Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2017 3 26 /04 /avril /2017 16:25

Après un été relativement calme, la rentrée de septembre, elle, va se révéler meurtrière au sein des gangs de rue avec plusieurs semaines de violences incontrôlées.

Assassinat de Donald César (La Presse)

Assassinat de Donald César (La Presse)

Le 4 septembre, Donald Cesar, 22 ans, est abattu dans son véhicule dans le nord de Montréal. La victime était connue pour ses liens avec les gangs d'obédience «Rouges». En 2012, il avait été condamné à des amendes pour obstruction, bris de conditionnelle et trafic de marijuana. En novembre 2013, il a été condamné à 12 mois de prison pour voies de fait sur un policier, détention d'arme et trafic de stupéfiants. 
Cesar était le demi-frère avec Chénier Dupuy, un membre important des Bloods, abattu à l'été 2012, car il s'opposait au projet d'alliance entre Rouges et Bleus parrainé e par Gregory Wooley (voir articles précédents).
Mais la violence n'avait pas commencé là, le 22 août dernier, un jeune homme innocent de 21 ans avait été tué dans le quartier Saint-Michel. Jayson Riché-Paquet, 18 ans, et Randy Plaisir, 20 ans, sont accusés du meurtre. les deux tueurs se seraient trompés de cible alors que c'est Davidson Arretus, l'ami de la victime avec qui il discutait qui était visé.
La veille, un individu lié aux Rouges en libération conditionnelle avait été blessé par balles aux jambes dans le quartier Rivière-des-Prairies. Le jeune homme, dont la libération conditionnelle a été suspendue, pourrait avoir été victime d'une purge interne.
Entre août et septembre, ça fera en tout au moins cinq victimes de meurtre en l’espace de six semaines, Une véritable crise profonde depuis leur alliance d’affaires conclue il y a trois ans et qui avait connue aussi des soubresauts. 
Le meurtre d’Edwidge «Cow Boy» Jacques, abattu à Montréal-Nord à la mi-septembre, est un signe de plus de la violence grandissante. La victime de 25 ans que l'on pense associé aux Rouges a été abattu à l’intérieur d’une voiture.
Depuis le début de 2015, on compte au moins six meurtres liés aux gangs de rue. C’est deux fois plus que dans toute l’année 2014.

(JDM)

(JDM)

Le 17 septembre, Andrew Griffin, 36 ans, sortait de la piscine du quartier LaSalle à Montréal pour reprendre sa moto quand il a été la cible de 5 ou 6 tirs par 2 hommes. Bien que blessé aux côtes, Griffin a réussi à se réfugier à l'intérieur du bâtiment, les 2 tireurs ont prix la fuite. Griffin est considéré comme un important lieutenant du crime organisé irlandais de Montréal, le Gang de l'Ouest.


Le lendemain c'est Claudio Marco Campellone, 24 ans, a été tué de plusieurs balles dans la banlieue de Montréal. Le 31 août 2013, il avait déjà été blessé par balles alors qu'il sortait de son véhicule. Quelques jours avant cette tentative de meurtre, Campellone avait plaidé coupable dans une affaire de stupéfiants. En décembre 2011, il avait été arrêté pour trafic de cocaïne avec son frère lors de l'opération «Abduction». Le réseau était dirigé par Emanuele Padula, sous la bénédiction du caïd Giuseppe «Ponytail» De Vito. Il avait ensuite travaillé pour Stefano Sollecito. Campellone était considéré comme un membre important de la "jeune garde mafieuse" qui est notamment bien moins conservatrice que l'ancienne.
Sa mort, couplé avec l'attaque des bureaux de l'avocat de la Famille Rizzuto a motivé une rencontre entre chefs afin d'aplanir les différents qui visiblement semblent venir des gangs de bikers et de rue.

(crédits photos : La Presse)

(crédits photos : La Presse)

Parmi les chefs, Stefano Sollecito, nouveau leader de la mafia dans la métropole et Gregory Woolley. Selon les observateurs, ce sont eux qui régissent le fragile équilibre entre tous les tenants de la criminalité montréalaise.
Autour de la table du Café Holt, lieu du rendez-vous, se trouvait aussi, Dany «Lou» Cadet-Sprinces.
Chez les Italiens, on a pu apercevoir le bras droit du leader mafieux, Nicola «Nick» Spagnolo, ainsi que Leonardo Rizzuto, le fils deVito.
Pour compléter la table, il y avait Steve Vogel, qui serait le conjoint de la fille d’un vieil associé du clan Cotroni, Luigi Colavita. Une présence qui a surpris les policiers.
C’est au moins la troisième fois qu’un rassemblement de ce genre y a lieu.
«Stefano Sollecito n’est pas un leader fort, il n’a pas le charisme d’un parrain, c’est difficile pour lui d’arbitrer les conflits», raconte un des policiers spécialisés.
La police ne s'est pas étonné de pas y voir Salvatore Scoppa car il aurait été forcé à l'exil et sa tête serait mise à prix.
Au moins trois complots pour meurtre viseraient le gangster selon les enquêteurs.
Le premier groupe qui voudrait la peau de Scoppa serait lié au Gang de l’ouest, et le deuxième aux gangs de rue, mais on ignore qui est le troisième.
Le 20 septembre dernier, il s'est envolé, direction le Mexique qui est pourtant loin d'être un refuge pour les canadiens en cavale ou en affaires mais il compte bien y demeurer pour quelques temps.. 

Le 30 octobre, le corps de Domenico Iacono, entrepreneur de 56 ans, a été retrouvé dans le coffre de sa Mercedes, abandonnée dans le nord de Montréal. Porté disparu depuis quelques jours, Iacono était fortement endetté et avait beaucoup emprunté, notamment une somme de 100 000 dollars canadiens à un proche de la Mafia montréalaise. Il s'agit du 24ème meurtre à Montréal en 2015.

Michel Guertin (crédit photos : La Presse)

Michel Guertin (crédit photos : La Presse)

Du côté des Hells, et bien on continue de fêter les retours un à un des membres emprisonnés, il y a eu notamment la fête pour Michel «Guert» Guertin, membre «full patch» du chapitre South.
En milieu de soirée, la police de Longueuil disait avoir donné «environ une dizaine de constats d’infractions en vertu du Code de la sécurité routière».
A la mi-octobre ce sont 5 meurtriers présumés du gang qui sont libérés.
Claude Berger, Yvon Tanguay, les frères François, Sylvain Vachon et Michel Vallières.
Le juge lses a libéré car l'accusation avait tardé à transmettre des éléments de preuves à la défense. Il s’agissait d’informations cruciales qui auraient pu miner la crédibilité du délateur Sylvain Boulanger.
La défense voulait la preuve depuis 2011, mais elle n’y a eu accès que le mois passé.
Uniquement en frais d’avocats de la défense, le procès SharQc a coûté près de 19 millions $ aux contribuables selon La Presse.
Rappelons que l’opération SharQc remonte à 2009, alors que 156 personnes avaient été arrêtées. Les meurtres pour lesquels les accusés font face à la justice remontent à la guerre des motards, de 1994 à 2002, qui s’était soldée par la mort de plus de 160 personnes.
De ce nombre, 104 individus avaient plaidé coupables à divers complots pour meurtres. Ils avaient écopé de peines allant de cinq ans de pénitencier à l’incarcération à perpétuité.


La police montréalaise veut faire le grand ménage.

Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche  Gregory Wooley à droite (La Presse)Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche  Gregory Wooley à droite (La Presse)

Leonardo Rizzuto arrêté (La Presse) à gauche Gregory Wooley à droite (La Presse)

Une vaste opération visant à l’arrestation de 48 suspects, dont les têtes dirigeantes des gangs de rue, de la mafia italienne et des Hells Angels a été déclenchée par les autorités.
«Cette alliance criminelle est née de leur désir de prendre le contrôle du territoire, particulièrement en termes de stupéfiants», a précisé Patrick Bélanger l'inspecteur-chef de la Sûreté du Québec.
À l’issue de 34 mois d’enquête, on a ainsi été en mesure d’amasser des preuves visant non seulement le trafic de stupéfiants, mais aussi le blanchiment d’argent et un complot pour le meurtre du caïd Raynald Desjardins.
Quarante-cinq des 48 individus ont été arrêtés et les autres sont en contact avec les autorités par la voie de leur avocat.
Parmi les suspects arrêtés, on note le Hells Salvatore Cazzetta, chargé de récolter les «taxes» sur la vente de stupéfiants pour le groupe de motards. Le fils de Vito Rizzuto, Leonardo Rizzuto, et celui que l’on désigne comme étant le «parrain par intérim» de la mafia italienne, Stefano Sollecito et Gregory Wooley. Mais aussi l'avocat Loris Cavaliere, bien connu pour avoir défendu plusieurs membres de la mafia italienne. Il est accusé d’avoir agi comme facilitateur d'affaires.
Une partie de l’enquête se développait autour du complot en vue d’assassiner le caïd Raynald Desjardins, qui aurait été planifié notamment par Maurice «Mom» Boucher, l'ex leader des Hells Angels, en dépit de son emprisonnement. Le complot aurait été ourdi entre Boucher et Gregory Wooley par l’entremise de la fille de Maurice Boucher, Alexandra Mongeau, qui retransmettait les communications en «langage codé». On apprend d'ailleurs par la même occasion que Boucher continuait de percevoir des milliers de dollars en redevances provenant de la vente de stupéfiants. 
Les autres personnes arrêtées sont : Patrick Williams ; Dany Cadet-Sprince ; Jean Winsing Barthelus ; José McCarthy ; Patrick Corbeil ; Carlos Fernandes ; Alain Comeau ; Richer Jr. Talbot ; Martin St-Arnaud ; Patrick Dubois ; Sean Brunet ; Sylvain Morin ; Martin Céleste ; David Pépin-Massé ; Mario Lemmeti ; François Langlois ; Eric Ramsay ; Reginald Joseph ; Robert Blais ; François Desjardins ; Pasquale Lopez ; Franco Lopez ; Giuseppe Lopez ; Marco Latulipe ; Dominique Gauthier.

André "Le Frisé" Sauvageau (La Presse)

André "Le Frisé" Sauvageau (La Presse)

Evidemment, comme la nature a horreur du vide, les noms des remplaçants a vite circulé et les 5 mêmes noms sont revenus dans les conversations.
Gilles Lambert et André «Frisé» Sauvageau, deux membres influents des Hells Angels du chapitre de Montréal, pour prendre l'intérim de Salvatore Cazzetta.
Depuis le printemps, Lambert préside Les Anges de l’enfer Montréal inc., la compagnie emblématique des Hells.
On parle aussi de Martin Bernatchez, le présumé successeur de Paul «Sasquatch» Porter à la tête des Hells du chapitre ontarien Nomads, qui ont accentué leur présence au Québec depuis 2009.
Côté italien on parle de Francesco Arcadi et de son bras droit, Lorenzo Giordano. 
Arrêtés lors de l’opération Colisée, ces deux fidèles du clan Rizzuto retrouveront sous peu leur liberté, après avoir purgé de longues peines d’incarcération. Giordano est même selon les observateurs, le probable futur homme fort. L'homme de 52 ans est très respecté et il aurait bâti des liens solides en prison.
Par contre concernant les gangs de rue, difficile de savoir s'ils remplaceront Gregory Wooley, au sein de leur alliance d’affaires avec la mafia et les motards.
Surtout que ses deux principaux lieutenants, Dany Cadet-Sprinces et Jean Winsing Barthelus, ont eux aussi été arrêtés.

En cette fin d'année, les Hells Angels exhibent de plus en plus leurs couleurs u fur et à mesure que les prisons se vident de leurs éléments et pour la majorité regagnent leur pénates et chapitres d'antan.
Un mix de démonstration de force et de provocation selon la police.
La dernière manifestation de puissance a eu lieu à Sorel (nord de Montréal) pour le 38ème anniversaire de la création du chapitre de Montréal. Le 5 décembre 1977, le club des Popeyes décident de devenir le premier chapitre Hells Angels fondé au Canada.
Michel Lajoie-Smith, surnommé «l’Animal», dernier libéré en date, y a été fêté.
Des 5 chapitres québécois «gelés» suite à l'opération SharQc d'avril 2009, 2 (Montréal et South) ont été réactivités et 2 autres (Trois-Rivières et Québec) devraient suivre.
Parmi les motards criminels aperçus :
Frédéric Landry-Hétu (chapitre South) ;Yannick Gauthier (chapitre Montréal) ; Claude Pépin (chapitre Montréal) ; Emery Martin (chapitre Montréal) ; Gilles Robidoux (chapitre Montréal) ; Bernard Plourde (chapitre Montréal) ; Michel Langlois ; Éric Bouffard ; Magella Houde ; René Monfette. (La Presse - JDM)

Lorenzo Giordano (La Presse)

Lorenzo Giordano (La Presse)

Le 9 décembre, Lorenzo Giordano retrouve la liberté où une place importante l'attend au sein de «La Table».
Celui qui purgeait une peine d’un peu plus de 10 ans pour gangstérisme a fait son entrée en fin de journée mercredi dans une maison de transition de Montréal.
«Le retour de Lorenzo Giordano est très important dans le contexte actuel, raconte une source policière experte dans le monde interlope. Normalement, il devrait en profiter pour exercer son pouvoir, attendez-vous à des tensions!»
Ah ben c'est raté pour ceux qui imaginaient que ça allait calmer tout ce petit monde.
Le mafieux devra se soumettre à de strictes conditions, selon la Commission des libérations conditionnelles. Il ne pourra pas fréquenter les cafés italiens. Il devra dévoiler ses états financiers en plus de rentrer chaque soir dans sa maison de transition.


De toute façon, la gestion de Stefano Sollecito commençait à déplaire grandement à plusieurs factions du crime organisé montréalais.
Des sources n’hésitent pas à relater un événement qui, selon elles, dépeint bien Stefano Sollecito surnommé «La sauce».
Selon elles, celui-ci aurait repris une montre hors de prix qu’il avait lui-même offerte en cadeau à l’un de ses soldats, Claudio Marco Campelonne. Le problème, c’est qu’il aurait repris le cadeau après l’assassinat du jeune homme de 24 ans dans le quartier Rivière-des-Prairies à la mi-septembre.
Généralement quand il y a un changement hiérarchique, les cocktails Molotov pleuvent peu après et ça n'a pas raté. Deux cafés italiens de la rue Jean-Talon ont été visés la nuit suivante.


Le journal La Presse a appris que le coup vient de l’intérieur, de certains mafieux montréalais qui voudraient reprendre le contrôle de ce que les criminels appellent «Le Livre», dans lequel sont consignées les recettes de plusieurs activités illégales de la pègre. 
Et justement, Lorenzo Giordano, il y a près d’un an, il s’était vu octroyer 25 % des recettes du «Livre», dans un effort du parrain intérimaire Stefano Sollecito pour se faire bien voir par Giordano.

 

Fin décembre, une querelle interne au sein des «Rouges» pour le contrôle de points de deal entre un groupe baptisé «Plan Robert» et un autre appelé «Plan Bellechasse» s'est déclenchée. Des tensions accentuées depuis l'arrestation de Gregory Wooley et de ses lieutenants.
Le 21 décembre, Alexandre Tremblay, 22 ans, affilié au groupe du «Plan Robert», est abattu près de chez lui d’une balle dans la tête. Le lendemain, sans doute en représailles, un homme de 18 ans est blessé par balle à la jambe. Une heure plus tard, c’est un homme de 22 ans qui est touché sur le haut du corps. Plus tard encore, 2 hommes sont blessés par balles alors qu’ils circulent en voiture sur l’autoroute. 

Ca promet...

 

(Credits sources : La Presse, JDM, Montreal Gazette)

Partager cet article

Repost 0
Published by Desmoulins - dans Mafia Canada
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Blog à part
  • : Si ça ne vient pas de l'AFP c'est que ça n'est pas réellement arrivé!
  • Contact

Recherche

Pages