Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 octobre 2010 4 28 /10 /octobre /2010 12:10

Les trois médias en pointe sur l'affaire Woerth Bettencourt victimes de cambriolage. D’abord Gérard Davet, chargé du dossier pour le Monde annonçait lundi s'être fait dérober son PC et son GPS à domicile, ensuite le rédacteur en chef du Point, Hervé Gattegno, puis le site d'informations Mediapart ont déclarés avoir été la cible de vols.

Mais qui veut noyer le poisson ? Comment ne pas imaginez que ces vols à quelques jours d’intervalles ne sont pas liés par le hasard ?

 

 

Le portable du rédacteur en chef du Point a été dérobé dans son bureau. Le câble anti-vol a été sectionné. Aucune effraction n'a été commise sur ces deux sites et les faits semblent s'être déroulés dans les deux cas dans la nuit de jeudi à vendredi dernier.  

Hier matin, c'est Mediapart qui écrit avoir été victime d'un cambriolage, antérieur aux deux autres. "Dans la nuit du jeudi 7 au vendredi 8 octobre, un ou plusieurs inconnus se sont introduits, sans laisser de traces d'effraction, dans les locaux de Mediapart... Le dernier employé, qui a quitté nos locaux à 22 heures le jeudi soir, avait refermé à clef derrière lui." Deux ordinateurs posés sur la même table avaient disparus. Il s'agit du "bureau mitoyen de celui de Fabrice Arfi et Fabrice Lhomme - qui n'avaient pas laissé leurs ordinateurs à la rédaction ce soir-là -, les deux journalistes qui suivent l'affaire Bettencourt sur notre site depuis le départ".  

 

Une plainte a été déposée (au commissariat du XIIe) pour ce cambriolage commis dans la nuit du 7 au 8 octobre.

"Si ce cambriolage n'est juste le fait d'un maraudeur mais une opération organisée, elle ne nous impressionne pas plus que cela, car nous la voyons plutôt comme un signal adressé à nos sources potentielles", a expliqué à l'AFP François Bonnet, directeur éditorial de Médiapart.

"Nous le disons avec prudence, mais il s'agit sans doute de faire peur à nos interlocuteurs, une façon de leur dire, si vous parlez aux journalistes, on saura que vous l'avez fait".

Mediapart n'avait pas jugé nécessaire de médiatiser ce cambriolage "jusqu'à ce que l'on apprenne que les journalistes du Monde et du Point avaient été victimes de vols similaires, dans la soirée du jeudi 21 octobre", selon le site d'information.

Quand les vols au Monde et au Point ont été connus, la rédaction de Mediapart assure s'être rendue compte, en faisant de nouvelles vérifications, qu'il manquait aussi un CDRom avec des informations sur les actionnaires ainsi que tous les "enregistrements effectués clandestinement au domicile de Liliane Bettencourt par son ancien majordome et dont la diffusion a lancé l'affaire, le 16 juin".  

 

Voilà pour le rappel des faits, la concordance semble flagrante mais faut il y voir une énième machination ? Si ces vols n’ont aucuns liens entre eux alors ce n’est vraiment pas de bol.

Le week-end dernier, Me Georges Kiejman, avocat de Liliane Bettencourt avait publiquement reproché à la juge Isabelle Prévost-Desprez d'organiser des fuites auprès de trois journalistes, citant Gérard Davet et Jacques Follerou du Monde, Hervé Gattegno du Point et les journalistes de Médiapart.  

 

Wink ! Le gros clin d’œil qui tâche ! Une affaire aussi délicate doit elle forcément être la proie de déclarations tapageuse ? De clientélisme ou d’affairisme politico-judiciaire ? Il est évident que de tels vols ne feront qu’augmenter la paranoïa ambiante !

A qui profite le « crime » ? La question se pose vraiment en ces termes !

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Actualités
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages