime organisé. Outre des figures connues de la mafia locale, des représentants des Hells Angels et de gangs de rue étaient présents au «Lounge 5».

Le restaurant «La Cantina» a été endommagé par un engin incendiaire dans la nuit du 23 au 24 novembre. «La Cantina» est un point de chute connu de la mafia montréalaise. L'ancien boss Vito Rizzuto avait ses habitudes dans ce restaurant dont un des co-propriétaires était un de ses proches, Federico del Peschio. Ce dernier avait été abattu en août 2009 à l'arrière de son établissement. Début décembre, un nouvel engin incendiaire s'est déclenché dans le restaurant provoquant cette fois-ci des dommages importants. 

(CBC.ca)

(CBC.ca)

Le 1er décembre c'est encore une figure montante de la mafia montréalaise, Tonino Callocchia, 53 ans, qui est abattu.
L'entrepreneur en construction Tonino Callocchia a été assassiné en plein jour dans un restaurant de l’est de Montréal. Deux suspects cagoulés ont fait irruption dans le commerce et ont ouvert le feu à plusieurs reprises en direction de Tonino.
C'est déjà le 10ème mafioso relié au clan rival du défunt parrain Vito Rizzuto à être criblé de balles depuis 2012. Mais pourtant, s'il a été longtemps proche du clan Desjardins, il semblerait que, selon les observateurs, depuis le retour de Vito, il s’était rapproché de lui et y avait gagné en responsabilités. Donc la question est ? A qui profite le crime ? On peut difficilement y voir une manœuvre du clan Rizzuto mais quoique ? Les Desjardins alors ? 
On sait que Tonino était très impliqué aussi dans le milieu du prêt sur gages, qui est actuellement secoué lui aussi après la mort de Valiquette, abattu en décembre 2013. Rappelons aussi que l'an dernier, Nicola Pece, un collecteur de l'important usurier Robert Ti-Bras Baillargeon, a disparu. Et ce dernier aurait toujours d'importantes sommes en prêts dans la rue. 

Tonino Callocchia (La Presse)

Tonino Callocchia (La Presse)

En décembre, on apprend que l'aspirant-parrain Salvatore Montagna, assassiné en novembre 2011 à Charlemagne, aurait augmenté une taxe imposée par la mafia aux entrepreneurs en construction après son arrivée au Québec, au printemps 2009 ce qui aurait provoqué l'ire de certains mafieux.
C'est  ce que révèle une conversation impliquant Tonino Callocchia dont l'enregistrement devait être utilisé comme preuve contre lui dans un procès pour intimidation et tentative d'extorsion d'une ancienne associée du caïd Raynald Desjardins.
Cette ancienne associée, c'est l'ingénieure Marlène Girard, qui a enregistrée à son insu, Callocchia qui affirme que Montagna allait réclamer «2,50$» de plus à tous les entrepreneurs, sans toutefois donner plus de précision sur cette hausse de taxe qui s'apparente à un pizzo.
Montagna, ancien chef par intérim du clan Bonanno de New York, a été expulsé des États-Unis vers le Canada en avril 2009. Peu après son arrivée à Montréal, il s'est rapproché de certains mafieux établis et s'est imposé comme un chef. Il s'est allié avec d'autres organisations mafieuses dans le but de renverser les Rizzuto, qui s'accrochaient au pouvoir, bien qu'affaiblis par l'opération Colisée et des dissidences.
Mais l'alliance fragile de chefs rebelles a éclaté en 2011. Selon une théorie de la police, un conflit a alors éclaté entre les clans de Raynald Desjardins et de Montagna. Ce dernier a été tué en novembre 2011. Un mois plus tard, Desjardins et ses présumés complices ont été arrêtés et accusés de ce meurtre. Le procès devrait avoir lieu en 2015.
La conversation datant du printemps 2013 dans un restaurant de Pointe-aux-Trembles, on y entend Callocchia revenir sur l'époque de la révolte contre les Rizzuto. Il dit que les chefs de clans qui se sont entre-tués étaient des amis depuis 35 ans, «comme des frères et des soeurs, et qu'un jour, certains ont décidé de faire leurs propres affaires, que ce fut perçu comme un viol, que des gens sont morts ou devenus handicapés, que des familles ont perdu des pères et des fils, et que beaucoup de gens ont pleuré».
Il évoque aussi des dettes contractées par certains mafieux concernant la firme de décontamination Carboneutre, dans laquelle Raynald Desjardins, Domenico Arcuri et plusieurs hommes d'affaires de leur entourage s'étaient impliqués en 2008-2009. L'aventure s'était terminée en fiasco.
Il a voulu rencontrer Marlène Girard car il la croit encore gestionnaire de la frirme et donc en contact avec Desjardins et qu'elle pourrait aider plusieurs investisseurs à récupérer leur argent investi.
A la fin de la conversation, Callocchia dit de façon presque prémonitoire qu'il est un messager, et que parfois, on tire sur un messager.
(Source copyright La Presse - JDM)

Meurtre de Vitalino Petraroia (Montreal Gazette)

Meurtre de Vitalino Petraroia (Montreal Gazette)

Le 11 décembre, Vitalino Petraroia, 56 ans, lié à la mafia italienne est froidement assassiné de 2 balles dans la tête dans une camionnette à Montréal. 
Ancien propriétaire de café italien, il a déjà eu des démêlés avec la justice. Il a été reconnu coupable de trafic de cocaïne en 2009, condamné pour cela à 1 an de prison en 2012. Il s'agit du 26ème homicide de l'année à Montréal. 

A la mi-décembre, une organisation mafieuse, que la police considère comme étant liée au clan dominant des Siciliens à Montréal, a été démantelée dans la grande région de Toronto.
L'organisation en question était autrefois dirigée par Juan Ramon Fernandez, ancien associé et représentant du parrain montréalais Vito Rizzuto, et son complice Fernando Pimental. Ces derniers ont toutefois été assassinés en Sicile en avril 2013.
Depuis, la cellule torontoise s'est trouvé un nouveau chef en la personne de Daniele Carlo Ranieri, 30 ans, qui a échappé à l'arrestation.
Cette cellule mafieuse baptisée «Montréal» est impliquée dans des actes d'extorsion, de fraude, d'obstruction de la justice, de violations de conditions de liberté conditionnelle, de trafic de drogue et d'infractions liées à l'utilisation d'armes à feu.

 

Sources (La Presse, JDM, Montreal Gazette, CBC, tvanouvelles.ca, ect...)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
15 mars 2017 3 15 /03 /mars /2017 15:08

Deux semaines après son ami et boss Vito Rizzuto, un autre mafieux de Montréal, Valentino Morielli, décède de causes naturelles le 3 janvier 2014 à l’âge de 67 ans. Les funérailles ont eu lieu au complexe funéraire Loreto qui appartient à Eleonora Ragusa (veuve de Nick Rizzuto Junior) et à Calogero Renda.
Morielli et Rizzuto se connaissaient depuis l’âge de 10 ans et étaient non seulement des partenaires de golf, mais aussi des associés criminels. Morielli avait été condamné en 1977 à 7 ans de prison pour trafic de haschisch. En 1985, il avait échappé à la mort après avoir passé plusieurs jours, avec des complices, sur des canots de sauvetage. Ils avaient été pris dans une tempête au large de Terre-Neuve lors d’une opération de transbordement de haschisch en provenance du Liban. Le 31 janvier 1997, Morielli est condamné à 10 ans de prison pour conspiration de trafic de 2,5 tonnes de cocaïne. Dans ces affaires, les policiers spécialisés ont vu l’implication du boss Vito Rizzuto sans réussir toutefois à le prouver.


Dans le même temps, la police montréalaise a ouvert une enquête interne sur Stéphane Auger, lieutenant-détective à la section du crime organisé. Ce policier est actionnaire de la société «Limousine Président» qui, à l’occasion des funérailles de Vito Rizzuto, a loué 12 de ses véhicules au salon funéraire Loreto. Les autres actionnaires de la société sont son père, Marcel Auger (ancien inspecteur au Service de Police de la Communauté Urbaine de Montréal), et son frère Daniel (cadre civil dans la police). Les activités de Stéphane Auger ont été régulièrement déclarées et aucun délit ne peux lui être reproché mais cette situation a provoqué un malaise au sein des enquêteurs spécialisés.

Edrick Antoine (La Presse)

Edrick Antoine (La Presse)

Le 23 janvier, 6 membres du noyau dur du gang «Unit 44» (affilié aux «Rouges») ont braqué le «Legend Bistrot», un bar italien du quartier de Saint Leonard de Montréal. Le bar en question appartient à la famille d'un homme lié à la Mafia, objet d'une tentative de meurtre le 11 janvier dernier. Dans cette affaire de braquage, 2 hommes ont été arrêtés. Ces braqueurs sont considérés comme des proches d'Edrick Antoine, surnommé «l'Américain» et impliqué dans le meurtre en janvier 2013 de Gaétan Gosselin. L'ancien chef du gang «Unit 44» était Harry «Harry Up» Mytil, abattu le 16 avril 2013. Antoine et Mytil se seraient ralliées à Gregory Wooley. Là encore, ces violences rentrent dans le cadre plus large de la lutte pour le pouvoir absolu sur le crime organisé montréalais.

Assassinat de Ziad Ziade (La Presse)

Assassinat de Ziad Ziade (La Presse)

Le 12 février, Ziad Ziade, 33 ans, est amené dans un état critique à l'hôpital de Montréal après avoir été touché de plusieurs balles au visage et au dos alors qu'il se trouvait dans sa voiture. Il a tout de même eu la force de se rendre dans le centre commercial pour demander de l'aide. Ziade est considéré comme un membre important du crime organisé libanais du Québec. En août 2012, il avait déjà été la cible d’une tentative de meurtre mais c’est sa compagne, Lida Phon qui avait été abattue dans le garage de leur domicile.
Ziad Ziade est né en 1980 en Côte d’Ivoire de parents libanais. Ils s’installent en 1992 au Canada. En 2000, Ziade est condamné à 23 mois de prison pour production et trafic de marijuana. Les autorités canadiennes cherchent alors à l’expulser mais il obtient un sursis en 2002. Par la suite, il est arrêté à 2 reprises pour des affaires d’usage de cartes de crédit contrefaites. Son sursis est donc révoqué en 2006 mais son ordre d’expulsion est définitivement annulé en 2009 pour raison humanitaire. En avril 2013, il est impliqué dans une vaste fraude aux cartes de crédit. Dans les semaines qui suivent, 2 escrocs impliqués dans l’affaire sont abattus : Ali Rad Samimi, 23 ans, et Hiros Glonessian, 32 ans. Ziade serait également lié à la Mafia montréalaise et aux gangs de rue. Il était notamment proche de Chénier Dupuy, chef des «Rouges» de Montréal, abattu à l’été 2012 et il a assisté à ses funérailles.

Funérailles de Vito Rizzuto (Montreal Gazette)

Funérailles de Vito Rizzuto (Montreal Gazette)

Plus de 3 mois après le décès de Vito Rizzuto, les mafieux semblent adopter profil bas. Une sorte de conseil de direction aurait été mis en place, avec comme arbitre Rocco Sollecito, ancien n°2 de la faction sicilienne. Ce conseil accueillerait des membres de la 3ème génération de mafieux italo-canadiens, des alliés fidèles des Rizzuto, des chefs de clan,... et un représentant de l'ancienne faction de Giuseppe «ponytail» DeVito. La présence de cet ancien ennemi du clan Rizzuto montre une volonté d'apaisement au sein du crime organisé québécois. Cette Table serait dirigé par Leonardo Rizzuto, le dernier fils de Vito. De plus des mots d'ordre ont été passés pour enterrer de vieilles rancunes et les accords passés avec les autres organisations criminelles (notamment les Hells Angels) ont été confirmés. Choisissant la discrétion, les chefs mafieux évitent désormais de se montrer publiquement dans les restaurants de Montreal selon les journalistes montréalais.
Les observateurs notent ce changement relationnel entre les différents groupes criminels comme un fait assez unique dans l'histoire du crime local. Il n'est pas rare de voir des personnes de plusieurs groupes ethniques différents, des motards et des membres de gang de rue assis à la même table. Il n'y a plus vraiment ce lien du sang ou ethnique qui les séparait avant. On parle maintenant de partenariats d'affaires dans un but commun: faire des profits. Et c'est sur ces alliances que repose cette accalmie selon eux.

Mom à gauche (Vice News)

Mom à gauche (Vice News)

C'est le moment de faire un petit topo sur les Hells Angels.
En avril 2009, la Sûreté du Quebec a mené l'opération «SharQc» (Stratégie Hells Angels Rayon QuébeC) menant 177 perquisitions, visant l'arrestation de la majorité des HA du Quebec mais aussi de République Dominicaine. Au moins 156 personnes ont été arrêtées au Québec, en RD et en France, pour des faits commis entre 1992 et 2009) (essentiellement 22 affaires de meurtre, trafic de drogue et gangsterisme). Les 5 clubhouses du gang de Longueuil, Montréal, Sherbrooke, Trois-Rivières et Québec ont été saisis. 111 membres en règle ont été arrêtés de même que 4 prospects, un hangaround et 11 «retraités» du gang.
5 ans après cette opération, il n'y a que 8 membres des HA en liberté totale au Québec, ainsi que 4 prospects. 5 autres sont en liberté conditionnelle, en attente de leur procès. Le noyau dur de ces HA sont des anciens membres des Rock Machine qui étaient en guerre contre eux entre 1994 et 2001. Il y a toujours officiellement 5 chapitres au Québec : Montréal, South, Québec, Sherbrooke et Trois-Rivières. Ils ont toujours une forte influence sur les 80 clubs de bikers présents dans la province. 5 d'autres eux sont considérés comme des clubs sympathisants : les Devils Ghosts, les Dark Soul's, les Deimos'Crew, les Devils Warriors et les Death Messengers.


Malgré leur faiblesse numérique, les HA ont su maintenir leur place au sein du crime organisé québécois, notamment en matière de méthamphétamine. Le club de motards bénéficie en effet de bons rapports avec la mafia montréalaise, la pègre traditionnelle et les gangs de rue. Leur chef actuel est Salvatore Cazzetta, 59 ans. Libéré en mai 2011 pour l'opération SharQc à cause de délais déraisonnables, Cazzetta est en attente de son procès suite à l'opération Machine de 2009 pour contrebande de cigarettes avec une réserve indienne.
Pour tenir le milieu bikers, Cazzetta peut compter sur certains de ses alliés : Mario Brouillette (41 ans fondateur du chapitre HA en République Dominicaine en 2008, arrêté lors de l'opération «Printemps 2001», actuellement en semi-liberté. Il avait protégé Vito Rizzuto lors de son passage à la prison de Bordeaux), Grégory Woolley, 42 ans dont on a déjà parlé, Paul Porter (50 ans, Président du chapitre Nomads des HA de l'Ontario. Il a été membre des Rock Machine avant de rejoindre les HA) et Sergio Piccirilli (54 ans, ami d'enfance de Cazzetta. Proche de la Ndrangheta, il est membre du gang de motards des Devils Ghosts).
Originaire du quartier Saint-Henri de Montréal, Salvatore Cazzetta a appartenu à un gang de rue dès l'âge de 16 ans, avant de s'orienter vers les gangs de motards. D'abord proche des Outlaws, il fonde ensuite son propre gang, les SS, avec son frère Giovanni en 1986. Quelques années plus tard, certains Rock Machine (dont Maurice «Mom» Boucher, «chef de guerre» des Hell Angels) rejoignent les Hell Angels et d'autres restent indépendants, contrôlant une importante filière de cocaïne grâce à des contacts directs avec les fournisseurs colombiens et la protection du mafieux Paolo Gervasi.

Une guerre éclate entre 1994 et 2001, faisant plus de 160 morts. En parallèle, Salvatore Cazzetta est réclamé par les autorités américaines pour trafic de cocaïne. Finalement extradé en 1998, il est condamné à 12 ans de prison et libéré en 2004. Il rejoint alors les HA en 2005 et est arrêté lors de l'Opération SharQc. Libéré en mai 2011 pour des délais de détention déraisonnables, il est arrêté en 2009 pour contrebande de tabac. Les frères Salvatore et Giovanni Cazzetta étaient présents aux funérailles de Vito Rizzuto.
Il arbitrerait également les conflits. Celui opposant une famille italienne de LaSalle et les frères Jamie et Cody Laramée, aurait été sur sa liste de choses à régler. Mais son intervention est vraisemblablement arrivée trop tard: les deux frères Laramée ont été tués à bout portant dans un bar en juillet dernier et la police recherche toujours les coupables. Cela n'aurait pas empêché Cazzetta de se présenter aux funérailles des frères Laramée et de faire l'accolade au chef du défunt gang de l'Ouest, Gerald Matticks. (Sources : La Presse – JDM)

Maurice Boucher (La Presse)

Maurice Boucher (La Presse)

Il est à noter que durant les prochaines années, l'influence des Hells Angels ne cessera pas de grandir au sein du crime organisé local et ce grâce à la libération en masse d'ex membres suite à un couac judiciaire à la suite e l'opération SharQc mais nous verrons ça plus tard.

La main-mise aujourd'hui d'un ex Rock Machine à la tête des Hells Angels peut paraître fou après une telle guerre entre ces deux gangs mais c'est ainsi que marche ce jeu de chaises musicale du crime montréalais.
Quand à l'ex boss des Hells Angels, l'incontournable «Mom» Maurice Boucher, il a, lui, tout perdu. Il a été officiellement exclu de l'organisation fin mars et ce alors qu'il est toujours incarcéré dans une aile de sécurité maximum de la prison de Saint-Anne-des-Plaines. La décision aurait été prise par un «East Coast Meeting» (une réunion des chapitres HA de la Côte Est du Canada) où le rôle de Salvatore Cazzetta était central. Cazzetta était l'ennemi juré de Boucher. La raison de son expulsion serait que Boucher ne sert à rien au club puisqu'il n'est libérable qu'en 2022, à l'âge de 69 ans. Certains pensent encore toutefois qu'il pourrait s'agir d'une tactique pour lui permettre d'obtenir un allégement de son régime carcéral.

 

en ce mois de mai 2014, le journal La Presse nous gratifie d'un tableau criminel nous expliquant "Qui fait quoi ?"

Voici, selon les policiers, les sphères d'activité et les territoires des principaux groupes criminels. (Source La Presse)

 

Source La PresseSource La Presse

Source La Presse

On se souvient qu'en France un journal lyonnais avait réalisé le même genre de tableau des activités criminelles par groupe ethnique qui avait déclenché une grande polémique. Il est probable que ce genre de choses choque aussi à Montréal.

Fin mai, un cocktail Molotov a été lancé contre le bar-restaurant Cavalli à Montréal, provoquant des dégâts importants. Le restaurant italien s’était placé en procédure de faillite après les pertes financières suite à sa suspension pour 100 jours de son permis de vente d’alcool. Cette décision avait été prise en janvier dernier par la Régie des Alcools, des Courses et des Jeux à cause des liens du Cavalli avec le crime organisé. L’ancien parrain Vito Rizutto le fréquentait et son fils Leonardo y a été vu derrière le comptoir, se présentant comme le véritable propriétaire des lieux.

 

(Sources : La Presse, Montreal Gazette, JDM, Crimorg)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 20:12

En huit mois, Vito Rizzuto a réussi le pari de faire revenir son clan au plus haut  à Montréal. 
Tous les observateurs imaginaient impossible que Vito puisse de nouveau régner en maître tant son clan a été malmené, décimé, piétiné par des adversaires coriaces, revanchards et belliqueux. S'il a pu réussir ce tour de force  c'est surtout grâce à son aura, de son temps, le Milieu était souvent calme, bien tenu, prospère et pour ça le milieu criminel n'a jamais la mémoire courte.  Mais il aura fallu tout de même quelques coups de semonces et quelques cadavres pour s'imposer dans ce bassin d'alligators. Imaginez tout de même qu'il est resté 9 ans en prison aux USA. 
À la suite de son arrestation en janvier 2004, et plus particulièrement de son extradition vers les États-Unis deux ans plus tard, «le sang a coulé», comme il l'avait lui-même prophétisé aux policiers de la GRC qui l'escortaient.
Depuis janvier 2004, au moins 40 meurtres, 18 tentatives de meurtre, huit enlèvements et deux disparitions liés au crime organisé italien sont survenus à Montréal et les environs. C'est l'épisode le plus sanglant de l'histoire de la mafia montréalaise. Vito Rizzuto a lancé un appel au calme vers la fin mars 2013 et après des négociations datant d'il y a environ 3 semaines avec les représentants de Desjardins, on en est au stade de la réflexion.
Depuis, il dirigerait ses affaires, de Montréal ou de la République dominicaine, et aurait même amorcé des discussions de paix avec ses ennemis les plus farouches. Il tenterait même d'étendre son influence en Sicile si l'on se fie à un article du journal italien La Reppublica qui l'a décrit comme «le chef incontesté de la Cosa Nostra canadienne».
À Montréal, Vito Rizzuto est vu régulièrement sur un terrain de golf ou dans un restaurant du centre-ville, le soir venu. Ses sorties restent discrètes et ce sera le cas tant que son honneur ne sera pas lavé, que les meurtres des membres de sa propre famille ne seront pas vengés. 
Lors de la comparution des 26 individus arrêtés la semaine dernière à la suite du démantèlement d'un réseau de trafiquants de drogue, les accusés étaient défendus par des avocats qui ont représenté des clans ennemis au cours des dernières années - un autre signe de la détente qui règne actuellement dans la mafia. (La Presse)

Vito Rizzuto tranquillou (JDM)

Vito Rizzuto tranquillou (JDM)

Le 20 juin, un homme a été retrouvé mort dans une zone rurale à 50 km à l’ouest de Montréal). La victime, identifiée comme étant William Robinson, 23 ans, était cagoulée et ses mains étaient liées. Il avait été arrêté en décembre dernier lors du démantèlement de 2 réseaux de trafics de stupéfiants : l’opération Stéthoscope (ciblant le crime organisé irlandais) et l’opération Narco (ciblant Salvatore Scoppa). Robinson devait passé en jugement en septembre pour trafic de drogue et détention d’armes.

Le 2 juillet 2013, c'est un autre gang qui est touchée par la violence dans ce qui ressemble à une lutte interne là aussi, je parle du Gang de l'Ouest, l'organisation criminelle rassemblant notamment les irlandais et autres «québecquois de souche».
Ce jour-là, plusieurs tueurs ont pénétré dans un bar du quartier LaSalle de Montréal et ont fait feu sur deux frères. Jamie Laramée, 37 ans, qui a été tué sur place et Cody, 25 ans, décédé plus tard à l’hôpital.
Si Cody n’est connu que pour une affaire de port d’arme en 2006, Jamie était considéré comme un futur leader au sein du «Gang de l’Ouest». 
Il était également lié à la mafia : en 1999, il avait été condamné à 24 mois de prison pour homicide involontaire. Avec un complice, Pietro D’Adamo (un proche du clan Rizzutto, il avait passé à tabac Michael Pugliese, 34 ans, pour une dette de drogue. L’homme était décédé quelques jours plus tard à l’hôpital. Jamie Laramée était également un proche de Shane Kenneth «Wheels» Maloney, arrêté en novembre dernier lors du démantèlement d’un réseau trans-canadien de stupéfiants, associant Gang de l’Ouest et Hells Angels. Certains observateurs présentaient alors Maloney et Laramée comme les héritiers du clan criminel des frères Matticks (le gang de l'Ouest ndlm), figures incontournables des trafics sur le port de Montréal depuis les années 60.
Les enquêteurs s’interrogent également sur un lien possible entre les meurtres des frères Laramée et l’exécution de William Robinson, 23 ans. 
Parmi les personnes qui se trouvaient sur place en compagnie des Laramée le soir du meurtre, il y avait Peter Mountakis et Anthony Pugliese, le fils de Michael Pugliese, avec qui il semblait ne bon termes !!!
Mountakis aurait été frappé au visage à coups de crosse d'arme à feu au cours de la fusillade. Aux funérailles des Laramée, le motard Salvatore Cazzetta (dont on parlera plus tar plus en détails) et Tony Volpato, un proche de la mafia étaient présents.
En tout cas, la police locale n'avait pas besoin de cet énième règlement de comptes, et ce alors que le conflit mafieux semblait sous l'éteignoir. Cependant, tant que les proches de Vito assassinés durant son séjour en prison ne seront pas vengés, on peut s'attendre à du remou prochainement.

Assassinats des frères Laramée (La Presse)

Assassinats des frères Laramée (La Presse)

Le 3 juillet vers 6h30 du matin, un homme armé d’un pistolet-mitrailleur équipé d’un silencieux s’est présenté devant le domicile de Tony Magi. Il a préféré prendre la fuite, abandonnant sur place son arme, face à 2 gardes du corps, pourtant non armés, placés dans un véhicule blindé devant la maison de Magi.  Allez comprendre....

Le 8 juillet, on apprend que Giuseppe «Ponytail» De Vito est décédé dans un hôpital de Québec après avoir été trouvé inconscient dans sa cellule du pénitencier de Donnacona où il était détenu pour trafic de cocaïne. Il a été vu vivant vers 23h et c’est lors d’une ronde qu’il a été trouvé inanimé vers minuit. Il est décédé vers 1h30 du matin. Son corps ne comporte pas de traces de violence mais après autopsie, la cause de la mort est établie, un empoisonnement au cyanure. Depuis plusieurs semaines, on savait qu'un contrat contre lui était toujours d'actualité. En 2012, il avait même été placé à l’isolement en détention. 
Mais alors qui ? Rizzuto probablement qui lui a fait payé cher sa trahison au profit de Raynald Desjardins.

Giuseppe De Vito (La Presse)

Giuseppe De Vito (La Presse)

Si le conflit semblait réglé, les comptes eux ne devaient pas être soldés car les morts vont continuer à s'amonceler. Le 12 juillet à Toronto deux hommes sont abattus près d’une fête rassemblant 500 personnes. L’une des victimes est James Tusek, 35 ans, connu surtout pour son implication dans un important réseau de plantation de marijuana dans la région de Niagara. Tusek était un ami de l’autre victime : Salvatore «Sam» Calautti, lié à la ‘Ndrangheta canadienne. Gérant d’une pizzeria, Calautti apparaît dans plusieurs affaires de règlements de comptes. Il est ainsi inculpé en 1996 pour le meurtre de Giuseppe Conguista, mais acquitté en 1997. Il est également soupçonné du meurtre le 3 octobre 2000 de Gaetano «Guy» Panepinto, représentant à Toronto du clan Rizzuto de Montréal. Calautti soupçonnait Panepinto d’être responsable de la disparition de ses amis en mars 2000, les cousins calabrais Domenic «Mico» Napoli et Antonio Oppedisano, suite à un conflit sur un territoire de machines à sous. Des représentants de la ‘Ndrangheta étaient même venus de Calabre pour enquêter sur ces disparitions, rencontrant Vito Rizzuto. Mais plus important encore, Calautti fait aussi partie des suspects dans le meurtre de Nicolo Rizzuto, le père de Vito.  Pour les enquêteurs, pas de doute, le clan Rizzuto est derrière ces meurtres, «la vengeance est un plat qui se mange tout de suite» comme le dit le grand scénariste Morsay.

Salvatore Calautti (Toronto Sun)

Salvatore Calautti (Toronto Sun)

Le 31 août, c'est un jeune mafieux de 22 ans, Claudio Marco Campellone, qui est blessé par balles alors qu’il sortait de son véhicule. Il a réussi à rejoindre un hôpital où il a été soigné. A l’arrivée de la police, il a refusé de collaborer. Quelques jours avant cette tentative de meurtre, Campellone avait plaidé coupable dans une affaire de stupéfiants. En décembre 2011, il avait été arrêté pour trafic de cocaïne avec son frère lors de l’opération «Abduction». Le réseau, qui écoulait 7 kg de cocaïne par semaine, était dirigé par Emanuele Padula, sous la bénédiction du caïd Giuseppe «Ponytail» De Vito. 

Dans le même temps la guerre intergénérationnelle actuellement au sein de la mouvance des «Bloods» s'intensifie. Il semblerait que la jeune génération chercherait à se trouver une place face aux «vieux» gangsters, désormais associés à la Mafia montréalaise.
Le conflit a éclaté le 7 septembre quand 7 à 8 hommes, affiliés au nouveau gang «Zone 43», passent mortellement à tabac Jean-Romel Victor, 35 ans, à la prison de Rivière-des-Prairies. Connu pour trafic de marijuana et de cocaïne, Victor était le vice-Président de MFG (pour Money First Gangsters), société de production de rap. Parmi les autres actionnaires de MFG, on relève les noms de James Johnson Blot (considéré comme le lieutenant de Chénier Dupuy, abattu en août 2012) et d’Edrick Antoine (accusé du meurtre en janvier 2013 de Gaëtan Gosselin, bras-droit du caïd mafieux Raynald Desjardins).
Le lendemain du meurtre de Victor, des coups de feu sont tirés contre un immeuble où vit des proches d’un des membres de «Zone 43» impliqué. Le 17 novembre, une fusillade a lieu dans un bar de Laval (banlieue de Montréal), lors d’un concert d’un chanteur jamaïcain, organisé par MFG. Un membre de «Zone 43» est blessé à la jambe. Dans cette affaire, la police arrête James Johnson Blot, 35 ans, pour non respect de ses conditions de liberté conditionnelle pour avoir été en contact avec un membre de la mafia.

La vengeance implacable du clan Rizzuto continue de frapper «les traitres» voire même les «indécis», le 11 novembre, Moreno Gallo, 67 ans, mafieux d’origine calabraise, est abattu de plusieurs balles de 9 mm alors qu’il était attablé dans un restaurant italien d’Acapulco au Mexique.
Gallo agissait comme tueur pour le compte du clan calabrais des Cotroni. Libéré en 1984, sa conditionnelle avait été révoquée en 2007. Il avait en effet été vu (et parfois filmé) à 72 reprises au «Café Consenza», le QG du clan Rizzuto à Montréal. Les surveillances avaient eu lieu entre 2001 et 2006, lors de l’enquête «Colisée» qui a ciblé la mafia montréalaise. Lors de la guerre pour le contrôle de la pègre montréalaise en 2010-2011, Moreno s’était rangé dans le camp de Salvatore Montagna, abattu en novembre 2011. Les Rizzuto ne lui ont jamais pardonné ce «faux» pas et il l'a payé de sa vie.

Moreno Gallego (Libertad Guerrero Noticias)

Moreno Gallego (Libertad Guerrero Noticias)

En novembre, la Sûreté du Québec interpelle 2 nouvelles personnes pour le meurtre de Salvatore Montagna, abattu le 24 novembre 2011 près de Montréal. 6 personnes, dont le caïd Raynald Desjardins, ancien proche de Vito Rizzuto, sont déjà accusés dans cette affaire. Les 2 nouveaux suspects sont :
- Steven Fracas, 29 ans, considéré comme un ami de Vittorio Mirarchi, principal lieutenant de Desjardins et Steven D’Addario, 36 ans : il est lié à Giuseppe Colapelle (abattu le 1er mars 2012), lieutenant de Giuseppe «Ponytail» DeVito (allié à Desjardins).

Roger Valiquette (JDM)

Roger Valiquette (JDM)

Et comme on en avait pas eu assez, le 18 décembre, Roger Valiquette, 54 ans, est tué près de son véhicule sur le parking d’un restaurant de Laval (banlieue de Montréal). Il était considéré comme un acteur de plus en plus important au sein de la pègre montréalaise. Il était en attente de son procès pour une affaire de menace de mort et voies de fait avec utilisation d’une arme à feu.
Dans les années 70, il avait été proche du caïd Raymond Desjardins, à l’époque où il était associé au clan calabrais de Montréal. Il était aussi proche des Hells Angels et son nom était apparu en 2009 dans l’enquête «Diligence» sur l’infiltration du gang de motards dans le secteur de la construction. Considéré comme le plus important prêteur (légal et illégal) de la région de Montréal, Valiquette s’était associé à Tonino Callochia, lui même la cible d’une tentative de meurtre le 1er février dernier. Les 2 hommes se seraient notamment alliés pour prendre le contrôle du quartier montréalais de Rivière-des-Prairies, un territoire précédemment contrôlé par Giuseppe De Vito.

Mais le plus grand coup de théâtre est encore à venir en cette fin d'année, une chose inimaginable va arriver : le décès de Vito Rizzuto qui souffrait secrétement d'un cancer, dans un hôpital de la ville à la suite d'une pneumonie le 23 décembre 2013. 
Personne ne se doutait qu'il souffrait d'une telle maladie, le choc est total et le milieu criminel, déjà exangue, n'en a pas fini de s'agiter. Le Parrain est mort et al guerre de succession va reprendre de plus belle.

(Toronto Star)

(Toronto Star)

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette, Crimorg, Canoë)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 16:28

En début d'année, Maria Rizzuto Renda (65 ans, sœur du parrain Vito Rizzuto et femme de Paolo Renda) et sa fille Domenica, 41 ans, se sont rendues devant la Cour pour affirmer qu’elles étaient persuadées de la mort du mafieux. Le 22 janvier, la Cour a décidé de rejeter la demande de la famille du caïd. 
Le 13 janvier, c'est encore un gros nom qui tombe sous les balles. Un membre du clan Desjardins, son grand ami et homme de confiance, Gaëtan Gosselin, 68 ans. Ce meurtre est une attaque directe contre Raynald Desjardins. Il s’occupait de la famille et des affaires du caïd depuis son arrestation. Quatre individus liés aux Rouges ont été arrêtés le 15 mai et accusés de l’assassinat. 

Gaétan Gosselin assassiné (La Nouvelle Union)

Gaétan Gosselin assassiné (La Nouvelle Union)

Une quinzaine de jours plus tard, la reprise en main de la mafia montréalaise par les siciliens de Vito Rizzuto se poursuit avec l'exécution de Vincenzo Scuderi, 49 ans, abattu devant son domicile de plusieurs balles. 
Il avait été arrêté le 19 décembre dernier sur des soupçons de trafic de stupéfiants, avant d’être libéré, faute de preuve. Cette enquête avait commencé sur les incendies criminels ayant touché les intérêts des frères Domenico et Antonino Arcuri, considérés comme des «poids lourds» de la Mafia. Scuderi est considéré comme un proche de Giuseppe «Ponytail» De Vito, incarcéré mais considéré lui comme un proche de Raynald Desjardins. Scuderi travaillait paussi our Nicola «Big Nick» Di Marco, condamné dans l’affaire «Colisée» pour avoir géré une maison de jeux illégaux. Scuderi serait également un proche de Giuseppe Colapelle, abattu en mars 2012 et également proche de Raynald Desjardins. Oui ça fait beaucoup de «proche de»...n'oubliez pas que «Montreal c'est petit».

V. Scuderi (Pinterest)

V. Scuderi (Pinterest)

Le 1er février c'est Tonino Callocchia, 51 ans, qui est grièvement blessé par balles sur le parking d’un restaurant de Laval (nord-ouest de Montréal). Entrepreneur en construction, il est surtout connu pour avoir été un important trafiquant de cocaïne. En 1990, il est condamné à 8 ans de prison pour une affaire d’importation de cocaïne, en compagnie de son beau-frère Vincenzo Armeni. Il a travaillé par le passé sous les ordres de Vincenzo Di Maulo, frère de «Jos» Di Maulo (abattu début novembre 2012). En 1998, Callocchia est condamné à 10 ans de prison pour avoir fait entrer 73 puis 93 kg de cocaïne via l’aéroport de Toronto, toujours avec la complicité de son beau-frère Armeni.


Le 16, encore un règlement de comptes, James Bertrand, 35 ans, un proche de Ducarme est visé par un tireur à pied en fin d’après-midi dans le quartier Saint-Michel de Montréal. Il a fait semblant d'avoir été atteint, s'est écroulé sur le sol et l'individu a fui les lieux. Vous le croyez ça ? Même dans GTA ils ont pas osé.
Surnommé «Gunman», il a été condamné en 2002 à 12 mois de prison pour détention de cocaïne et infraction sur les armes. Membre influent d’un gang d’obédience Crips, il est surtout connu pour être un proche du caïd Ducarme Joseph, proche d’un clan de la Mafia montréalaise. Selon plusieurs observateurs, Ducarme Joseph (et son associé Tony Magi) figurerait sur la «liste noire» du caïd Vito Rizzuto, rentré des Etats-Unis en octobre dernier après plusieurs années de prison. En son absence, son clan (père, fils, beau-frère,…) a été décimé. Depuis son retour à Montréal, plusieurs règlements de comptes visant ses ennemis (ou ceux qui ne l’ont pas assez soutenu) ont eu lieu. Rizzuto se serait allié avec Gregory Wooley, issu des gangs de rue et devenu un proche des Hells Angels. Wooley tenterait actuellement d’unifier les gangs de rue de Montréal, projet auquel s’opposent Ducarme Jospeh et ses proches.

(La Presse)

(La Presse)

La «Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction» continue ses auditions, le 18 février c'est au tour de Nicolo Milioto, considéré comme le principal intermédiaire entre le secteur de la construction et les Rizzuto. Ancien dirigeant de la société «Mivela Construction» qui a obtenu pour 57,5 millions de dollars canadiens en contrats publics avec la Ville de Montréal entre 2006 et 2009, ce qui lui vaudra le surnom de «Monsieur Trottoir».
Milioto a été vu 236 fois !!! au Club Consenza (le QG du clan Rizzuto) entre 2002 et 2006. En 2005, on le filme même récupérant de l’argent liquide auprès d’entrepreneurs. Argent ensuite remis aux mafieux Rocco Sollecito et Nick Rizzuto.
Devant la Commission, Nicolo Milioto reconnait avoir fréquenté le «Club Consenza» mais dit tout ignorer de ce que pouvait être «la Mafia». FACEPALM.
Sur la remise d’argent aux mafieux, Milioto prétend qu’il s’agit d’un remboursement de prêt à taux zéro entre siciliens du même village (lui et Rizzuto).
La Commission d’Enquête se penche également sur les 401 appels d’offre passés par la ville de Montréal entre 1996 et 2011. Au total, 53 entreprises ont répondu à ces appels d’offre mais 90% des marchés publics ont été remportés par seulement 6 entreprises. Celles-ci sont dirigées par des hommes d’origine sicilienne qui sont TOUS originaires de Cattolica Eraclea (le village de Rizzuto). Comme on dit plus c'est gros.... 
Au cours des années, le constat est sans appel, la plupart des entreprises non siciliennes ont progressivement arrêté de répondre aux appels d’offre. Interrogé sur ces statistiques, Milioto a répondu : «Je ne vois pas de lien avec l’origine sicilienne et le fait qu’on fréquente le Consenza. Probablement qu’on est plus performants. C’est ouvert à tout le monde.» (La Presse - JDM)

Nicolo Milioto (La Presse)

Nicolo Milioto (La Presse)

En avril, Nicola Spagnolo, 38 ans, plaide coupable pour port d’arme et est condamné à 9 mois de prison. Le 24 juin 2010, il avait été impliqué dans un accident de la circulation à Montréal. La police trouva sur lui un Beretta 9 mm dont le numéro de série est limé. Eh oui à l'époque, la parano règne (enfin euh toujours en 2013 d'ailleurs) et les gonzes sont armés surtout aux feux rouges. 
En novembre 2006, Nicola Spagnolo avait déjà été poursuivi pour détention d’arme mais avait été acquitté.
Les Spagnolo font partie du cercle proche du parrain Vito Rizzuto. Le père de Nicola, Vincenzo Spagnolo, a ainsi été vu en compagnie du caïd et de plusieurs autres mafieux lors d’une partie de golf en 2003 en République Dominicaine.  Prends ça Laurent Blanc. 
En 1988, Vincenzo Spagnolo avait aussi proposé de verser une caution d’1 million de dollars canadiens après l’arrestation de Vito Rizzuto suite à la saisie de 32 tonnes de haschisch. Le juge avait alors refusé cette proposition mais les deux hommes sont restés très proches depuis.

La guerre interne au sein des gangs de rue continue lui aussi, Harry «Harry Up» Mytil, 33 ans, est abattu dans le garage de son domicile à Laval (banlieue ouest de Montréal) le 17 avril. Identifié comme un membre du gang des «Bo-Gars», (Bloods). Soupçonné de trafic de drogue, il avait déjà été condamné pour détention d’arme et de fausse-monnaie. En 2003, il avait été impliqué dans le braquage à domicile d’un avocat. Mytil avait été condamné à 4 ans de prison dans cette affaire.

Guerre mafieuse à Montréal partie 7

Mais si vous pensiez avoir tout lu sur le choc des titans entre les différentes factions mafieuses, attendez de lire ce qui suit.
Depuis plusieurs semaines déjà, la police italienne était à la recherche de deux ressortissants canado-espagnols après avoir démantelé le mandamento (une organisation réunissant plusieurs clans voisins) de Bagheria (Province de Palerme). Disparus depuis le 9 avril, les enquêteurs italiens finissent par retrouver les corps carbonisés des deux hommes dans la campagne de Casteldaccia, près de Palerme. Ils auraient été assassiné d’une trentaine de balles.


Sauf que, les deux victimes, Juan Ramon Fernandez, 57 ans, et Fernando Pimentel, 36 ans, sont des hommes de Vito Rizzuto. Fernandez s’était installé comme instructeur d’arts martiaux à Bagheria en juin 2012, après son expulsion du Canada. Son complice Pimentel était venu le rejoindre en mars dernier. Ils étaient en fait chargés de mettre sur pied un trafic de drogues (héroïne et oxycodone) entre le clan Rizzuto de Montréal et la famille mafieuse de Bagheria. 
Fernandez est un personnage, né en Espagne le 23 décembre 1956. Immigré avec sa famille au Canada à l’âge de 5 ans. Passionné de musculation et d’arts martiaux, il utilise ses qualités sportives pour se livrer à des cambriolages. Repéré par la Mafia montréalaise, l’espagnol devient le chauffeur et garde du corps de Frank Cotroni (la faction calabraise vous vous souvenez?). A l’âge de 22 ans, Fernandez est arrêté pour avoir mortellement frappé sa petite amie, une danseuse de 17 ans qui refusait d’avoir des relations sexuelles avec un associé de Fernandez. Il est condamné à 12 ans de prison pour homicide involontaire. C’est à cette occasion qu’il commence à garnir son carnet d’adresses avec ses contacts parmi les trafiquants colombiens, les différentes factions italiennes, les Hells Angels ou le Gang de l’Ouest. Libéré, il travaille comme vendeur dans une concession automobile le jour et videur dans une boîte de nuit du clan Rizzuto le soir.


En 1991, il est soupçonné d’être impliqué dans des attentats (incendie et explosifs) visant un restaurant «Pizza Hut» faisant concurrence au restaurant d’Agostino Cuntrera. Arrêté avec 3 kg de cocaïne dans son véhicule, Fernandez est condamné à 42 mois de prison. C’est dans la chapelle de la prison qu’il se marie en avril 1992, en présence de plusieurs invités. Les autorités pénitentiaires refusent la présence de Vito Rizzuto mais autorise Raynald Desjardins. En prison, Fernandez est soupçonné de recruter des détenus proches de la sortie, pour les utiliser comme passeurs d’huile de cannabis entre la Jamaïque et le Canada. Libéré en 1999, il est expulsé vers l’Espagne, n’ayant jamais demandé la nationalité canadienne. Il revient d’abord en Floride puis à Toronto sous le nom de «Jos Bravo». Il est alors le représentant du clan Rizzuto en Ontario. Repéré avec des criminels connus, il est à nouveau arrêté et expulsé en avril 2001. Il revient cette fois en usurpant l’identité d’un garçon né comme lui en 1956 mais décédé à l’âge de 12 ans. La police le repère à nouveau mais préfère ne pas l’expulser : un agent est infiltré dans son réseau de stupéfiants alors que Fernandez prépare l’importation d’1 tonne de cocaïne. En mai 2002, il est arrêté alors qu’il prépare un règlement de comptes. L’espagnol est condamné en juin 2004 à 12 ans de prison pour possession d’armes, trafic de stupéfiants et extorsion. (Bio Crimorg)

Juan Ramon Fernandez (Global News)

Juan Ramon Fernandez (Global News)

Un sacré cv qui pourtant ne l'a pas protégé des frères Scaduto, Pietro et Salvatore, 49 et 51 ans. Ce sont eux qui ont été arrêtés pour ces meurtres. Et eux aussi ont une histoire avec le Canada. Ils s'y étaient installé en 1989, après le meurtre de leur père dans le cadre d’une guerre mafieuse sicilienne. Pietro Scaduto avait ensuite été expulsé du Canada suite à son implication dans une fusillade. 
Pour les enquêteurs, pas de doute, ces deux assassinats font partie du jeu de chaise musicale entre factions mafieuses canadiennes. Un conflit qui aurait tendance à se mondialiser ? 

Mais pour le compte de qui les Scaduto auraient exécuté ce contrat ? Eh bien pour le commandant d'une escouade spéciale de carabiniers, en charge de l'affaire, Fernandez aurait parlé abondamment de Raynald Desjardins avec des individus de Montréal dans des conversations récentes captées durant l'enquête dans lesquelles il appelait Desjardins compare («parrain»). L'amitié avec le caïd Raynald Desjardins pourrait avoir coûté cher à Juan Ramon Fernandez, alias Joe Bravo ? 
Le journal italien La Repubblica lui rapporte les propos d'un témoin repenti, Giuseppe Carbone, qui aurait raconté à la police locale que les deux frères Scaduto, accusés d'avoir tué Fernandez, auraient agi sur l'ordre de Vito Rizzuto et qu'ils l'auraient assassiné parce qu'il avait comme compare un ennemi de Rizzuto.
Le commandant des carabiniers a confirmé ce dont plusieurs se doutaient déjà: les autorités italiennes ne demandent plus l'extradition de Vito Rizzuto dans le cadre de l'enquête sur le blanchiment de centaines de millions de dollars de la mafia canadienne dans la construction du pont de Messine, qui relie la Sicile à l'Italie continentale.
Un souci en moins pour le Parrain....

Giuseppe Carbone le repenti à gauche et Juan Ramon F. à droite (gangstersoutblogsport)

Giuseppe Carbone le repenti à gauche et Juan Ramon F. à droite (gangstersoutblogsport)

A New York, en ce mois de mai, se déroule un procès, celui du québécois Jimmy «Cosmo» Cournoyer, 33 ans arrêté par la DEA le 17 février 2012 et accusé d’avoir fait entrer aux Etats-Unis au moins 36 tonnes de marijuana canadienne.
Le réseau de Cournoyer était financé par le clan Rizzuto. Les bénéfices du trafic de marijuana servaient ensuite à acheter de la cocaïne au Cartel de Sinaloa. Les Rizzuto fournissait également des gardes du corps et des hommes de main à Cournoyer, notamment Giuseppe Fetta. Ce dernier a été le chauffeur et garde du corps du boss Lorenzo Giordano, un proche de Vito Rizzuto, avant de se rallier à Giuseppe «Ponytail» De Vito, désormais opposé au clan. Fetta a été grièvement blessé par balles en décembre dernier à Montréal. Cet épisode violent a été commenté par les membres du réseau Cournoyer incarcérés, dont les conversations étaient écoutés. Les trafiquants ont aussi discuté de l’assassinat de Jos Di Maulo, abattu en novembre 2012, sans doute par les Rizzuto. Le responsable de l’achat de la cocaïne et du blanchiment en Californie était Alessandro Taloni, lui aussi connu pour ses liens avec le clan montréalais. En 1999, il avait été arrêté à Montréal dans une affaire d’extorsion de fonds. Les coordonnées du Club Consenza (QG du clan) et du beau-père de Nick Rizzuto (fils de Vito Rizzuto, abattu en décembre 2009) avaient alors été retrouvées dans son téléphone portable.
Les principaux clients du réseau Cournoyer (actif de 2007 à 2012) étaient des membres de la Famille Bonanno de New York, notamment John Venizelos, dit «John V» ou «Big Man», qui a d’ailleurs plaidé coupable dans cette affaire.

Jimmy Cournoyer (La Presse)

Jimmy Cournoyer (La Presse)

A la mi-mai, la police arrête Edrick Antoine, 34 ans, Olivier Guay, 30 ans, Standley Minuty, 29 ans et Kevin Tate, 29 ans, en lien avec le meurtre de Gaétan Gosselin en janvier. A l’époque du meurtre, Antoine et Minuty avaient déjà été arrêtés avant d’être libérés. Déjà connus pour des affaires de violences et de stupéfiants, ils sont liés au gang de rue les «Bo-Gars». Antoine, surnommé «Américain», est président de «Productions MFG», qui gère le groupe de rap MFG, lié aux Bloods. Tate, surnommé «Shinny», est proche du gang des Syndicates, un gang géré par Gregory Woolley pour le compte des Hells Angels. On pense qu'ils ont pu agir comme hommes de main pour le clan Rizzuto, trahi par Raynald Desjardins. 
L’intermédiaire entre ces membres de gang et les commanditaires issus du crime organisé italien a été identifié comme étant Harry «Harry Up» Mytil, abattu le 16 avril. Selon les observateurs, Mytil se serait récemment rallié au projet de Gregory Wooley, allié des Rizzuto, afin d’unifier les gangs de Montréal.

Preuve de la confiance renouvelée en son pouvoir, Vito Rizzuto commence à se montrer à Montréal. Il a notamment été vu dans le quartier de la petite Italie, accompagné de son chauffeur. Il a marché un peu dans le quartier et serré quelques mains. Cette sortie publique est clairement en message indiquant qu’il est revenu «aux affaires» et qu’il entend redevenir le parrain de Montréal.
Par ailleurs, il s’est inscrit début mai dans le golf privé Le Blainvillier, où il jouait avant son incarcération. Grand amateur de golf, il a payé 5.000 dollars canadiens de cotisation et a joué 4 fois en 2 semaines, notamment avec les frères Stefano et Mario Sollecito, fils de Rocco Sollecito. C’est son fils Stefano qui semble désormais avoir une place de choix auprès du boss Rizzuto.

 

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette, Crimorg, Canoë)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
12 février 2017 7 12 /02 /février /2017 18:10

A la mi-août, deux membres influents des gangs de rue de Montréal sont abattus à quelques heures d’intervalles. Tous deux sont membres du gang des «Bo-Gars», principal gang d’obédience Bloods de la ville. 
Chénier Dupuy, 37 ans, est tué par balles alors qu’il se trouve dans son véhicule. Sorti de prison en avril dernier après sa condamnation pour trafic de marijuana et de crack. 
Peu après, c'est Lamartine Paul Sévère, 42 ans, qui est abattu alors qu’il gare son véhicule près de son appartement. Il avait été libéré il y a quelques mois après une condamnation à 45 mois de prison pour extorsion.
Les deux hommes sont liés et proches de Ducarme Joseph dont Lamartine Paul Sévère était le cousin. Ils auraient pu être utilisés comme homme de main par la Mafia montréalaise via Tony Magi.
Les enquêteurs pensent que ces 3 meurtres au sein des gangs de rue sont liés à la libération prochaine de Vito Rizzuto mais surtout à la volonté d'unir les gangs de rue sous l'autorité d'un seul leader qui pourrait être en l'occurence Gregory Woolley, ancien protégé du Hells Angels Maurice «Mom» Boucher et premier Noir à avoir été admis dans l'organisation des Hells, pendant la guerre des motards des années 90.
Woolley est sorti de prison l'an dernier après une longue incarcération de 12 ans. Il aurait été chargé par les Hells Angels de faire le ménage. Il est chargé de poursuivre la mission entamée avant son arrestation: amener les meilleurs membres de gangs de rue dans le giron des motards - et écarter les autres. Plusieurs sont d'accord avec son plan, mais d'autres refusent de rentrer dans les rangs.
Chénier Dupuy, chef historique des Bo-Gars, faisait partie des «vieux irréductibles», selon le journal La Presse. Dupuy avait fait la guerre contre les Bleus. La police l'a déjà enregistré pendant qu'il expliquait à sa soeur que son devoir était de «protéger le quartier», à Montréal-Nord. Il n'avait aucune intention de se soumettre à Woolley.

Tous les observateurs s'attendent maintenant à des représailles de grande ampleur.

Durant ce même week-end d'août, 2 autres hommes sont tués par balles. Ricardo Ruffolo, 34 ans, un trafiquant de stupéfiants et de stéroïdes lié à différents clans du crime organisé, assassiné par balles sur le pas de sa porte. La veille, une fusillade aux Galeries D'Anjou avait éclaté, tuant Obsorne Anthony et blessant grièvement Hansley Ice Joseph, un important fournisseur de drogues.

Chénier Dupuy à gauche (La Presse) et Lamartine Paul Sévèreà droite (fr.canoe.ca)Chénier Dupuy à gauche (La Presse) et Lamartine Paul Sévèreà droite (fr.canoe.ca)

Chénier Dupuy à gauche (La Presse) et Lamartine Paul Sévèreà droite (fr.canoe.ca)

Le mois suivant, la pression continue, plusieurs biens immobiliers sont détruits par le feu, le siège d'une entreprise de construction mais aussi la société «Ital Gelati», des affaires liées aux frères Arcuri. À la mi-septembre, ce sont 3 véhicules d’une entreprise de signalisation routière qui sont détruits par le feu. La société appartient à des partenaires d’affaires des Arcuri.

Fin septembre, tentative de la justice de meurtre un coup de pied à la fourmilière. 
La «Commission d’enquête sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l’industrie de la construction» a débuté ses auditions.
Un enquêteur a déclaré qu’entre 2002 et 2006, les véhicules de 74 entreprises du bâtiment (électricité, paysagiste, climatisation, asphaltage, peinture,…) avaient été vus sur le parking attenant au Club Consenza, le QG du clan Rizzuto, alors sous surveillance.
Plusieurs dirigeants de sociétés de construction et de travaux publics ont été formellement identifiés à l’intérieur du Club Consenza, parfois même donnant de l’argent aux mafieux présents, y compris Nick Rizzuto, le patriarche du clan :
– Frank Catania : dirigeant des «Constructions Frank Catania». Frank Catania a transmis son entreprise à son fils Paolo, également dirigeant de la société CatCan qui avait 80% des contrats de voirie dans l’arrondissement de Verdun à Montréal. Paolo Catania a été arrêté pour des malversations en 2011 avec Frank Zampino, n°2 de la Ville de Montréal.
– Accursio Sciascia : dirigeant de «Pavage ATG» ;
– Frank Enrico Andreoli : de «Construction CanBen». Il est aussi présent dans le domaine du déneigement ;
– Lino Zambito : dirigeant de la société Infrabec, mise en faillite en 2011. La société avait été créée par son père Giuseppe Zambito, né à Cattolica Eraclea, comme Nick Rizzuto. Zambito a reconnu devant la Commission qu’il reversait 2,5% du montant des contrats publics au crime organisé ;
– Nicolo Milioto : dirigeant de la société «Mivela Construction». Il est considéré comme la courroie de transmission entre la Mafia et le secteur de la construction. Entre 2006 et 2009, sa société a obtenu pour 57,5 millions de dollars canadiens en contrats publics avec la Ville de Montréal. En janvier 2012, il a confié la direction de sa société à Alfonzo Polizzi, son gendre. En 2012, «Mivela Construction» a obtenu des contrats pour la réfection de trottoirs et la construction de pistes cyclables de l’ordre de 4,4 millions de dollars canadiens. Milioto a été vu 236 fois au Club Consenza entre 2002 et 2006. En 2005, il a même été filmé récupérant de l’argent liquide auprès d’entrepreneurs. L’argent a ensuite été remis aux mafieux Rocco Sollecito et Nick Rizzuto. Caterina, la fille de Milioto, était employée de la Ville de Montréal entre 2006 et 2010, à la Direction de la réalisation des travaux de construction.
(La Presse - JDM)

Guerre mafieuse à Montréal partie 6

5 octobre, une date à marquer d'une pierre blanche pour Vito, enfin libéré de sa prison américaine.
Mais on s'interroge... où quelles sont ses projets ? On dit qu’il pourrait s’installer au Venezuela (où le clan a eu des activités), à Toronto (où sa femme a de la famille),… mais la thèse principale reste qu’il reviendrait à Montréal. Des comptes à solder. L’ancien parrain a fait une «liste noire» de personnes à éliminer en priorité. Antonio «Tony» Magi ; Ducarme Joseph et les frères Arcuri.
Face à eux, Vito Rizzuto va bénéficier d’un nouvel allié : Gregory Woolley. Son rapprochement avec ce qu’il reste du clan Rizzuto a été confirmé début septembre lors des funérailles d’un Hells Angels où il était présent avec un proche du clan Rizzuto.
Après avoir vécu quelques jours chez un membre de sa famille à Toronto, le 27 octobre, on annonce que l’ancien parrain de Montréal, s’est installé dans un appartement bien gardé de Montréal. Qu'il aurait déjà fait l’acquisition d’une voiture blindée estimée à 77 000 euros. Cet achat de'un véhicule blindé est tout de même un signe fort d'une volonté de s'installer durablement non ?

Un tel retour allait forcément agiter le petit monde ducrime local. Les incendies volontaires continuent mais contre des biens des Rizzuto notamment une salle de gym appartenant à Andrea Scoppa, un proche de Vito.

Andrea Scoppa (La Presse)

Andrea Scoppa (La Presse)

Le 4 novembre, un nouvel assassinat va jeter la confusion la plus totale. 
Joseph «Jos» Di Maulo, d’origine calabraise, né en 1943, est tué de deux balles dans la tête à l’extérieur de son domicile de Blainville (nord de Montréal).
Beau-frère de Raynald Desjardins. Sa fille est mariée à un fils de Frank Cotroni, un des leaders de la faction calabraise de Montréal et il aussi un proche de Vito dont il a rejoint les rangs à la fin des années 70. Bref, il fait le lien entre toutes les factions et semble intouchable vu le nombre de ses puissants amis. Mais s'il a certes toujours joui d'une réputation de diplomate, d'homme de consensus après l'arrestation des boss lors de l'Opération Colisée en 2006, lui et Desjardins sont apparus capables de s’emparer du contrôle de la Mafia de Montréal. 
Vito lui a-t-il fait payer cette ambition ? 
Pourtant Di Maulo ne semblait pas inquiet : il n’avait ni arme ni garde du corps. Il avait même été vu lors des obsèques de Nick Rizzuto, fils de Vito, en décembre 2010.

Jo Di Maulo (Huffington Post Quebec)

Jo Di Maulo (Huffington Post Quebec)

Le 17, 150 à 200 personnes assistent aux funérailles de Jos Di Maulo. Aucun représentant de la famille Rizzuto n’était présent, accréditant une thèse qui voudrait que Di Maulo ait été abattu par les Rizzuto pour ne pas avoir pris partie lors des règlements de comptes qui avaient touché le clan de Vito Rizzuto.
La plupart de ces hommes assassinés ont vu leurs funérailles organisées par le complexe funéraire Loreto qui appartient à Eleonora Ragusa (veuve de Nick Rizzuto Junior) et à Calogero Renda (fils de Paolo Renda). Or c’est un autre salon funéraire qui s’est occupé des funérailles de Di Maulo, ce qui est interprété par certains comme une confirmation des tensions entre le clan Rizzuto et les proches de Di Maulo.

Enterrement de Joseph Di Maulo (La Presse)

Enterrement de Joseph Di Maulo (La Presse)

En 2 jours, 2 meurtres vont révéler un peu plus le flou qui règne actuellement.
Me 15 novembre, Tony Gensale, un trafiquant de drogue est tué par erreur sur le boulevard Saint-Laurent alors qu'on le prend pour le mafieux Joey Fetta, associé du caïd Giuseppe De Vito. On parle d'un conflit de territoire avec Salvatore Scoppa qui aurait le monopole du trafic d'héroïne dans le nord et le nord-est de la ville. A la mi-décembre, une quinzaine de personnes sont arrêtées, dont Salvatore Scoppa, 42 ans pour trafic de drogue.
Le 17, Mohamed Awada, 47 ans, est abattu devant son domicile. Il était connu pour ses liens avec des clans criminels libanais et avec la Mafia montréalaise, notamment Giuseppe De Vito. 
Si on prend seulement cette info on peut imaginer que les Rizzuto sont derrière le meurtre car De Vito est un proche de Desjardins sauf qu'Awada avait été impliqué, avec son fils Ali, dans l’enlèvement du mafieux Nino de Bartolomeis, un proche du caïd Francesco Arcadi le 17 juin 2008 (sans doute pour une affaire de dette de 100.000 dollars canadiens). Une dizaine de personnes avaient été interpellées dans cette affaire dont les commanditaires présumés, les frères Scoppa. Tous avaient été remis en liberté, faute de coopération de la victime.  
Après avoir lu ça, que peut-on penser ? Il a visiblement peu d'amis chez les Arcuri et semble avoir eu des relations avec les Scoppa qui sont proches de Rizzuto mais à qui on a reprocher leur manque de loyauté lors de l'incarcération de Vito mais il a aussi été proche de Desjardins avant de s'en éloigner. Peut être s'agit il d'une querelle entre usuriers (cœur de métier d'Awada) ? Un mystère.

Le 8 décembre 2012, on découvre le corps d’Emilio Cordileone, 50 ans, à l’arrière d’un véhicule garé dans un quartier de Montréal. La victime possède plusieurs commerces, dont des restaurants, et est soupçonné de trafic de stupéfiants. Il avait été mêlé à une histoire de blanchiment ou le nom de Vito Rizzuto apparaissait.
Son père Domenico avait été enlevé en février 2005 pendant une semaine, sans doute pour une dette liée à un trafic de drogue. Quelques années plus tôt, Domenico Cordileone avait été en contact avec Jairo Garcia, un colombien du Cartel de Cali. Il serait également un proche du caïd Frank Cotroni et du tueur Moreno Gallo (expulsé du Canada vers l’Italie en 2011).
Il a un frère, Dino, condamné en 2004 à 23 mois de prison pour un attentat à la bombe contre une usine, pour le compte de concurrents. Dino est réputé proche de Juan Ramon Fernandez, un espagnol, trafiquant de drogue installé à Toronto et disposant de nombreux contacts chez les trafiquants colombiens, dans la faction calabraise, chez les Hells Angels et au sein du Gang de l’Ouest. Il est surtout un soldat loyal au clan Rizzuto.
Il a aussi un neveu, Mark Cordileone, propriétaire du bar «QV’s», contrôlé en fait par le caïd Giuseppe «Ponytail» DeVito. Ce bar a été le lieu d’une fusillade fin août 2012, ayant fait 1 mort et 1 blessé, sur fonds de contrôle de territoire de la drogue.

Assassinat d'Emilio Cordileone (La Presse)

Assassinat d'Emilio Cordileone (La Presse)

Le 17 décembre c'est au tour de Giuseppe Fetta, 33 ans, d'être criblé de balles alors qu’il se tenait près de son véhicule dans le quartier Ahuntsic de Montréal. Gravement blessé, il est hospitalisé sous surveillance policière. Au début des années 2000, il avait été identifié comme un des gardes du corps du clan Rizzuto.

En enquêtant sur les incendies ayant touché des sociétés ou des immeubles liés aux frères Domenico et Antonio Arcuri que la police de Montréal a découvert un réseau de stupéfiants lié à la Mafia. 4 perquisitions ont été menées, notamment à l’ancien domicile du boss Giuseppe De Vito, actuellement incarcéré.
Cette affaire semble indiquer que des proches de De Vito sont impliqués dans un conflit avec les frères Arcuri. En septembre dernier, De Vito a été placé à l’isolement en prison, les autorités pensant qu’il fait lui-même l’objet d’un «contrat». 

Le 21 décembre, un homme cagoulé est entré dans le café italien «Domenica-In» du quartier Saint-Léonard (le quartier des italiens de Montréal) et a fait feu à plusieurs reprises  sur Domenico Facchini, 37 ans, qui a été tué sur place. Il était connu pour une affaire de recel datant de 1998 et pour une affaire de marijuana en 2002.  Ce café servait souvent de lieu de rendez-vous à De Vito... Encore lui. 

 

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette, Crimorg, Canoë)

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
2 février 2017 4 02 /02 /février /2017 19:57

La fin d'année 2011 sera encore mouvementée notamment au sein des gangs de rue qui eux aussi se recompose selon le camp qu'on a choisi, calabrais ou siciliens ? Toronto ou Montreal ? Bleus ou Rouges ? Wooley ou Ducarme ?
Jephté Rénélique, 24 ans, lui était un Bleu et il a été poignardé à mort dans le quartier Saint-Michel de Montréal. Il s’agirait des conséquences d’un conflit personnel mais les policiers craignent des représailles. Surnommé «J-Light», la victime était un membre connu des Crips de la 15ème Avenue et était en attente de son procès pour une fusillade datant de 2010. Rénélique était notamment lié à Ducarme Joseph et aussi le cousin de Whoody Aristilde, impliqué dans le meurtre d’un rival en 2010, et le frère de Daniel Rénélique, basketteur professionnel aux Etats-Unis.

Jephté Rénélique (Journal de Montreal)

Jephté Rénélique (Journal de Montreal)

Le 24 octobre, c'est au tour de Lorenzo «Larry» Lo Presti de tomber, abattu à son domicile de Montréal. Fils de Giuseppe «Joe» LoPresti, trafiquant de drogue lié au clan Rizzuto, et assurant la liaison entre les familles siciliennes, Montreal et New York, abattu le 29 avril 1992 (John Gotti, boss du clan Gambino de New York auraitdonné son accord pour ce contrat), Lorenzo s’était éloigné du clan après la mort du padre et était devenu le bras-droit d’Antonio «Tony Suzuki» Pietrantonio dans des affaires immobilières, mais aussi dans l’usure, le blanchiment et le trafic d’héroïne. 

Giuseppe Lo Presti (coolopolis)

Giuseppe Lo Presti (coolopolis)

Assassinat de Salvatore Montagna (La Presse)

Assassinat de Salvatore Montagna (La Presse)

Le 24 novembre, c'est le corps de Salvatore Montagna, 40 ans, qui est découvert par la police sur une berge de la rivière l’Assomption à Charlemagne (nord de Montréal). Il aurait traversé la rivière pour échapper à ses tueurs mais a succombé à ses blessures par balles.
Né en 1971 à Montréal, il a en fait grandi en Sicile. A l’âge de 15 ans, il s’installe à New York et crée très jeune une société métallurgique, la «Matrix Steel Co.», et gagne son surnom de «Sal the Ironworker». En 2002, il est arrêté dans une affaire de jeux et d’usure. Son attitude devant le tribunal lui permet également de gagner le grade de capo dans la Famille Bonanno en 2003. En 2006, il devient le Boss par intérim de la Famille. Sa condamnation de 2002 justifie la décision des autorités américaines de l’expulser du pays en avril 2009. Montagna s’installe alors au Canada, dont il a la nationalité.
Le vide laissé par les règlements de comptes touchant les Rizzuto profite alors à un groupe de mafieux, présentés comme les nouveaux hommes forts de la Mafia montréalaise : Sal Montagna, Jos Di Maulo (et son beau-frère Raynald Desjardins) et les frères Domenico et Antonino Arcuri. Des dissensions seraient apparues récemment dans ce groupe. Montagna avait multiplié les déplacements en Ontario pour rencontrer les mafieux de Toronto et d’Hamilton. Il s’était aussi montré dans des restaurants mafieux de Montréal et n’avait pas hésité à visiter des hommes d’affaires d’origine italienne pour réclamer le pizzo.
C'est donc un homme fort de la Mafia qui est assassiné, d'une faction ennemie des Rizzuto ou en tout cas qui veut prendre leur place. Mais cet assassinat tendrait à prouver que cette faction là n'est pas encore assez puissante pour régner et que des mécontents sont encore capables de réagir et d'attaquer. En tout cas Desjardins et Mirarchi sont inculpés en décembre 2011 pour le meurtre de Montagna. Desjardins avait assigner plusieurs de ses hommes comme Steven Fracas, Pietro Magistrale à la filature de Montagna. Un autre homme, Steven D'Addario lui était chargé d'intercepter les sms.

Début décembre 2011 justement, la Gendarmerie Royale du Canada a interpellé 4 personnes pour trafic de marijuana et blanchiment. Jacques Perreault, 45 ans, Yvan Chandler, 67 ans, Denis Vachon, 63 ans et Nicola Varacalli, 63 ans. Ce dernier est un proche du clan Rizzuto, qui a dirigé la Mafia montréalaise jusqu’au début des années 2010. L’enquête de la DEA a duré 24 mois et a permis d’intercepter un chargement de 50 kg de marijuana canadienne en octobre 2010 à Providence (Rhode-Island). Le passeur était alors un autre canadien, Stéphane Dorey, ancien athlète de haut niveau, condamné pour cette affaire à 14 mois de prison.

Denis Vachon à gauche et Nicola Varacalli à droite (La Presse)Denis Vachon à gauche et Nicola Varacalli à droite (La Presse)

Denis Vachon à gauche et Nicola Varacalli à droite (La Presse)

Le 1er mars 2012, un autre membre du clan Rizzuto a été abattu devant un bar de Montréal. Giuseppe «Closure» Colapelle, 38 ans, était considéré comme un homme de main du parrain Francesco Arcadi. Colapelle était tombé en disgrâce à l’automne 2004, accusé d’être en partie responsable de la perte de 800 000 dollars canadiens suite à une transaction ratée de marijuana. Il était réapparu en 2005 lors des négociations pour la libération de Nicola Varacalli enlevé par le clan rival des D’Amico.
Le rôle de Colapelle est très ambigu. Selon les journalistes locaux il aurait été un informateur pour le compte de Raynald Desjardins et son complice Vittorio Mirarchi. Il les tenait informé des alliances formées par leur rival Salvatore Montagna, notamment avec Lorenzo «Larry» LoPresti et Antonio «Tony Suzuki» Pietrantonio.
En l'occurence Salvatore Montagna a été abattu le 24 novembre et un mois plus tôt, c’était «Larry» LoPresti qui avait été tué et le 13 décembre 2011 «Tony Suzuki» a été blessé lors d’une tentative de meurtre. Il n'y a pas de coincidence. Colapelle a-t-il été tué par des ennemis ou par des amis ?
Il y a fort à parier que la siciliens sont derrière cette série d'assassinats et tentative d'assassinat.

Giuseppe Colapelle (La Presse)

Giuseppe Colapelle (La Presse)

Le 14 mars, un mort de plus, Salvatore Silletta, 49 ans, abattu par un homme cagoulé dans le quartier d’Ahuntsic à Montréal. Silletta était impliqué dans le trafic de stupéfiants et avait déjà été condamné pour vol, cambriolage, agression armée, port d’arme et recel. 

Le 16 juillet, Walter Ricardo Gutierrez, 60 ans, de fait tuer de plusieurs balles à l’entrée d’un HLM de Montréal. Connu pour deux affaires de cocaïne en 1994 : dont une saisie de 298 kg. Gutierrez était à l’époque en lien avec le clan Rizzuto. Il avait été condamné à 10 ans de prison. Il semblait depuis retiré du milieu criminel et s’était d'ailleurs déclaré en faillite personnelle en décembre 2008.
Les mobiles pour ce meurtre sont nombreux. Là encore, difficile d'y voir clair.  Peut-on y voir une volonté du clan, certes affaibli, des Rizzutto de faire table rase d'éléments n'ayant pas montré leur allégeance à leur cause en ces temps de guerre ?

Assassinat de Salvatore Silletta (Montreal Gazette)

Assassinat de Salvatore Silletta (Montreal Gazette)

Toujours en juillet, la police de Montréal après contrôle d'un véhicule suspect, arrête Osborn Anthony, 35 ans. Ce membre de gang, paraplégique après une tentative de meurtre en décembre 2009, est considéré comme un proche associé du caïd Ducarme Joseph. Anthony a été trouvé porteur d’une arme à feu et de deux couteaux. En 2005, il avait été arrêté dans une affaire de tentative de meurtre puis acquitté en décembre 2008. Il a été ensuite impliqué dans plusieurs affaires de violences en compagnie de Ducarme Joseph. 

Un coup dur pour Ducarme qui perd un précieux affidé et qui va bientôt perdre bien plus que ça dans sa lutte de pouvoir avec Gregory Wooley.

 

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 20:07

06/01/11 Canada
Le salon funéraire Loreto de Montréal a été la cible d’un jet de cocktail Molotov. Le début d’incendie n’a causé que des dommages mineurs. L’établissement appartient au clan Rizzuto et plus spécifiquement à Maria Renda et Giovanna Cammalleri, fille et belle-fille du boss Nicolo Rizzuto. Maria Renda est mariée à Paolo Renda, enlevé (et présumé mort) depuis mai 2010 ; Giovanna Cammalleri est la femme de Vito Rizzuto.
Trois hommes ont été interpellés pour cette tentative d’incendie : Julien Bourassa-Richer (26 ans, connu pour vol, violation de domicile et menace), Sounthone Chareunsouk (30 ans, connu pour vol qualifié en 2006, en attente d’un procès pour trafic de marijuana) et Alexandre Toualy (27 ans, connu pour vol qualifié et usage d’arme, en attente d’un procès pour menace). Chareunsouk, d’origine laotienne, a également été identifié comme un proche d’un gang de rue d’obédience Crips.

As usual la campagne d'incendies criminelles continue de plus belle avec toujours les gangs de rue en 1ère ligne mais les prochains mois vont être tendus entre deux factions de gangs.

Le 15 janvier 2011, la Régie du Bâtiment du Québec annule la licence de travaux publics de la société «Construction Rockburn», dirigée par Nello Di Rienzo, 42 ans, et Tony Tallarita, 40 ans. Deux hommes arrêtés lors de l’opération «Colisée» de 2006. Ils sont soupçonnés d’être les responsables d’une cellule du clan spécialisée dans l’exportation de marijuana vers les Etats-Unis via la réserve amérindienne d’Akwesasne. Le frère de Nello Di Rienzo a été extradé vers les Etats-Unis pour sa participation au blanchiment de 100 millions de dollars venant de trafiquants colombiens. Même après leurs arrestations, Di Rienzo et Tallarita ont obtenu des marchés publics pour la ville de Montréal mais aussi de 6 autres communes de la région via leur entreprise de pose d'asphalte. A Salaberry-de-Valleyfield, les «Pavages Tallarita» ont procédé à l’asphaltage de trois rues… et du parking du poste de police local.  
 

Un petit coin de Mezzogiorno et son folklore sous la froideur du Quebec en somme.

Les incendiaires (af11.wordpress)

Les incendiaires (af11.wordpress)

Entre janvier et mars, la police vont faire fermer la fermeture de la boîte de nuit «Moomba», située à Laval dans la banlieue de Montréal. Entre 2002 et 2009, les policiers sont intervenus à 377 reprises au «Moomba», notamment pour des bagarres entre clients mais aussi pour des violences commises par des portiers sur des clients. En 2005, deux meurtres y avaient été commis, dont celui de «Big Mike» Lapolla, un homme de main du clan Rizzuto.
Et récemment des agents de police ont relevé les plaques d’immatriculation des véhicules de luxe garés sur le parking de la boîte. Plusieurs appartenaient à des membres connus du crime organisé italien et libanais. Ceux-ci évitaient la file des clients et entraient dans la boîte par une porte de secours. Les policiers ont également cité le cas d’une figure importante de la mafia montréalaise d’une soixantaine d’années arrivant directement devant la boîte avec son 4×4 luxueux. Il y restait 20 à 30 minutes avant de repartir. Enfin, un des portiers, Claudio Rossi, a été vu aux funérailles du boss Nicolo Rizzuto le 15 novembre dernier.
Il est à noter que depuis 2002, Cette Régie a ordonné la fermeture de 43 établissements de nuit concernés par des affaires de proxénétisme, de stupéfiants, de violences, d’incendies volontaires,… Ces affaires de fermeture sont surtout liées à la présence de gangs de rue (notamment le K Crew, le Crack Down Posse, les gang Uptown, Downtown, Good Fellows, le Burgundy Most Wanted,…) et de gangs de motards (essentiellement les Hells Angels). Les motards étaient peu impliqués avant 2006, mais depuis 7 bars ont été fermés à cause de leurs activités (enfin disons leur reprise d'activité depuis la grosse opération «Printemps 2001»)
Avec une moyenne de 4 bars fermés par an entre 2002 et 2009, les cas se sont envolés en 2010 avec 13 établissements fermés (Le Loft, La Baguette, Club Temptation, Bar 2801, Café Bar Ferrari, le Bourbon Street, Bar Kitch, Café Nostalgia, Bar Don Mario Inc, La Chope, D Lounge Resto-Bar, Bistro Légende, bar Au coin du pêcheur). Trois bars ont déjà été fermés en 2011. (La Presse)

Le Café Ferrari (ex rue Frontenac)

Le Café Ferrari (ex rue Frontenac)

Le café «Ferrari» de Rivière-des-Prairies par exemple. La police avait demandé à le faire fermer car le gérant du café est un trafiquant de drogue, Vincenzo Padula, qui alimentait en cocaïne plusieurs chefs de gang du secteur. Pour leurs activités, Padula et ses frères auraient utilisé le gang «44 Unit» sans les payer. Le «44 Unit» est un gang émergeant de Rivière-des-Prairies, composé essentiellement de mineurs. Le nom du gang vient d’une ligne d’autobus qui traverse leur territoire. Le litige entre Padula et les «44 Unit» s’est transformé en conflit avec les gangs rouge («Bloods») dont dépendent les «44 Unit».
Padula se serait alors retrouvé face à un autre gang d’obédience Bloods mais portant la couleur verte !!!
 Ce gang est issu des «Bad Boys», créés en 1985, et est affilié aux «Bo-Gars», un gang haïtien d’obédience Bloods. Depuis 2009, plusieurs «incidents» ont concerné le café Ferrari : 
vitres sont brisés ; cocktail Molotov est jeté contre le café. Les caméras de surveillance montrent deux hommes noirs. L’un d’eux, Mickendy Démosthène, est arrêté en mai 2010 pour des incendies contre des cafés italiens (peut être un épisode de la guerre interne de la Mafia montréalaise) ; décembre 2009  mitraillage, encore des coups de feu en mai 2010 jusqu'à planification d'assassinat de Padula etc....
Après ces incidents, Emmanuel Paduna, le frère du gérant, rencontre Ezekiel Monuma afin de «recréer des liens avec les noirs». Monuma est membre des «Bo-Gars», déjà condamné pour meurtre. Il avait également fait feu sur un rival (portant un gilet pare-balles) lors d’un concert du rappeur 50 Cents. Malgré cette tentative de réconciliation, la Régie des Alcools décide en juin 2010 la fermeture administrative du bar.  

Le 31 janvier, vers 18 h, le cadavre de Antonio di Salvo, 44 ans, est découvert criblé de balles dans le garage de sa résidence dans le quartier Rivière-des-Prairies de Montréal. La victime avait des liens avec Francesco Del Balso et Francesco Arcadi actuellement en prison.

Danny De Gregorio (La Presse)

Danny De Gregorio (La Presse)

Le 5 février, la police de Montréal arrête Danny «Danny Arm» De Gregorio, 42 ans, soupçonné d’usure, pour un 9 mm caché dans son véhicule. Il a été arrêté avec deux autres personnes, Ciro Di Mauro et Giovanni Gentile, 37 ans tous les deux, accusés de trafic de marijuana. De Gregorio avait été accusé en 2008 pour enlèvement et séquestration d’un de ses amis, Nino Bartolomeis (un proche de Francesco Arcadi). Les charges avaient ensuite été abandonnées, faute de collaboration de la victime. L’enlèvement serait lié à une dette de 100.000 dollars de Bartolomeis envers les frères Andrew et Salvatore Scoppa.
Sans doute lié à cette affaire d’enlèvement, «Danny Arm» De Gregorio a été la cible d’une tentative de meurtre le 15 juin 2009 à St-Léonard, un quartier de Montréal.
Autre ami proche du monsieur, Giuseppe «Ponytail» De Vito, arrêté en octobre 2010. De Gregorio est même le parrain d’une des deux filles de De Vito (tuées par leur mère dépressive durant la cavale de leur père). Et last but not least, il est aussi lié à Alex Sucapane et Mario «Skinny» Marabella (enlevé en décembre 2008 et présumé assassiné). Sucapane et Marabella appartiennent à la faction calabraise. 

Le 18 février, la compagne d'Antonio Magi a été visée par un homme armé près de son domicile. 

Ce même Magi qui serait derrière l’un des plus grands projets immobiliers de Montréal. Le projet «Bois des Caryers» prévoit à terme la construction de 600 logements. L’investissement serait de 150 millions d’euros, avec des appartements vendus entre 107.000 et 355.000 euros. 
En septembre 2010, Tony Magi avec été arrêté, avec ses deux gardes du corps, au siège social de l’entreprise «Bois des Caryers». 
Magi aurait acquis les terrains en décembre 2009  et le permis de construire via un de ces prêts-noms, Patricia Navarro.
Les frères Magi étaient déjà apparus en 1999 dans la transformation d’un entrepôt frigorifique du Vieux-Port en appartements de luxe. Parmi les acquéreurs de ces appartements : deux associés du projet «Bois des Caryers» (Patricia Navarro et Allan Schachter) mais aussi des truands connus : Ducarme Joseph, Vick Sévère Paul, Lamartine Sévère Paul et Steve Lauzier.

Quand on vous dit que cette mafia n'a rien à envier à ses cousines italiennes. Une emprise sur l'économie locale et un pouvoir considérable. Peut être pas au point de faire un «saccage de Palerme» bis certes mais le tour de force est réel.

Raynald Desjardins et Salvatore Montagna (Le Journal de Montreal)

Raynald Desjardins et Salvatore Montagna (Le Journal de Montreal)

En mai 2011, Nicola Di Marco, 41 ans, considéré comme une figure montante de la Mafia est condamné à 3 ans de prison pour détention d’arme. Connu pour trafic de stupéfiants, il est considéré comme un proche du clan Rizzuto pour le compte duquel il tenait une maison de jeu illicite.
Le 16 septembre c'est au tour de Raynald Desjardins et son garde du corps d'être la cible des tueurs auxquels ils échapperont mais le garde du corps sera poursuivi pour infraction sur les armes (il aurait répliqué) et le caïd a été entendu comme témoin et laissé libre.
Raynald Desjardins est une figure au sein de la mafia Montréalaise, même si, du fait de ses origines non-italiennes, il n’en est pas formellement membre. Ancien serveur de cabaret, il cotoye la Mafia quand sa soeur épouse Joseph «Jos» Di Maulo (né en 1943, d’origine calabraise). Il a visiblement la confiance de son beau-frère puisqu’en 1973, Desjardins accompagne Di Maulo et Paolo Violi pour représenter Montréal auprès du nouveau chef de la Famille Bonanno de New York. Dans le conflit qui opposent siciliens et calabrais pour le contrôle du Milieu à la fin des années 70, Jos Di Maulo, diplomate, fait le lien entre les deux factions et finit par se ranger dans le clan des vainqueurs, celui de la famille Rizzuto. A partir de là, Raynald Desjardins devient un proche de Vito Rizzuto, le nouveau parrain de Montréal.
En 1984, les deux hommes sont vus ensemble à Milan. Quelques semaines plus tard, la police italienne saisit plus de 3 tonnes de haschisch libanais, à destination du Canada. La personne arrêtée dans cette affaire est en lien avec Desjardins. En 1987, des écoutes permettent d’impliquer Vito Rizzuto et Raynald Desjardins dans une saisie de 16 tonnes de cannabis libanais, arrivées par bateau. Jugés en 1990, les charges sont abandonnées pour vice de forme : les avocats ayant été illégalement écoutés par la police. En 1993, les enquêteurs observent Raynald Desjardins en compagnie de Maurice «Mom» Boucher, un des leaders des Hells Angels du Québec. Ils organisent un trafic de 7 tonnes de cocaïne, en plusieurs envois, par bateaux. Se sentant suivis, les marins larguent les ballots de drogue au large de la Nouvelle-Ecosse. Les trafiquants tentent ensuite d’aller récupérer la drogue au fond de l’océan mais sont arrêtés avant. C’est finalement un sous-marin de la marine canadienne qui remonte les 740 kg de cocaïne. Desjardins est condamné dans cette affaire à 15 ans de prison en 1994.
En prison, Desjardins est respecté comme un caïd de la mafia. Les autorités le soupçonnent d’ailleurs de plusieurs règlements de comptes à l’intérieur de la prison. Il finance même une piste de jogging dans la cour de l’établissement. Remis en liberté conditionnelle, Desjardins est réincarcéré en 2002 pour violation de sa parole : il a été vu en compagnie de Francesco Cotroni, fils de Frank Cotroni (autre boss de la faction calabraise de Montréal. Libéré en 2004, il fonde plusieurs sociétés de construction en 2005 comme «Desj. & Cie», «Desj. & Co.» ou «Investissements Lasister et Kane». Il bénéfice de contacts au sein des syndicats de la construction, notamment Jocelyn Dupuis, ancien Directeur de FTQ-Construction (la branche construction de la Fédération des Travailleurs du Québec, le principal syndicat de la province). Il s’appuie également sur un autre membre de FTQ-Construction, dirigeant du syndicat des peintres : Giovanni «Johnny» Bertolo, spécialisé dans le trafic de drogue et l’usure. Bertolo est assassiné en 2005, sans doute par des lieutenants de Vito Rizzuto, alors incarcéré. Après ce meurtre, Desjardins s’éloigne du clan Rizzuto et se rapproche de son beau-frère Jos Di Maulo, des frères Domenico et Antonino Arcuri, et de Salvatore Montagna. Ces hommes sont considérés comme les hommes forts de la Mafia de Montréal, après l’élimination du clan Rizzuto à partir de 2009.
(bio de Raynald Desjardins copyright Crimorg)

 

(Credits et Sources : La Presse, Le Journal de Montreal, Montreal Gazette, Crimorg)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages