Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 novembre 2016 6 12 /11 /novembre /2016 23:57

Le 6 juin, Shinobu Tsukasa (le boss du YG, souvenez-vous) rend visite au clan Soai-kai à Ichihara (face à Tokyo, sur la baie de Tokyo). Il venait officiellement assister à un changement de direction à la tête du Soai-kai, mais surtout renforcer les liens avec ce clan.

 

08/06/16 Japon

La police de Saitama a fouillé la maison de Mitsuru Takano, un boss de 36 ans d'une bande d'affiliée au Kobe Yamaguchi-gumi, grâce à des éléments de preuve liés au jet d'un cocktail Molotov dans un bureau du Yamaguchi-gumi à Gyoda City le matin du 16 mars. L'attaque a brisé une fenêtre et a brûlé le sol et un mur. Il n'y a pas eu de blessés. Takano, qui fait actuellement l'objet de poursuites pour des violations liées au trafic de drogue, et deux autres personnes ont été arrêtées.

Shinobu Tsukasa

Shinobu Tsukasa

14/06/16 Japon

Vers 11h30, environ 80 enquêteurs sont entrés au siège du Yamaken-gumi (affilié au KYG), à Kobe, et dans cinq autres bureaux du gang, à la recherche d'éléments de preuve suite à une bagarre qui s'était déroulée sur une route près de la gare Takenotsuka à Adachi quartier de Tokyo dans les premières heures du matin du 20 mars.

Ce jour- là, la police a arrêté Toshiyuki Abe, un membre de 47 ans du Kobe Yamaguchi-gumi, pour avoir agressé avec l'aide d'une bouteille de bière plusieurs membres du Yamaguchi-gumi, qui ont tous subi des blessures à la tête.

Depuis lors, la police a arrêté 10 autres membres du Kobe Yamaguchi-gumi pour leur participation.

 

21/06/16 Japon

Depuis le début du conflit, les autorités ont remarqué que le prix des armes à feu au Japon a considérablement augmenté. Ainsi, une arme de poing est passée d’un prix au marché noir oscillant entre 200 000 et 300 000 yens (de 1 680 à 2 515 euros), à un prix atteignant 800 000 à 1 million de yens (6 700 à 8 400 euros). Le prix d’une balle est également passé de 7 000 yens (58 euros) à 10 000 yens (84 euros). Eh oui au Japon avoir une arme et s'en servir ça coûte cher.

Yakuza en mode chill (credits photos Anton Kusters)

Yakuza en mode chill (credits photos Anton Kusters)

15/07/16 Japon

La police de Tokyo a arrêté deux membres de gangs pour une bagarre qui a éclaté lors d'un festival à Taito Ward l'an dernier. En novembre 2015, Kiyoshi Nakahara, un membre de 55 ans d'une bande d'affiliation du Kobe Yamaguchi-gumi, aurait frappé à la tête Koichi Narui, un membre de 44 ans du Yamaguchi-gumi, au festival «Tori no Ichi» à d'Asakusa.

Narui est également accusé d'avoir agressé Nakahara. Tenu chaque novembre, le festival «Tori no Ichi» propose des stands de vente de râteaux en bambou colorée appelée «kumade», qui symbolisent la collection de la richesse ou la bonne fortune.

Juste avant l'incident, Nakahara se promenait avec un groupe de cinq personnes sur le terrain du festival quand ils sont arrivés devant Narui, qui a dit: «Il semble assez désagréable pour une personne comme vous d'être ici». Les coups de poing, se sont ensuivies. La police soupçonne que le différend soit lié à la scission entre les deux camps.

Le vendredi matin, la police a perquisitionné le siège du Yamaken-gumi, situé à Kobe, Hyogo Prefecture à la recherche d'éléments de preuve. Le Yamaken-gumi est l'un des gangs clés qui s'est détaché du Yamaguchi-gumi l'an dernier pour former le Kobe Yamaguchi-gumi.

 

Le même jour, la guerre fait une nouvelle victime.

Vers 16h30 à Nagoya, deux inconnus sont entrés dans une résidence au quatrième étage d'un immeuble dans le quartier Shinsakae et ont tiré sur Tatsuo Saiki, 64 ans, membre de niveau supérieur du Kobe Yamaguchi-gumi.

Saiki, touché à la tête et à la poitrine, a été confirmé mort environ une heure et demi plus tard après avoir été transporté dans un hôpital voisin. Les assaillants ont tiré de l'entrée dans la résidence. Ils ont ensuite fui la scène dans une berline argentée.

Environ 20 minutes après l'incident, le véhicule a été retrouvé en feu dans un parking d'un sanctuaire situé à environ deux kilomètres de la résidence. La police plus tard a confirmé que la voiture avait été volée. Un gilet pare-balles a été retrouvé dans un coffee shop non loin du parking où la voiture en flammes qui a servi à l'assassinat 20 min plus tard.

Vadrouille de Yakuza

Vadrouille de Yakuza

20/07/16 Japon

Des sources d'enquête avec le concours de la police préfectorale de Hyogo a révélé qu'un pistolet et des munitions ont été trouvés à l'intérieur d'un petit sac coulé au large de la côte de Awaji City.

Le 17 juillet à 16h40, un pêcheur d'Osaka a récupéré le sac à une profondeur d'environ trois mètres et un mètre au large d'un quai dans la zone Shizuki. Le sac, mesurant 15 centimètres de hauteur et 20 centimètres de longueur, contenait un revolver et environ 10 cartouches de munitions.

L'emplacement de la découverte se trouve à environ 400 mètres du siège du Kyoyu-kai. Le bureau est également le siège du Kobe Yamaguchi-gumi, qui s'est formé l'an dernier après les dissensions de plusieurs gangs, y compris le Kyoyu-kai.

 

21/07/16 Japon

La police d'Hokkaido a lancé une enquête sur un incident dans lequel un véhicule a percuté la maison d'un patron d'une bande affilié au Kobe Yamaguchi-gumi à Sapporo.

A 01h30, un break noir à traversé une clôture de la maison de Kazushige Aoki, le président du Goryo-kai, et a percuté la porte du garage. Le conducteur du véhicule a abandonné le véhicule et a fui la scène.

Selon les agents du poste de police Kita, le véhicule a été volé sur un parking de dépanneur environ une heure avant l'incident.

En novembre, Aoki s'est retiré du Yamaguchi-gumi et ce mois-ci, il a rejoint le Kobe Yamaguchi-gumi.

 

10/08/16 Japon

Le 9 août, à Ishioka (préfecture d’Ibaraki), la police a arrêté un homme de 23 ans, Fuyuki Kagamida, affilié au Yamaguchi-gumi. Au volant d’un camion de 2 tonnes, il avait percuté un véhicule garé devant des locaux appartenant à la fédération rivale du Kobe Yamaguchi-gumi. Le lendemain, un autre camion, de 4 tonnes cette fois-ci, a été projeté contre le siège du Kokuryoyaikka, un clan affilié au Yamaguchi-gumi, à Hamamatsu (préfecture de Shizuoka). 20 minutes plus tard, un autre camion entrait en collision avec des bureaux d’un autre clan affilié au Yamaguchi-gumi.

 

19/08/16 Japon

La police de Miyazaki a arrêté deux membres du crime organisé après qu'un ancien gangster ait été battu à mort dans une bagarre la semaine dernière dans la ville de Miyazaki.

Vers 01h00 environ, le vendredi, la police a reçu une information qu'une bagarre incriminant une dizaine de personnes se déroulait sur une route dans la région de Tashirocho.

Les agents arrivant sur les lieux ont trouvé cinq hommes et 5 femmes. Shinichi Honda, un ancien membre de 43 ans du Yamaguchi-gumi, avait demandé l'aide à des gens vivant dans une résidence à proximité pour une grave blessure à l'abdomen. Il a été transporté à un hôpital voisin où il a été confirmé mort plus tard dans la matinée en raison du choc causé par la perte de sang.

Avant l'arrivée de la police, plusieurs autres personnes avaient fui la scène, et un certain nombre d'entre eux placés sur une liste de personnes recherchées.

Vers 18h00, le mardi, Ken Taniguchi, 44 ans, membre de niveau supérieur du Kobe Yamaguchi-gumi et Satoshi Fujino, un cadre de 35 ans de la même bande, se sont rendus aux policiers au poste de Miyazakikita. Ils sont accusés du meurtre de Honda.

(credits photos Anton Kusters)

(credits photos Anton Kusters)

Fin août, l'Agence nationale de la police a annoncé que la scission au sein du Yamaguchi-gumi a provoqué au moins quatre décès officiellement (d'autres cas sont à l'étude).

Au total, la police a répondu à 83 attaques à l'échelle nationale, dont 18 voitures/camions-béliers et 10 fusillades.Le 8 mars, le NPA avait créé une unité spéciale pour faire face à l'«état de confrontation» entre les deux puissances.

Au cours d'une trêve, les deux syndicats ont été engagés dans des pourparlers de paix à la Préfecture de Shizuoka le 14 mai. Toutefois, une résolution n'a pas été trouvée. Plus tard ce mois-ci, la querelle a repris sa course.

Entre le 7 mars (la date à laquelle les autorités ont déclaré les deux camps en «guerre totale» et le 21 août, 976 yakuzas (623 membres du Yamaguchi-gumi et 353 membres du Kobe Yamaguchi-gumi) ont été arrêtés, parfois pour des motifs mineurs. Cette stratégie épuise les clans yakuzas, notamment en amendes et en frais d’avocat. Depuis le début de ce harcèlement policier, les attaques ont diminué et se sont reportées sur les réseaux sociaux, alimentés par les rumeurs de défections d’un camp vers l’autre. Si le conflit devait encore s’aggraver, les autorités envisagent de durcir la législation en interdisant la réunion de plus de 4 yakuzas ou l’interdiction de pénétrer dans les bureaux des clans.

Tsukasa chahuté à Kobe

Tsukasa chahuté à Kobe

05/09/16 Japon

Une scène chaotique s'est déroulé dans une gare à Kobe, alors que le kumicho du Yamaguchi-gumi a été chahuté par les membres rivaux du Kobe Yamaguchi-gumi.

A 10h40, des membres du Kobe Yamaguchi-gumi ont été retenus par une dizaine de membres de la police préfectorale de Hyogo alors qu'ils invectivaient Shinobu Tsukasa, portant des lunettes de soleil et un blazer violet clair, à la station Shin-Kobe. Tout en tenant des draps cartons blancs et des stylos, les gangsters ont crié au patron, «Donne-moi ton autographe !»

«Le Kobe Yamaguchi-gumi voulait montrer le fait que l'organisation n'a pas implosé depuis la scission et qu'ils sont plus unis que jamais» selon une source.

Avant l'arrivée de Tsukasa, des officiers, portant des gilets pare-balles et des patrouilles à l'intérieur de la station ont effectué des fouilles corporelles sur les membres du Kobe Yamaguchi-gumi.

Tsukasa devait assister à la réunion mensuelle régulière du Yamaguchi-gumi à son siège à Nada Ward.

Quelques jours plus tard, la police d'Hyogo a perquisitionné une nouvelle fois le QG du Kobe Yamaguchi-gumi après un l'incident en gare de Kobe.

Le matin et l'après-midi, 59 enquêteurs sont entrés dans les quartiers généraux du Yamaken-gumi, une bande d'affiliation du Kobe Yamaguchi-gumi, et huit autres emplacements de bandes affiliées.

voir la vidéo ici 

Accueil rigolard à Kobe

06/09/16 Japon

En lien avec la mort d'un boss du Kobe Yamaguchi-gumi à Naka Ward, Aichi le 15 juillet dernier. La police a arrêté 3 personnes dont un membre du Yamaguchi-gumi, Tatsumasa Katakura, 47 ans et deux anciens membres Tatsuki Mitsui, 44 ans et Masami Yokoyama, 65 ans.

 

Quel bilan peut on tirer de cette année de lutte fratricide ? Déjà que cette guerre va continuer pour encore pas mal de temps. Cette scission a mis à mal une organisation qui commençait déjà à s'essouffler et ce dû à la répression accrue et à la crise économique. Crise économique à laquelle on doit ajouter une perte de la superbe du statut symbolique du yakuza. Ce conflit a encore fait un mort il y a quelques semaines lors d'une bagarre de rue. Il est évident que les autorités auront du mal à faire asseoir les deux camps pour des pourparlers d'autant plus si les victimes continuent à s'accumuler de la sorte. Pour certains observateurs, la fin des Yakuza est proche. Selon les statistiques de la police japonaise, non seulement le nombre de yakuzas est en baisse, mais en plus ces yakuzas sont de plus en plus âgés. En 2006, le pourcentage de yakuzas de plus de 40 ans étaient de 60,3 % mais de 73,7 % en 2014.

Dans le détail, voici la pyramide des âges chez les yakuzas en 2006. Moins de 20 ans, 0,1% ; entre 20 et 30 ans, 10,7 % ; entre 30 et 40 ans, 29,9 % ; entre 40 et 50, 23 % ; entre 50 et 60, 21,6 % ; entre 60 et 70 ans, 13,1 ; plus de 70 ans, 2,6 %.

Et en 2014 : moins de 20 ans, 0 % ; entre 20 et 30 ans, 5,1 % ; entre 30 et 40 ans, 21,2 %; entre 40 et 50 ans, 33,2 % ; entre 50 et 60 ans, 18,5 % ; entre 60 et 70 ans, 25,8 % ; plus de 70 ans 6,2 %.

Un signe des temps, les Yakuzas vieillissent, à l'image du Japon et leur ombre continuera à décroître au fur et à mesure mais il ne faudrait pas sous-estimer malgré tout, la capacité d'adaptation de cette mafia. Comme on l'a vu, elle intègre des nouvelles données (ouverture recrutement de non japonais, capacité à tisser des réseaux à l'étranger ect...) et l'envie de faire profil-bas dorénavant dans ses activités. Les Yakuza évolueront c'est un fait même si leur mode de vie au grand jour qui a fait leur spécificité n'aura plus cours. Pour vivre heureux, vivons caché.

 

source (Mainichi, NHK, Tokyo Reporter, Crimorg)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article
8 novembre 2016 2 08 /11 /novembre /2016 17:16

La logique de confrontation entre les deux fédérations ennemies va continuer de plus belle et les attaques vont s'enchaîner dans une mécanique presque bien huilée. Les mois de mars et avril vont être particulièrement chargé en incidents.

 

Dans le cadre d'une enquête sur une voiture ayant percuté la maison d'un chef de gang, la police d'Hokkaido a arrêté Hidenobu Naruse, 52 ans chef du Naruse-gumi, une bande subordonnée du Yamaguchi-gumi, qui aurait commandité l'attaque contre la maison du président d'un clan affilié du Kobe Yamaguchi-gumi à Asahikawa City.
C'est Akira Matsubara, simple soldat du clan du Kyokudo-kai, qui a mené l'opération vers 04h00 du matin.
Le même jour 1 heure après, un véhicule s'est écrasé contre les bureaux d'un clan de troisième niveau affilié au Yamaguchi-gumi à Utsunomiya City dans la préfecture de Tochigi.
Le dimanche 6 mars, la police a trouvé 3 impacts de balles sur les murs extérieurs d'un QG yakuza dans la zone Yanakawacho à Mito City.

Hidenobu Naruse (copyright Tokyo Reporter)

Hidenobu Naruse (copyright Tokyo Reporter)

A la mi-mars, cette nouvelle technique d'attaque par voitures/camions-béliers devient tellement courante que les journaux japonais la baptise «Kuruma no ramingu» («car ramming»)
Dans la région d’Osaka un camion a été projeté contre le siège du Kodo-kai (affilié au Yamaguchi-gumi), et ce 3 heures après qu’une autre attaque au camion ait ciblé les bureaux du Yamaken-gumi (proche du Kobe Yamaguchi-gumi) à Moriguchi.
A Saitama, c’est le Yamaguchi-gumi qui a été visé via les bureaux et la voiture du boss d’un clan affilié, ciblés par des cocktails Molotovs.
Le 19 mars, la police de Hyogo enquête sur un incident de «car ramming» à Kobe survenue vers 04h30, ce samedi matin. Un camion à benne de deux tonnes a percuté la porte d'entrée d'un bureau d'une bande affiliée au Kobe Yamaguchi-gumi dans la zone Kanocho dans le quartier Chuo. Le camion a été laissé sur place avec son moteur en marche.
Selon les agents du poste de police Ikuto, il y avait deux membres de gangs à l'intérieur du bureau au moment de l'attaque, mais il n'y a pas eu de blessés.
Durant la même période, à Kobe, Shinobu Tsukasa, le kumicho du Yamaguchi-gumi, effectue une sortie publique, et une nouvelle fois il s'est rendu au cimetière Nagamine Reien de Kobe pour se recueillir devant la tombe de son prédécesseur Yoshinori Watanabe. Cette sortie intervient 4 heures après qu’une voiture ait été précipité contre le siège d’une organisation affilié à Sakai. 

différents car ramming (copyright Tokyo Reporter)différents car ramming (copyright Tokyo Reporter)

différents car ramming (copyright Tokyo Reporter)

Le lendemain, la police de Tokyo a mené une arrestation à la suite d'une bagarre impliquant deux groupes de Yakuzas à Adachi Ward.
Vers 03h00, la police reçoit un appel au sujet d'une bagarre qui se déroulait dans la rue à proximité de la gare Takenotsuka.
Arrivant sur les lieux, la police a par la suite arrêté Toshiyuki Abe, un membre de 47 ans du Kobe Yamaguchi-gumi en mode warrior, pour avoir prétendument agressé trois membres du Yamaguchi-gumi, qui ont tous subi des blessures à la tête. 
La police croit qu'environ 20 personnes ont participé à la bagarre.

 

Le Kobe Yamaguchi-gumi, un groupe violent ou pas ? :p

 

C'est ce que la Commission de la Sécurité Publique de la Préfecture de Hyogo doit décider en cette fin mars. Pour cela elle a organisé des auditions pour décider s’il faut classer le Kobe Yamaguchi-gumi comme «boryokudan», ou «groupe violent». La Commission avait invité Kunio Inoue, 67 ans, chef du Yamaken-gumi, principal clan du Kobe Yamaguchi-gumi, et d’autres leaders de l’organisation mafieuse mais aucun ne s’est rendu à la réunion. Les gangs bénéficient de la possibilité d'offrir des commentaires sur la question dans le cadre d'une procédure décrite dans la loi anti-criminalité de 1991.
Quelques jours plus tard, la Commission rend son verdict et confirme que ce nouveau clan sera étiqueté comme «violent». 
Le Kobe Yamaguchi-gumi, qui s'est formé dans la préfecture de Hyogo, sera désormais désigné comme «boryokudan». Ce «label» sera effectif plus tard ce mois- ci et se prolongera pour trois ans.
La Commission a indiqué que la désignation boryokudan était nécessaire en raison du fait que de nombreux membres de la Kobe Yamaguchi-gumi ont un casier judiciaire.

You came to the wrong neighborhood motherfucker ! (copyright alluned)

You came to the wrong neighborhood motherfucker ! (copyright alluned)

Face aux attaques qui s'accumulent, les pouvoirs publics s'inquiètent aussi de la sécurité du voisinage des QG Yakuza qui ont pignon sur rue. A Mito (nord de Tokyo), une école de la ville a demandé en justice la fermeture du bureau voisin d’un clan yakuza, affilié au Kobe Yamaguchi-gumi. Le 5 mars dernier, un camion a été projeté contre un véhicule garé sur le parking du siège du clan. Le lendemain, 5 balles sont tirées contre l’immeuble. L’école, située à 50 mètres, a donc décidé de demander à la justice d’interdire aux yakuzas de fréquenter ce lieu, pour éviter des «dégâts collatéraux». 

La rivalité entre les fédérations de clans yakuzas Yamaguchi-gumi et Kobe Yamaguchi-gumi suite à leur rupture fin août dernier se fait également dans une «concurrence» au niveau des cotisations de leurs membres. Ainsi, le Kobe Yamaguchi-gumi demande un versement obligatoire mensuel de 100.000 yens (environ 800 euros) pour les boss des clans affiliés et de 400.000 yens (plus de 3.200 euros) pour les cadres exécutifs de la fédération. Pour le Yamaguchi-gumi, les cotisations sont de 400.000 yens pour les boss de clans associés et de 650.000 yens (plus de 5.200 euros) pour les cadres exécutifs. 
Les méthodes se diversifient quand même un peu et quand on a pas de voiture (où bien qu'on veut juste pas la saloper) il reste les méthodes de prolo yakuza.
Celui du bloc de béton, jeté à travers une fenêtre de verre d'un QG du Kyokudo-kai, lié au Yamaguchi-gumi. Fallait oser surtout que ce même mois, le même bureau avait été endommagé par le lancer d'un extincteur !!!
Dans le genre encore plus saugrenu (surtout qu'on parle quand même de mafieux) un voiture faisant un rodéo dans le jardin d'un responsable affilié du Kobe Yamaguchi-gumi à Asahikawa. 

 

un extincteur

un extincteur

Bon ça c'était pour la gaudriole mais ça sert aussi à illustrer, au delà du fait que les yakuza ont une imagination fertile, que tout est bon pour mettre la pression et instaurer un climat de peur dans le camp adverse.

 

A la mi-mai, on retombe sur du plus sérieux avec un membre de haut rang du Kobe Yamaguchi-gumi condamné à 12 mois de prison et 4 ans de probation. 
Le tribunal de district de Kobe a rendu son verdict pour Shinichi Kobayashi, 50 ans, qui a été accusé d'agression avec une bombe lacrymogène de membres du Yamaguchi-gumi, le 5 mars dernier.
L'accusation souhaitait une peine d'emprisonnement de 18 mois.
Le juge a fait remarquer que depuis la scission du Yamaguchi-gumi en août dernier, Kobayashi avait essayé de convaincre un gang affilié du Yamaguchi-gumi appelé Kishimoto-gumi à faire défection pour le compte du Kobe Yamaguchi-gumi.
Le tribunal a reconnu que l'attaque résultait d'une poursuite avec des véhicules du Yamaguchi-gumi qui ont été vus sortant du territoire du Kishimoto-gumi, et d'autres actes de provocation.

Yakuza en réunion (copyright alluned)

Yakuza en réunion (copyright alluned)

Le 19 mai, la police de Toyama arrête quatre membres d'une organisation criminelle affiliée au Yamaguchi-gumi pour avoir enlevé un patron rival et lui avoir coupé l'un de ses doigts.
Le 15 mars, Koshin Obake, 69 ans, le boss patron du Haga-gumi, et trois autres gangsters auraient enlevé le boss du Takada-gumi, dont le siège était à l'époque à Toyama City. Au cours de l'incident, les suspects l'auraient battu et coupé un de ses doigts.
Les quatre suspects accusés nient les faits.
Dans le monde de la criminalité organisée, la coutume du doigt coupé est un acte profondément enraciné pour montrer la responsabilité d'une transgression/faute. Dans ce cas, la source du conflit était une décision de la part du Takada-gumi à faire défection du Yamaguchi-gumi pour le rival du Kobe Yamaguchi-gumi.
Avant l'enlèvement, le bureau du Takada-gumi avait été la cible d'une attaque de cocktail Molotov et à une fusillade.
La semaine dernière, la police Toyama a annoncé que les représentants du Takada-gumi avaient présenté les documents confirmant la scission du clan. Le même jour de l'annonce, une équipe de démolition pouvait être vu en train de démanteler le siège social de la bande.
Vers 06h00 le jeudi, environ 50 enquêteurs avec la police de Toyama ont fouillé le siège de la Haga-gumi. La police prévoient également la fouille d'un bureau affilié de la bande à Osaka.

Le 31 mai, le conflit compte un mort de plus.
Juste avant 10h00 à Okayama, les services d'urgence ont reçu un appel d'un homme effondré dans un parking d'un immeuble, situé dans le quartier Toyonari de Minami Ward.
La police arrivant sur les lieux a trouvé Tadashi Takagi, un cadre de 55 ans du Ikeda-gumi, une bande affiliée au Kobe Yamaguchi-gumi, inconscient et avec des blessures à la poitrine. Il a été transporté dans un hôpital voisin dans un état critique. Il a été confirmé mort environ une heure plus tard.
Un homme travaillant pour une entreprise dans le domaine a dit à un journaliste de la NHK qu'il a entendu quatre explosions qui ressemblaient à des coups de feu. La police est à la recherche d'une moto qui a filé au loin après que les coups de feu ont été entendus.
Quelques temps plus tard, Hideyuki Yamamoto, 32 ans, membre du Kodo-kai affilié au Yamaguchi-gumi, s’est livré à la police en avouant son crime. 

Assassinat de Tadashi Takagi à Okyama (copyright getty images)

Assassinat de Tadashi Takagi à Okyama (copyright getty images)

C'est aussi une spécificité des Yakuza, du moins ça l'était jusqu'aux dernières lois très répressives. Si vous lisez le très bon livre de Jerôme Pierrat sur les Yakuza. Vous y apprendrez qu'il est de coutume chez eux de se rendre à la police après un meurtre. Cela faisait partie du deal ave la police, on ne partait pas en cavale. On faisait sa «besogne» et on en assumait les conséquences. Alors oui, parfois on désignait de faux coupables pour permettre la paix sociale et empêcher des «éléments de valeur» d'aller en prison. On ne prête pas qu'aux riches dans ce monde.

 

sources: Mainichi, Tokyo Reporter, NHK, Crimorg

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article
31 octobre 2016 1 31 /10 /octobre /2016 15:20

Début novembre, la police de Tokyo perquisitionne le siège du clan Kodo-kai à Nagoya. 3 personnes sont arrêtées, dont un membre du clan, Hajime Kamiya, 37 ans. Il est accusé d'avoir racketté un homme dans un bar de Tokyo en août dernier. C'est la première fois que le Kodo-kai, principal clan de la fédération Yamaguchi-gumi, est ciblé par une opération policière depuis la scission.

Yakuza (source daily beast)

Yakuza (source daily beast)

Le jeu des alliances bat son plein ces dernières semaines, chaque fédération tente de rallier les indécis à leur cause. Ainsi la tension emplissait l'air dans du quartier Roppongi de Tokyo fin septembre quand Teruaki Takeuchi du Yamaguchi-gumi, a émergé d'un véhicule lourdement gardé et est entré au QG du Inagawa-kai.
Depuis deux décennies, les deux gangs ont maintenu des relations cordiales. Maintenant, après la tourmente au sein du Yamaguchi-gumi, on dit que ces liens pourraient se fragiliser.
Le 15 septembre, les cadres de l'Inagawa-kai avaient visité le siège du Kobe Yamaguchi-gumi selon un journaliste. «Le message était:« C'est une relation qui ne changera pas à l'avenir. Cette visite (à Tokyo) était un retour de faveur.»
Dès l'excommunication des 13 gangs sécessionnistes, le Kobe Yamaguchi-gumi avait commencé à chercher des partenaires. Hideyuki Kato, un grand patron du Sumiyoshi-kai, (deuxième plus grand syndicat du crime du Japon), avait visité le siège du Yamaken-gumi, le 5 septembre.


Depuis la scission, un membre d'une filiale du Yamaguchi-gumi dit que des inquiétudes similaires existaient alors qu'il était en prison.
«A partir du moment de la scission, la prison a été séparé entre les membres du Yamaguchi-gumi et ceux du Kobe Yamaguchi-gumi», dit le gangster, qui a été libéré dans le milieu de septembre. «Si les combats avaient éclaté, il y aurait eu un gros problème».
Selon lui quelques membres du Kobe Yamaguchi-gumi envisageraient déjà un changement d'allégeance.
«Pour ces gars-là, c'est une existence désolée», poursuit le gangster «et les perspectives de succès du Kobe Yamaguchi-gumi semble faible. J'ai eu des gars me demandant que je regarde pour eux.»
Mais pour beaucoup de gangsters en prison (et il y en a environ 6 000 actuellement incarcérés au Japon), l'appartenance à un gang particulier peut ne pas être significative à la fin.
«Pour un gangster qui a été libéré après avoir purgé une peine de longue durée, il est juste devenu un vieil homme», dit le journaliste précité. «Le poids qu'il a pu avoir eu dans le monde yakuza aura changé».


Le 15 novembre, le corps de Tatsuyuki Hishida, 59 ans, a été retrouvé dans l'entrée de son domicile de Yokkaichi (sud-ouest de Nagoya). Attaché par les mains et les pieds, Hishida a été battu à mort. Il était le boss du clan Aio-kai, affilié au Yamaguchi-gumi. Pour les enquêteurs, ce meurtre serait lié au conflit entre le Yamaguchi-gumi et le Kobe Yamaguchi-gumi.

Shibonu Tsukasa, kumicho du Yamaguchi-gumi (source dozodomo)

Shibonu Tsukasa, kumicho du Yamaguchi-gumi (source dozodomo)

Et le kumicho (boss suprême) du Yamaguchi-gumi alors ? Il est où ? Et bien début décembre, Shinobu Tsukasa, 73 ans, plus connu sous le nom de Kenichi Shinoda, effectue sa première sortie publique depuis la scission. Le parrain s'est rendu au cimetière Nagamine Reien de Kobe pour se recueillir devant la tombe de son prédécesseur Yoshinori Watanabe, décédé le 1er décembre 2012. Watanabe a été le 5ème kumicho de l'organisation mafieuse, entre 1989 et 2005. Shinoda était accompagné de plusieurs cadres yakuzas, notamment Hirofumi Hashimoto (Boss du clan Kyokushin Rengo, affilié au Yamaguchi-gumi) et Teruaki Takeuchi (boss du Kodo-kai, autre clan affillié).
Mais le lendemain de cette sortie, coup de tonnerre, ce même Hirofumi Hashimoto, 68 ans, le numéro 3 du Yamaguchi-gumi est annoncé partant du YG pour rejoindre le Kobe Yamaguchi-gumi. Les observateurs avaient bien remarqué que lors de la visite du cimetière, Hashimoto n'est pas revenu avec les autres à leur camp à Nada. Le lendemain il y a eu une réunion d'urgence où Hashimoto était absent. Le départ du boss devrait entraîner celle de son clan en entier.

Hirofumi Hashimoto (Boss du clan Kyokushin Rengo (source nikkan-gendai)Hirofumi Hashimoto (Boss du clan Kyokushin Rengo (source nikkan-gendai)

Hirofumi Hashimoto (Boss du clan Kyokushin Rengo (source nikkan-gendai)

Mi-décembre, 110 policiers de la Préfecture de Hyogo ont mené des raids contre des bureaux appartenant au clan Yamaken-gumi et à son rival du Takenaka-gumi dans le cadre de l'enquête sur des perturbations de circulation. Le 8 décembre dernier, entre 17h25 et 18h10, une trentaine de membres du Yamaken-gumi avait bloqué la circulation dans le quartier d'Uomachi. Ils voulaient perturber un dîner qui se tenait au même moment dans de quartier entre Teruaki Takeichi, boss du clan Kodo-kai, et des membres du clan Takenaka-gumi. 
Les perspectives 2016 semblent bien sombres au sein des Yakuza. Pour preuve, les autorités de la Préfecture de Fukuoka (sud-ouest du Japon) ont enregistré un record de 127 yakuzas ayant officiellement quitté leurs organisations en 2015, contre 65 en 2014. Ces départs s’expliqueraient par un mécontentement général vis-à-vis de leurs gangs, des difficultés financières et des pressions de leurs familles. Les arrestations en 2014 des principaux chefs du Kudo-kai (principal gang de la région, basé à Kitakyushu) a aussi déstabilisé et fragilisé ce gang dont sont issus 49 des 127 yakuzas ayant «abandonné» la vie mafieuse selon eux. 
Mi janvier les premiers chiffres tombent, le Yamaguchi-gumi, a connu une forte baisse du nombre de ses membres. Fin 2014, la police japonaise estimait leur nombre à 10 300 mais fin 2015, cette estimation passait à près de 6 000. Cette baisse est évidemment due à la scission. Le Kobe Yamaguchi-gumi  lui aurait un nombre de membres estimés à 2 800. Mais même si on additionne les 2 organisations (Yamaguchi-gumi et Kobe Yamaguchi-gumi), le nombre de membres est largement inférieur à 10 000 personnes (sans compter «les associés»), un chiffre historiquement bas.
Personnellement, je pense qu'il ne faudrait pas interpréter ces départs comme des «abandons de vie criminelle». En effet, nombreux sont les yakuza qui quittent leurs organisations mais continuent de graviter autour. Il faut savoir que la pression pesant sur les «yakuzas enregistrés» est si forte et contraignante au quotidien (pour obtenir des prêts, acheter une voiture, ect...) que certains préfèrent officiellement quitter les organisations afin d'y gagner un peu de liberté de mouvement tout en continuant à officier dans la criminalité.Avec la nouvelle législation anti-yakuza adoptée en octobre 2011 (qui interdit notamment aux yakuzas de faire affaire avec des citoyens «normaux») le mode de fonctionnement des Yakuza est en train de muter radicalement mais la baisse du nombre de mafieux ne signifient pas une baisse du nombres de criminels pour autant ou d'une baisse de la criminalité en général.

 

Ce début d'années 2016 va voir les tensions s'amplifier et les attaques se multiplier.

 

Le 10 janvier, un cocktail Molotov a légèrement endommagé les locaux du clan Ichido-kai (affilié au Yamaguchi-gumi, principale fédération de clans yakuzas) à Fukuoka. Cette attaque est intervenue 4 heures après l’agression d’un ancien membre du clan à Asakura. Cet homme, âgé d’une vingtaine d’années, avait quitté l’Ichido-kai pour rejoindre la fédération Kobe Yamaguchi-gumi. La police pense donc que le jet de cocktail Molotov était un acte de représailles. 
Le 23 février, à Tsuruga (Préfecture de Fukui), la police a interpellé Toshiyuki Yamamoto, 38 ans, affilié au Yamaguchi-gumi. Il est accusé d’avoir tiré 5 coups de feu en direction des bureaux du clan Masaki-gumi. Il n’y a pas eu de blessé. Le Masaki-gumi est affilié au Kobe Yamaguchi-gumi. 

Une année de guerre et de tension entre clans Yakuza au Japon partie 3

Fin février, les chiffres officiels des autorités pour 2015 sont communiqués aux médias.
En 2015, la police japonaise a enregistré une 6ème baisse consécutive du nombre de yakuzas, qui passent pour la première fois sous la barre des 50 000 membres : 46 900 membres et associés, soit 12% de moins qu’en 2014 (20 100 membres, soit moins 2 200, et 26 800 associés, soit moins 4 400).
La principale fédération mafieuse du Japon reste le Yamaguchi-gumi avec environ 14 100 membres et associés (soit une baisse de près de 40% par rapport à 2014). Le Kobe Yamaguchi-gumi qui compte désormais 22 clans affiliés, soit 6 100 membres et associés est donc la 3ème fédération en terme de nombres, et ce en moins de 6 mois, une belle prouesse. Le Sumiyoshi-kai compterait lui 7 300 membres et associés et l’Inagawa-kai, 5 800 membres et associés.
Par ailleurs, le nombre de groupes bosozoku est estimé à 277 (contre 298 en 2014), pour 6 731 membres (contre 6 830 en 2014).  
Les gangs bosozoku sont depuis longtemps dans le collimateur de la police et ils sont même considérés depuis quelques années comme  des «pseudos Yakuza». En 2009, près de 35% des membres de ces groupes étaient liés au crime organisé et 17% payaient une «protection» aux yakuzas. 2 gangs sont particulièrement visé, le «Kanto Rengo» et le «Dragon» (ce dernier composé de japonais d'origine chinoise). Cette alliance de circonstances entre yakuza et bosozoku a permis le développement des gang «han-gure», des bandes moins organisées composées d'anciens membres bosozoku et qui sont utilisés par les yakuza comme force de frappe car ces gangs ne sont pas encore  considérés comme «groupes violents» ou «anti-social» comme les Yakuza. On a même déjà vu des Bosozoku devenir membre d'un clan Yakuza et à fortiori la plupart étant chinois ou coréens, adhérer à un clan est d'autant plus inimaginable, et pourtant. Autre évolution à noter, le désir de plus en plus grand des plus jeunes mafieux de partir à l'étranger pour y mener leurs activités criminelles (principalement en Thaïlande, Chine, Vietnam...). Malgré le succès souvent au rendez-vous, les vieux Yakuza réprouvent ces pratiques et promette souvent une punition exemplaire aux candidats au départ vers l'étranger. De même l'alliance entre Bosozoku et Yakuza est très mal vu par cette même vieille garde mafieuse arguant du fait que c'est contraire à l'éthique du Yakuza. Mais les plus jeunes (qui sont très peu nombreux nonobstant) eux ont moins d'état d'âme à s'adapter.

 

Toujours à la même période, la police de Tokyo soupçonne que la vendetta entre groupes criminels soit derrière une série d'incidents, dont une fusillade, qui a eu lieu dans la région du Kanto.
Vers 17h30, une patrouille de police a découvert une porte fracassée dans un bureau d'une organisation de troisième niveau du Yamaguchi-gumi dans la zone Tsumadahigashi de Atsugi City, Préfecture de Kanagawa.
Un camion de deux tonnes qui avait été rapporté volé a été retrouvé abandonné à environ 400 mètres du bureau. Une vérification des images de la caméra de sécurité a montré le camion en train de foncer dans la porte deux heures avant la découverte du dommage.
Vers 21h30, la police de Saitama a reçu une alerte pour une fusillade contre la maison d'un membre de niveau supérieur du Kobe Yamaguchi-gumi de 67 ans à Yashio City. Deux trous de balles ont été trouvés dans un mur du deuxième étage.
Juste avant minuit, un membre du Kobe Yamaguchi-gumi a été pris en embuscade et battu par plusieurs hommes sur le terrain d'un complexe d'appartements dans la zone Hanahata de Adachi de Tokyo, provoquant 2 mois d'ITT.
Personne n'a été blessé dans l'incident à Saitama et Kanagawa.
A Toyama, la police enquête sur une tentative d'incendie criminel qui a visé le QG d'un clan affilié au Yamaguchi-gumi.
Vers 02h40 lundi, la police a reçu un rapport sur plusieurs cocktails Molotov qui avaient été jeté dans le bureau du Takada-gumi, qui est situé dans la région de Taya.
Aucun dommage ou blessure majeure n'a été signalée.
Juste après l'incident, des témoins ont observé des personnes fuyant la scène en voiture.
À la fin de l'année dernière, il y avait 10 groupes criminels organisés avec 310 membres dans la préfecture de Toyama.

 

(Source : Mainichi, Tokyo Reporter)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article
17 octobre 2016 1 17 /10 /octobre /2016 17:28

Rapidement la stratégie de la police japonaise va être de mettre la pression sur les deux fédérations et leurs différentes factions à travers le pays. La moindre affaire impliquant les yakuza est prétexte à perquisitionner les locaux et arrêter les dirigeants des clans afin d'empêcher toute possible stratégie de tension.

 

Ce 9 septembre 2015, ce fut justement la 1ère opération du genre avec la police d'Osaka, qui a perquisitionné les bureaux du Yamaken-gumi à Kobe.
Perquisition justifiée par l'implication présumée d'un membre du clan, dans des cas de fraudes/arnaques téléphoniques provenant de Chine.
2 jours plus tard c'est la police de Saitama qui perquisitionne un autre QG du Yamaken-gumi à la recherche de preuves liées à une fusillade contre le siège du gang rival du Kyokuto-kai en....2013.
La police arrête 12 membres du clan.

 

 

Perquisition au siège du Yamaken-gumi

Perquisition au siège du Yamaken-gumi

Le 15 septembre, la police japonaise continue de mettre la pression sur des clans ayant fait scission au sein du Yamaguchi-gumi. Après le Yamaken-gumi, c'est son allié du Kyoku-kai qui a été perquisitionné par une cinquantaine de policiers pour une affaire de fraude bancaire.
Le boss du clan, Osamu Teraoka, 66 ans, qui fut le n°2 du Yamaguchi-gumi avant de rejoindre le clan adverse.
2 jours plus tard, dans le cadre d'un dossier d'extorsion, les policiers ont effectué un raid contre la société Tsukasa Kogyo de Nagoya, société liée au Yamaguchi-gumi. 3 personnes ont été interpellées. Les policiers sont d'autant plus inquiets d'un risque de règlements de compte qu'une délégation de cadres du Yamaguchi-gumi s'est rendue à Tokyo pour une réunion clandestine avec les dirigeants de l'Inagawa-kai. Les 2 organisations criminelles pourraient adopter une stratégie contre les sécessionnistes du Kobe Yamaguchi-gumi.
Les perquisitions se multiplient les semaines qui suivent. Dans les bureaux de la société Kyokushi-rengo, dirigée par Kobun Kyo, un des cadres du Yamaguchi-gumi. Un membre du clan, Yoji Nishimura, 60 ans et 6 autres personnes ont été arrêtées. Ils sont accusés de l'agression, sur fond de racket, d'un revendeur de DVD pornographiques illégaux.

Yakuza (photo credits Anton Kusters)

Yakuza (photo credits Anton Kusters)

1ère réunion du Kobe Yamaguchi-gumi

 

Le 25 septembre c'est au tour du clan Kishimoto-gumi, situé à Kobe, d'être perquisitionné par la police de Tokyo à la recherche de preuves liées à l'extorsion de 900 000 yens à un homme en juin 2014.
Pendant ce temps, environ 60 officiers ont perquisitionné les bureaux du Takumi-gumi, à Osaka, à la recherche de preuves liées à un un trafic de drogue. À Kobe, la police de Hyogo a perquisitionné les bureaux de la Kenryu-kai, une filiale de la Yamaken-gumi, en lien avec le paiement d'un «pot de vin» versé à un membre supérieur du clan.
Le même jour se tient la 1ère réunion du Kobe Yamaguchi-gumi. Vers environ 09h00, le boss de la Kobe Yamaguchi-gumi, Kuni Inoue, entre au siège du gang à Awaji City. Tadashi Irie, est aperçu également. Le 27 septembre, la police de Tokushima, a perquisitionnée les locaux du Shinbuku-kai, situé dans la ville de Tokushima, à la recherche d'éléments de preuve liés à des cas de fraude et de jeu illégaux.
La veille, la police a arrêté un membre de haut niveau Kazuhiro Otsu, 50 ans, pour avoir prétendument utiliser le nom d'une connaissance afin d'obtenir frauduleusement des cartes de crédit et des cartes électroniques utilisés pour payer les péages sur les autoroutes en mars et avril 2011.
La police a également arrêté le boss Kenji Otsu, 39 ans, pour avoir accepté 5,5 millions de yens sur des paris sur des matchs de baseball professionnel venus de quatre joueurs entre le 4 et le 10 août.

Yakuzas (photo credits Anton Kusters)

Yakuzas (photo credits Anton Kusters)

La stratégie de la police japonaise s'intensifie et même du côté du kumicho du Yamaguchi-gumi, on sent la menace se faire sentir. Kenichi Shinoda a fait doubler le nombre de gardes du corps le protégeant.
Début octobre, à Toyama (côte ouest du Japon), les policiers ont mené des raids contre 2 clans yakuzas : le Haga-gumi (affilié au Yamaguchi-gumi) et le Hongo-gumi (affilié au Kobe Yamaguchi-gumi). La police agissait officiellement pour de infractions au code de la route lors d'une parade automobile organisée fin septembre pour démontrer leur pouvoir. Le 25 septembre, les membres du Hongo-gumi avaient d'abord paradé avec 10 véhicules noirs dans le quartier des affaires Sakuragicho suivis d'environ 100 gangsters à pied. Trois jours plus tard, un nombre similaires de gangsters du Haga-gumi ont fait la même chose. Sakuragicho est connu pour ses restaurants izakaya et ses bars à hôtesses. Le bureau du Haga-gumi est situé dans ce quartier. 
Dans le même temps, la police de Niigata perquisitionne le siège du Yamaguchi-gumi à la recherche de preuves liées à cinq millions de yens de paris (10 000 yens chacun) placés sur des matchs de baseball de la Nippon Professional Baseball.
Le mois dernier, la police a arrêté Hiromutsu Hiromatsu, 61 ans, président du Genseida-kai basé à Niigata, une bande affiliée au Yamaguchi-gumi, pour sa participation au bookmaking.

Bar à hôtesse (credits photos Anton Kusters)

Bar à hôtesse (credits photos Anton Kusters)

Mais malgré toute cette pression, la police ne peut pas tout éviter et le premier fait dramatique de cette guerre se déroule à Nagano le 6 octobre. La police de Nagano a annoncé qu'un membre du Kobe Yamaguchi-gumi qui avait touché par balles la veille à Iida City, était décédé des suites de ses blessures.
Vers environ 12h45, un assaillant inconnu à tiré sur Yoichi Hasegawa, 43 ans, le touchant à la tête sur un parking du Yu-Min onsen resort.
Le lendemain, la police a arrêté le tueur présumé, Kenichiro Aruga, 48 ans membre du Yamaguchi-gumi. C'est le 1er mort de cette lutte fratricide et dès lors les tensions ne vont que s'accentuer.

Au cours des semaines suivantes, la police continuer malgré tout de mettre la pression. Plusieurs membres de haut niveau sont arrêtés sur des motifs de fraude au prêt bancaire (pour obtenir des prêts, les yakuza ne doivent pas cacher leur appartenance à un «groupe anti-social», évidemment même si vous jouez franc jeu les possibilitées d'obtenir le prêt reste mince), ou chantage parfois datant de plusieurs années.

Assassinat de Yoichi Hasegawa du Kobe Yamaguchi-gumi (credits : Tokyo Reporter)

Assassinat de Yoichi Hasegawa du Kobe Yamaguchi-gumi (credits : Tokyo Reporter)

Le 16 octobre, la police de Tokyo arrête un membre du Kobe Yamaguchi-gumi pour tentative de chantage.
À la fin du mois dernier, Toshiaki Nakai, un membre de 65 ans du Kokusei-kai basé à Osaka, une filiale du Kobe Yamaguchi-gumi, est accusé d'avoir menacé un homme de 67 ans à l'intérieur d'un restaurant dans le quartier Minato pour le paiement de 300 000 yens.
La police a ensuite perquisitionné le siège du Kokusei-kai.
Le 20 octobre, la police japonaise entame une nouvelle étape dans sa lutte contre les yakuza.
La police de Hyogo arrête, Kenji Eguchi, 62 ans, un top boss du Kenshin-kai et membre du Wakagashi Hosa, affilié au Yamaguchi-gumi.
En mars 2011, Kenji Eguchi, est accusé d'avoir tenté d'enregistrer une entreprise de construction qui n'existe pas au Bureau des affaires juridiques d'Osaka.
Dans le dépôt des documents, l'adresse utilisée pour l'entreprise était la même que celle du Kenshin-kai, qui est un autre clan affilié au Yamaguchi-gumi basé dans le quartier Naniwa d'Osaka.
L'arrestation de Eguchi est la première d'un membre supérieur du Yamaguchi-gumi depuis la scission.

Yakuzas (credits Anton Kusters)

Yakuzas (credits Anton Kusters)

Autre signe de l'ambiance délétère et alors qu'il l'organisait tous les ans depuis plusieurs années, le Yamaguchi-gumi annule sa soirée de Halloween pour les enfants à cause des tensions avec le Kobe Yamaguchi-gumi.

Le 26 octobre, un membre supérieur du Yamaguchi-gumi est retrouvé mort d'une balle dans la tête.
Toshiyuki Kawaji, un boss de 52 ans du Kuramoto-gumi à Osaka (organisation de second rang du Yamaguchi-gumi), a été trouvé inconscient avec une seule blessure par balle au siège du clan. Si le suicide est envisagé, la police locale n'exclue pas une réplique à la mort d'Hasegawa quelques semaines plus tôt.

Après l'arrestation d'Eguchi, un membre de haut niveau du Yamaguchi-gumi, la police de Hyogo arrête Osamu Teraoka, lieutenant du Kobe Yamaguchi-gumi, pour achat frauduleux...d'une voiture. Il est accusé d'avoir utilisé le nom d'une autre personne afin d'immatriculer un véhicule à un bureau de transport du gouvernement en septembre 2012.  
 

Eh oui tous les motifs sont bons mêmes les plus futiles pour mettre momentanément les boss hors circuit et les empêcher de fomenter une stratégie d'attaque et d'agressions sur leurs adversaires.

 

La suite dans un prochain épisode.

 

(Sources : Mainichi, Tokyo Reporter, Japan Times)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article
9 octobre 2016 7 09 /10 /octobre /2016 17:12

Le feu couvait depuis quelques mois déjà mais c'est à la date du 27 août 2015 que l'annonce de la scission est faite.
Le Yamaguchi-gumi, 1ère fédération de clans yakuza avec 11 600 membres et 14 100 associés, est en crise. 13 clans au moins ont fait scission, opposés au kumicho (boss) Shinobu Tsukasa, plus connu sous le nom de Kenichi Shinoda. Parmi ces opposants on trouve notamment le Yamaken-gumi, le Takumi-gumi et le Kyoyu-kai. Une vingtaine d'autres clans (dont le Kodo-kai, co-fondé par Shinoda en 1984) continuent à soutenir leur kumicho. La police craint des violences entre les 2 factions.

Sigle du Yamaguchi-gumi

Sigle du Yamaguchi-gumi

Le 4 septembre, la police de la préfecture de Hyogo était en état d'alerte ce vendredi matin pour cause d'un remaniement imminent au sein de la pègre japonaise et qui attise les craintes de règlements de comptes.
Alors que les membres supérieurs du Yamaken-gumi, dirigé par Kunio Inoue, se sont réunis au siège de la bande dans le quartier Chuo de Kobe, les agents de police en gilets pare-balles se tenaient vigilants. Après la dite réunion le 7 septembre est décidé du nom de cette nouvelle fédération le «Kobe Yamaguchi-gumi». Cette nouvelle organisation est dirigée par Kunio Inoue, 67 ans, chef du Yamaken-gumi. Les 2 000 membres de ce clan représentent les 2/3 des membres de ce nouveau «Kobe Yamaguchi-gumi». Le «vice-boss» est Irie Tadashi, boss de Takumi-gumi d'Osaka et le principal Lieutenant est Teraoka Osamu, ancien secrétaire du 5ème boss du Yamaguchi-gumi.
Un peu plus tôt, le Yamaguchi-gumi a choisi de finaliser le renvoi de 13 gangs affiliés,  se traduisant essentiellement par la dissolution du dit gang. Les relations avec huit gangs ont été coupés mais avec la possibilité de réintégration, alors que les liens avec cinq autres groupes, dont le Yamaken-gumi et le Takumi-gumi, ont été coupés complètement.

Kunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashiraKunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashiraKunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashira

Kunio Inoue, boss du Kobe Yamaguchi-gumi, Osamu Teraoka, le Lieutenant et Tadashi Irie le wakagashira

Le Yamaguchi-gumi c'est quoi ?

Qu'il est loin le temps de l'anniversaire des 100 ans de la fédération, fêté comme il se doit le 25 janvier 2015.
Des hauts dignitaires du Yamaguchi-gumi s'étaient  réunis au quartier général de l'organisation à Kobe pour y fêter cet heureux événement mais aussi les 73 ans du kumicho (boss suprême) Kenichi Shinoda.  Eh oui car le kumicho st du genre m'as-tu-vu et il aime être au centre de l'attention. Un trait de caractère qui a aussi joué dans la scission.
A cet anniversaire étaient également présents des représentants de gangs affiliés, mais aussi d'autres fédérations comme l'Inagawa-kai et l'Aizukotetsu-kai. D'habitude, ce genre de fête se fait dans des restaurants ou des hôtels mais le renforcement de la législation anti-yakuza (qui interdit notamment toute relation entre les sociétés légales et les groupes «anti-sociaux») a obligé le Yamaguchi-gumi à organiser cette réunion à leur siège. 
Le Yamaguchi-gumi est donc né en 1915 et il tient son nom d'un ancien pêcheur Harukichi Yamaguchi (1881-1938). Il avait fondé ce gang afin de contrôler les activités du port de Kobe. En 1925, il passe la main à son fils Noboru (1902-1942), dont le protégé, Kazuo Taoka, devient officiellement le 3ème kumicho du Yamaguchi-gumi en 1946. Taoka (1913-1981), surnommé «Kuma» («l'Ours»), va développer l'organisation, profitant notamment de l'occupation américaine et de la lutte anti-communiste qui nécessite le contrôle du port de Kobe. 
Le Yamaguchi-gumi, simple gang local, devient dans cette après-guerre une organisation nationale, fédérant des clans plus petits. En 1972, Taoka passe également une alliance avec l'Inagawa-kai, autre grande fédération yakuza. En 1978, il est la cible d'une tentative de meurtre par le Matsuda-gumi, mais c'est une crise cardiaque qui l'emporte en 1981. Sa femme Fumiko assure l'intérim jusqu'à la nomination en 1984 du nouveau kumicho, Masahisa Takenaka (1933-1985). Cette nomination provoque un conflit interne : Hiroshi Yamamoto quitte le Yamaguchi-gumi avec 3 000 hommes et fonde le Ichiwa-kai. Cette guerre entraîne l'assassinat de Takenaka en 1985. La médiation de Seijo Inagawa, chef de l'Inagawa-kai, met fin à la guerre et Yoshiro Watanabe (1941-2012) est nommé 5ème kumicho en 1989. Après avoir géré les affaires du clan pendant la reconstruction de Kobe après le tremblement de terre en 1995, il se retire en 2005, chose rare chez les kumicho qui ont pour habitude de règner jusqu'à leur décès. En juillet 2005 est alors nommé Shinobu Tsukasa, plus connu sous le nom de Kenichi Shinoda (1942-....). Ce dernier était le wakagashira de l'organisation depuis peu. Après l'assassinat en 1997 du précédent wakagashira, Masaru Takumi, la Fédération a mis plus de 8 ans à en trouver un nouveau. Tsukasa devient le 6ème  kumicho. Il est incarcéré de décembre 2005 à avril 2011. Malgré cela, son organisation réussit à s'implanter dans la région de Tokyo en absorbant le Kokusui-kai. 
Après 100 d'existence, le Yamaguchi-gumi est toujours la principale fédération yakuza du Japon avec 11 600 membres, plus de 14 100 associés.
72 groupes affiliés composent le Yamaguchi-gumi. La scission intervient car ils se sont divisés sur les politiques de gestion du patron actuel, Shinobu Tsukasa, 73 ans. Personnage assez fantasque et aimant les cravates et costumes violet/fushia et on verrait bien l'acteur Htoshi Mastumoto l'incarner dans un futur biopic. 

La suite c'est quoi ? Quand ? Comment ?

Les observateurs pensent que dorénavant le reste de la fédération Yamaguchi-gumi sera dirigé par le clan de Nagoya, le Kodo-kai, une bande co-fondée par Tsukasa en 1984.
Avant la dissolution, le Yamaguchi-gumi était présent dans 44 des 47 districts administratifs du Japon. Selon les données de l'Agence nationale de la police, le gang, y compris les organisations affiliées, avait un effectif de 23 400 membres à la fin de l'année 2014.
Les 13 bandes dissidentes sont composées d'environ 3000 membres. Le Kobe Yamaguchi-gumi, sera dirigé par le Yamaken-gumi, dirigé par Kunio Inoue, et le Takumi-gumi, qui est basé à Osaka.
Malgré la prise de pouvoir du Kodo-kai,  la ville du Yamaguchi-gumi reste Kobe et il est prévu qu'elle soit toujours le lieu e réunion des clans affiliés. Imaginez le casse-tête pour la police pour éviter que les deux bandes ne se croisent.
En septembre 2015, la police imaginait que des incidents allaient se multiplier et elle n'avait pas tort par contre ce qui est surprenant c'est que le Kobe Yamaguchi-gumi a été en majorité en mode défensif. Ce sont vraiment les troupes du Yamaguchi-gumi qui semblent les plus motivées à faire payer l'affront aux «renégats» et sécessionnistes. Ils sont évidemment bien plus nombreux qu'eux et ça joue.  
En 1984, le Ichiwa-kai a fait sécession à l'intérieur du Yamaguchi-gumi. Au cours des cinq années suivantes, les différends entre les deux gangs ont fait plus de 20 morts et 500 arrestations.
Cette fois-ci, les agents sentent que les rivaux pourraient s'engager dans des différends en tentant de faire venir des membres qui n'ont pas encore choisi leurs camp.
La rupture arrive au milieu d'une volonté continue de supprimer des gangsters de la société. En 2011, toutes les préfectures au Japon ont adopté une loi qui interdit aux citoyens ordinaires de faire des transactions commerciales avec des organisations criminelles.
Atsushi Mizoguchi, qui a écrit sur le crime organisé, estime que la poussée anti-gang fonctionne. Il dit que le Yamaguchi-gumi est de plus en plus des difficultés pour faire de l'argent, avec la justice qui continue sa répression. Ils sont aux abois et c'est aussi ces soucis de trésorerie qui a poussé à la scission.
Mizoguchi a déclaré que la police chassent maintenant les chefs de gangs sur l'évasion fiscale, c'était juste une question de temps avant que des divisions ne commencent à émerger dans le Yamaguchi-gumi.
«Les questions d'argent ont conduit les groupes à se diviser» a dit Mizoguchi au Club des correspondants étrangers du Japon. «Le Yamaguchi-gumi prenait l'argent des patrons de groupe. Les cotisations des membres sont de 1 150 000 yens pour les patrons, avec des dépenses supplémentaires de 100 000 yens.
En plus de cela, les cadeaux donnés pendant les vacances d'été et d'hiver, ainsi que des cadeaux pour l'anniversaire du big boss Shinobu Tsukasa, signifiait que les finances des organisations empiraient. «Shinobu Tsukasa aurait gagné un milliard de yens par an, qui plus est il paraîtrait que cette somme n'ai pas été soumis à des taxes».
Tout cela a changé cette année, lorsque la police a interpellé Satoru Nomura, le chef du Kudo-kai, qui est basé à Kitakyushu. «Cela a conduit l'Agence nationale de police à instruire les organisations régionales pour essayer de poursuivre les boss sur des accusations de fraude fiscale».
Mizoguchi a également suggéré que certains des dirigeants qui ont changé d'allégeance pour le Kobe Yamaguchi-gumi peuvent avoir des données sur leur ancien patron qui pourraient être utilisés contre lui en justice.
Au sein du Kobe Yamaguchi-gumi, Mizoguchi affirme que les patrons ont la vie plus facile: les cadeaux pour l'été, l'hiver et les anniversaires sont interdit; les frais d'adhésion sont également environ quatre fois inférieur. Ceci, soutient-il, signifie qu'il ne faut pas exclure la petite Kobe Yamaguchi-gumi.
«Normalement, lorsque les membres d'un groupe de yakuza quittent une organisation, ils sont susceptibles de perdre toute combativité/pouvoir». Mais cette fois, avec les groupements restant dans le Yamaguchi-gumi, les choses sont plus compliquées. «Le Kobe Yamaguchi-gumi a l'élan et pourrait être victorieux». 
Cela ne signifie pas qu'il y aura des batailles dans les rues des villes du Japon. La loi autorise l'arrestation d'un patron si un meurtre est lié à son groupe du crime organisé. «Les dirigeants sont réticents à entrer dans une lutte», dit Mizoguchi. «Mais les gangs peuvent faire des affaires en pillant les zones économiques des rivaux. Cela pourrait se développer et conduire à un plus grand conflit».
«Cette division peut être la dernière dans le Yamaguchi-gumi, ce qui pourrait signifier la fin de l'histoire de cette organisation».

 

La suite bientôt.  (Source : Mainichi ; Tokyo Reporter ; Crimorg)

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Yakuza
commenter cet article

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages