Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 16:21

Les chiffres parlent sans doute, soit, mais on leur fait dire ce que l’ont veut ! Faire passer un mensonge puant l’idéologie ethno différentialiste entre deux chiffres et statistiques et votre idéologie aura toutes les allures de la vérité ! Zemmour le sait bien !

 

C’est à s’y méprendre presque similaire à des propos de Mr Finkelkraut lors des émeutes en banlieue en 2005, ou ce monsieur affirmait que les noirs étaient plus violent que les autres, que c’était dans leur nature et au contraire les asiatiques eux on le voit jamais dans les émeutes, ils sont gentils, respectueux et ils font pas de bruit! Enfin bref un tel angélisme à l’encontre des asiatiques tendrait à prouver qu’un cliché même mélioratif reste un cliché discriminant.

Il s’en était ensuite découler tous pleins de « rhétoriques » (pas du fait forcément de Mr Finkelkraut) selon lesquelles, les noirs et les arabes ne savaient pas tenir un appartement ni même payer des traites, d’où le manque de volonté des propriétaires à louer aux patronymes pas très français de souche.  Les chiffres tendraient à prouver qu’une telle chose est vraie ?  Pour le coup non mais en tout cas c’est dans l’inconscient collectif français depuis 40 ans et ça vaut tous les chiffres du monde.

Ce cas faisait figure d’exemple ultime du « déterminisme biologique » que prône certaines personnes. On joue sur la confusion avec le déterminisme social (pas plus objectif par ailleurs bien que…), on sort les anathèmes et on sort la stat non émotive, non angélique et on se fait passer pour un salaud ou pour un gourou ! Dans les deux cas l’égo est à son paroxysme !

 

Selon des sources sures les femmes feraient plus d’enfants que les hommes, une preuve irréfutable pour Mr Zemmour que le machisme est l’avenir de l’homme et que c’est donc bien aux femmes de faire les enfants et donc de s’en occuper et donc de les éduquer et donc de rester à la maison…ect…. Trop fort ce gars !

 

Que selon Maitre Bilger les trafiquants de drogue soient plus souvent noirs ou arabe que blancs et donc qu’il corrobore les propos d’eric zemmour, ne justifie en rien pour moi que les « gens de couleurs » soient plus contrôlées que les autres.

Il est évident que si à la sortie d’une discothèque on ne contrôle le taux d’alcoolémie que des « basanés » on risque de trouver quelques infractions mais cela voudrait donc dire que c’est parce qu’ils consomment plus d’alcool que les blancs ? Où qu’ils sont susceptibles d’en consommer plus ?

Mettons pour être clair que deux blancs sortent d’une discothèque avec du cannabis sur eux et qu’en même temps deux noirs font de même avec la même quantité de drogue dans leurs poches….Les flics contrôleront les noirs,  les mettront en GAV et ils finiront au dépôt le plus souvent avec une convocation au tribunal!

Si les blancs sont aussi peu visibles dans les statistiques c’est parce que le système le veut bien et que les critères d’interpellations sont fondés sur des a priori (qui peuvent se révéler exact) mais tout de même basé sur un délit de faciès manifeste.

Autre exemple très con ! Tous les gens venant du 51 devraient subir un alcotest systématique sur les routes eu égard à leur « origine » régionale et à sa spécialité le champagne car ils sont plus enclins à titiller la bouteille ?

 

Il est évident qu’à force de toujours contrôler les mêmes gens, dans les mêmes zones avec ce genre de critères physiques, on ne risque pas d’attraper les dealers bien blancs du 16ème arrondissement !

 

Je renvoie tout le monde à l’excellent article (encore une fois) de Rue 89

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 17:27

Philippe Val se tient en haute estime morale cela va sans dire, en pourfendeur d’islamistes assoiffé de sang. Philippe Val est un vrai puritain, osant côtoyer son propre enfer tel qu’il l’imagine en la personne de Stéphane Guillon. Ce dernier ne semble pas croire à l’enfer, il préfère s’en moquer plutôt que de le craindre.

 

Philippe Val est un poujadiste de gauche à défaut d’avoir eu les diplômes pour devenir un anar de droite.

Je ne sais pas de qui il se réclame pour penser que les libertés de la démocratie (de parole, de caricature, de blasphème, de religion) sont surtout des dangers pour elle même. Des gens comme lui remettent Hegel ou Tocqueville à la page (à plus d’égalité moins de libertés). Enfin il s’arrange bien avec certaines de ces libertés pour justifier sa position mais ceux qui le critiquent n’ont pas le droit aux mêmes possibilités selon lui. C’est beau !

Quelques mois avant le numéro « spécial  caricature sur l’islam » de Charlie Hebdo (dont Val a été le directeur de publication puis de rédaction de 1992 à mai 2009). La déjà il côtoyait son propre enfer qu’est l’irrévérence et la beaufitude.

Bref une partie de l’équipe de l’hebdo satirique était donc présente à l’émission de Thierry Ardisson « 93 faubourg Saint Honoré ». Or dans cette émission un des dessinateurs (je me rappelle pas le pseudo, lunettes, cheveux courts ndlm c’est peut être le dénommé Charb mais pas sur) disait « ce n’est pas encore intéressant de se moquer de l’islam car ce n’est pas une religion d’état ».

Alors attendre des caricatures ratées danoises et la une de France soir, d’un clientélisme patenté, (quand on connaît la situation de France Soir à l’époque et encore aujourd’hui). Philippe Val n’a pas à donner de leçon d’opportunisme ou de clientélisme à Guillon (qu’il accuse de faire sans cesse la promo de son spectacle par ses chroniques).

La critique de l’Islam, Charlie s’en foutait et hop d’un coup on met le paquet…évidement que le choc est rude pour les musulmans. « Tiens bienvenue en démocratie, on va te faire aimer le droit au blasphème ». On aurait pu préparer le terrain avant, mettre en condition mais non on envoie tout d’un coup et en plus on fait passer ça pour la meilleure chose qui puisse arriver et comme un mal nécessaire pour le salut des musulmans.

C’est surtout un gros coup médiatique bien sur, on fait parler de soi plus qu’on ne met en place un vrai débat autour de ça. (Débats qui auront lieu mais en d’autres lieux, les cafés du coin notamment dans Belleville).

C’est quand même hardcore de se prendre une telle volée dans les gencives et forcément comme toujours, si vous n’aimez pas vous êtes un allumé pas civilisé et vous obligez vos femmes à mettre des burkas.  Ah ben oui les caricatures ne s’embarrasse pas de la nuance certes c’est le but mais au-delà de la caricature, le caricaturiste et son patron peut prendre du recul et entendre la critique. Mais non le caricaturiste est devenu un journaliste…il est presque inattaquable. Son travail est sacré et frappé du sceau de "la liberté d'expression pour ceux qui n'ont jamais eu aucuns problèmes à s'exprimer et qui n'en auront jamais malgré ce qu'ils veulent nous faire croire".

 

L’humoriste lui c’est pas encore un journaliste et tant mieux dans un sens même si sur certains sujets Philippe Val ne se prive pas de rabrouer SG, pour le moment encore un peu dissimulé dans l’ombre, mais bon Hees et Val ne faisant qu’un, l’un des deux n’a pas besoin de parler pour faire valoir son avis.

Bon pour le moment on peut légitimement penser que mon papier est un brin manichéen et c’est pas faux, j’ai toujours tendance à combattre modestement le « mainstream » moraliste ambiant et pour une fois qu’on a un vrai talent à la radio au lieu des chansonniers pitoyables d’accoutumée ou les imitateurs à deux balles, limite autiste et austère dans la vraie vie tant leur personnalité et happé par les personnages qu’ils imitent et puis sans auteurs faire rire devient plus dur pour eux.

Là au moins le mec s’attache à autre chose qu’à taper systématiquement sur les plus faibles, ceux qui n’ont pas droit à la parole, les pauvres, les fan de foot, les immigrés, les musulmans, tous ceux qui sont faciles à avilir, à spolier, à déshumaniser par une vanne pourrie, des paroles calomnieuses ou des lois illégitimes.

Les violentes (parfois) chroniques de Stéphane Guillon ont une vertu, non démentie à ce jour, canalisatrice, c'est-à-dire qu’il sait renvoyer à la gueule des politiques ou des gens médiatiques la violence de leur propres propos ou actions telles qu’elles sont perçues par des segments de population visés par les dits propos ou mesures politiques.

 

Je ne sais pas si c’est la vision qu’à SG sur son propre travail mais en tout cas ça marche. Les politiques partent au quart de tour, les réactions épidermiques s’enchaînent et les faux semblants et le caractère convenu des échanges médias/politiques se corsent un peu. On sort un peu de la collusion habituelle et rien que pour ça SG rend à fier service de crédibilité et d’intelligence à sa radio qui en a bien besoin.

Alors oui ce n’est pas un saint, je n’aime pas toutes ces chroniques, parfois inégales dans le contenu et le traitement, peut être qu’une chronique me saoulera un jour mais je saurais malgré tout qu’elle est guidée par une vraie bonne foi humoristique et non une sombre diatribe vengeresse. Lui au vu de tout son travail on peut lui accorder ça !

 

Mais sinon ces deux hommes ne s’aiment pas juste par feeling et ça, ça s’explique pas en fait et ça ne valait peut être pas un article tout compte fait !

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
19 mars 2010 5 19 /03 /mars /2010 16:41

Le journal « France soir », qui vient de faire peau neuve cette semaine, n’a en fait rien changé dans ses méthodes « journalistique ». En effet il semblerait que leur Une de ce matin (sur Johnny Hallyday) soit illustrée par des photos pas du tout exclusives et sur lesquelles le journal s’appuie pour affirmer que le chanteur est en excellente forme.

Tout ça c’est du blabla, n’empêche que ça la fout mal pour eux et puis c’est tellement révélateur…..ben de quoi en fait ?

 

 

Des photos datant de 2006 et déjà publiées dans la presse people, en Une de France-Soir, ces photos «exclusives» ont déjà été diffusées par Voici, il y a quatre ans. Le service photo du journal doit être en fuite dans le maquis à l‘heure qu’il est.

Mercredi dernier, la nouvelle mouture de France soir paraissait dans les kiosques.

Alors je cite :

« Plus colorée et plus aérée, faisant une large place aux photos sur des sujets proches du lectorat populaire, et comportant plusieurs cahiers (courses, sports, loisirs), au prix de lancement de 50 centimes d'euro. »

Voilà la dépêche AFP (enfin le communiqué de presse quoi) qui a informé toutes les rédactions de France et de Navarre (voire de Corse) du contenu et des ambitions affichés par la nouvelle direction. On doit tombé de haut (enfin personne n’est encore capable de dire si le journal avait réussit à décoller donc…)

 

Gilles de Prévaux, le Directeur de la rédaction, dont la signature côtoie celles de l'éditorialiste Gérard Carreyrou, de Patrick Poivre d'Arvor pour un billet (d’avion :p) et de Laurent Cabrol pour les prévisions météo (ouahou), peut donc revoir sa copie. 

Déjà que ce journal cumulait plus de fautes d’orthographes que Daniel Riolo sur un seul article de son blog (c’est dire) là c’est un nouveau pavé dans la mare.

Loin de moi l’idée de me moquer mais bon le nouvelles formules c'est vraiment les buzz les plus nazbroc médiatiquement parlant. Et puis force est de constater que pour ça il y aura toujours les super géniales taupes de « Pure people » pour parler des erreurs de photos. Quand on touche à d‘autres sujets prêtant à la pure calomnie concernant certaines catégories de population personne ne moufte. Pays étrange s’il en est.

 

Une femme politique peut parler de gaz répulsif à foutre sur la gueule des sdf pour qu’ils débarrassent le plancher (Rama Yade, en 2008) un ministre peut faire des blagues sur l’origine ethnique de ses interlocuteurs (Hortefeux) ou quand cette même personne nous sort « que le caractère démocratique et la constitution de notre pays nous empêche de faire des lois liberticides», ça ne choque personne!

Mais jamais tout ça ne leur reviendra dans la poire quand il s’agira pour eux de se la jouer « hautes valeurs morales de la France terre d’accueil et de tolérance ».  Il y a vraiment que des journalistes pour vouloir nous faire croire à la bonne foi des politiques. Une telle collusion est fascinante.

Par contre une photo de Johnny qui date de 4 ans alors là c’est l’anarchie, ça doit être le sujet du jour.  Alors les nouvelles maquettes, ça va 5 minutes mais si ça équivaut à faire avec les mêmes idées préconçues et la même ligne éditoriale « voix de son maître », changez rien les mecs ça vaudra mieux (et ça vaut pour tous les organes de presse écrites à travers les âges).

Certains en feront jamais d’erreurs de la sorte, cela ne veut pas dire qu’ils fon du bon boulot.

Bref revenons à nos moutons.

Avec un budget publicitaire de 20 millions d'euros et un seuil d'équilibre compris entre 150.000 et 200.000 exemplaires (contre 22.000 actuellement), France-Soir est la propriété d'Alexandre Pugachev, 25 ans, fils d'un des hommes les plus riches de Russie et proche du Kremlin.

 

Ah ben oui vu sous cet angle, le service photo peut trembler !  Na zdorove!

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
20 janvier 2010 3 20 /01 /janvier /2010 14:15

Les journaux américains rivalisent d’interactivité sur leur site Internet ! Ils sont à la pointe prônant une proximité totale avec leurs lecteurs mais depuis 2007 celle-ci fut poussée vers une voie bien particulière.

Le  « map of homicide » comprenez la carte des meurtres, en effet cette carte recense tous les décès par homicide de la ville et ou région. Sur le principe d’une google map vous pouvez voir donc l’emplacement des crimes commis avec informations en supplément sur l’âge, la date et la couleur de la victime.

 

 

C’est le Los Angeles Times qui le premier à lancé cette « idée » se basant sur les « homicide report » (rapport d’homicide fournis par les sheriffs) il faut dire qu’en trois ans plus de 2500 meurtre ont été commis dans la « région » de quoi alimenter pas mal de rubriques de faits divers.

Aujourd’hui chaque grande ville américaine possède sa carte de meurtres (extensible pour certaines sur tous les délits) et pour certaines la carte ressemble à un champ de mines.

Baltimore notamment ville la plus meurtrière des USA en 2009 (déjà 8 meurtres depuis le 01/01/2010 et 246 en 2009) ou encore Oakland.

 

La fréquence des meurtres dans certaines villes des USA est somme toute effrayante et ces cartes permettent de se rendre compte du carnage même si on doute du véritable but de leur mise en ligne.

 

Sur la même idée le LA Times une nouvelle fois innove en proposant à ses internautes et lecteurs leur « mapping LA »  vous cliquez sur un des 118 districts de la ville et vous obtenez toutes les infos relatives à l’endroit. Des statistiques très américaines comme le revenue par habitant, l’origine ethnique etc….. Tout ça divisé en rubrique. Une véritable étude sociologique en ligne ! Il est vraisemblable que ce « mapping » soit lui aussi décliné à foison sur les autres sites Internet des journaux locaux ! Une manière plus politiquement correcte d’interaction cela va sans dire !

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
18 décembre 2009 5 18 /12 /décembre /2009 16:04

Toutes les stars suppriment leurs comptes un à un, Christophe Barbier en est fan, et en plus le site se fait pirater par une pseudo cyber armée iranienne qui a rendu twitter inaccessible pendant plus d’une heure ce matin. Il y a des signes qui ne trompent pas, twitter c’est la décadence, on attend l’arrivée des Wisigoths sous peu. http://www.zdnet.fr/actualites/internet/0,39020774,39711684,00.htm

 

Article très court, aucune inspiration sur le sujet en fait, juste une espèce de pulsion anti-twitter. Moi qui lors de tests (faits juste comme ça) à l’école de journalisme on m’a qualifié d’analytique (inverse de synthétique), c’est à dire quelqu’un qui aura vraiment du mal à parler de quelque chose en moins de 140 caractères (le maximum que l’on peut utiliser sur twitter).

Ca vient peut être de là, les synthétiques aiment et les analytiques détestent mais pourront avoir leur chance au journal  Le monde (si on est journaliste bien sur).

 

Je vais faire un effort aujourd’hui, je ferais à peine 1000 signes….on peut être analytique et avoir la flemme (c’est toujours ça de pris) alors la révolution twitter se fera sans moi, je regarderais passer le défilé !

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
11 décembre 2009 5 11 /12 /décembre /2009 16:23

En modifiant les règles de confidentialité et d’utilisation du site, Facebook s'attire, une fois encore, les critiques des utilisateurs. Le fondateur du site de réseau social Facebook, Mark Zuckerberg avait annoncé la modification de certains paramètres de confidentialité dans l’utilisation du site aux 350 millions d'utilisateurs. Des critiques sont déjà apparus, comme le passage en mode public (visible par tous) de la plupart des informations du profil utilisateur.

 

 

Les articles diffèrent sur la clarté de la méthode employée, certains trouvent ça simple d’autres mal fait et insidieux. Il y a de quoi rire jaune ce genre de changement.

Les utilisateurs ont ainsi remarqué que certains détails avaient changé sur leur page « personnelle » de Facebook. Il n’y a déjà plus de « réseaux » regroupant les membres d'une même zone géographique. Tous les profils du monde entier sont maintenant « consultables » sur le même réseau.

A la loupe Facebook explique que la page dédiée à la confidentialité et aux données personnelles a été simplifiée. Pour autant elle se résume semble-t-il à l’impossibilité de sélectionner les options habituellement disponibles dans les paramètres de confidentialité. Il est, en effet, uniquement possible de choisir entre la conservation des anciens paramètres ou l'ouverture de l'accès à « Tout le monde » ou aux « Amis et leurs amis ». Un état que recommande Facebook. Par déduction il n’est pas possible de retrouver vos anciens paramètres et de les régler finement selon un article du site silicon.fr.

 

Tout ça pour être plus visible sur le Web. Dans un communiqué, Facebook explique que « lorsque vous publiez quelque chose avec l’option Tout le monde, vous indiquez que ce contenu peut être vu par tout un chacun sur Internet ». Un changement qui signifie que toute publication n’est plus destiné aux seuls utilisateurs de Facebook mais du Web entier.

 

Par défaut, Facebook recommande de rendre les messages de statuts que vous rédigez dans votre flux visibles à tous les internautes. Ils n'auront ni besoin de figurer parmi vos amis, ni même d'être membres du réseau social pour vous lire. Seuls les utilisateurs de moins de 18 ans sont encore protégés. Cela rappelle Twitter mais les membres de Facebook n'y sont pas très habitués et cette différence entre les deux réseaux offrait une « alternative » quand au degré d’implication que tout à chacun pouvait prendre sur la publication de sa vie privée sur le net.

 

A l’image des tweets de Twitter, n’importe quelle information sera indexée par les moteurs de recherche. Le risque est alors grand de voir des renseignements personnels tels que de numéros de téléphone, e-mail, opinions politiques et religieuses, photographies tomber entre de mauvaises mains…

De l'avis de nombre de spécialistes des réseaux sociaux, la manœuvre de Facebook a été entreprise en vue de favoriser les recherches de personnes. Si l’intérêt de tels sites est de partager des informations, chacun est libre de protéger sa vie privée comme bon lui semble et selon ses propres critères or ce choix ne parait pas très clairement sur Facebook. « Pour rester caché, le meilleur moyen reste encore de ne pas s’inscrire » comme le recommande le site silicon.fr.

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
6 décembre 2009 7 06 /12 /décembre /2009 17:21

Réélu en 2003, Bertrand Eveno défraya la chronique médiatique en 2005. En conflit interne avec les syndicats et surtout démissionnaire pour des raisons douteuses.

 

 

La nouvelle «était tombée un jeudi 17 novembre 2005 à 17 heures, Bertand Eveno, le président de  l'Agence France Presse, annonçait, sur la messagerie interne, qu'il allait quitter ses fonctions avant la fin de l'année pour des "motifs personnels" et "professionnels" anticipant d'un an la fin de son mandat qui courait jusqu'en octobre 2006.

Dans une lettre adressée aux salariés, Bertrand Eveno justifiait sa décision par les enjeux qui attendaient l'AFP et qui nécessitaient, selon lui "un président nouvellement élu bénéficiant d'une légitimité de trois ans et du soutien affirmé du conseil d'administration".

 

Troisième motion de défiance en 5 ans.                                                     

                                                                                                                 Bertrand Eveno

 

Sa démission intervenait alors que les syndicats dépouillaient les bulletins de vote de la troisième motion de défiance en 5 années de mandat du PDG. Cette motion avait pour but de dénoncer un "grave manquement aux règles déontologiques" de la part de la direction, qui a transmis à la police, début octobre, une série de clichés montrant le tabassage d'un policier en civil sur le port de Bastia. .Toutefois Bertrand Eveno démentait, à l’époque, que son départ soit lié à la motion, affirmant qu'il avait déjà pris sa décision "à la fin de l'été". Celle-ci avait provoqué une réelle surprise chez les salariés car lors des deux premières motions, il était resté en poste.

 

Gestion très critiquée

 

Le PDG de l'AFP payait surtout ses errements une gestion très critiquée. De la vente de l'immeuble de l'AFP, qui avait provoqué le courroux des salariés, aux différentes gestions du personnels pour lesquelles les syndicats avaient fait voté deux motions de défiance. Bertrand Eveno n'avait pas été ménagé. Il était aussi contesté par certains pour "son absence de stratégie". Une critique qu'il a toujours contesté, citant en exemple le développement du service de photo et les projets vidéos liés à la chaîne d'information internationale actuellement en gestation.

 

On a même mieux : En décembre de la même année, il rejoint le groupe Hachette Filipacchi Médias en qualité de directeur général de Hachette Filipacchi Photo, regroupant les agences Gamma, Rapho, Hoa-Qui et Keystone.

Cette opération a soulevé des problèmes d'éthique et de concurrence, mis en lumière par les syndicats de l'Agence France-Presse, et ce d'autant plus qu'elle est intervenue quelques mois à peine après l’arrivée à la tête du service Photo de l’AFP d’une ancienne collaboratrice de Hachette Filipacchi Médias. Le groupe Hachette Filipacchi Photos était racheté en décembre 2006 par le fonds d'investissement Green Recovery.

 

En 2009, il est élu président de la Société Littéraire des Amis d'Emile Zola, prenant la succession de l'universitaire Henri Mitterand. En 2009, il est nommé président de la commission des salles de cinéma d'Art et Essai, du Centre National de la Cinématographie (CNC).

 

Quand on a su faire plaisir à qui de droit, on obtient toujours les bonnes planques pour sa pré-retraite! Belle leçon pour nous travailleurs!


NDLM: toujours des soucis de connexion, on fait comme on peut!

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
5 décembre 2009 6 05 /12 /décembre /2009 20:06

Entre patrons de presse, on ne parle que de ça : des gratuits. Plus de trois ans après l'arrivée en France des deux quotidiens d'information 20 Minutes et Metro , on commence à mesurer leur impact sur le marché de la publicité ou des petites annonces : on note leur succès insolent auprès des jeunes qui ne jurent plus que par eux  et  on assiste à leur arrivée massive en province.

 

Une presse gratuite diversifiée

 

On note qu'il existe plusieurs types de gratuits, il y a la PGA (Presse Gratuite d'Annonce) avec comme titre phare paru vendu, 123 immo et Keljob, il y a aussi la PGI (Presse Gratuite d'Information) avec Metro et 20 minutes. La presse quotidienne régionale gratuite (réseau plus), la presse magazine gratuite avec entre autres "a nous Paris", "sport", "économie matin" et "femme en ville". On distingue deux métiers différents derrière l'expression "Presse Gratuite" .
Le premier et le plus ancien (apparu dans les années 70) concerne les journaux de petites annonces distribués gratuitement en boites aux lettres par des indépendants ou des grands groupes comme COMAREG ou SPIR. On parle dans ce cas de Presse Gratuite d'annonces (PGA).
Le deuxième (distribué en France depuis 2002) a trait aux médias d'informations distribués gratuitement, généralement de la main à la main ou en présentoirs aux abords des bouches de métro, des gares, en clair des endroits citadins de passage. On dénomme cette activité Presse Gratuite d'Informations (PGI).

 

Des investissements publicitaires en hausse constante.

 

En 2003, la presse distribuée gratuitement auprès des particuliers a représenté un chiffre d'affaires de 0,68 milliards d'euros (chiffre provisoire); soit une augmentation de 4,6% par rapport à 2002. En 2004, 9% des investissements de publicité allaient aux gratuits contre 57% pour la presse écrite payante. La publicité est un domaine de concurrence farouche entre la presse payante et celle gratuite. Sur le domaine de l'information il est évident que les gratuits n'ont pas la même qualité journalistique, ni même la même qualité papier que les payants, cependant la plupart des gens se contentent de l'information distillé dans le gratuits car plus clair et moins littéraire donc semblant plus informatif et plus rapide à lire ce qui est une qualité indéniable par rapport aux payants. Et dans le domaine de la culture, les gratuits offre une véritable pluralité de titres Lylo, Epok, "Tapage" notamment. Mais c'est surtout dans le domaine de l'information de proximité que les gratuits commencent à concurrencer les payants, en effet avec "réseau plus" des gratuits lancés par des groupes de presse payants.

Je crois qu'il serait difficile de développer un "ville plus" à Paris, la concurrence y est féroce et il y a déjà bon nombre de gratuits circulant dans les transports franciliens. Le fait est que ces "villes plus" sont lancés par des quotidiens régionaux afin de contrer "20 minutes" et "métro", deux gratuits qui se partage déjà le marché en Ile de France et à moins que Le Parisien ne se lance dans cette "lutte" je ne pense pas que qu'un Paris plus apparaîtra dans les prochains mois mais qui sait?

Stratégie du contre-pied

Les grands groupes de presse français savaient très bien que la presse gratuite (à l'instar des autres pays européens) serait probablement un succès d'où la levée de bouclier durant de longues années à ce sujet. Maintenant, les payants déclinants de plus en plus, le profit doit se trouver ailleurs et le profit c'est la publicité avant tout et ensuite la diffusion bref ils se devaient de réagir au plus pressé et donc de se lancer à leur tour dans la presse gratuite d'information.

Le premier arrivé fut "Marseille plus" lancé en 2002 par "La Provence" (HFM) en riposte à Metro, suivi de "Toulon Plus" en mars 2004 ("Nice Matin"/ HFM),  puis de "Lille plus" ("La voix du nord"/ Socpresse 59 000 ex.), "Lyon Plus" (Le progrès/ Socpresse 80 000 ex.) et Bordeaux 7 (Groupe Sud Ouest, 30 000 ex.) en mai 2004.

Il fallait prendre à contre pied les gratuits qui envisageait déjà de s'exporter dans les autres villes de Province, plutôt que de continuer à vilipender les gratuits d'information en disant qu'ils n'étaient pas crédibles, les grands groupes ont dû jouer le jeu afin de prendre des parts de marchés dans ce domaine au lieu de les laisser à "20 minutes" et à "Métro". 

 

L'argent est nécessaire dans la presse, le fric non

 

Peut on imaginer un journal sans pub? La pub c'est le nerf de la guerre et peut se montrer aussi le reflet du lectorat du dit journal. Il est vrai que la proportion pubs/articles dans les gratuits est autrement plus élevée que dans les payants, question de logique. On peut tout à fait dire que l'argent est nécessaire dans la presse mais pas le fric à tout prix. Dans beaucoup de magazines spécialisés payants tous les articles sont achetés.  Où est la ligne éditoriale? La effectivement on peut se poser la question de la légitimité du journal mais seulement dans ce cas là, dans les gratuits les infos finalement c'est ça qui fait office de pub et la pub en elle même c'est le fond de commerce. La force de vente (de pub) même du gratuit c'est sa diffusion mais pas ses infos en tant que telles. Bien sûr on ne peut pas dire que toutes les infos dans les gratuits sont fausses elles sont réalisés par des journalistes professionnels mais finalement elles ne font parfois que du remplissage.

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
4 décembre 2009 5 04 /12 /décembre /2009 21:52

Comme cela peut être le cas dans des états totalitaires, la télévision peut se faire le relais des gouvernants, devenant l’outil de propagande par excellence. Mais dans un pays dit démocratique, elle peut -sans pour autant devenir un instrument de propagande politique- se mettre au service de l’état des ces institutions et de ses hommes.

Une des premières constations du rapport TV/politique, est que les média, et particulièrement la Tv est devenu « incontrôlable » et peut parfois se montrer trop envahissante. Elle a acquis une place bien trop importante qui met en péril les forces de la républiques, censées être représentées par les pouvoirs exécutifs, législatifs ou judiciaires. La télévision possède une influence, un impact bien plus important que ces derniers, elle seul peut rendre une institution haïssable ou faible. Elle est un danger, dans le sens où elle est devenue trop puissante et trop dure à contrôler comme le souhaiterais certains dirigeants.

Autre écart, mais qui coule de source, celui du rôle éducatif qu’aurait du connaître la TV dite républicaine. Il est évident que de nos jours, cet aspect ci de la télévision est quasiment oublié. Les dirigeants de chaînes ont trop vite remarqués que le divertissement engendrait beaucoup plus de profits et qu’il était beaucoup plus facile et intéressant (pour eux) de suivre le chemin de l’abrutissement plutôt que celui de la connaissance et de l’information ou d’autres valeurs dites Républicaines. En soi -et au niveau des foyers- la TV constitue une sorte d’entrave à l’éducation. C’est en insistant sur l’aspect violent et sensationnel des images que la plupart des programmes TV influencent le téléspectateur, bien trop passif et inapte à juger de lui-même certaines scènes. En refusant d’instruire et d’informer correctement le citoyen, la télévision lutte CONTRE les valeurs de la démocratie.
De la même façon, une de ces autres réflexions sur la télévision nous démontrait à quel point cette dernière peut empêcher une démocratie de subsister durablement, si la TV n’est pas contrôlée ou bien si son rôle et son pouvoir ne sont pas clairement limités.
Ainsi, pour expliquer ce paragraphe, il suffit d’une citation : « La démocratie consiste à soumettre le pouvoir politique à un contrôle. C’est là sa caractéristique essentielle. Il ne devrait exister dans une démocratie aucun pouvoir politique incontrôlé. Or la télévision est devenue aujourd’hui un pouvoir colossal ; on peut même dire qu’elle est potentiellement le plus important de tous, comme sil elle avait remplacé la voix de Dieu. Et il en sera ainsi tant que nous continuerons à supporter ses abus. La télévision a acquis un pouvoir trop étendu au sein de la démocratie. Nulle démocratie ne peut survivre si l’on ne met pas fin à cette toute puissance ».

Un autre de ces coups bas envers l’état, fut lorsqu’elle décida de ringardiser la politique, et on peut considérer que cela a encore aggravé la vison qu’avaient les français de la politique. Mais tout cela à changé, aujourd’hui les deux milieux vivent en symbiose et chacun se retrouve gagnant. L’un à trouvé des personnalité connues pour remplir ses plateaux à la moindre occasion, l’autre à trouvé une tribune ou, à défaut de parler de politique, il peut se montrer afin qu’on ne l’oubli pas et qu’il prouve que lui aussi pratique la SSSS attitude (sympathique, simple, spontané, sincère). La télé bénéficie d’un stock de personnalités à exhiber, souvent connues et toujours d’accord pour une séance de promo politique entourée de peoples, le tout dans une ambiance « plus consensuel tu meurs ».

C’est justement pour éviter ces dérives que l’idée est venue de créer une télévision publique. Une télévision qui, initialement, se doit de traiter l’information de manière objective, qui ne doit pas se montrer partisane. Une télévision « libre » qui ne vit pas pour engraisser ses actionnaires. Dommage que cette idée soit restée à la porte de France 2 et France 3, sans parler d’émissions à caractère culturel, relayées au fin fond des grilles de programmes. Et pour espérer trouver une télévision dite publique, il ne reste que France 5 et ARTE, dont les motivations n’ont rien à voir avec n’importe quelle chaîne du Hertzien.
- « La mission d’ARTE est définie par l’Article 2 de son Contrat de Formation: Le Groupement a pour objectif de concevoir, réaliser et diffuser, ou faire diffuser, par satellite ou par tout autre moyen, des émissions de télévision ayant un caractère culturel et international au sens large, et propres à favoriser la compréhension et le rapprochement des peuples en Europe »
- « France 5, qui fut créée sous le nom de La Cinquième le 13 décembre 1994, occupe en effet une place originale dans le paysage audiovisuel français puisque son cahier des charges lui assigne pour mission de se consacrer à la diffusion et au partage des connaissances.
Véritable télévision de contenu, France 5 a pour vocation d'être utile, de donner de l'information et des clés pour aider à décrypter le monde qui nous entoure (et surtout pour se prémunir de ses consœurs France 2 et France 3). »
Alors que pendant ce temps là, d’autres directions oscillent entre divertissements débiles et tapis rouges pour personnalités politiques, pas toujours invitées de manière équitable. Combien de fois on a vu France 2 ou France 3, après la canicule de 2003, ouvrir ses portes à Madame Chirac la laissant ainsi faire preuve d’un numéro de communication époustouflant pour son mari ou pour le gouvernement ? Combien de fois Drucker a-t-il invité la famille Sarkozy ou bien Madame Chirac (encore elle), transformant son dimanche après-midi en véritable émission de charity business.
En se mettant de cette façon au service des politiques, le service public manque à ses engagements auprès du téléspectateur.
Alors non, la télévision, même publique, n’est pas au service des institutions de l’état, par contre elle est clairement au service des personnalités politiques, de la classe dirigeante.

On va se répéter, mais la télévision n’est au service de personne, et elle se montrera conciliante seulement si elle peut en tirer parti. A quelques exceptions près, elle n’œuvre ni pour le citoyen, ni pour la défense des valeurs dites républicaines (éducation, culture etc..).
Par contre elle est devenue un outils de manipulation parfait, et nul doute que Machiavel, si il avait écrit l’incontournable « Le Prince » de nos jours, aurait inclus la télévision parmis les techniques bonnes pour maintenir son emprise sur les citoyens. Mais l’utilisation de la télévision à des fin de pouvoir est tellement délicate qu’il aurait sans doute du écrire un second livre entier sur le sujet. Avec ce premier livre sur les sciences politiques, Machiavel à décris les mécanismes du pouvoir. Et tout comme cet ouvrage aurait du être déstiné aux peuples afin que grâce à la connaissance ils se protègent de leurs rois, on devrait mettre à la disposition des citoyens une base de connaissance afin d’apprendre le fonctionnement des médias.
Aujourd’hui chacun de doit de savoir décrypter la TV, d’apprend à s’en méfier afin de résister à l’influence constante qu’elle a sur la société.

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article
30 novembre 2009 1 30 /11 /novembre /2009 13:59

Le compte Twitter du porte-parole de l'UMP, Frédéric Lefebvre, été rouvert vendredi soir après été bloqué en milieu de semaine par des internautes hostiles. Le compte est désormais certifié.

Ouverte mercredi 25 novembre, la page du porte-parole de l'UMP avait été fermée quelques heures plus tard pour « activité étrange » selon Twitter. Il semblerait que les nombreux détracteurs que compte Frédéric Lefebvre se soient entendus pour signaler sa page Twitter comme du spam indésirable.

 

 

En fait les versions sur les causes de ce blocage sont diverses et tendent entre deux explications possibles. Soit le signalement Spam (indésirable) par un certain nombre de gens qui ne « voulaient pas du bien » et l’autre selon lesquelles les limites ont été dépassées et que le compte a battu des records de popularité.

Pour la presse spécialisée en ligne, aucuns doutes, Frédéric Lefebvre s’est fait éjecté comme un malpropre.

 

Le compte Twitter de Frédéric Lefebvre est désormais « certifié » ce qui signifie qu'il a été validé en interne par le site de microblogging. Une procédure qui devrait empêcher tout nouveau blocage. Le porte-parole de l'UMP compte actuellement 1 323 « suiveurs».

Déjà lauréat du « Satanas d'or de la démagogie » décerné par le président de la région Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, (lauréat, lui, de deux "Satanas d'or", trophées de l'UMP liés à la fiscalité régionale), le porte parole de l’UMP peut s’estimer gâter par ses « fans ». Trop habitué aux éloges sans doute il n’en a eu cure.

Lui se réjouit du buzz provoqué sur twitter et s’évertue à glorifier ironiquement les attaques virtuelles dont il se dit victime…c’est donc ça la droite décomplexée ?

C’est un brin décevant !

 

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Médias
commenter cet article

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages