Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 19:41

Attention droits réservés Mr G. de suite 101.

 

La pression continue de monter en Corse, les derniers assassinats le prouvent et démontrent qui plus est que la paranoïa doit règner sur l’Ile de Beauté. Dans ces drames plusieurs dimensions se côtoient, celle du milieu nationaliste sur fonds de procès de la SMS (toujours elle), celle d’une probable nouvelle guerre ouverte entre la nouvelle vague nationaliste et le grand banditisme et enfin celle d’une vendetta au sein d’un groupe aux prises avec ses démons, ses fantômes et ses haines.  L’année 2012 aura la aussi connu son lot de sang, de familles endeuillées, de querelles, d’arrestations. Le milieu Corse va-t-il se retrouver en cale sèche ? A force de recomposer son milieu naturel, les chasseurs devenant chassés, qui reste-t-il ?  

 

 

Tout d’abord on peut noter que certaines victimes avaient (ont) des ennemis tenaces et rancuniers, en effet Olivier S. une semaine après une première tentative d’assassinat, a été victime d’une seconde alors qu’il était encore dans sa chambre d’hôpital. Il a de nouveau été touché mais il en a réchappé, il a ensuite été évacué sur l’hôpital de Nice.  Olivier a donc été par trois fois visé par des tirs et c’est loin d’être un cas isolé. 

Francis Sorba lui aussi avait été la cible de tueurs il y a quelques mois et le 25 mai dernier c’est son bateau qui a été coulé dans le port de Propriano, un nouveau message ?

 

Le 9 juillet dernier par contre Yves Manunta n’a eu aucune chance d’échapper à ses tueurs (lui aussi avait déjà par deux fois échappé à la mort), il a été tué par balles au centre-ville d’Ajaccio. Il rentrait chez lui en scooter quand il a été touché par plusieurs balles de 9 mm d’un Uzi et de calibre 12 d’un fusil à pompe. On ne peut que constater là, que le procès de la SMS (Manunta avait été relaxé en mars 2011 rappelons-le) et ses répercussions (au plus haut niveau) n’a pour le moment laissé que des cadavres et beaucoup de questionnements aux juges. Les jumeaux P. sont toujours en prison et mis en examen en rapport avec la tentative d’assassinat de novembre.

 

A noter aussi le 1er juin une autre tentative de meurtre sur un restaurateur de 34 ans qui a été blessé par arme à feu à Tiuccia vers 3 h 10 du matin, Sébastien A. fermait l'établissement qu'il exploite lorsqu'il a été pris pour cible par un tireur. Blessé à l'épaule, la victime (qui est connue des services de la justice) a été transportée par un ami jusqu'à la caserne des sapeurs-pompiers de Casaglione d'où elle a été acheminée vers l'hôpital de la Miséricorde d'Ajaccio.

 

Le 2 septembre dernier c’est un proche d’Alain Orsoni, Charles C., 46 ans, qui est grièvement blessé à Ajaccio, c’est homme selon l’enquête était inconnu des services de police et s’occupait de la buvette du stade François-Coty.

 

 

La brise de Mer et la vendetta

 

Le 7 Août dernier, c’est un monument du grand banditisme Corse qui meurt sous les balles, Maurice Costa, 61 ans, abattu dans une boucherie à Ponte-Leccia, en Haute-Corse.

Selon des témoins, deux hommes cagoulés ont tiré puis se sont enfuis. Une voiture calcinée, qui a pu être utilisée par les tueurs, a été retrouvée peu après à quelques kilomètres du village.

Maurice Costa  on s’en rappelle, s'était constitué prisonnier en novembre 2010 à la gendarmerie de Moltifao, puis avait été remis en liberté. Mis en examen en mai 2010 pour infractions financières par la Juridiction interrégionale spécialisée (Jirs, chargée des dossiers de grand banditisme) de Marseille, il avait échappé peu après avec l'un de ses frères, Dominique, mis en examen dans la même affaire, à un coup de filet de la gendarmerie dans leur village. Les militaires opéraient dans le cadre d'une enquête pour abus de biens sociaux, investissements financiers suspects et blanchiment d'argent.

 

Dominique Costa s'était à son tour constitué prisonnier peu après et avait effectué six mois de prison préventive. Il était sorti après avoir payé une caution de 120 000 euros et ce, quelques jours après la mort par balles de son neveu Florian, assassiné selon toute vraisemblance dans le cadre d’une vendetta entre les Costa et les Mattei. Et à la vue des derniers évènements, c’est bien la piste de la vendetta qui semble privilégiée pour expliquer la mort de Maurice.

 

Lundi 11/09, trois hommes connus de la police ont été assassinés mardi en Haute-Corse à bord d'une voiture, Jean-Pierre Colombani, Jean Gandolfi et Sébastien Mattei étaient âgés de 24 à 34 ans étaient du « clan Mattei ». En 2001 les Mattei se chicanent avec deux autres clans, les Federici et les …Costa, dès lors un pacte de non-agression est signé  et on décide de vivre en bonne entente et selon Jacques Follorou du Monde de se partager la région de Corte (avec un troisième larron de la BDM Daniel Vittini).  Mais toujours selon Follorou, l’appétit des jeunes loups de part et d’autres aura raison de cette équilibre.Le 17 avril 2009, Alexandre Rogliano, un neveu des Mattei, descend de Corscia vers l'aéroport de Bastia, où doit atterrir son père. Les deux hommes sont tués sur la route du retour. La spirale de violence est enclenchée.

 

 Il est vrai que la mort de Maurice Costa laissait planer plusieurs théories sur le mobile et l’identité des tueurs. On a pu penser aux nationalistes notamment avec qui la guerre semble déclarée de nouveau (par forcément avec la BDM mais avec tout le grand banditisme Corse)

Et ce toujours pour venger la mort de Philippe Paoli mais aussi semble-t-il car il y a des grosses affaires immobilières en Balagne des deux côtés selon certains policiers.

 

Le 31 Mai dernier d’ailleurs, Pierre C., membre de Corsica Libera, a essuyé les tirs de deux hommes à moto, alors qu’il revenait de courses pour son travail dans la matinée. Quelques jours plus tard selon Corsica Libera tiendra une conférence de presse, pour expliquer qu’ils pensaient qu’il n’était pas la personne visée. Le parti affirme qu’il s’agissait du membre de son exécutif et propriétaire de la résidence hôtelière où la victime travaille, Henri Palazzo.

 

Et pour finir parlons d’un autre « dinosaure » de la BDM, Joël Patacchini, qui en avril dernier, a été placé sous contrôle judiciaire, en compagnie de deux autres personnes, Antoine Viacara, 42 ans et Jean-Michel Massoulier, 31 ans. Un quatrième complice, Jacques Amendolea, 42 ans, a, lui, été placé en détention provisoire.Les faits se déroulent le 1er avril, vers 4 heures. Quatre hommes se présentent dans un bar de Bastia alors que l’établissement s’apprête à fermer. Le gérant des lieux leur indique qu’il ne peut les servir. Un des quatre inconnus s’en prend alors très violemment à un employé des lieux.

Le patron du bar a également été frappé par deux autres agresseurs. Avant de quitter les lieux, les auteurs de ces violences ont dégradé le commerce après avoir brisé plusieurs verres et des bouteilles. Les flics identifient rapidement les principaux agresseurs après avoir visionné les bandes de vidéosurveillance du bar.

 

 

Toujours les fils de

 

 Le fils d'Alexandre Chevrière, Gérard Chevrière, 34 ans, figure parmi les deux voleurs arrêtés à Toulon après avoir dévalisé dans la nuit une bijouterie du centre-ville pour un butin estimé à 820.000 euros, le 19 juillet dernier.

Les malfaiteurs étaient parvenus à pénétrer dans la boutique à partir d'un appartement inoccupé situé au-dessus.

L'alarme de sécurité s'était alors déclenchée et la société de sécurité avait appelé le commissariat, qui avait immédiatement dépêché une patrouille sur place pour interpeller les deux voleurs, moins de six minutes après le début du casse. Gérard Chevrière a été mis en examen et écroué mardi avec un complice de 32 ans pour "vol avec effraction dans un lieu destiné à entreposer des fonds et valeurs" avec les circonstances aggravantes d'actes "précédés ou accompagnés d'actes de destruction", perpétrés "en réunion" par des personnes "dissimulant tout ou partie de leur visage pour ne pas être identifiés".

 

Gérard Chevrière, se trouvait déjà en liberté conditionnelle pour une affaire de contrefaçon de dinars algériens, selon une source proche de l'enquête. Son père était soupçonné (avec Joël Patacchini d’ailleurs) d'avoir participé au braquage en mars 1990 de l'Union des Banques Suisses à Genève, l'un des plus importants hold-up commis en Suisse (plus de 20 millions d'euros dérobés), aux côtés de quatre autres membres présumés de la Brise de Mer. Grièvement blessé par balles le 14 juin 2004 dans un guet-apens à Mimet (Bouches-du-Rhône), deux jours après son acquittement par la cour d'assises de Paris, Alexandre Chevrière est décédé en 2009 à l'âge de 57 ans.

 

Au rayon « fils de » je demande Richard et Christophe Guazzelli, qui ont été condamnés le 7 septembre pour trafic de drogue par le tribunal correctionnel d’Aix-en-Provence. En août 2011, sur « renseignement anonyme », la police avait interpellé 3 hommes dans un hôtel près de l’aéroport de Marignane et découvert une valise contenant 15,5 kg de cannabis. Parmi les occupants de la chambre : Christophe Guazzeli et Francis Rassu, fraîchement arrivés de Corse, et disposant de 16.000 euros en liquide, officiellement pour acheter une moto à Narbonne.

Le lendemain, informé des arrestations, Richard Guazzeli débarquait à son tour à Marseille et contactait Yassine Si Larbi, beau-frère de Stéphane Bourgeois, le 3ème homme de l’hôtel de Marignane. Si Larbi a déclaré que, criblé de dettes contractés dans des cercles de jeux parisiens, il avait d’abord accepté de convoyer la malette de cannabis mais que par peur il avait finalement demandé à son beau-frère de le faire à sa place.

Lui et les frères Guazzeli ont été condamnés à 3 ans de prison ferme, Stéphane Bourgeois à 2 ans et Francis Rassu à 1 an.

 

Richard et Christophe sont les fils de Francis Guazzelli tué en novembre 2009. Christophe est un ancien footballeur passé par le centre de formation de Monaco notamment, né en 1991, il est aussi passé par la réserve de Châteauroux et de Nantes pendant deux saisons jusqu’en 2011.

 

Evidemment je demande à Mr Francis G de suite 101 de me citer (et même de citer toutes ses sources) s'il souhaite recopier mes mots et/ou celui de "ses collègues".

 

(Sources : Le Monde ; Corse Matin ; L'Express ; Le Point ; Slate)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Le milieu Corse
commenter cet article

commentaires

Ruffo 20/11/2012 17:27

Quelle merveille de blog !
Je vous rends visite tous les jours, en attente d'un de vos nouveaux remarquables articles, bien documentés, sans fioritures, précis.
Je ne connais rien qui puisse se mesurer à votre blog dans tout le web français.
La série " Ca dézingue en Corse " est particulièrement intéressante pour quelqu'un qui s'intéresse au sujet et pratique " Les Parrains Corses " de Follorou et Nouzille.
Encore merci !

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages